Cinéma : boum, boum, boum !

Pour cette séquence culturo-cinématographique, j’ai décidé de parler de 3 films des années 1980 dans lesquels jouent Sophie Marceau : La Boum, La Boum 2, et L’Etudiante.

1980. La Boum sort. Avec ses images surannées 30 ans plus tard (les mobylettes de l’époque, les numéros de téléphone à 7 chiffres), les téléphones à cadrans, les vignettes autos.

Pour tout dire, ce n’est pas mon préféré des trois, mais il résume bien une partie de l’adolescence, même si de nos jours, les mots employés sont plus « crus », et la génération née dans les années 1990 a eu moins de chance sur le plan des premiers émois amoureux (c’est la deuxième génération capote après tout).

Si on devait résumer le film, ce serait un dialogue entre Claude Brasseur et Brigitte Fossey :

« – Qu’est-ce qu’il lui arrive ?
– Elle a treize ans. »

Pour les nostalgiques, « Reality » de Richard Sanderson.

1982. Le deuxième volet sort. Le film a maintenant pour actrice une ado de 15 – 16 ans, et les thèmes abordés sont plus crus.

Toujours aussi suranné, c’est le film que je préfère des deux. A voir pour un tout jeune Lambert Wilson et aussi pour la regrettée Denise Gray qui nous a quitté il y a bientôt 15 ans.

Et la chanson du film « Your Eyes » des Cook Da Book.

1988 : Sortie de « L’étudiante ». Même si le personnage interprété par Sophie Marceau ne s’appelle plus Vic mais Valentine, on sent quand même un lien de parenté avec les autres films.

Les ficelles sont les mêmes, mais avec des acteurs « adultes », ce qui donne un autre goût à cette comédie sentimentale, mélange entre deux mondes qui ne sont toujours pas fait pour vivre ensemble : la musique et les lettres.

J’avoue que c’est une bonne conclusion pour ce genre de séries qui n’en est qu’à moitié une, d’ailleurs.

Allez, pour finir cet article, « You call it love » interprété par Karoline Kruger.

3 réflexions sur « Cinéma : boum, boum, boum ! »

  1. « Les beaux gosses » est un film d’un trentenaire qui raconte son adolescence.
    Le truc c’est que si un ado de nos jours matte le film, il ne comprendra rien et il ne rira même pas.
    C’est la ou tu te dis qu’en 15 ans, la jeunesse a énormément changé.

Les commentaires sont fermés.