FreeBSD 9.0rc1 : le BSD libre des utilisateurs très motivés ?

Dans le petit monde des BSDs libres, il y a mon « chouchou » OpenBSD, NetBSD (le passe partout), et le BSD pour utilisateurs « normaux », j’ai nommé FreeBSD. Ce dernier est à la base de PC-BSD, et de DesktopBSD. J’allais oublier le confidentiel et volant DragonflyBSD 🙂

Ayant pu lire sur distrowatch que la première RC de la version 9.0 de FreeBSD était disponible, j’ai récupéré l’ISO de la version 64 bits et j’ai lancé l’installation.

Pour des raisons pratiques, j’ai utilisé VirtualBox. Qemu aurait fait tout aussi bien l’affaire, mais j’ai remarqué des lenteurs incroyables au niveau de la lecture / écriture des systèmes de fichiers.

L’installateur est en mode texte, en anglais, mais si on se donne la peine de lire la documentation, on peut s’en sortir sans trop de problèmes.

A noter que lors de l’installation, le partitionnement du disque est automatisé, et il est clairement indiqué qu’une couche de support 32 bits est installé. Couche qu’on peut désactiver si on le désire.

Ce qui est intéressant, c’est la configuration du réseau. Pour peu que vous utilisiez une connexion filaire, on vous propose de configurer automatiquement la connexion, aussi bien en IPv4 qu’en IPv6 !

Enfin, j’ai choisi d’activer tous les daemons, même si j’ai ensuite retiré le support de powerd, en supprimant sa ligne dans le fichier /etc/rc.conf.

L’étape suivante a été l’installation de X11, puis de Gnome.

Pour la première étape, en root, j’ai tapé un simple :


pkg_add -r xorg

Ensuite, l’installation terminée, j’ai suivi le guide du manuel. En clair, j’ai créé un fichier xorg.conf, que j’ai modifié pour faire prendre en compte la souris en mode non-automatique (le pointeur de la souris est bloqué autrement !), et de quoi avoir une bonne résolution à l’écran.

Je me suis ensuite occupé de Gnome. L’installation ?


pkg_add -r gnome2

Et comme pour X11, j’ai suivi le guide pour activer les services nécessaires au démarrage, même si GDM a parfois des problèmes à l’allumage 🙁

La dernière étape a été d’ajouter Mozilla Firefox, avec le support du français, Gimp et LibreOffice. A noter que seule la version 3.3.3 de LibreOffice semble disponible.

Ce qui s’est résumé à :


pkg_add -r firefox firefox-i18n gimp libreoffice-legacy

Le point le plus ennuyeux ? Avoir Gnome en Français.

En fouillant le net, je suis tombé sur cette vieille page, qui m’a donné la solution.

J’ai rajouté ceci au fichier /etc/login.conf

# French Users Accounts
french|French Users Accounts:\
:charset=UTF-8:\
:lang=fr_FR.UTF-8:\
lang=fr_FR:\
:tc=default:

La vidéo montre FreeBSD 9.0rc1 en action. C’est un environnement Gnome 2 classique qui nous accueille, avec ses qualités et ses faiblesses. Le gros – et seul ? – point noir : LibreOffice n’est pas traduit, il reste en anglais 🙁

Ce n’est pas un système très dur à prendre en main, du moins pour une utilisation bureautique classique si on a un réflexe simple : lire la documentation. Effort surhumain pourrait-on dire.

Il est vrai qu’il faut une certaine motivation pour devoir parfois mettre les mains dans le cambouis, et on finit par apprécier la « simplicité » d’une distribution linux pour configurer son système.

A vous de tester et de voir si FreeBSD pourrait vous convenir ou pas !

7 réflexions sur « FreeBSD 9.0rc1 : le BSD libre des utilisateurs très motivés ? »

  1. Juste une petite précision: libreoffice-legacy désigne libreoffice 3.3; si tu veux essayer libreoffice 3.4, il s’appelle libreoffice tout court. Il est disponible dans les ports, mais je n’ai pas essayé avec les binaires.
    Honnêtement, l’installation n’est pas plus difficile que celle de Archlinux, mais l’administration est un peu moins souple: pkg_add n’est pas pacman et l’intégration des binaires et des ports est moins bonne que celle de pacman avec abs.

    1. Ayant déjà fait compiler LibreOffice sur mon Archlinux, je sais qu’il faut 3 bonnes heures. Et j’ai préféré prendre les paquets précompilés, pour éviter des erreurs de compilation qui pourrait se produire.

  2. Bonjour,

    As tu testé LVM2? J’avais lu dans la doc qu’il fallait mieux installer du reiser mais si un jour je dois installer une freebsd, il faudra du lvm2 (histoire d’avoir les mêmes commandes à taper pour agrandir les systèmes de fichier sur les machines virtuelles *nix). Si un jour j’ai le temps il faudrait que j’en installe une pour voir (juste un serveur ssh +apache).

    1. Je n’ai pas testé lvm2. Je suis resté dans les besoins de l’utilisateur « classique ». Donc, je ne saurais dire. Je pense que tu pourrais faire un essai quand FreeBSD 9.0 final sortira, d’ici quelques semaines 😉

    2. Où as-tu lu le fait qu’il fallait mieux avoir Reiser. Sous FreeBSD, le système de fichiers est différent de Linux, ext(2|3|4), reiser, btrfs, etc. n’existent pas. Par contre avec l’émulation Linux et GEOM tu pourras sans doute « monter » tes partitions Linux (lvm).

      Tu peux également regarder du côté de Vinum ou ZFS, mais d’après tes besoins, le système de fichiers par défaut est amplement suffisant.

      1. Ah oui j’ai confondu ZFS et Reiser. Il faut que je teste, ma dernière expérience d’UNIX c’est Solaris 7 il y a dix ans en tant que simple utilisateur ou root mais, en tapant soigneusement les 2 trois commandes que j’avais à taper. Il va falloir que je me plonge dans la doc!

  3. PC-BSD propose aujourd’hui gnome, KDE et autres divers environnements. Comme tu dis, faut lire la documentation si on veut vraiment profiter de la freeBSD de PC-BSD. Mais cette documentation est claire, précise et centralisé. Une vraie bible du démon. Personnellement j’aime ce système dans son architecture, mais il a un gros défaut qui était encore celui de linux il y a peu. Les fournisseurs de composant ne développent que rarement des pilotes pour freeBSD. Avec ma carte ATI M86, je monte à 80 °C en usage « standard-bureautique » sur mon laptop. Et si je viens à activer toutes les options d’économie d’énergie de xorg, même plus la peine d’utiliser de l’accélération 2D ou 3D.

Les commentaires sont fermés.