Test de la Frugalware Linux Getorin, première partie.

Pour des raisons de temps – la vraie vie – j’ai décidé de scinder ce test de la Frugalware Linux Getorin en plusieurs parties, deux au minimum.

Dans la première, je vais me consacrer à l’installation et à la mise à jour – en passant sur la version current – de la Frugalware Linux Getorin.

Frugalware 1.1 – 64 bits – première partie

J’ai donc récupéré depuis le miroir francophone l’image ISO du premier DVD pour AMD64 de la distribution, puis j’ai lancé l’installation en utilisant les commandes en lignes habituelles :

fred ~/download $ qemu-img create -f qcow2 frug.img 32G
Formatting 'frug.img', fmt=qcow2 size=34359738368 encryption=off cluster_size=0
fred ~/download $ qemu-kvm -k fr -localtime -soundhw all -m 1024 -hda frug.img -cdrom frugalware-1.1-x86_64-dvd1.iso -boot d &

Après avoir lancé l’installateur, j’ai utilisé le partitionnement suivant :

  • /boot => 120 MiO, qui sera en ext2fs
  • swap => 1024 MiO
  • / => 7500 MiO, qui sera en ext4fs
  • /home => le reste, en ext4fs

Pour les paquets, j’ai installé :

  • apps
  • base
  • devel
  • gnome
  • gnome-extra
  • lib
  • multimedia
  • multimedia-extra
  • x11
  • x11-extra
  • xapps
  • xapps-extra
  • xlib
  • xlib-extra
  • xlibs-extra
  • xmultimedia
  • xmultimedia-extra

J’ai choisi l’ensemble des paquets pour avoir un système assez complet – quite à enlever certains paquets par la suite. Et étant donné que KDE 4.3 n’est pas disponible, je me rabats sur Gnome.

Ce qui annonce une taille installé d’environ 4 GiO… 4043 MiO pour être plus juste.

Il est vrai que l’ensemble du code source du noyau est installé, ce qui fait quelques 350 MiO environ… Inutile si on ne désire pas compiler le noyau. Autant dire que le nettoyage post-installation sera intéressant à faire 😉

La création d’un compte utilisateur se fait, ainsi que la configuration du réseau, qui se résume à sélectionner l’option « suivant ». L’heure se configure de manière simplissime…

Cependant, la configuration automatisé de Xorg ne semble pas être 100% fonctionnelle. Cependant, au démarrage, GDM se lance correctement. Comme quoi 😉

Le seul hic, c’est que le clavier est anglais par défaut sous gnome ! Après avoir changé l’agencement, le clavier devient enfin plus francophone 😉

Autre léger problème, le son n’est pas activé par défaut sous Gnome. Bug de la distribution ou est-ce lié à l’émulation ?!

Passons au nettoyage. La taille prise annoncée est d’environ 4,6 GiO. Je commence par virer les outils mono – je n’aime pas cette technologie – et des outils comme emacs, ou encore le code source du noyau.

pacman-g2 -Rcs kernel-source mono emacs

Ce qui fait un gain de 600 MiO environ…

Pour gagner plusieurs centaines de MiO, le plus simple, c’est l’outil « localepurge »

pacman-g2 -S localepurge

Après avoir modifié le fichier /etc/locale.nopurge pour ne garder que les traductions anglaises et en fr_FR, on lance l’outil… Et le résultat est parlant… 330 MiO récupérés…

Enfin, je passe la frugalware installée en version current. Il me suffit de modifier une ligne dans /etc/pacman-g2.conf, en commentant la ligne du dépot « stable » et en décommentant la ligne du dépot « current ».

Ensuite, pour mettre à jour :

pacman-g2 -Syu

Environ une centaine de paquets, et parmis ceux-ci, le noyau 2.6.31. Wow 😉

La prochaine étape ? L’installation des outils nécessaire à la compilation de Mozilla Firefox. Car je suis habitué à la recompilation du code source de développement de Mozilla Firefox 😉

4 pensées sur “Test de la Frugalware Linux Getorin, première partie.”

  1. Salut Fred.
    Pour le clavier regarde dans le xorg.conf si y’a l’option « XkbLayout » avec fr.
    Bon sinon Bouleetbil bosse sur la mise à jour de xorg avec cette fois la detection hal activée, ca devrait êrre déjà mieux.
    Même pas un mot sur le joli thème que j’ai mis à Gnome sniff :/

Les commentaires sont fermés.