Mémoires télévisuelles d’un enfant des années 1970, épisode 38 : Captain Future alias Capitaine Flam… Que cela fait son âge !

Je dois dire que cet article va être assez acide. J’ai eu envie de revoir les épisodes de la série Captain Future alias Capitaine Flam produit entre 1978 et 1979 par la Toei d’après l’oeuvre d’Edmond Hamilton après cet historique bien ficelé de Séries Cultes :

Sur les 13 voyages de la série, je dois dire que j’ai laissé tombé après deux. Le premier « L’Empereur de l’Espace », que j’ai vu en version française et le deuxième « Les cinq mines de Gravium » que j’ai eu le bonheur de voir en version originale sous-titrée.

Il faut dire que la VF est insupportable. Il y a des régurgitations régulières du générique inspiré disco qui est ultra agressif. Par comparaison, voici le générique japonais, beaucoup plus inspiré jazz qui est franchement supportable.

Le dessin a mal vieilli, dès le premier épisode on s’aperçoit que parfois il est simplifié voire qu’il a des problèmes de proportions importants. Le professeur Simon Wright perd parfois les espèces de stabilisateurs sur les côtés. Ou le vaisseau, Comet en VO, perd parfois son espèce de crète sur l’avant.

J’ai connu la première diffusion en 1981. J’avais alors 7 ans, et je dois dire que j’avais gardé de très bons souvenirs de la série, même si je trouvais ennuyeux à l’époque d’avoir l’histoire divisée en quatre épisodes avec des interruptions au beau milieu d’une scène qui tenait en haleine en sachant que tu devrais attendre une semaine pour savoir la suite.

Quand on a 7 ans, une semaine, c’est interminable… De plus en ayant vu les épisodes en version originale, j’ai mal compris certains renommages : pourquoi le Comet devient le Cyberlab ? Pourquoi Ook et Eek deviennent Limaille et Fregolo ? Pourquoi Otho devient Mala ?

Si vous avez des réponses, je suis preneur. Mais je dois dire que c’est une grande déception que d’avoir revu une partie des 52 épisodes de la série, sans avoir envie d’aller jusqu’à la fin.

Je savais que j’allais avoir des déceptions, mais ici, j’ai rarement atteint un tel niveau pour un billet de cette série. Dommage.

22 réflexions sur « Mémoires télévisuelles d’un enfant des années 1970, épisode 38 : Captain Future alias Capitaine Flam… Que cela fait son âge ! »

  1. même génération mais je n’avais pas trop accroché à cette série. moins classe qu’Albator, moins iconique que Goldorak, moins sulfureux que Cobra .

    donc ta déception est à la hauteur de ce qu’était devenue la Toei à un moment…

  2. Salut,
    La série était plutôt très sympa à l’époque mais c’est vrai, elle a pris un petit coup de vieux !

    Tu connais surement la série Cobra qui elle, n’a pas autant vieillie et se porte donc plutôt mieux…c’est moins « gnangnan »!
    https://www.youtube.com/playlist?list=PLRVWztDBSD_Jh0PwXtJ0wBP0TLtHga1_Y

    Hors sujet : voila une nouvelle qui va te faire frétiller de bonheur … ou pas! 😀
    https://www.frandroid.com/marques/google/840569_google-assistant-debarque-sur-windows-macos-et-linux-grace-a-un-developpeur-tiers

  3. J’ai eu la même déception avec les Maîtres de l’Univers, alors que j’adorais ce dessin animé à l’époque. Il y a deux ou trois ans, j’ai regardé un épisode sur Youtube… je n’aurais pas dû. Entre la qualité passable du dessin et de l’animation, les erreurs à la pelle (par exemple, le glaive porté sur le dos qui, sur le même plan, passe de droite à gauche après une simple transition de dialogue…), le scénario à la limite de l’indigence – et j’en passe, je n’ai même pas fini le visionnage.

    Certes, ce dessin animé était destiné avant tout à faire vendre des jouets, mais bâcler à ce point devrait être interdit. Bref, mieux vaut ne pas rouvrir la boîte à souvenirs, elle cache parfois des boomerangs qui n’attendent que de vous revenir dans la tronche.

    1. Capitaine Flam est quand même largement au dessus des Maîtres de l’Univers de 1983.

      Tu devrais donner une chance au remake de la série Maître de l’Univers de 2002. Cette série a aussi été créée pour promouvoir une nouvelle gamme de figurines mais est de bien meilleure qualité.

  4. « …Quand on a 7 ans, une semaine, c’est interminable… De plus en ayant vu les épisodes en version originale, j’ai mal compris certains renommages : pourquoi le Comet devient le Cyberlab ? Pourquoi Ook et Eek deviennent Limaille et Fregolo ? Pourquoi Otho devient Mala ?

    Si vous avez des réponses, je suis preneur. .. »

    Une semaine a 10 ans ce n’est pas mieux c’est une torture. (pour le bige série et autre marathon a cette époque fallait oublier)

    Pour le renommage la musique est le reste j’avais mis une remarque sur un autre billet de cette rubrique:

    http://frederic.bezies.free.fr/blog/?p=20725#comment-55552

    Pour la série elle même j’ai bien aimé.

  5. Nostalgie ! J’avais le 45t du générique, des figurines et même un cyberlab miniature métalique.

    J’ai revu tous les épisodes il y a un peu de dix ans avec mes yeux d’adulte et j’ai bien aimé malgré les défauts. Je n’ai pas poussé le vice jusqu’à regarder le film d’animation tout de même.

    Et la voix de Dominique Paturel au début du générique et au résumé de l’épisode précédent !

    La bande son originale de Yuji Ohno, style jazz/funk/disco est exceptionnelle ! La version allemande s’est même vu attribuée une bande son dans le même style composée par Christian Bruhn, qui est bien aussi.

    N’empêche, qu’est-ce qu’on pouvait montrer aux enfants à l’époque. Je me rappelle d’un épisode du voyage « La Source de l’immortalité » dans lequel des personnes qui ont bu l’élixir de jouvence et veulent en finir avec la vie participent (de souvenirs) à une sorte de jeux olympiques où ils se suicident en spectacle. Ca m’avait quand même marqué.

      1. Oui, c’est vrai. En Belgique ça passait dans l’émission Lollipop animée par Philippe Geluck. Une émission déjantée dans laquelle passait aussi Téléchat. Cette émission s’adressait à la fois aux enfants et aux parents. C’est difficile à expliquer mais disons que cette émission ne prenait pas les enfants pour des cons, comme tu dis.

        1. « Cette émission s’adressait à la fois aux enfants et aux parents. » comme en France.

          de plus enfant et parents cela fait « deux public » Cela me rappel une phrase de Pierre LESCURRE (de mémoire) dans t’a pas une idée (feu canal jimmy)

          « hier la TV s’adressait a tout les publics de nos jours on veux faire de la TV tout public ce n’est pas la même chose. » Il parlait des chaînes gratuites de l’époque (tf1 fr2 fr2 fr5/arte M6)

          Perso je crois que on estimait (mais je peut dire n’importe quoi) que les enfants avaient un cerveau et que ils savaient a leur façons s’en servir, dire que je ne compte plus le « ne regarde plus la TV ça va t’abrutir. » no problem les smartphones ont fait le sale boulot quelque temps plus tard mais a quel prix même les adultes sont frapper par la maladie que la TV et/ou le jeu vidéo était sensé propager.

  6. J ‘ ai aussi connus , mais pas plus accroché que cela , si on me parle de MASK ou de  » Jayce et les conquérants de la lumière  » , d ‘ accord , mais Captain Flam …

    1. Mask, GI Joe, bof… Je n’aimais pas trop ces séries-publicités pour jouets (que j’adorais au demeurant, je dois même en posséder encore quelques-uns…). Jayce c’était limite, mais c’était pas un peu américain comme série ?

  7. Comme quoi, mieux vaut parfois un beau souvenir… Pour ma part je n’avais pas accroché à Capitaine Flam plus que ça. Davantage marqué par des Albator ou autres Cités d’Or (dans un registre différent).
    Ulysse31 a effectivement très bien vieilli. J’ai même davantage apprécié cette série lors d’une rediffusion vers 2000 plutôt qu’enfant où elle me traumatisait un peu… Et comme pour Cobra, la BO dépotait bien.

      1. On m’a toujours dis de na jamais jouer avec la nourriture.

        Comme je n’est pas encore vu ce film (je ne suis pas extralucide) je ne vais pas le juger mais peut être un film d’animation cela pourrait donner un bon résultat, cette manie de tout vouloir faire en film avec de vrais acteurs sous prétexte que les effets spéciaux ouvrent toutes les portes. Parfois une bonne animation sans effets informatique a outrance et tout le reste donnera une bien meilleur qualité artistique, ne dénature pas l’univers du titre original etc.

          1. C’est pour cela que j’évite de regarder les adaptations ou autre remake lorsque il sort/est diffusé pour la première fois j’ai peur d’être déçu du résultat.

            Je préfère le voir lorsque il a pris un peut d’age (disparition de l’effet marketing et du reste) voir ne pas le regarder du tout.

            Parfois ça marche mais c’est de la loterie puis aussi une question de gout.

Les commentaires sont fermés.