Soyons pratique : installons facilement et rapidement Gnome 3 et son shell sur Archlinux dans une machine virtuelle VirtualBox.

J’ai eu envie de rédiger ce petit tutoriel pour démystifier un peu le côté « apparemment » complexe d’Archlinux.

C’est assez brut de décoffrage, et je n’explique pas toujours le pourquoi du comment. Les Wikis francophone et anglophone d’Archlinux sont plus complets que je pourrais l’être dans ce simple article de blog 😉

Note 1 : Evidemment, je me suis concentré sur l’essentiel. Il faudrait ensuite rajouter de quoi gérer l’heure du système avec NTP, ou installer un pare-feu avec iptables, LibreOffice, installer Gnome-tweak-tool, etc…

Note 2 : Ce tutoriel est surtout une preuve de faisabilité. Pour une machine réelle, il faudrait remplacer les additions Virtualbox par le vrai pilote de la carte graphique.

J’ai donc eu envie de montrer qu’on pouvait installer rapidement (45 à 50 minutes en comptant le temps de récupération des paquets) une ArchLinux avec Gnome-Shell.

Pour les besoins de la démonstration, je vais prendre une machine virtuelle VirtualBox, équipée de 2 Go de mémoire vive, de 32 Go de disque, en ayant activé l’accelération 2D et 3D.

Sauf indication contraire, je garde les valeurs par défaut. Et chaque étape importante sera accompagnée d’une capture d’écran. Pour l’installation, je prends l’image officielle d’installation en version complète sortie en août dernier. J’ai préféré un OS en 64 bits, quoique cela est vrai pour la version 32 bits aussi 😉

Pour l’installation, j’ai modifié un seul paramètre du partitionnement : la taille du swap, que j’ai fait passer de 256 Mo à 4096. Les partitions seront en ext4fs. Et la partition boot de 32 à 128 Mo.

Si vous avez un doute sur le cheminement à suivre, l’excellent wiki d’archlinuxfr sera d’une précieuse aide.

Cependant l’installateur, bien qu’en anglais est assez simple d’accès. Et se limite à faire des choix, saisir des valeurs et choisir « suivant ».

L’heure doit rester en UTC (sauf en cas de dual-boot avec Windows). Quant à l’installation des paquets, j’ai pris le miroir archlinux.fr, histoire d’avoir une base à jour. J’aurais pu prendre Grub2, mais pour le moment, j’ai préféré resté avec Grub 0.97.

La configuration est assez simple. Pour le fichier /etc/rc.conf, voici ce que j’ai mis (de haut en bas) du fichier :


LOCALE="fr_FR.UTF-8"
HOSTNAME="fredo-arch"
interface=eth0
DAEMONS=(!hwclock syslog-ng network netfs crond dbus alsa)

Il faut modifier la ligne 127.0.0.1 dans /etc/hosts et rajouter la valeur contenue dans HOSTNAME.

Enfin, dans /etc/pacman.conf, j’ai décommenté (enlever le symbole #) de la ligne commençant par XferCommand et contenant wget (la première).

Et tout en bas, j’ai rajouté le dépot d’archlinuxfr.


[archlinuxfr]
Server=http://repo.archlinux.fr/x86_64

On remplacera le x86_64 par i686 pour une version 32 bits. Depuis le début de l’installation, j’ai utilisé 10 minutes (en comptant le temps de rédaction du texte). Installation commencée à 20 h 23, terminé à 20 h 35. 12 minutes pour la base. On passe à la suite.

Au premier démarrage, on se connecte en root, et on commence par installer yaourt, outil indispensable pour la suite.


pacman -Syy yaourt

On va maintenant installer le gros des outils : le multimédia et quelques outils de base bien pratique 😉


yaourt -S zip unzip alsa-utils gstreamer0.10-plugins vim sudo mc

On configure le son, en lançant alsamixer, puis une fois les réglages fait, on enregistre le tout avec un petit alsactl store. 18 minutes se sont écoulées.

On passe à l’installation de X et des pilotes dédiés concernant VirtualBox.


yaourt -S xorg-server xorg-xinit xorg-utils virtualbox-archlinux-additions ttf-bitstream-vera ttf-dejavu ttf-liberation

Ensuite, on modifie la ligne MODULES de /etc/rc.conf pour faire prendre en compte les additions virtualbox.


MODULES=(vboxguest vboxsf vboxvideo)

On va maintenant rajouter gnome, xsane, gimp, histoire d’avoir déjà un bon point de départ et quelques outils à afficher !


yaourt -S gnome gnome-extra xsane gimp

Au moment de lancer l’installation de cette série de paquets, seulement 25 minutes se sont déroulées.

On rajoute un utilisateur, en utilisant adduser.

Pour les groupes utilisateurs, la liste suivante : wheel, audio, optical, storage, adm, lp,power, camera, scanner

On modifie ensuite la ligne DAEMONS du fichier /etc/rc.conf ainsi :

DAEMONS=(!hwclock syslog-ng !network netfs crond dbus alsa networkmanager cups)

35 minutes se sont déroulées. Je n’ai pas rajouté GDM dans la ligne DAEMONS, car celui-ci à quelques problèmes pour se lancer dans VirtualBox, même si en machine réelle GDM se lance comme un charme.

J’ai pris l’option alternative proposée par le wiki d’Archlinux, en clair en modifiant le fichier .xinitrc de mon utilisateur courant et en utilisant startx.

Installation commencée à 20 h 23, terminée à 21 h 10 en comptant le temps de rédaction du texte de l’article. Bon, c’est pas complètement fini (comme précisé au début), mais cela montre que l’installation d’un ensemble Archlinux + Gnome-Shell n’est pas insurmontable.

Ensuite, il faut paufiner, en fonction du matériel (réel ou virtuel) qu’on a sous la main.

A vos tentatives, prêts ? Partez et laissez moi des commentaires 🙂

5 réflexions sur « Soyons pratique : installons facilement et rapidement Gnome 3 et son shell sur Archlinux dans une machine virtuelle VirtualBox. »

  1. Bravo, c’est bien expliqué et le principe de vouloir démystifier le monde de Linux est une bonne chose.
    Je testerai pas pour le moment car je suis plutôt sur debian.
    Mais encore une fois merci pour l’effort.

  2. Je vois que tu actives Alsa, pourtant GNOME3 a besoin de PulseAudio ? Non

    Si ce n’est pas obligatoire, je testerais certainement GNOME3.

  3. Salut,

    Débutant avec Archlinux, je cherchais à l ‘installer dans une VM Virtualbox et ton article m’a bien aidé. C’est un très bon complément au Wiki officiel.

Les commentaires sont fermés.