C’est bien connu, Stallman est un c*****d, mais terriblement visionnaire.

Stallman est connu pour ses propos acerbes, parfois mal interprété par des fanboys qui ne comprennent pas que tout le monde ne succombe pas au culte de la personnalité de certains génies du commerce.

Cependant, un article sur Numerama nous fait part d’un projet de notre ancienne ministre de la Culture, celle qui avait porté la loi Hadopi à bout de bras. Sa dernière idée en date : faire payer un droit de lecture pour lire des livres électroniques

Je cite l’article de Numerama :

Et bien pouvoir aller dans une librairie, acheter un bouquin, et que le libraire vous dise, je ne sais pas, que pour trois euros de plus « vous pouvez avoir la version numérique, et puis cet auteur a fait un autre bouquin que l’on ne trouve qu’en numérique, vous pouvez aussi le trouver sur cette borne… ». Sachant que finalement vous achetez un droit de lecture, France Télécom Orange étant un tiers de confiance, étant celui qui va gérer votre droit de lecture, vous retrouvez beaucoup de vocations de France Télécom Orange : la capacité d’innovation, la sécurité, la pérennité,… et là je trouve que l’opérateur est complètement dans son rôle.

Cela me fait me souvenir d’un texte paru en anglais en 1997, du c*****d (pour reprendre les termes de commentaires de personnes très tolérantes sur un certain site dont j’ai parlé dans un autre billet), « Le Droit de Lire ».

Je cite le morceau de choix :

Ceci posa un dilemme à Dan. Il se devait de l’aider — mais s’il lui prêtait son ordinateur, elle pourrait lire ses livres. À part le fait que vous pouviez aller en prison pour plusieurs années pour avoir laissé quelqu’un lire vos livres, l’idée même le choqua au départ. Comme à tout le monde, on lui avait enseigné dès l’école primaire que partager des livres était malicieux et immoral — une chose que seuls les pirates font.

Et il était improbable que la SPA — la Software Protection Authority — manquerait de le pincer. Dans ses cours sur les logiciels, Dan avait appris que chaque livre avait un moniteur de copyright qui rapportait quand et où il était lu, et par qui, à la Centrale des licences. (Elle utilisait ces informations pour attraper les lecteurs pirates, mais aussi pour vendre des renseignements personnels à des détaillants.) La prochaine fois que son ordinateur serait en réseau, la Centrale des licences se rendrait compte. Dan, comme propriétaire d’ordinateur, subirait les punitions les plus sévères — pour ne pas avoir tout tenté pour éviter le délit.

Bien sûr, Lissa n’avait pas nécessairement l’intention de lire ses livres. Elle pourrait ne vouloir l’ordinateur que pour écrire son projet. Mais Dan savait qu’elle venait d’une famille de classe moyenne et qu’elle arrivait difficilement à payer ses frais de scolarité, sans compter ses frais de lecture. Lire les livres de Dan pourrait être sa seule façon d’obtenir son diplôme. Il comprenait cette situation; lui-même avait eu à emprunter pour payer pour tous les articles scientifiques qu’il avait eu à lire. (10% de ces frais allaient aux chercheurs qui écrivaient ces articles; puisque Dan visait une carrière académique, il pouvait espérer que si ses propres articles scientiques étaient souvent lus, il gagnerait un revenu suffisant pour rembourser sa dette).

Par la suite, Dan apprendrait qu’il y eut un temps où n’importe qui pouvait aller à la bibliothèque et lire des articles de journaux, et même des livres, sans avoir à payer. Il y avait des universitaires indépendants qui lisaient des milliers de pages sans subventions des bibliothèques gouvernementales. Mais dans les années 1990, les éditeurs aussi bien commerciaux qu’à but non lucratif avaient commencé à facturer l’accès. En 2047, les bibliothèques offrant un accès public gratuit à la littérature scientifique n’étaient qu’un pâle souvenir.

Bien entendu, certaines personnes casseront encore Stallman, alors qu’il avait déjà vu le problème venir, dès 1997, soit un an avant l’adoption du DMCA, ce qui a donné en Europe l’EUCD et puis l’ancêtre d’Hadopi, une certaine loi DADVSI

Il n’y a pas pire aveugle que la personne qui ne veut pas voir.

5 réflexions sur « C’est bien connu, Stallman est un c*****d, mais terriblement visionnaire. »

  1. j’allais hurler a la vue du titre , mais je « plussoie » à la suite (comme y a pas encore de bouton +1 pour diaspora vais le faire a la main ) +1 😉

  2. En lisant ton titre je m’attendait à un nouvel écho de l' »affaire » mac4ever, mais c’est pire… On va de plus en plus dans un monde qui ressemble aux pires constats alarmistes dressés par la SF et malgré tout, les gens en braves moutons applaudissent à 2 mains…

    1. C’est cela le problème actuel : la culture est massacrée depuis des années. Fareinheit 451 (écrit en 1953) ou encore la nouvelle de Stallman (écrite en 1997) sont terriblement prémonitoire…

      Mais il n’est pas pire aveugle que la personne qui se cache les yeux…

  3. L’Internet by Orange, le cinéma by Orange, la musique by Orange, la littérature by Orange etc…
    Orange tente de devenir un Vivendi-Universal en élargissant sa présence sur les marchés, le problème maintenant c’est où est passé le téléphone ? On en vient à regretter France Telecom dont le nom sera abandonné en juin 2012…

    Albanel est un missile mal téléguidé depuis l’Elysée qui fait hurler tout les firewalls OpenOffice. 😀

Les commentaires sont fermés.