Hors de VirtualBox, point de salut dans le domaine de l’émulation ?

Voulant tester « PureOS Light« , j’ai été étonné de voir un message étrange m’annonçant que la machine vraiment virtuelle que j’utilisais n’était pas une machine virtuelle, car je n’utilisais pas VirtualBox.

Or, jusqu’à preuve du contraire, Qemu permet de faire l’émulation / virtualisation sans aucun problème.

En plus de Qemu 0.12.4, j’ai installé en parallèle VirtualBox 3.1.8.

Coté taille, y a pas photo, Qemu est largement plus léger :


[fred@fredo-arch ~]$ yaourt -Qi virtualbox_bin | grep Version
Version : 3.1.8-1
[fred@fredo-arch ~]$ yaourt -Qi virtualbox_bin | grep Taille
Taille (installé) : 108104,00 K
[fred@fredo-arch ~]$ yaourt -Qi qemu | grep Version
Version : 0.12.4-1
[fred@fredo-arch ~]$ yaourt -Qi qemu | grep Taille
Taille (installé) : 58588,00 K

Alors que VirtualBox n’émule que du x86 / x86_64, Qemu rajoute le support du PowerPC, Mips, S390, et d’autres processeurs plus ou moins exotiques. De là à penser que les données de l’interface et le support de l’USB demande… 50 MiO, c’est énorme…

Pour tester la grosse différence entre les deux logiciels, quoiqu’il faille utiliser la version « non-libre » de VirtualBox, j’ai voulu voir si mon disque dur externe était reconnu. Un LaCie 320 GiO.

Pour tester la différence entre les deux, n’ayant pas de CD de Windows sous la main – et passer 3 heures à faire des mises à jour sur un Windows XP-Sp3 fraichement installé n’étant pas mon « trip », j’ai pris une image DVD de la 3ième Release Candidate de la Fedora 13, téléchargeable à cette adresse – du moins au moment j’ai rédigé l’article 🙂

http://serverbeach1.fedoraproject.org/pub/alt/stage/13.RC3/Fedora/x86_64/iso/

Pour les deux machines virtuelles, j’ai mis 1500 MiO de mémoire vive, et un disque de 16 GiO. Ce qui est suffisant pour le test – non scientifique – que je compte faire maintenant.

Après une petite récupération via wget de l’image ISO, j’ai lancé l’installation dans VirtualBox 3.1.8.

[fred@fredo-arch download]$ wget -c http://serverbeach1.fedoraproject.org/pub/alt/stage/13.RC3/Fedora/x86_64/iso/Fedora-13-x86_64-DVD.iso
–2010-05-15 18:11:28– http://serverbeach1.fedoraproject.org/pub/alt/stage/13.RC3/Fedora/x86_64/iso/Fedora-13-x86_64-DVD.iso
Résolution de serverbeach1.fedoraproject.org… 64.34.163.94
Connexion vers serverbeach1.fedoraproject.org|64.34.163.94|:80…connecté.
requête HTTP transmise, en attente de la réponse…200 OK
Longueur: 3630045184 (3,4G) [application/octet-stream]
Sauvegarde en : «Fedora-13-x86_64-DVD.iso»

100%[====================================>] 3 630 045 184 682K/s ds 86m 14s

2010-05-15 19:37:43 (685 KB/s) – «Fedora-13-x86_64-DVD.iso» sauvegardé [3630045184/3630045184]

Pour les deux installations, j’ai choisi les options de base, ne faisant les mises à jour qu’après l’installation.

Après l’installation dans VirtualBox – comme pour Qemu d’ailleurs – il faut rajouter le fichier 50-monitor.conf – cf la capture d’écran ci-dessous.

La machine éteinte, j’ai rajouté le disque dur externe dans les périphériques USB, et redémarré le bouzin.

Ensuite, le disque dur externe est monté sans problème. Très agréable.

Avec Qemu, j’ai employé les commandes suivantes :


[fred@fredo-arch download]$ qemu-img create -f raw f13.img 16G
Formatting 'f13.img', fmt=raw size=17179869184
[fred@fredo-arch download]$ kvm64 -hda f13.img -cdrom Fedora-13-x86_64-DVD.iso -usb -boot d &

Ensuite, pour activer le branchement du disque, il suffit de rentrer :

info usbhost

qui liste les périphériques USB, puis :

usb_add host:

suivi de l’identifiant. Et théoriquement, tout fonctionne !

Cependant, je ne sais pas à quoi cela est du, chaque tentative de montage se termine par un « permission denied » en console.

Quoiqu’il en soit, le moyen de monter des périphériques USB est assez simple. Dommage que le code ne soit pas encore 100% au point, mais cela viendra !

Est-il normal de prendre 50 MiO de plus sur le disque pour le support de l’USB et une interface graphique qui propose de gérer les options ? Si on est allergique à la ligne de commande surement.

Mais, de par mon expérience, j’ai toujours eu moins d’ennui avec Qemu qui est largement moins invasif (pas de module noyau à recompiler, pas de ligne à rajouter dans /etc/fstab) que VirtualBox.

Evidemment, si vous avez besoin de périphériques USB de manière impérieuse, la seule solution viable reste pour le moment VirtualBox.

Et au moins, dans Qemu, l’installation en ligne de la Frugalware fonctionne, contrairement à ce qui se passe dans VirtualBox, cf les malheurs de Cyrille avec la Frugalware Linux !

41 réflexions sur « Hors de VirtualBox, point de salut dans le domaine de l’émulation ? »

  1. C’est juste un message incomplet des Additions VirtualBox.
    Il pourrait dire not in a VirtualBox’s Virtual Machine effectivement mais c’était implicite vu qu’on te parle de VirtualBox Additions auparavant dans la phrase.

    Attention au sensationnalisme 🙂

  2. Un autre point où VirtualBox gagne à mon avis, c’est quand on virtualise sans les extensions matérielles adéquates (VT/Pacifica). Sur mon netbook, j’ai beau tordre qemu/kvm dans tous les sens, impossible de virtualiser avec un minimum de confort, j’ai toujours eu des problèmes de performances tellement gênants que ça rendait l’expérience invivable. Alors qu’avec VirtualBox c’est « out of the box », et c’est justement grâce au module noyau semble-t-il. Je n’ai pas trouvé le moyen de faire du qemu rapide (kqemu ne donne aucun résultat chez moi).

    A part ça je garde les détails techniques dans un coin..

    1. kqemu est « mort » depuis la sortie de la 0.12.0 de Qemu.

      De plus, je n’aime pas rajouter un module au noyau de mon linux, surtout quand mon CPU me propose déjà des options de virtualisation.

      Le « seul » avantage qui reste, c’est la possibilité d’avoir des « modèles » de virtualisation dans VirtualBox, sinon, c’est tout. Chacun voit midi à sa porte 😉

  3. En quoi le message est étrange ? On t’annonce juste que les VirtualBox Additions sont désactivées puisque tu n’es pas dans une machine virtuelle VirtualBox — on parle ici de Virtual Machine avec des majuscules, pas de machines virtuelles au sens générique. C’est plutôt cohérent, non ?

    1. Depuis quelques temps, Virtual Machine et VirtualBox semble devenus synonyme. C’est ici que se trouve le hic, surtout quand on voit comment Oracle traite certains projets de feu Sun Microsystem…

  4. Perso j’ai aussi du mal à comprendre l’intérêt de se battre avec VirtualBox (ou VMWare) quand une solution de virtualisation (Qemu/Kvm/libvirt) est fournie en standard dans la distribution.

    Par contre, virt-manager, c’est quand même très pratique pour ne pas avoir à se plonger dans les arcanes de la ligne de commande.

    Quelques copies d’écrans (qui date, puisque prises sous F-11) :
    http://doc.fedora-fr.org/wiki/Virtualisation_:_KVM,_Qemu,_libvirt_en_images

    1. Le seul point manquant à l’époque était la gestion du son, si je me souviens bien, non ?

      Sinon, j’appuie ta remarque. On tombe dans le même travers qui réduit le monde des distributions gnu/linux à une seule…

  5. VirtualBox est à l’origine basé sur Qemu il me semble, même si ils ont aujourd’hui dérivé.

    Qemu aussi utilise aussi un module dans le noyau, mais c’est transparent alors que Virtualbox doit compiler le sien à l’installation.

    L’avantage de Virtualbox à mon avis, ce sont les Vbox addition… Le fait de pouvoir redimensionner à volonté les fenêtres, et passer le curseur sans besoin de le « capturer ».

    La différence de taille ne veut pas dire grand chose. Qemu appelle surement d’autres exécutables à côté, alors que Virtualbox regroupe tout dans un seul?

    1. « L’avantage de Virtualbox à mon avis, ce sont les Vbox addition… Le fait de pouvoir redimensionner à volonté les fenêtres, et passer le curseur sans besoin de le « capturer ». »

      Et un inconvénient quand tu passes accidentellement sur la fenêtre de l’OS invité.

      « La différence de taille ne veut pas dire grand chose. Qemu appelle surement d’autres exécutables à côté, alors que Virtualbox regroupe tout dans un seul? »

      Pas franchement. Je pense que l’interface graphique doit bouffer pas mal de code et de place.

    2. «L’avantage de Virtualbox à mon avis, ce sont les Vbox addition… Le fait de pouvoir redimensionner à volonté les fenêtres, et passer le curseur sans besoin de le « capturer ».»

      C’est déjà possible avec virt-manager. Au lieux d’émuler une sourie, il émule un écran tactile et met le curseur de la machine hote en mode invisible.

      Mais le truc qui manque à virt-manager et que Virtualbox a: Pouvoir integrer les fenêtres de la machine invité sur le bureau de la machine hôte.

      Mais sinon, y a-t-il d’autres fonctionnalités de Virtualbox que virt-manager + libvirt + qemu n’ont pas?

  6. « Alors que VirtualBox n’émule que du x86 / x86_64, Qemu rajoute le support du PowerPC, Mips, S390, et d’autres processeurs plus ou moins exotiques. »

    VirtualBox n’émule rien du tout, il fait de la virtualisation. Qemu est un émulateur, c’est pour ça qu’il supporte autant d’architectures.

  7. J’ai actualisé les copies d’écrans du lien précédent (réalisées sous F-13 avec virt-manager 0.8.3)

    J’ai testé une clé USB (connectée dans l’hôte F-13 et utilisée dans la VM F-12) => ça marche !

    Effectivement pas de son (mais j’ai pas trop cherché plus loin)

    Sinon, il suffit de définir une tablette comme périphérique de pointage lors de la création de la VM (c’est d’ailleurs le choix par défaut) pour avoir le partage du pointeur (au lieu de la capture lors de l’activation de la VM) => donc on a le choix du comportement.

    La solution libvirt avance très vite et offre déjà AMHA une solution opérationnelle et crédible (et pour rien au monde je ne repasserais sur une autre solution ou il faut « bricoler » à chaque changement de noyau)

    Redhat a fait un boulot de dingue pour faire avancer cette solution, remplacer Xen, et proposer RHEV comme une nouvelle alternative à VMware ou VirtualBox.
    D’ailleurs les autres distributions ont récupéré ce travail et propose désormais aussi Kvm comme solution de virtualisation (Canonical, Mandriva, …).

    ++

    1. Normalement, le son est possible. Je sais pas comment c’est pour la version de virt-manager dans Fedora 13, mais dans F12 l’option est là.

  8. @Remi

    L’intérêt de VirtualBox est qu’il propose une seule couche là où Kvm nécessite l’emploi de Qemu. Je me trompe ?

    Et puis, il y a la version OSE de VirtualBox, non ? Ce n’est toutefois pas la plus « intéressante ».

    1. Le fait d’utiliser plusieurs « morceaux » collés ensembles à l’avantage de pouvoir se faire une sollution sur mesure. Ex: Avec Libvirt tu peux contrôller des machines virtuelles xen, qemu, vmware, virtmaneger, etc… Donc en utilisant virt-manager + libvirt, qu’importe la solution utilisé pour la virtualisation, tu as une interface (UI et CLI) pour les commander toutes (et dans les ténebres les lier :-D).

  9. Tu oublies un point, il y’a plein de chose dans Virtualbox qui ne sont pas présente dans qemu, notament niveau réseau ou (sauf changement), qemu ne permet de pas de faire une réseau par pont sans mettre les mains dans iptables…

    Virtualbox permet aussi de passer par iptables mais il y’a un module noyau qui fait le travail tout seul.

    Puis bon, faut arrêter de prendre les devs pour des abrutis, si il y’a 50 Mio de plus, c’est pour faire joli …

    1. Pour une personne qui a besoin de virtualiser de temps à autre un OS, c’est le genre de trucs qui sont rarement utilisés. Et je ne prends les développeurs pour des imbéciles.

      <mode vieux con>
      Quand j’ai commencé l’informatique personnelle, il y a 20 ans, il fallait économiser les Ko. Maintenant, l’optimisation, c’est pour faire joli 😉
      </mode vieux con>

    2. C’est normal, QEMU est prévue pour être lancé via CLI là où il y a déjà tout ce qu’il faut pour gérer le réseau. Si tu veux un moyen simple pour gérer les réseaux réels et virtuels, tu peux utiliser virt-manager + libvirt

  10. C’est amusant mais le point de départ de l’article est une incompréhension, vous êtes étonné parce que les outils VBox inclus dans PureOS Light n’ont pas reconnu qu’ils étaient dans une machine virtuelle Qemu…. C’est un peu du foutage de gueule, là, quand même.

    Et alors s’en suit une série d’amalgames, de comparaisons tirées par les cheveux.
    Par exemple : VBox est plus intrusif que Qemu parce qu’il y a un module dans le noyau.
    Soit vous n’avez pas compris comment marche la virtualisation, soit vous êtes de mauvaise foi.
    Pour votre culture (bien que je suis sur que vous le savez déjà, ce qui me donne un indice pour trancher entre les 2 propositions précédentes), qemu utilise un module du noyau pour faire de la virtualisation, sinon il fait de l’émulation et je suis sur que vous seriez moins content de l’utiliser.

    L’argument du 50Mo alors que vous nous sortez une « clé USB » de 320Go…. surtout dans le raisonnement « qemu, ça fait ce que j’ai besoin (enfin presque) alors je comprends pas pourquoi VBox fait 50Mo de plus ». C’est pas un peu limité comme raisonnement?

    La conclusion de l' »article » est que Qemu, c’est mieux pour moi sauf si on a besoin de l’USB alors il n’y a que VBox. Comme le raisonnement précédent, c’est catastrophique.

    De plus si vous avez l’impression que VBox devient synonyme de virtualisation, c’est pas un soucis,…. c’est qu’une impression… surtout dans le monde professionnel et de l’éducation/recherche.

    C’est pas la première fois que je remarque un « article » inutile de votre part et à la limite, ça me dérangerait pas si ça se limitait à votre blog mais pourrir planet-libre.org avec des captures d’écran de lancements de liveCD en tout genre dans qemu, c’est un peu limité, non? comme activité, hein? Qu’en pensez vous?
    Parce que là, y en a encore un sacré paquet de distribs à faire dans distrowatch alors ma suggestion serait de sortir ce genre d' »article » de planet-libre qui si j’en crois la charte « a pour ambition d’offrir des articles de qualité ».

    Malic

  11. Cher Malic,

    j’attendais ce commentaire avec impatience, celui qui me casserait allègrement sur les histoire de tailles prises, sur le pourrissement que je fais du planet-libre.

    « C’est pas la première fois que je remarque un « article » inutile de votre part et à la limite, ça me dérangerait pas si ça se limitait à votre blog mais pourrir planet-libre.org avec des captures d’écran de lancements de liveCD en tout genre dans qemu, c’est un peu limité, non? comme activité, hein? Qu’en pensez vous?
    Parce que là, y en a encore un sacré paquet de distribs à faire dans distrowatch alors ma suggestion serait de sortir ce genre d’ »article » de planet-libre qui si j’en crois la charte « a pour ambition d’offrir des articles de qualité ». »

    Puisque vous êtes si fort, montrez-nous ce dont vous êtes capable, car la critique est facile, mais l’art difficile.

    Si j’ai été nommé administrateur pour le planet, c’est surement pour mes articles qui pourrissent le planet.

    Pour tout vous dire, j’attendais votre commentaire typique de la personne qui ouvre sa grande bouche sans montrer de quoi elle est réellement capable.

    Montrez-moi votre oeuvre, et après vous pourrez aisément me critiquer.

    D’ici là, je continuerais de faire les articles que je veux faire, car je ne me limite pas, contrairement à votre remarque fielleuse à des « lancements de liveCD en tout genre dans qemu, c’est un peu limité »

    Maintenant, si ma remarque ne vous plait pas, demandez donc aux autres administrateurs de virer mon flux, cela sera plus simple.

    Point barre.

    1. A la date du 17Mai 2010 à 11:23, il y a 10 articles sur planet-libre.org dont 3 de vous…
      – un article avec une slackaware dans qemu
      – un autre article avec une frugalware dans qemu
      – et enfin un dernier article qui celui sur lequel je fais le commentaire, un PureOS dans qemu

      Et je ne passe pas à la seconde page de planet-libre.org.

      Bref, j’ai dit ce que j’avais à dire et je comprends que cela ne vous plaise pas. Je le reconnais volontiers que je suis un peu agressif mais je crois que le fond est malheureusement vrai. Et en effet peut-être faudrait-il davantage en parler sur les forums de planet-libre.org.

      1. Mais je n’attends que votre prose pour enrichir en nouveauté le planet-libre. Je pense que le plus simple est que je parte du Planet-Libre. J’annoncerais ceci ce soir, comme cela, il sera moins pourri par mes articles.

        1. Mais non… c’est pas la bonne façon de réagir…
          Rhalala.. maintenant vous faites votre diva… c’est pire que tout.

          Allez montrez que vous en avez, par exemple, utilisez donc slackware RC1 pendant 15 jours de façon exclusive, en y transférant tout votre environnement perso dans votre qemu favori et après vous faite un article « j’ai vécu 15 jours avec la slackware : bilan », là, y aura du retour d’expérience et du contenu.

          Allez…. un peu de testostérone là, avec des poils autour, hein?

  12. Je me permets de réagir à mon tour dans cette discussion pour le moins houleuse.

    Je n’irais pas jusqu’à dire que vous pourrissez le planet-libre, puisque la grande majorité des personnes qui le peuple sont comme vous: on sent qu’il y a un minimum de connaissance technique, mais sans aller plus loin. Si bien qu’au moins truc qui brille sur distrowatch ou slashdot, ca se retrouve instantanément sur le planète.

    D’ailleurs je salue l’effort que vous faites de donner son quart d’heure de gloire à slackware ou à PC-BSD, entre autre, parce que d’ordinaire sur ce planet, ça dépasse que très rarement le quintète ubuntu-frugalware-Mandriva-fedora-archlinux.

    Certaine intrépides ôsent de temps à autres mettre en avant debian ou opensuse, mais ça ne va généralement pas bien loin.

    Néanmoins, je rejoins l’avis de Malic sur le manque de contenu de beaucoup de vos billets. Vous êtes une sorte de flux rss de distrowatch, avec des screenshots et des changelog.
    C’est tout à votre honneur de faire de la veille technologique et d’avoir au moins la curiosité de savoir ce qui se fait ailleurs, mais on reste aisément sur sa faim.

    Si vous traînez de temps en temps sur linuxfr, je voudrais vous demander si vous connaissez patrick_g ?
    Dans le cas où vous ne le connaissiez pas, je vous fait le topo: à chaque sortie de release du noyau, chaque sortie de gcc, ou chaque sortie de je ne sais plus quel logiciel qui l’intéresse, on a très agréablement le droit à une longue description détaillée de tous les changements qu’apporte le nouvel opus, ainsi que de tout un historique d’évolution dans cette version.

    Vous voyez où je veux en venir ?

    Je ne peux me permettre de vous dicter comment poster sur votre blog et/ou sur le planet dont vous êtes administrateur, mais en toute franchise, si vous passiez un peu plus de temps à décrire et expliquer ce que vous mettez en avant, et moins de temps à être à l’affut de la moindre nouveauté, je vous avouerait que personnellement, je passerais infiniment plus de temps à vous lire.

    Très sincèrement, des fois j’ai l’impression d’avoir affaire à un tweeter avec des screenshots, c’est pas très emballant.

    Bon, je n’aime pas trop m’étaler mais puisqu’il faut nécessairement savoir faire quelque chose de ses dix doigts pour vous proposer une critique, je ne suis pas blogueur, mais je participe au libre à mon échelle en tant que développeur. Mes projets actuels sont un tiling WM (qui sera libere cet ete, pour l’instant il est propriete de mon ecole) et je participe a la mise en place d’un hacker/marker space parisien dans les environs du kremlin-bicetre (http://lakabane.org, c’est une facade relativement maigre, je suis en train de developper le site).

    Mon CV est-il suffisant pour vous critiquer ?

    1. Ce que je voulais dire c’est qu’il est très facile de critiquer sans soi même se mettre sous les feux des projecteurs.

      Je ne suis pas technicien – je suis d’une nullité monstrueuse en maths, et je suis un passionné d’actualité. C’est pour cela que je fais souvent quelques tests rapides de distributions qui font la une de Distrowatch.

      C’est un moyen comme un autre de pouvoir informer la communauté d’autre chose que du quintette (avant c’était limite du solo ou du duo) est une activité qui prend du temps.

      Je suis avant tout un passionné du logiciel libre, et je veux faire partager ma passion. J’apprécie les billets de PatrickG, et heureusement pour lui, les sorties majeures du noyau sont trimestrielles.

      Je donne mon temps pour montrer le coté « fun » de l’informatique libre, et non pas uniquement le coté costard-cravate.

      Il est vrai que j’ai pondu quelques billets récemment sur des distributions, car il se trouve que l’actualité des distros est riche en ce moment. Mais je ne parle pas que de cela. Il m’est arrivé de parler de logiciels peu ou pas connu, de pousser des gueulantes plus ou moins bien appréciés, où j’ai été traité à la limite de trisomique 21 manchot.

      Bref, la communauté du libre est ainsi faite, c’est une communauté humaine.

      Je suis d’une nullité monstrueuse pour programmer, mais je donne mon temps pour faire connaitre les distributions qui en valent la peine, traduire de la documentation et / ou des logiciels.

      Bref, le travail des petites mains de l’informatique non technique.

      Merci pour votre commentaire, qui lui au moins est constructif.

      Très cordialement,

  13. Les additions de virtualbox fournies à l’install prennent déjà 30Mo (linux/win/solaris/os2)

    Ensuite qemu en émulation niveau performances c’est moyen comparé à Vbox

    1. Avec KVM, la différence de vitesse est négligeable. Et comme 99% des processeurs vendus (en dehors de ceux pour les ultra-portables) depuis deux à trois ans propose la virtualisation en dur, pourquoi ne pas en profiter ?

  14. Le libre n’est pas qu’un univers de connaisseur. Il existe des gens qui viennent pour découvrir un peu ce qui s’y passe. Je pense que le contenu que propose Fred est bien adapté à ce que cherche un « nouveau ». Les tests vont plus ou moins loin et ne sont peut être pas tout le temps pertinent, certes mais c’est une réaction de connaisseurs.

    Celui qui découvre doit très surement être satisfait du contenu proposé par Fred qui est très accessible et sympathique. Ces preview de distributions qu’elles soient plus ou moins connu permettent de diversifier la vision des « nouveaux ». Dans le libre il existe une grande diversité la mettre en valeur est essentielle.

    « Je suis d’une nullité monstrueuse pour programmer, mais je donne mon temps pour faire connaitre les distributions qui en valent la peine, traduire de la documentation et / ou des logiciels.

    Bref, le travail des petites mains de l’informatique non technique. »

    C’est ce qui s’appelle la contribution, chacun fait dans la mesure de ses moyens ce qui permet de rendre plus attractive la communauté. Au lieu de se frotter qu’a des puristes qui ne veulent que de la technique on peut rencontrer des gens qui ne possède pas la technique mais une vrai passion et qui savent la partager simplement.

    L’horizon GNU/Linux a très souvent tendance à être vu comme Ubuntu, plus rarement Mandriva et Fedora. Après les autres distributions il ne faut même pas en parler. Montrer l’alternative est essentiel.

    Bien sur je pars d’une hypothèse qui est que le lectorat du planète n’est pas composé à 100% de libristes/ Linuxiens/informaticiens expérimentés… Qui connaissent déjà des trucs comme Haiku, BSD…

    Et il ne faut pas oublier que tout le monde ne maitrise pas l’anglais et ne visite pas les sites comme distrowatch qui n’accueille pas le publique de débutant-1 je pense.

    Pour finir on va parler du billet sur la Slackware (bon c’est aussi parce que j’adore la distro), la personne lambda lit le billet. Ok il y a quelques trucs qui la dépasse mais elle arrive à savoir quelques trucs qui lui sont utiles: Complète, agréable à jour et avec le Fr et Flash.
    Bref si il a le courage de se lancer il sait à quoi s’attendre.

    Qui sait il peut même tenter des trucs comme Haiku sur une vielle bécane; tout est possible.

    Le planète libre ne doit pas présenter que de la technique très poussé je pense, il faut de la matière accessible.

  15. J’espère que tu ne quitteras pas le planet libre . Meme si tout le monde ne fera pas se que tu fais ( quelque part une passion ) c’est très fortement utile ! Tu nous fais découvrir aux moins connaisseurs de nouveaux os , des nouveautés et parfois ceux qui n’est pas linux mais beos ( je ne connais pas encore la différence mais ça viendra ! )
    Alors j’espère vraiment que tu y resteras malgrès les critiques.

  16. Sans vouloir participer au débat planet libre, ce qui est dommage dans ce genre d’articles, c’est de laisser des informations erronées même après correction dans les commentaires, ça alimente d’autres discussions pour pas grand chose:
    le module du noyau qui existe pour qemu aussi, le montage qui a du plutôt échouer à cause d’un souci de permissions si tu as lancé qemu en tant qu’utilisateur, de même, la ligne fstab que vbox ne nécessite pas plus que qemu vu que ce dernier en a besoin d’une pour l’usb si elle n’est pas par défaut dans la distribution.
    Sinon, pour ce qui est de la taille, en prenant les sources du module (pour qemu, il fait partie du noyau linux) + les traductions + les additions (qemu n’a pas ces 2 derniers), on arrive à + de 50mo.

    1. @la : tu ne peux pas utiliser qemu + kvm sans que ton utilisateur soit dans le groupe kvm.

      « Sinon, pour ce qui est de la taille, en prenant les sources du module (pour qemu, il fait partie du noyau linux) + les traductions + les additions (qemu n’a pas ces 2 derniers), on arrive à + de 50mo. »

      Surtout que ce sont les paquets binaires… Et dans ce cas, Qemu est largement plus léger que Virtualbox, il n’y a pas photo. Et les seules sources disponibles avec VBox, c’est pour recompiler le module dans le noyau.

      Autre argument ?

  17. Je parlais pas de kvm mais de la permission d’utiliser un périphérique usb, en gros l’accès à /proc/bus/usb

    > Autre argument ?
    euh, ben ceux que j’ai cité vu que t’en as pas parlé et que celui de la taille, je comprends pas ce que tu dis, j’ai bien parlé des sources du module, donc j’ai pas bien saisi pourquoi tu le rappelles, sinon je te montrais juste où étaient les 50 mo de différence, j’ai cru comprendre que tu te posais la question tout en critiquant vbox sans savoir où c’était.
    Pour en avoir le coeur net, compare la taille de vbox ose et ouvre un ticket pour que le mainteneur sorte le module du paquet, ça lui fera plus de boulot mais ça économisera ~mo sur des go 🙂

Les commentaires sont fermés.