Aperçu rapide de la Chakra Linux 0.3.1… Attention, alpha ;)

Après l’annonce de la sortie de la Chakra Linux 0.3.1, j’ai voulu voir à quoi ressemblait la distribution dérivée d’ArchLinux, qui utilise désormais sa propre série de dépots et des outils tiers pour gérer les paquets. J’ai donc récupéré l’image avec l’outil wget.

[fred@fredo-arch ISO à tester]$ wget -c http://downloads.sourceforge.net/chakra/chakra-0.3.1-x86_64.iso
–2011-01-13 20:07:04– http://heanet.dl.sourceforge.net/project/chakra/0.3/images/chakra-0.3.1-x86_64.iso
Résolution de heanet.dl.sourceforge.net… 193.1.193.66, 2001:770:18:aa40::c101:c142
Connexion vers heanet.dl.sourceforge.net|193.1.193.66|:80…connecté.
requête HTTP transmise, en attente de la réponse…200 OK
Longueur: 720371712 (687M) [application/octet-stream]
Sauvegarde en : «chakra-0.3.1-x86_64.iso»

100%[======================================>] 720 371 712 1,86M/s ds 7m 11s

2011-01-13 20:14:15 (1,59 MB/s) – «chakra-0.3.1-x86_64.iso» sauvegardé [720371712/720371712]

J’ai réemployé l’image disque utilisée pour l’article concernant Xfce 4.8pre3. J’ai simplement effacé le disque et repartitionner avec l’outil Partition Manager de KDE en suivant l’agencement comme montré dans la capture d’écran ci-dessous.

Ensuite, j’ai lancé l’installateur qui a le bon goût de s’afficher en français.

La sélection de l’heure et du fuseau horaire se fait graphiquement et simplement.

On passe après à la création d’un utilisateur. Puis à la configuration des partitions, spécialement le point de montage.

Un écran récapitulatif est affiché, puis on passe à l’installation proprement dite, franchement rapide (5 à 10 minutes, même dans une machine virtuelle…)

A la fin de l’installation, il est proposé d’installer des « bundles », des paquets ou encore de personnaliser le démarrage. Je saute cette étape pour le moment 🙂

On peut ensuite redémarrer pour utiliser l’OS installé « en dur ».

Au redémarrage, j’ai ouvert une Konsole, puis j’ai lancé le bon vieux sudo pacman -Syu. Puis j’ai installé le support du français avec un petit sudo pacman -S kde-l10n-fr

Après avoir choisi le français dans les outils systèmes, j’ai enfin un KDE en français qui m’accueille. Ce qui est déjà plus agréable 🙂

J’ai voulu alors lancer le navigateur fourni avec la Chakra Linux, à savoir Rekonq… Manque de pot, ce dernier plante à chaque tentative de lancement 🙁

Pour avoir un navigateur internet fonctionnel, j’ai du passer par l’outil cinstall et installer Konqueror.

Une suite bureautique ? Koffice (devenu Calligra avec la version 2.3.0) est disponible.

Envie d’écouter de la musique ? Amarok est disponible.

Envie de suivre vos tweets ou encore votre ligne de temps sur identi.ca ? Il faut de rajouter le dépot apps-unstable dans le fichier /etc/rc.conf et d’installer choqok via choqok-dev.

Cependant, cela ne fonctionne pas vraiment 🙁

Que retirer de ce rapide tour de la Chakra Linux ?

  1. Que c’est encore une version alpha, et qu’il est dommage que certains outils, même s’ils sont disponibles dans le dépot « instable » sont inutilisables et non pas seulement plantogène 🙁
  2. Que le navigateur par défaut plante au démarrage ce qui est dommage… Effet lié à l’utilisation d’une machine virtuelle ?!
  3. Que vouloir se séparer des dépots officiels d’ArchLinux est une décision culottée qui entraine des dépots réduits au strict minimum, donc la richesse logicielle d’ArchLinux fait défaut
  4. Que c’est une distribution qui s’adresse aux fans de KDE
  5. Que l’installateur graphique fait bien son travail… Et que c’est agréable, quoi qu’installer un KDE SC dans une ArchLinux classique prend un peu plus de temps bien que ce ne soit pas insurmontable en suivant le wiki

A suivre pour savoir comment la distribution évoluera car elle est très intéressante.

Une réflexion sur « Aperçu rapide de la Chakra Linux 0.3.1… Attention, alpha ;) »

  1. Je suis entièrement d’accord sur le point 3, quel dommage, cela offre une option d’accès facile à Arch+KDE (même si bien évidemment on perd le côté « je personnalise tout »).

Les commentaires sont fermés.