Archlinux n’est pas Ubuntu…

Sur plusieurs plans, dont le plan philosophique (KISS) ni sur le plan de la part de marché et de la reconnaissance au niveau « grand public » (dans le sens linuxien du terme).

Ce matin, j’ai eu droit à un petit courrier (que je ne reproduirais pas, par respect pour le secret de la correspondance privée), qui me faisait passer l’information suivante : Python 3 est désormais dans le dépot [extra] de la distribution Archlinux, et que les personnes s’occupant de paquets tiers (donc sur AUR) devait faire les modifications qui vont bien pour que les paquets fonctionnent encore.

Je passerais sur la petite phrase sirupeuse de fin du courrier, qui est digne d’un ministre de la culture récent 😉

Je comprends maintenant ce que voulais dire Cyrille Borne quand il parlait d’une Ubuntu (dans le sens d’une distribution ayant une grande notorioté) comme nécessité.

En effet, il est nécessaire de comprendre que seule une distribution aussi connue qu’Ubuntu peut se permettre ce genre de changement (comme jadis l’arrivée de Pulse Audio dans une certain Ubuntu Hardy Heron), car il aura une communauté suffisamment importante pour promouvoir les nouvelles versions et nouvelles technologies.

Il faut être réaliste car des distributions comme Archlinux ou Frugalware (pour citer les deux distributions qui incarne le rolling release depuis des années), ce n’est pas à la portée du switcher de base.

Cette arrivée précoce de Python 3 (ce n’est que la version 3.1 de Python, et des entités plus « importantes » comme la Fondation Mozilla n’envisage pas le passage vers Python 3 avant un bon bout de temps) ressemble plus à un coup d’orgueil qu’à une nécessité technique réelle.

Que l’on me comprenne bien : je ne nie pas l’idée qu’il faudra un jour passer à Python 3. Mais qu’une version plus avancé de Python 3 (comme une 3.2 voire une 3.3) serait plus adaptée au final.

Confondre vitesse et précipitation est une erreur. Maintenant, pour le moment, Frugalware me convient. Reste à savoir si elle me conviendra suffisamment longtemps, ou si, d’ici quelques semaines ou mois, je ne reviendrais pas vers Archlinux, ou je ne me plongerais pas dans une autre distribution, allant même jusqu’à la distribution source, avec une distribution comme une gentoo par exemple.

15 réflexions sur « Archlinux n’est pas Ubuntu… »

  1. Je n’ai pas dit une distribution avec une forte notoriété, j’ai dit une distribution qui marche sans faille. Cela dit quand ça marche sans faille ça entraine la notoriété.

          1. merci pour le lien
            quand je lis « Bad news: pymake is still 5x slower than GNU make on Linux/Mac.  » j’ai dû mal à comprendre pourquoi ils veulent ce changement, ou alors j’ai pas compris ?

  2. Bonjour,
    pour la migration c’est bien passée, de plus il reste toujours Python 2.7 d’installé (en plus du 3.1), certe j’ai perdu gwibber au passage (certainement d’autres d’AUR, on verra avec le temps), mais c’est pas comme si c’était très fonctionnel avant 😉
    http://www.linuxmint.com/download_lmde.php Linux mint Debian est peut être une alternative intéressante …

  3. La pierre est a jeter aux développeurs d’ArchLinux. Il n’y a personne qui conseille l’utilisation de Python 3 par défaut. Cette version a beau être stable, l’écosystème python n’est pas encore prêt pour la version 3, il suffit de prendre l’exemple de Django, un des logiciels majeurs en Python pour se rendre compte que le passage a Pyhton 3 est prématuré : http://docs.djangoproject.com/en/dev/faq/install/#can-i-use-django-with-python-3

    Le pire c’est qu’il s’agit juste d’une histoire d’un lien symbolique ; est ce qu’on fait point /usr/bin/python vers /usr/bin/python2.7 ou /usr/bin/python3.2
    Les développeurs d’Archlinux ont pensé qu’il valait mieux utiliser python3 et modifier la totalité des scripts python existant pour les faire commencer par #!/usr/bin/python2 .
    C’est ce que j’appelle se tirer une balle dans le pied et c’est en effet une bonne raison de switcher de distribution. Il y a une différence entre vouloir être bleeding edge et instaurer par défaut une technologie qui n’est recommandée par personne.

    1. On aurait pu dire de même pour un certain pulseaudio en 2008.

      Django est un grand logiciel en python, soit. Mais, de part mon expérience de simple internaute, je rencontre pour un django des dizaines de serveurs proposant du php…

      1. J’essaye d’aller dans ton sens et voila que t’essaye de me contre argumenter, mais en plus avec des arguments totalement stupides … (in b4 « tu m’insulte en disant que je suis stupide »)
        On n’est pas en train de parler d’une surcouche rajouté a une technologie comme PluseAudio placé au dessus de Alsa.
        On n’est pas non plus en train de parler des part de marché des langages chez les hebergeurs, on s’en tappe de PHP dans le cas présent.
        On est en train de parler de Python et de Python seulement.
        Forcer n’importe qui a utiliser Python 3 par défaut aujourd’hui c’est débile, point.

        Maintenant si tu veux te la jouer PHP vs Python, je peux juste te dire que j’ai hate d’acquérir les compétences nécessaires en Django pour pouvoir envoyer bouler PHP, heureusement qu’il y a Symfony pour faire passer la pilule.

        1. Je ne veux pas t’envoyer paître. Nullement.

          Si je ne peux pas faire de comparaison, alors je n’ai plus rien à dire.

          Si tu es incapable de dépasser le premier degré, je considère qu’il n’est nul besoin d’aller plus loin.

Les commentaires sont fermés.