Il ne faut pas se moquer de la rue : elle a une arme de destruction massive…

Je m’étais promis de ne pas faire de billets sur la politique, histoire d’éviter des polémiques sans fin, mais il faut dire que l’actualité de ces derniers jours est trop belle pour que je ne plonge pas à mon tour dans ce genre de source à troll et autres polémiques.

Ce qui suit n’engage que moi-même, et personne d’autre.

J’en ai marre d’entendre les mêmes choses : un mensonge une contre-vérité répété des centaines de fois n’en fera pas une vérité. On pourrait dire 100 fois, 1000 fois que Louis XVI n’a pas été guillotiné, les textes et illustrations d’époque sont là. Et les faits sont tétus.

Cela est vrai pour l’inutile et dangereuse HADOPI (qui est le premier degré de l’arrivée d’un internet « minitel 2.0 » en France), que pour les discours pédagogiques (dixit l’UMP) sur le plan de la réforme des retraites qui n’arrange rien, et qui montre que le gouvernement fait semblant de discuter, alors que comme tout gouvernement depuis 1946 (ou presque), il décide avant de lancer les discussions pour se donner bonne conscience.

Repousser l’age légal de départ à la retraite ne règlera pas deux problèmes de fonds :

  1. le sous emploi des plus de 55 ans
  2. le difficile accès des jeunes (en dehors du milieu éducatif, soit une partie des 16-25 ans) sur le marché de l’emploi

Je ne prétends pas avoir de solutions, mais je ne fais que constater deux phénomènes croissants. Il suffit de se souvenir de l’action mené par ce cadre quinquagénaire qui a décidé de s’afficher en 4 par 3 pour trouver un emploi

De plus, on nous sort l’espérance de vie qui s’allonge, ce qui est vrai… Mais si on prend l’espérance de vie en bonne santé, les chiffres sont franchement intéressant… Car passer une dizaine d’années (en moyenne) dans un état pas franchement enviable… Pour ne pas dire limite végétatif…

De plus, il suffit de faire la liste sur une semaine des quinquagénaires, sexagénaires et heptagénaire qui passent dans la rubrique nécrologique… Et de voir la casse des baby-boomers, personnes nées entre 1945 et 1965.

De plus, mathématiquement, si on se base sur 42 annuités pour une retraite à taux plein, pour qu’une personne puisse partir à 62 ans (futur nouvel age légal), il faut que la dite personne ait commencé à 20 ans (souvent le premier emploi – stable ? – c’est plus 23 / 24 ans) et qu’il fasse un sans faute sur le plan des cotisations, en clair, ne pas connaitre de période sans emploi… Autant dire que c’est mission impossible.

67 voire 70 ans sera plus réaliste, et comme nombre de personnes qui ont des métiers pénibles physiquement dépassent difficilement les 65 ans, on peut se permettre de faire d’une pierre plusieurs coups, en réduisant fortement le nombre de bénéficiaires d’une pension de retraite.

Malin, non ?

Les gouvernements successifs depuis des décennies nous disent que la politique ne se décide pas dans la rue, et que ce sont des représentants du peuple, élus démocratiquement (et profitant de l’effet multiplicateur du scrutin uninominal majoritaire à deux tours ou scrutin d’arrondissement) qui « fabriquent » les lois (ou plutôt qui enregistre les lois concoctées par le « château » quand on voit l’histoire d’HADOPI).

Mais si on regarde bien, la majorité des manifestants (dont le chiffre valse du simple au quadruple voire quintuple) sont majeurs. Et qui dit majorité civile, dit droit de vote, donc un bulletin qu’on glissera dans une urne.

Donc, manifester, cela permet de montrer son mécontentement devant la surdité profonde des dirigeants élus. Voter, cela concrétise le mécontentement. Autant dire que les prochaines élections seront intéressantes à suivre 🙂

12 réflexions sur « Il ne faut pas se moquer de la rue : elle a une arme de destruction massive… »

  1. On pense au problème mais, pas à la solution.. C’est la France de Nicolas (et avant lui), l’âge augmente c’est un fait mais ce n’est pas ici un problème.

    Repousser l’âge est stupide car c’est repousser le problème à demain (2018), donc c’est je fais une loi et les prochaines emmerdes seront pour les suivants, c’est habituel.
    On ne pense pas que c’est le système qui est malade, que la réforme passe par une refonte majeur du système de gestion de la retraite. Tu souligne le fait que les – 60 ans sont sous employés (normal on les vire), dans cette situation repousser l’age ne fera que du mal avec une baisse globale des retraites.

    Je ne pense pas que les prochaines élections soient intéressante vois tu, entre la gauche qui ne s’entend pas, qui pense par le non, la droite qui dérape, Villepin qui reste lui même mais, se donne une image… Le risque c’est le FN et je ne pense pas que ce soit dans notre intérêt.
    2012 est dans l’état actuel une catastrophe politique.

  2. Je pense que le problème est bien plus profond que le simple âge de départ à la retraite. C’est tout un système qui se casse la figure. Ce n’est pas quelques réformes et des tours de passe passe financiers qui vont résoudre de façon durable le problème. Sans oublier qu’ à cela se rajoutent les enjeux environnementaux et la raréfaction des matières premières (certains analystes disent qu’aux environs de 2012 la moitié du pétrole sur terre aura été consommé). Bref, il faut changer de paradigme. Nous sommes sur une planète avec des ressources finies, compter sur une économie infinie pour générer du profit est la meilleure façon de se planter en beauté.

  3. Et moi qui n’écoute pas la radio, ne regarde pas la télé, ne lit aucun journal… espérant, par là, échapper au bavardage universel, c’est raté ! Juste une petite réflexion, comme ça, en passant.

    Je plussoie et plus encore le point de vue de Tanguy. C’est tout un système organisé au profit de quelques grosses têtes que l’on prend sur la gueule. Le système bancaire hoquète, quelques grosses fortunes s’effritent, et c’est au plus grand nombre de compenser leurs pertes. On travaille comme des chiens, on vit comme des porcs, on crève comme des moins que rien… et en plus il faut dire merci au patron. Mastéréhi, comme on dit ici, la belle vie quoi !

    Et tu crois seulement qu’un petit bout de papier, un oui ou un non, Fred, fera changer quelque chose ?

    Je souscris plus que jamais à ce que Rousseau, dans Du contrat social, écrivait à propos de la démocratie qu’elle n’était pas la volonté du plus grand nombre, mais le plus grand nombre qui s’identifie au souverain. Au château, comme tu dis…

    Une fois encore je souscris à Rousseau, à Tanguy… il faut trouver une forme d’association qui défende et protège autant la personne que les biens de chaque associé, et par laquelle chacun, s’unissant à tous, n’obéisse pourtant qu’à lui-même, et reste aussi libre qu’auparavant.

      1. Non ce n’est pas un piège à cons. J’ai 25 ans et j’ai la conviction que pour pouvoir vivre une «retraite» juste il va falloir que je compte avant tout sur moi avant d’imaginer que l’état (quel qu’il soit – actuellement je ne vis pas en france), dans 40 ou 45 ans veuille me verse une pension. Mai 68 ne se reproduira pas, les baby boomer ont bénéficié d’une unique conjonction d’idées et de ressources (énergétiques) et ont fait faire un bon technique incroyable à la planète. Maintenant la révolution devra se faire avec une économie des moyens et une certaine désillusion du progrès scientifique. Est ce triste ? Assurément pas, on a réussi à aller sur la lune et bientôt faire fonctionner Hurd sur Ubuntu (blague) alors qu’on ne vienne pas me dire qu’il est impossible de vivre de façon pérenne sur notre planète….il faut juste concentrer les efforts aux bons endroits.

      2. Une élection est aujourd’hui sans sens car on refuse d’accorder une quelconque valeur au Blanc. On parle de ceux qui vote pas mais sans faire de distinction.

        Je pense que compter le blanc pourrait faire réfléchir les politiques. Voir que du monde vote blanc veut dire qu’aucun candidat n’est crédible et ça je pense que ça leurs mettrait à mal leur égo sur-dimensionné.

        Aujourd’hui soit on est abstinent soit on vote pour des guignols. Bah ça laisse pas de choix. Alors question piège à con == oui

        1. Laisse moi penser qu’une certaine date du début des années 2000 fait penser que l’abstention est aussi un piège à con. Mais il est vrai que la non prise en compte du vote blanc est un problème que seul des juristes pourront régler… S’ils s’en donnent la peine.

    1. « il faut trouver une forme d’association qui défende et protège autant la personne que les biens de chaque associé, et par laquelle chacun, s’unissant à tous, n’obéisse pourtant qu’à lui-même, et reste aussi libre qu’auparavant.»

      Un sorte de GPL pour les gens et les échanges de la vraie vie 😉

  4. Bonjour,

    Moi non plus, je me suis promi de ne pas faire de « politique » (officielle, qui n’en est d’ailleurs pas forcément… Mais bon, nous n’allons pas philosopher).

    Mais là, franchement (ce n’est VRAIMENT PAS pour faire de pub – je m’en fiche totalement, des statistiques QUANTITATIVES (…): allez voir mon dernier post pour comprendre ce que j’ai découvert ce matin…).

    Donc, depuis ce matin, « sans complexe », sur le sujet, en complément d’information:

    1. Les retraites: pour prendre un exemple auquel les politiciens français « ne font que » se réfèrer, l’Allemagne: certres, les Allemands partent à la retraite à 67 ans, mais n’ont besoin, pour une retraite à TAUX PLEIN, « que » d’avoir travaillé 35 ans. Ce qui, par exemple, permet aux femmes -assez courant en Allemagne-, de s’arrêter de travailler une dizaine d’années, sans pénaliser immédiatement leurs droits à la retraite (tout comme les hommes, quelle que soit leur raison: CV « comme un gruyère », vue la crise, raisons personnelles, etc.).

    Se comparer à l’Allemagne? Chiche! Mais jusqu’au bout… Pour mettre de l’eau « au moulin », j’ai entendu encore ce matin à la raido, l’oreille discrète, que la France est le pays européen où la durée d’activité est -déjà- la plus longue des pays européens.

    2. Mettre « tous les malheurs » sur un seul homme, est-ce bien réaliste? En particulier quand ledit homme n’est en faits qu’un « chargé de missions ». Une sorte de VRP multicarte.

    3. Détenourner l’attention sur « un seul homme » -ou sur un seul évement: les Roms, etc. Tout est bon pour ça-, c’est justement… détourner l’attention. Et contourner ainsi toute analyse de fond de la problèmatique, conséquente… L’homme en question n’est qu’un « rouage »: pas plus, pas moins…

    4. En démocratie, on a – par définition – les politiciens que l’on mérite… Et les… politiciens » le savent mieux que n’importe qui d’autre.

    Bien cordialement

    PS Bien vu, concernant le « Minitel 2.0 » auquel le « monde » politique français semble souhaiter arriver. Sur le plan technique, « les professionnels de la profession » en comprennent parfaitement les conséquences: à quand, le « grand-public »?

Les commentaires sont fermés.