Microsoft Windows 8 : où comment rendre haineux les utilisateurs à cause de l’ergonomie.

Après avoir lu l’annonce sur le site de Korben comme quoi la Developer Preview de Windows NT 6.2 (alias Windows 8) était librement disponible, je l’ai récupéré. C’est quand même une ISO de 3,7 Go (pour un OS nu) qu’il faut récupérer à la méthode ancienne… Avec un navigateur. Et vu la vitesse des serveurs, c’est une galère monstreuse.


[fred@fredo-arch download]$ ls -lh WindowsDeveloperPreview-64bit-English.iso
-rw-r--r-- 1 fred users 3,7G 14 sept. 17:18 WindowsDeveloperPreview-64bit-English.iso

J’ai lancé VirtualBox en lui demandant une machine virtuelle Windows 7 64 bits, 2 Go de mémoire vive (je n’ai que 4 Go sur ma machine), 40 Go de disque dur virtuel. L’installateur ressemble comme deux gouttes d’eau à celui de Windows 7, du classique donc.

C’est lors de la configuration qu’on sent que le système n’est vraiment utile qu’en ligne. Il demande – pour qu’on puisse synchroniser les précieuses données utilisateurs – un compte Windows Live ID. On pouvait tout aussi bien créer un compte utilisateur classique « hors ligne ». J’ai choisi la deuxième option. On crée un compte classique avec les données habituelles.

Ensuite, le nouveau bureau se charge. Et malheur aux personnes qui ont des petits écrans. On se retrouve avec des pavés symbolisant des logiciels. Une interface pratique sur un écran tactile, mais complètement « inutilisable » sur un écran classique.

De plus, et la vidéo que j’ai fait le montre – si on ne clique pas bien, le logiciel ne se lance pas. Sans oublier que le bouton « démarrer » de l’interface classique ne fait pas apparaître le bon vieux menu démarrer. On se retrouve sur l’interface boutonneuse qui est tout sauf ergonomique et pratique. On se perd. Il est très dur de jongler entre les applications (qui sont automatiquement en plein écran), sans icone pour indiquer la fermeture.

Une horreur ergonomique, c’est tout ce qui ressort de l’utilisation de cette interface. On peut se demander quelle mouche a piqué les concepteurs d’interfaces, car c’est tout sauf bien pensé. Et que dire de l’écran de déconnexion… Je vous laisse la vidéo que j’ai enregistré pour vous montrer l’ensemble en fonctionnement…

Je sens que l’année prochaine, la vente de prothèses capillaires et les méthodes pour envoyer ad patres Windows 8 au profit de son prédécesseur vont fleurir sur la toile, comme jadis à l’époque de Windows Vista…

En tout cas, c’est plus une interface pour téléphone portable qui n’arrive pas à trouver preneur, et pas une interface pour un ordinateur ou une tablette (gadget hype s’il en est un).

16 réflexions sur « Microsoft Windows 8 : où comment rendre haineux les utilisateurs à cause de l’ergonomie. »

  1. Comme j’ai dit sur mon article, c’est plus une interface pour les surfeurs facebookiens Ce n’est pas de la méchanceté facile contre ce réseau, juste une constatation que les très grande majorité de ceux qui utilisent un PC ne font que ce genre de surf, et c’est pour ça que Microsoft tente d’aller dans ce sens. Ils seront heureux, ces surfeurs du dimanche, de juste cliquer sur le carré facebook sur le bureau. Une impasse totale pour tous les autres. Tant mieux, ça fera plus de monde convaincus par linux.

    1. Dans ce cas, une tablette avec un clavier USB leur suffirait largement. Pour les utilisateurs « classiques » (autant dire facilement 80% du reste), ce sera soit la rétrogradation vers Windows 7, soit le passage vers Mac.

      Je crains que Linux et les logiciels libres n’en profitent pas vraiment.

      1. Un OS bâtard qui sert de transition comme Vista en son temps. Je pense que Windows 9 sera la vraie suite du 7, avec une fonction « tablette » du 8 à activer quand désiré. ce serait justement le moment (comme tu le fais, et comme j’essaye avec mes moyens de le faire) de faire la promotion « organisée et intensive » de Linux 😉

  2. GNU/Linux restant à la pointe, si W8 ne passe pas pour une utilisation « productive », les écoles, universités et les entreprises devront bien faire un choix. Aujourd’hui pour les services administratifs, les universités, les écoles, le choix se tourne plus souvent vers Linux type « Debian » « Ubuntu » ou « Suse » comme véritable alternative. On ne pourra pas éternellement tourné sous XP.
    De plus la plupart des transitions sont couronnées de succès (enfin pas véritablement pour Munich d’après la presse). Volvo a aussi tenté et c’est pour le moment un succès local (en chine). Je suis d’accord avec Neosting dans l’analyse, à chaque transition d’OS Microsoft il faut motiver nos ambassadeurs et sévèrement !

    1. Je rajouterai que des éditeurs de logiciel « ingénieur » tel que Dassault Systeme, Autodesk et autre solution PLM commencent à se voir développer des versions tournant sous Linux. C’est à dose homéopathique mais ça sent bon. En ce sens j’encourage – intérieurement – Novell et Microsoft à se tenir par la main. Après tout, des initiatives comme MonoProject profite à tout le monde par exemple.

  3. Bon c’est pas nouveau que chez MS il font des truc pas ergonomiques pour un sou, mais alors là en plus c’est super moche Oo

    Je préfère encore une KDE qu’un truc comme ça

  4. Pour la lenteur des serveurs, j’ai récupérer 4,2 Go en 18 minutes. Je pense qu’on a vu plus lent (comme les dépôts d’Ubuntu par exemple).
    Pour l’interface, désactivable, on peut ne pas l’aimer mais désolé, elle correspond à 80% des usages et des usagers. Les autres seront sur l’interface classique, aucun problème.
    Le menu démarrer ? Mais wtf, à quoi sert-il ? Tu regrettes vraiment sa disparition ? Tu ne faisais pas que rechercher le nom tout simplement ?
    Switcher sur MacOS est un mauvais pari, ils font exactement la même chose : Lion a introduit la liste des application à la façon iOS, et dans la prochaine version ce sera sûrement l’interface par défaut.

    1. 3 heures environ sur ma connexion. Peut-être le réseau encombré ?

      elle correspond à 80% des usages et des usagers. Les autres seront sur l’interface classique, aucun problème.

      Chiffre sorti du chapeau ou de statistiques vérifiables ? Car je sens que cette interface va en mécontenter plus d’un.

      Le menu démarrer ? Mais wtf, à quoi sert-il ? Tu regrettes vraiment sa disparition ? Tu ne faisais pas que rechercher le nom tout simplement ?

      Y a franchement plus simple et accessible : des icones sur le bureau.

      Switcher sur MacOS est un mauvais pari, ils font exactement la même chose : Lion a introduit la liste des application à la façon iOS, et dans la prochaine version ce sera sûrement l’interface par défaut.

      M’étonnerait qu’Apple soit aussi « suicidaire » que cela.

      1. Pour Apple : bah c’est clairement le chemin qu’ils prennent. As-tu tester les nouveautés de Lion ? c’est en plein ça.

        Le menu démarrer : ok, si les icônes sur le bureau sont le plus simple pour toi, pourquoi pleurer la mort du menu démarrer ?

        Non effectivement, ce ne sont pas des chiffres, juste un point de vue.

        1. Sauf qu’ils savent garder une interface qui fonctionne, chez Apple.

          Pour le menu démarrer, c’est surtout pour les migrants que la différence va faire mal. Et mieux vaut 2 moyens de lancer un logiciel qu’un seul.

  5. Je pense que le tactile a du bon, sur un téléphone, par exemple, c’est sympa, plus besoin de clavier qui coulisse, et possibilité de mettre un écran plus grand car plus de touches…
    Mais sur PC, je trouve que le tactile est horrible et ne sert absolument pas.
    Taper sur un bouton ou deux sur l’écran, ok, mais taper du texte sans clavier… Impossible… Et puis pour les jeux… Sans clavier souris… Comment on peut faire ?
    Enfin bref, pour dire que j’ai l’impression que Microsoft met le paquet sur le tactile, et que pas mal de PC qui sont en vente en magasin ont des écrans tactiles…
    Et ce Windows 8, surtout le menu démarrer, c’est exactement ça, c’est fait pour le tactile, et ce n’est vraiment pas pratique avec une souris, oui.

    1. Je pense que dans l’avenir les produits »tablet » proposeront leur accessoire « indispensable » clavier type « Asus ». En ce sens, des systèmes polyvalents seront répondre aux plus exigeants.
      Si de tel accessoire se démocratise, deviennent plus portatifs ou si les tablettes se voient doté d’un système clavier virtuel projetable sur surface plane, j’opterai pour ce genre d’ordinateur plutôt qu’un netbook pour mon usage quotidien (que se soit pour le travail personnel ou des activités ludiques).

      Pour le moment le seul environnements de bureau proposant une adaptabilité tablet/desktop est Gnome 3 avec gnome-shell. KDE développe de son coté Active/Plasma mais qui reste spécifique aux tablets. Unity, on verra bien, pour le moment seul Ubuntu maintient le projet, fedoraproject et OpenSuse ont laché l’affaire d’intégrer l’engin à leur distribution.
      Enfin W8 lui propose un bureau en deux parties au sein du même système (desktop ou tablet). Chez Apple on tend à une homogénéisation similaire à Gnome-Shell.

      Wait & see, la guerre et lancé.

  6. Je ne voudrais pas troller mais la plupart des points que tu critiques sur Windows 8 sont aussi présents sous GNOME3 :
    – Menu : le menu GNOME3 est sûrement plus merdique que celui de Windows 8 qui permet d’avoir des « panneau » colorés plus facilement repérables qu’une bouillie d’icône. De plus ce sont pour certains comme des mini-applications, un peu comme le speed dial d’Opera.
    – Sous GNOME3, les logiciels qui étaient auparavant dans la zone de notification sont désormais séparés et mis en bas à droite ; là où je veut en venir, c’est que si on clique « mal » dessus ça ne marche pas : quand on ne clique sur l’icône ça ne marche pas, c’est à dire lorsqu’on clique sur le nom de l’application. Et vu que le nom de l’application se masque, cliquer rapidement sur l’icône devient un parcours du combattant. Alors laissons le menu démarrer de Windows 8, on verra bien si ce problème de clic est résolu.
    – Sous GNOME3 également il est plus difficile de changer d’application, même si c’est peut-être plus facile que sous Windows 8.
    – On dirait aussi que GNOME3 a été fait pour une tablette et non pour une utilisation bureautique, vive le mode fallback.

    En revanche on peut voir une intégration des services webs apréciable mais contraignante : que dire de ceux qui n’utilisent pas Windows live ? Bien sûr, c’est tout à fait logique : après apple avec son service de stockage cloud, ubuntu avec Ubuntu One et chromeOS, sans oublier l’intégration de l’IM dans GNOME3, il fallait bien s’attendre à ça.

    À voir donc, car ce n’est pas une version finale, même si metro à l’air assez pourri sur PC de bureau ou même PC portable

    1. Oh, le beau troll du dimanche. Répondons-y point par point.

      – Menu : le menu GNOME3 est sûrement plus merdique que celui de Windows 8 qui permet d’avoir des « panneau » colorés plus facilement repérables qu’une bouillie d’icône. De plus ce sont pour certains comme des mini-applications, un peu comme le speed dial d’Opera.

      Il est vrai qu’il est si complexe de cliquer sur le menu applications et d’avoir l’ensemble sous la main par catégorie, quitte à glisser les icones dans la barre de gauche, ou simplement cliquer droit et demander l’ajout dans les favoris.

      – Sous GNOME3, les logiciels qui étaient auparavant dans la zone de notification sont désormais séparés et mis en bas à droite ; là où je veut en venir, c’est que si on clique « mal » dessus ça ne marche pas : quand on ne clique sur l’icône ça ne marche pas, c’est à dire lorsqu’on clique sur le nom de l’application. Et vu que le nom de l’application se masque, cliquer rapidement sur l’icône devient un parcours du combattant. Alors laissons le menu démarrer de Windows 8, on verra bien si ce problème de clic est résolu.

      Ah ? Jamais eu ce problème, même avec ma béta de Gnome 3.2. Etonnant, non ?

      – Sous GNOME3 également il est plus difficile de changer d’application, même si c’est peut-être plus facile que sous Windows 8.

      Alt-tab existe depuis des années (décennies) et est ton ami dans ce cas.

      – On dirait aussi que GNOME3 a été fait pour une tablette et non pour une utilisation bureautique, vive le mode fallback.

      Ah ? Tu me diras pourquoi j’en suis satisfait depuis plus de 6 mois. Sinon, le projet mate est ton ami.

      http://geeksghetto.ning.com/profiles/blogs/mate-enfin-un-gnome-2-qui-peut-rouler-en-parallele-avec-gnome-3

      En revanche on peut voir une intégration des services webs apréciable mais contraignante : que dire de ceux qui n’utilisent pas Windows live ? Bien sûr, c’est tout à fait logique : après apple avec son service de stockage cloud, ubuntu avec Ubuntu One et chromeOS, sans oublier l’intégration de l’IM dans GNOME3, il fallait bien s’attendre à ça.

      Mouais. Quid de la liberté de choix de ne pas avoir du stockage en ligne ? 😉

      À voir donc, car ce n’est pas une version finale, même si metro à l’air assez pourri sur PC de bureau ou même PC portable

      Pour une fois, je suis d’accord.

Les commentaires sont fermés.