Parabola GNU/Linux : une archlinux libérée, enfin, si on veut ;)

Parabola GNU/Linux, c’est un peu ce qu’est la Trisquel pour Ubuntu : une version utilisant le noyau linux-libre et quasi-exclusivement des logiciels libres. Pour le quasi, la raison est donnée un peu plus loin dans l’article 😉

J’ai donc récupéré l’image ISO de la version « core » datant de début octobre. Il faut savoir que les dépôts de la Parabola sont assez lents 🙁

fred@frugalware:~/download/ISO à tester$ wget -c http://repo.parabolagnulinux.org/isos/x86_64/parabola-2010.10.01-core-x86_64.iso
–2010-10-15 13:22:58– http://repo.parabolagnulinux.org/isos/x86_64/parabola-2010.10.01-core-x86_64.iso
Résolution de repo.parabolagnulinux.org (repo.parabolagnulinux.org)… 69.163.153.218
Connexion vers repo.parabolagnulinux.org (repo.parabolagnulinux.org)|69.163.153.218|:80…connecté.
requête HTTP transmise, en attente de la réponse…200 OK
Longueur: 341835776 (326M) [application/octet-stream]
Sauvegarde en : «parabola-2010.10.01-core-x86_64.iso»

100%[======================================>] 341 835 776 68,3K/s ds 35m 39s

2010-10-15 13:58:37 (156 KB/s) – «parabola-2010.10.01-core-x86_64.iso» sauvegardé [341835776/341835776]

Et ensuite, j’ai lancé la machine virtuelle habituelle : 1,5 GiO de mémoire vive, 32 GiO de disque.


fred@frugalware:~/download/ISO à tester$ qemu-img create -f raw disk.img 32G
Formatting 'disk.img', fmt=raw size=34359738368
fred@frugalware:~/download/ISO à tester$ kvm64 -hda disk.img -cdrom parabola-2010.10.01-core-x86_64.iso -boot d &

L’installateur est celui d’Archlinux, une « vieille » version. Néanmoins, l’installateur fait son travail. Dommage que Grub2 ne soit pas disponible, ni le remplissage automatisé de la ligne MODULES dans le fichier /etc/rc.conf.

En me basant sur la documentation d’Archlinux, j’ai ensuite installé Xorg, le support du son, et l’ensemble de Gnome. J’ai été cependant dans l’obligation de récupérer ghostscript depuis un miroir archlinux officiel. Le paquet était absent sur les dépôts de la Parabola GNU/Linux.

Après avoir configuré le fichier etc/rc.conf pour que gdm se lance automatiquement, on arrive sous un Gnome 2.32 tout ce qu’il y a de plus classique. Sans oublier le petit truc qui permet d’avoir une résolution correcte dans Xorg 😉

Quand j’ai voulu installer Mozilla Firefox, il a fallu que je me replie sur la version GNUisée du logiciel, à savoir GNU Icecat en version 3.6.10. Flash ? Gnash 0.8.8 a répondu présent 😉

J’ai aussi rajouté Abiword et Gnumeric. Cependant, ce qui m’a fait tiquer, c’est la vision de la liberté qui est à géométrie variable… Un certain outil en mono, Tomboy est présent par défaut 🙁

Je ne reviendrais pas sur mon désamour pour Mono et les raisons qui me font rejeter cette technologie. Au final, cette distribution est une version plus GNU-ment correct de la Archlinux, ce qui est bien pour les personnes qui veulent éviter les blobs propriétaires et autres logiciels non-libres.

L’énorme point noir : la lenteur des dépots de la distribution… Du 50 à 150 Ko/s, alors que j’ai plus souvent du 2,2 Mo/s sur les dépots d’Archlinux.

4 réflexions sur « Parabola GNU/Linux : une archlinux libérée, enfin, si on veut ;) »

  1. J’ai aussi rajouter Abiword et Gnumeric. Cependant, ce qui m’a fait tiqué
    J’ai aussi rajouté Abiword et Gnumeric. Cependant, ce qui m’a fait tiquer

  2. La liberté, si elle avait eu une forme, n’aurait pas une géométrie variable. Tomboy est un logiciel libre utilisant une technologie libre. Toute personne affirmant le contraire est de mauvaise foi…

    1. Mono est l’implémentation d’une technologie créée par Microsoft. Et quand on connait l’histoire de cette entreprise.

      Et comme je suis de mauvaise fois, je tuerais à vue tes prochains commentaires.

Les commentaires sont fermés.