Fedora 16 beta : un aperçu d’un grand cru ?

En lisant sur distrowatch l’annonce de la publication de la version beta de la Fedora 16, j’ai sauté sur l’occasion pour la récupérer, via mon navigateur internet – pour une fois. Puis, j’ai lancé l’installation dans une machine VirtualBox… pour avoir l’accélération 3D nécessaire pour Gnome-Shell.

J’ai commencé cet article (ou du moins les captures d’écrans et autres manipulations nécessaires aux alentours de 23 h 45 le 4 octobre).

Dès le démarrage, on voit une différence : le menu de démarrage est austère, et pour cause : grub2 (qui est une sacrée galère à installer sur Archlinux) a pris le relais du bon vieux grub graphique.

Ensuite, on arrive sur un Gnome 3.1.91 (ou 3.1.92 ?) en mode restreint. L’installation est comme d’habitude nasodigitale, et après un premier redémarrage et la configuration d’un compte utilisateur, on se retrouve dans gnome. La première chose que j’ai faite : mettre à jour le système… Plus de 260 Mo m’attendait.

Une fois l’ensemble récupéré, j’ai fait redémarrer la machine virtuelle, et je me suis attaqué à l’installation des additions. J’ai bêtement suivi ce tutoriel.

Et après un redémarrage, malgré tout mes tentatives, Gnome Shell refusent de se lancer, en restant en mode restreint.

J’ai donc du ouvrir un gnome-terminal, et entrer la commande :

gnome-shell --replace &

Et magiquement, j’ai eu droit à un Gnome Shell. Cf la capture ci-dessous.

Mais, la nuit portant conseil, je me suis dit, en me foutant une petite claque sur le front : j’ai oublié le dépot RPM-Fusion pour avoir un paquet précompilé… Me voila donc reparti dans une installation fraiche, à mettre à jour.

Et d’avoir un manque de chance monstreueux au final… Le module nécessaire à l’utilisation des additions disponible sur RPM Fusion demandant… hal, déprécié dans la Fedora 16 🙂

Dommage. Donc, je repasse par la méthode utilisée auparavant, la compilation en utilisant les additions invitées officielles !

Donc, après une installation classique des additions, j’ai voulu faire une petite vidéo de l’ensemble, qui n’est pas si mal que cela, même s’il faut aimer les RPMs et les fonds d’écran marins 😉

L’ensemble est assez sympa, même si le gestionnaire de paquets en mode graphique est assez austère, pour ne pas dire plus.

Et comme vous pouvez le voir, même si Youtube a fait d’énormes efforts, certains vidéos – surtout celle « sponsorisée » sont incompatibles avec le lecteur en html5.

La vidéo se termine sur une fausse manipulation de ma part.

Mais ce qu’on peut tirer de cette version béta, c’est :

  1. Un démarrage assez rapide, même en émulation
  2. Une distribution assez utilisable, même si des plantages ou des bugs étranges arrivent
  3. Un support partiel des additions de VirtualBox, mais je pense que les torts sont partagés ici
  4. Un outil graphique d’ajout / suppression de programmes qui mériterait une présentation un peu plus soignée, car il faut le dire, la concurrence a mis la barre assez haute ici
  5. Des fonds d’écrans plus que sympa
  6. Enfin Grub2 au démarrage !

La Fedora 16 sera une bonne version, une tendance que j’ai pu voir depuis au moins la 13, voire la 14. Mais il faut dire qu’une distribution qui en est à sa 16ième version se doit d’être stable, non ?

A voir pour la sortie de la distribution, début novembre prochain.

Une réflexion sur « Fedora 16 beta : un aperçu d’un grand cru ? »

Les commentaires sont fermés.