6 ans… Bon anniversaire, mon blog.

6 ans aujourd’hui que j’ouvrais ce blog, à l’époque en utilisant WordPress 1.5. Après plusieurs déboires (blog monté en statique, utilisation de Dotclear, puis de Blogger), je tentais cette dernière aventure.

A l’époque, je ne pensais pas que le blog dépasserait les 6 mois d’existence. En 6 ans, et plus de 1500 billets, je suis heureux de le voir encore en vie. D’ailleurs, c’est pour moi une petite victoire, car cela me prouve que je suis capable de m’engager sur du long terme sur une activité aussi aléatoire que le blogging.

En faisant des recherches rapides, c’est le deuxième billet anniversaire. Le premier, c’était il y a 3 ans !

Pour l’occasion, un petit gâteau avec 6 bougies. Je l’ai trouvé en version originale sur openclipart que j’ai modifié avec inkscape pour rajouter les bougies manquantes.

En espérant que dans un an le blog existe encore 🙂

21 réflexions sur « 6 ans… Bon anniversaire, mon blog. »

  1. Bon anniversaire Le Weblog de Frederic Bezies !

    Du coup je suis allé voir à combien j’en étais moi-même… et bien il semble que mon premier billet date du 28 mai 2007, soit il y a 4 ans et 4 mois.
    Et devine son titre : « Flash, ou la fin du Web »
    On se sépare pas de ses marottes facilement…
    En le relisant, je le trouve assez inspiré d’ailleurs. On retrouve les thèmes qui me sont chers. C’est, en quelque sorte, une sorte de manifeste de mon blogue.

    http://libre-et-ouvert.blogspot.com/2007/05/flash-ou-la-fin-du-web.html

    1. Salut,

      Fred, n’y vient plus très souvent 😉 mais bon l’Internet va finir par se résumer au web, faut s’y faire…

      Bon anniversaire à ce blog vieux blog que je consulte de temps en temps et qui est parfois très amusant 😀

      @+

      Pierre

      1. Car il n’y a presque plus d’activité dessus. Sinon, avec toi, je sais qu’on aura des fils à troll, chacun restant sur sa position. Je considèrerais *toujours* le logiciel non libre comme une parenthèse de l’histoire informatique, toi, pas.

        1. > »Car il n’y a presque plus d’activité dessus. »
          Bah, il y a bien une nouvelle contribution par semaine, parfois plus, comme sur certains blogs 😉

          > »Sinon, avec toi, je sais qu’on aura des fils à troll »
          Je fais rarement l’apologie du logiciel « propriétaire », ni même de certains logiciels, pas de raison de troller 😀
          Je préfère, tu as dû t’en rendre compte, faire du support technique que me répandre en conjectures plus ou moins idéologiques. Mais si il y a du  » SapuÇaypôlib’ « , je peux perdre du temps à répondre, hein, on s’amuse comme on peut…

          > »Je considèrerais *toujours* le logiciel non libre comme une parenthèse de l’histoire informatique, toi, pas. »
          Qu’est ce que je disais 😉
          (Mais si, voyons… quelle que soient les licences, on peut les considérer comme des parenthèses, ça veut rien dire, ce sont parfois des parenthèses énormes et qui ne risque pas, apparemment de se refermer. C’est le principal, la diversité, logicielle, de licences, de philosophie ou de croyances, peu importe. Fin de la parenthèse.)

          @+

          Pierre

          1. A vrai dire l’actualité des navigateurs ça me barbe en ce moment. La course à la plus grosse dans le domaine de la vitesse d’interprétation du JS, bof, quoi.

            Je fais aussi du support technique, et le « ça pue c’est pas libre », est un stade que j’ai dépassé depuis longtemps.

            Enfin sur le dernier point, l’informatique à source secrète, cela date en gros du début des années 1980, et même un peu avant si on prend la gueulante de Billou en 1977.

            Sinon, jusqu’à cette période, les codes sources étaient partagés, libre (au sens FSF du terme) et l’informatique s’en portait pas plus mal.

            Quand on voit comment certains grands nom de l’informatique non-libre se font du pognon sur le dos des autres à coups de procès basés sur des brevets logiciels, ça donne envie de vomir plus qu’autre chose.

  2. > »A vrai dire l’actualité des navigateurs ça me barbe en ce moment. »
    Ça m’intéresse toujours un peu 🙂

    > »La course à la plus grosse dans le domaine de la vitesse d’interprétation du JS »
    Tu retardes 😉
    Actuellement c’est plus la course au plus gros numéro de version déguisé en course de vitesse de développement… pas passionnant, en effet, d’autant plus qu’il n’y en a que deux qui jouent…

    > »le « ça pue c’est pas libre », est un stade que j’ai dépassé depuis longtemps. »
    Oui, maintenant tu dis « Je considèrerais *toujours* le logiciel non libre comme une parenthèse [NDR : ou une impasse, ou un accident) de l’histoire informatique ». En gros, tu es toujours un peu allergique 😉 Contrairement à moi qui n’ai pas de sensibilité particulière en regard des licences logicielles.

    > »jusqu’à cette période, les codes sources étaient partagés, libre (au sens FSF du terme) et l’informatique s’en portait pas plus mal. »
    Tu trouves que l’Informatique va beaucoup plus mal depuis qu’il existes des logiciels au code source ouvert uniquement à leurs développeurs ? Ou qu’on mange moins bien chez un cuisinier qui ne divulgue pas ses recettes ?

    > »certains grands nom de l’informatique non-libre se font du pognon sur le dos des autres à coups de procès basés sur des brevets logiciels, ça donne envie de vomir »
    Je vois pas le rapport avec le code source ou la licence d’un logiciel. Il doit même être possible de breveter un code dont le source n’est pas « secret » comme tu dis, non ?

    @+

    Pierre

    1. Actuellement c’est plus la course au plus gros numéro de version déguisé en course de vitesse de développement… pas passionnant, en effet, d’autant plus qu’il n’y en a que deux qui jouent…

      Je n’y prete plus attention en ce moment. Ce qui compte, c’est l’amélioration au niveau de la qualité du respect des normes ecmascript.

      Oui, maintenant tu dis « Je considèrerais *toujours* le logiciel non libre comme une parenthèse [NDR : ou une impasse, ou un accident) de l’histoire informatique ». En gros, tu es toujours un peu allergique 😉 Contrairement à moi qui n’ai pas de sensibilité particulière en regard des licences logicielles.

      Oui, maintenant tu dis « Je considèrerais *toujours* le logiciel non libre comme une parenthèse [NDR : ou une impasse, ou un accident) de l’histoire informatique ». En gros, tu es toujours un peu allergique 😉 Contrairement à moi qui n’ai pas de sensibilité particulière en regard des licences logicielles.

      Allergique de part mon expérience pour être plus précis. Quand tu auras perdu des années de travail à cause d’un format fermé d’un logiciel abandonné par ses auteurs qui ne proposait aucune exportation tu comprendras pourquoi je suis devenu « allergique » pour reprendre ton propre terme.

      Tu trouves que l’Informatique va beaucoup plus mal depuis qu’il existes des logiciels au code source ouvert uniquement à leurs développeurs ? Ou qu’on mange moins bien chez un cuisinier qui ne divulgue pas ses recettes ?

      C’est une question d’éthique. Et les logiciels non ouverts ont souvent des petites surprises. Pour mémoire, les codes NSAKEY dans le code de Windows NT4…

      http://fr.wikipedia.org/wiki/NSAKEY

      Je vois pas le rapport avec le code source ou la licence d’un logiciel. Il doit même être possible de breveter un code dont le source n’est pas « secret » comme tu dis, non ?

      Le rapport ? C’est qu’avec un code source fermé, tu peux affirmer – sans apporter la moindre preuve – qu’un code source ouvert viole X ou Y brevets. Cf le racket de Microsoft auprès des vendeurs de téléphones à base d’Androïd.

      Et les brevets logiciels, il suffit de voir leur idiotie, comme jadis le double-clic breveté par… Microsoft !

      http://www.journaldunet.com/solutions/0406/040607_brevets.shtml

  3. >« C’est une question d’éthique. »
    Ah ? Donc l’informatique va pas plus mal depuis qu’il y a toutes sortes de licences logicielles à disposition de ceux qui font toutes sortes de p’tits programmes, mais cette diversité ne correspond pas à ton éthique personnelle, j’ai bon ?

    >« Et les logiciels non ouverts ont souvent des petites surprises. »
    Souvent ? FUD ? Les sources ouverts sont-ils garantis « sans surprises » ?
    http://blog.mozilla.com/addons/2010/07/13/add-on-security-announcement/ 😀
    Pourquoi alors tout amalgamer ?

    >« Et les brevets logiciels, il suffit de voir leur idiotie »
    Ça y est, j’ai trouvé le rapport : tu es AUSSI allergique aux brevets logiciels.
    J’avais l’impression que tu faisais un lien entre logiciels propriétaires et brevets logiciels.

    Enfin, tu as encore pas mal fait dériver le festif sujet initial, je sais pas trop pourquoi, sur ces histoires de libre/proprio finalement assez futile… M’enfin, c’est ton blog, tu fais comme tu le sens 😀

    @+

    Pierre

    1. Ah ? Donc l’informatique va pas plus mal depuis qu’il y a toutes sortes de licences logicielles à disposition de ceux qui font toutes sortes de p’tits programmes, mais cette diversité ne correspond pas à ton éthique personnelle, j’ai bon ?

      Je n’ai jamais dit cela. Simplement que les logiciels privateurs ne correspondent à mon éthique informatique. Et arrêtes de me faire dire ce que je n’ai pas dit, c’est lassant à la fin.

      Souvent ? FUD ? Les sources ouverts sont-ils garantis « sans surprises » ?
      http://blog.mozilla.com/addons/2010/07/13/add-on-security-announcement/ 😀
      Pourquoi alors tout amalgamer ?

      Ah, tu parles d’extensions malignes ?

      An add-on called “Mozilla Sniffer” was uploaded on June 6th to addons.mozilla.org. It was discovered that this add-on contains code that intercepts login data submitted to any website, and sends this data to a remote location. Upon discovery on July 12th, the add-on was disabled and added to the blocklist, which will prompt the add-on to be uninstalled for all current users.

      Arrivé le 6 juin, détectée le 12 et blacklistée immédiatement. Ce qui est quand même assez rapide.

      Ça y est, j’ai trouvé le rapport : tu es AUSSI allergique aux brevets logiciels.
      J’avais l’impression que tu faisais un lien entre logiciels propriétaires et brevets logiciels.

      Les deux sont intimement liés. Et l’utilisation des brevets logiciels dans les procès sont dans l’énorme majorité des cas engagés par des géants du logiciels privateurs, Microsoft ou encore Apple avec les brevets liés à la tablette de Samsung.

      Enfin, tu as encore pas mal fait dériver le festif sujet initial, je sais pas trop pourquoi, sur ces histoires de libre/proprio finalement assez futile… M’enfin, c’est ton blog, tu fais comme tu le sens

      s/proprio/privateur.

      Le logiciel libre a des propriétaires : ses utilisateurs et ses développeurs. Et futile ? imagine seulement à quoi ressemblerait le réseau des réseaux avec uniquement du logiciel privateur.

      Et j’emploie le terme privateur pour éviter une confusion.

      http://www.april.org/articles/intro/privateur.html

  4. >« arrêtes de me faire dire ce que je n’ai pas dit »
    Tu as parlé d’éthique en réponse à mes questions :
    « Tu trouves que l’Informatique va beaucoup plus mal depuis qu’il existes des logiciels au code source ouvert uniquement à leurs développeurs ? Ou qu’on mange moins bien chez un cuisinier qui ne divulgue pas ses recettes ? »
    Donc j’en ai déduit que ton éthique faisait que tu n’appréciais de manger QUE lorsque tu avais lu la recette au préalable (par peur de mauvaise surprises ?).

    >« Ce qui est quand même assez rapide. »
    C’est pas une histoire de rapidité, Fred, mélange pas tout, c’est une histoire de code ouvert ou pas qui peuvent contenir des surprises, comme tu dis. Les surprises sont possibles partout, il n’y a pas de licence magique à ce niveau… ça se saurait.

    >« Les deux sont intimement liés. »
    Je me rends pas compte ; je ne suis pas allergique.

    >« imagine seulement à quoi ressemblerait le réseau des réseaux avec uniquement du logiciel privateur. »
    Mais pourquoi voudrais-tu qu’il n’existe que des logiciels privateurs ?
    Pourquoi ne pas accepter la diversité ? Le TOUT libre/openmachin serait OBLIGATOIREMENT la panacée ?

    > « j’emploie le terme privateur pour éviter une confusion. »
    C’est pourtant un raccourci un peu trompeur/partiel car un logiciel au code source non accessible à d’autres personnes qu’à ses auteurs ne prive concrètement que les quelques personnes qui seraient potentiellement capables de lire et de modifier du code source. Donc à mon niveau Safari ne me prive pas plus que Konqueror…

    @+

    Pierre

    1. Donc j’en ai déduit que ton éthique faisait que tu n’appréciais de manger QUE lorsque tu avais lu la recette au préalable (par peur de mauvaise surprises ?).

      Modulo la comparaison culinaire, l’idée est ici.

      C’est pas une histoire de rapidité, Fred, mélange pas tout, c’est une histoire de code ouvert ou pas qui peuvent contenir des surprises, comme tu dis. Les surprises sont possibles partout, il n’y a pas de licence magique à ce niveau… ça se saurait.

      Un code malin dans un code source non ouvert, il peut rester combien de temps ? La différence avec du code non ouvert, c’est que les failles sont détectés car il y a des personnes extérieures qui peuvent regarder le code et voir si quelque chose y cloche.

      Je me rends pas compte ; je ne suis pas allergique.

      Pas pire aveugle que la personne qui ne veut pas voir. Passons, je pourrais te donner 50 preuves de la nocivité du duo logiciel privateur + brevets logiciels que tu ne comprendrais pas.

      Mais pourquoi voudrais-tu qu’il n’existe que des logiciels privateurs ?
      Pourquoi ne pas accepter la diversité ? Le TOUT libre/openmachin serait OBLIGATOIREMENT la panacée ?

      La diversité n’est pas une raison pour limiter la liberté des droits de l’utilisateur à étudier, modifier, adapter et propager les adaptions (si l’utilisateur en a les capacités technique). Ce sont les 4 libertés du manifeste GNU. C’est tout.

      La panacée pour un point au moins : le respect de la liberté de l’utilisateur. Mais sur ce plan, tu auras toujours une version « biaisée » de la liberté, au nom d’une diversité que nombre d’éditeurs de logiciel privateur voudrait bien se débarrasser.

      C’est pourtant un raccourci un peu trompeur/partiel car un logiciel au code source non accessible à d’autres personnes qu’à ses auteurs ne prive concrètement que les quelques personnes qui seraient potentiellement capables de lire et de modifier du code source. Donc à mon niveau Safari ne me prive pas plus que Konqueror…

      Et alors ? Ce n’est pas parce que cela concerne quoi, 2% des utilisateurs qu’ils doivent se faire envoyer paître. La liberté vaut pour tout le monde ou pour personne.

      Et ton cas n’est pas la généralité. Chaque individu est unique. Pour moi, selon mon point de vue – et encore je ne suis pas un intégriste du libre – le logiciel privateur est quelque chose de néfaste à long terme. Car il enferme l’utilisateur dans une pseudo-liberté. La liberté de ne pas être propriétaire à part entière du logiciel, mais seulement locataire en ce basant sur un CLUF quelconque.

      Une licence de Windows ne te rend propriétaire du dit Windows. Relis bien le CLUF. Tu n’as qu’une location car l’auteur (MS en l’occurence) te laisse une location du logiciel.

      En ce sens, le logiciel privateur est plus proche de l’idéologie communiste que le logiciel libre ou opensource.

      Maintenant, c’est la fin de ce fil en ce qui me concerne. J’ai été utilisateur de logiciel privateur, et je ne veux plus l’être. Respecte mon choix et je respecterais le tien de te considérer dans une pseudo-liberté logicielle.

  5. Bonsoir,
    >« La différence avec du code non ouvert, c’est que les failles sont détectés car il y a des personnes extérieures qui peuvent regarder »
    Ah… les failles maintenant ? Comment a-t-on pu en trouver autant dans les logiciels Microsoft, Apple et même Opera Software ? Je pense pas que la majorités des failles de Firefox aient été découvertes en lisant son code source.
    Mais là, pas plus que la rapidité de correction, n’est pas la question. Les failles, comme ce que tu appelais les « surprises », ne sont pas _réservées_ aux logiciels proprio. Faire croire le contraire, même sous prétexte d’éthique, ressemble à du FUD.

    >« Ce sont les 4 libertés du manifeste GNU. C’est tout. »
    Donc tu veux une diversité de logiciels GNU UNIQUEMENT 😉
    Moi, n’étant pas obnubilé par tel ou tel contrat de licence, je préfère tant que possible une plus grande diversité.

    >« le respect de la liberté de l’utilisateur »
    Mais pourquoi l’utilisateur ne serait il pas libre d’utiliser un logiciel quelle que soit sa licence ?

    >«  au nom d’une diversité que nombre d’éditeurs de logiciel privateur voudrait bien se débarrasser. »
    Je sais pas si Microsoft voudrait se débarrasser des éditeurs de logiciels libres mais toi tu as l’air de vouloir te débarrasser des erreurs/impasses/accidents/parenthèses de l’histoire de l’informatique.
    Tu crois qu’Opera ou Apple souhaiteraient se débarrasser de Mozilla ?

    >« et encore je ne suis pas un intégriste du libre »
    Tu es bon comédien alors, bravo 😀
    Ah oui : Tu es juste intégralement, indubitablement, frénétiquement certain que les logiciels privateurs sont des erreurs !

    >« Tu n’as qu’une location »
    Me dit pas que tu préfèrerais être « propriétaire » d’un Windows et de ses sources 😉 Et que tu voudrais définitivement « priver » les éditeurs de logiciels propriétaires de leurs droits ?

    >« Respecte mon choix »
    Où as-tu vu que je ne respectais pas tes choix ?
    Mais accepte que tout le monde n’ait pas les mêmes allergies ou certitudes que toi. Je suis utilisateur de logiciel libre ET propriétaire, mais pas parce qu’ils sont libres ou proprio ; je ne lis pas, ni ne compile les codes sources disponibles et ne fait pas de blocage sur tel ou tel contrat de licence. Quand tu m’as répondu la première fois plus haut (en parlant de troll…), pourquoi as tu embrayé illico sur « le-logiciel-non-libre-pas-glop » ? Je ne suis pas propriétariste ou privateuriste, je suis pluraliste intégriste 😀
    Tu sais bien (depuis le temps !) que je n’y crois pas à ton discours, alors pourquoi à chaque occasion remettre ça sur le tapis ? C’est une obsession ? Quand je commente sur ton blog, ce n’est pas pour te faire croire que le logiciel propriétaire c’est « mieux » ou plus éthique que les GNU et compagnie. Là, c’était pour souhaiter bon anniversaire et faire un petit clin d’œil à la réduction de la diversité de l’Internet…

    @+

    Pierre

    1. Ah… les failles maintenant ? Comment a-t-on pu en trouver autant dans les logiciels Microsoft, Apple et même Opera Software ? Je pense pas que la majorités des failles de Firefox aient été découvertes en lisant son code source.

      Y a des outils spécialisés pour cela.

      Mais là, pas plus que la rapidité de correction, n’est pas la question. Les failles, comme ce que tu appelais les « surprises », ne sont pas _réservées_ aux logiciels proprio. Faire croire le contraire, même sous prétexte d’éthique, ressemble à du FUD.

      Tu me donneras l’endroit où j’affirme cela EN TOUTES LETTRES.

      Donc tu veux une diversité de logiciels GNU UNIQUEMENT 😉
      Moi, n’étant pas obnubilé par tel ou tel contrat de licence, je préfère tant que possible une plus grande diversité.

      Jamais dit cela. Une plus grande diversité ? Il y a aussi les licences BSD, Apache. J’ai pris le premier exemple qui m’est venu à l’esprit. Une licence privatrice alias CLUF, c’est assez marrant à lire.

      Je sais pas si Microsoft voudrait se débarrasser des éditeurs de logiciels libres mais toi tu as l’air de vouloir te débarrasser des erreurs/impasses/accidents/parenthèses de l’histoire de l’informatique.
      Tu crois qu’Opera ou Apple souhaiteraient se débarrasser de Mozilla ?

      Microsoft fait tout pour rendre le logiciel libre ou apparentés moins attractif (cf le racket sur les téléphones utilisant Androïd).

      Sur le reste, je ne me prononce pas.

      Tu es bon comédien alors, bravo 😀

      Rien que pour cette remarque je pourrais décider de tuer à vue tes prochains commentaires sans autre forme de procès.

      Ah oui : Tu es juste intégralement, indubitablement, frénétiquement certain que les logiciels privateurs sont des erreurs !

      C’est ma conviction, c’est tout.

      Me dit pas que tu préfèrerais être « propriétaire » d’un Windows et de ses sources 😉 Et que tu voudrais définitivement « priver » les éditeurs de logiciels propriétaires de leurs droits ?

      Lit le CLUF de Windows 7 et je pense qu’abus de droit de la part des créateurs est le terme qui convient. Le logiciel libre rééquilibre la balance en faveur de l’utilisateur final.

      Où as-tu vu que je ne respectais pas tes choix ?
      Mais accepte que tout le monde n’ait pas les mêmes allergies ou certitudes que toi. Je suis utilisateur de logiciel libre ET propriétaire, mais pas parce qu’ils sont libres ou proprio ; je ne lis pas, ni ne compile les codes sources disponibles et ne fait pas de blocage sur tel ou tel contrat de licence. Quand tu m’as répondu la première fois plus haut (en parlant de troll…), pourquoi as tu embrayé illico sur « le-logiciel-non-libre-pas-glop » ? Je ne suis pas

      Je te répliquerais toujours que propriétaire n’est pas l’opposé de logiciel libre. D’ailleurs, le terme de privateur (que tu déteste) est plus approprié, moins tendancieux.

      Je préfèrerais toujours un code que ma machine puisse recompiler. C’est tout. Et si un logiciel ne m’est pas donné avec la possibilité qu’il soit recompilé, il n’a rien à faire dans ma logithèque.

      Tu sais bien (depuis le temps !) que je n’y crois pas à ton discours, alors pourquoi à chaque occasion remettre ça sur le tapis ? C’est une obsession ?

      Qui remets sur le tapis la dualité logiciel privateur / logiciel libre ? Les torts sont partagés je dirais.

      Quand je commente sur ton blog, ce n’est pas pour te faire croire que le logiciel propriétaire c’est « mieux » ou plus éthique que les GNU et compagnie.

      Je dis juste que ta liberté que tu déclames n’est qu’une liberté amputée. Que tu ne veuilles pas voir ce point, libre à toi. Le logiciel privateur est une erreur de l’histoire informatique. C’est mon point de vue et je l’assume. Tu n’es jamais propriétaire d’un logiciel privateur, juste un locataire.

      Là, c’était pour souhaiter bon anniversaire et faire un petit clin d’œil à la réduction de la diversité de l’Internet…

      Réduction de la diversité ? Ah ? Bon. Je ne savais pas que proposer son code librement pour permettre des améliorations ou des dérivées était une réduction de la diversité.

      Va falloir que je m’initie au novlang actuel, apparemment.

      Fin de fil en ce qui me concerne.

  6. Salut Fred,

    >« Tu me donneras l’endroit où j’affirme cela »
    Relis toi. Tu disais que les logiciels non-ouverts souffraient _souvent_ de surprises en donnant l’exemple d’une petite controverse au sujet d’une clé au nom douteux et probablement trouvée sans même lire le code source de Windows 😉 Donc, que c’était pas très éthique ces logiciels là, mon bon monsieur…
    J’imagine que tu penses que tous les logiciels propriétaires pourraient utiliser des variables avec des noms cochons comme sarkokey ou ilovechinakey… ou PIRE !

    >« Une licence privatrice alias CLUF, c’est assez marrant à lire. »
    Tu vois que finalement tu trouves des qualités à ces licences 😀
    Rien que pour ça faut pas systématiquement les jeter aux chiens.

    >« Rien que pour cette remarque je pourrais décider de tuer à vue tes prochains commentaires sans autre forme de procès »
    Ça serait pas dramatique non plus mais note bien que c’était un réel compliment. Tu joues très bien l’intégriste, même si je sais que t’en es pas un parce que des fois tu lis des trucs en flash ou utilise des pilotes proprio sans vomir 😉

    >« abus de droit »
    bâh, c’est un peu comme tous ces grands chefs qui nous font manger leurs plats sans divulguer la recette ou les marchands d’avions qui donnent pas les plans complets à tout le monde avant de nous faire voyager… c’est répugnant tout ces abus de droits et frustrant, toutes ces privations, hein ?

    >« Le logiciel libre rééquilibre la balance en faveur de l’utilisateur final. »
    😉 enfin, si ça peut combler une quelconque frustration, ça coute rien d’y croire.

    >« Je te répliquerais toujours que propriétaire n’est pas l’opposé de logiciel libre. »
    J’avais pas dit le contraire quand tu m’as dit « Je considèrerais *toujours* le logiciel non libre comme une parenthèse de l’histoire informatique, toi, pas ».
    Les deux type de licences sont là, cohabitent gentillement, on peut librement accepter QUE l’une, ou QUE l’autre ou les deux… Où est le problème que tu essayes de soulever à chaque réplique ? Après t’aimes pas les CLUF Microsoft, moi j’aime pas les raviolis en boite, tant pis pour eux…

    >« Qui remets sur le tapis la dualité logiciel privateur / logiciel libre ? »
    Moi, j’espère… si tu prônes le monopole du libre ! Sinon, la dualité me convient tout à fait !
    Je ne suis pas créateur, mais si ça m’arrivait un jour, j’aimerais bien pouvoir avoir encore le droit de choisir entre diffuser mon œuvre avec ou sans la recette de fabrication et avec d’éventuelles restrictions d’utilisation…

    >« Tu n’es jamais propriétaire d’un logiciel privateur, juste un locataire. »
    Tout le monde n’est pas propriétaire de son logement ou de sa voiture… j’espère que ça n’entraine pas systématiquement une grosse allergie/frustration. Mais certains aimeraient bien toujours avoir le beurre, l’argent du beurre et le reste, c’est humain 😉

    > »Réduction de la diversité ? Ah ? »
    Je parlais, enfin sous-entendais finement, la désertion de certains petits recoins de l’Internet au profit du tout Web, mais bon c’est pas parce tu reviendrais troller avec moi sur le fciwn d’Usenet que ça changerait quelque chose !

    >« Fin de fil en ce qui me concerne. »
    T’avais pas déjà dit ça ?
    Allez, @+


    Pierre

Les commentaires sont fermés.