Les natifs du numérique sont-ils aussi les illettrés du numérique ?

Je sais déjà que le titre va faire bondir nombre de personnes de la génération Y (milieu des années 1980 jusqu’au milieu des années 1990) qui auront envie de me sortir un « OK boomer » mal placé, étant donné que je suis né pile dans la génération X, qui a succédé aux baby boomers.

Il est vrai que la génération qui n’a connu qu’un environnement numérique, elle est née avec le nouveau millénaire et qu’elle est agée au pire que d’une vingtaine d’années. Je parle des adolescents actuels, celles et ceux qui préparent leur examens de fin de secondaire ou ont été fraîchement diplomés depuis 2017-2018.

Ce qui me fait rire, c’est l’expression « natifs du numérique » comme si leur date de naissance leur donnait une connaissance infuse de tout ce qui est environnement numérique : réseaux (a)sociaux divers, écrans tactiles, ordinateurs classiques (même si on annonce leurs morts avec une régularité de pendule helvète). Comme si les personnes nées depuis l’an 2000 dès qu’elles sont en âge d’aller à l’école savent utiliser parfaitement les dits outils sans le moindre apprentissage. Ce qui est marrant… Et complètement déconnecté de la réalité.

En quoi poster des photos ou de courtes vidéos sur le dernier réseau (a)social à la mode fait de vous un expert ? Quid de la maitrise des informations qu’on laisse fuiter par accident ? Savoir se débrouiller avec un écran tactile ne fait pas de vous une personne experte en numérique, loin de là.

Est-ce qu’un gamin ou une gamine de 10 ans est capable de comprendre les implications liées à telle ou telle inscription ? Est-ce que le même gamin sera capable d’écrire un courrier électronique sans aucun apprentissage avec une main attachée dans le dos et un oeil caché ? Je ne le pense pas !

C’est pour cela que je parle d’illettrisme numérique, cette fausse impression de maitriser l’outil car on sait cliquouiller avec un doigt boudiné sur un écran au moment qui va bien à l’endroit qui va bien.

Sans oublier la simplification constante des interfaces graphiques sous prétexte de démocratisation. Oui, le point vieux con va sortir.

J’ai commencé l’informatique personnelle à la grande époque des ordinateurs 8 bits qui a connu des produits mythiques comme les ordinateurs TO et MO de Thomson, les Commodore VIC20/C64/C128, les Amstrads CPC. On avait juste une interface en mode texte – même si dès 1984-1985 avec Apple, Atari et Amiga le mode graphique apparait – où il faut se débrouiller pour lancer des programmes en utilisant des commandes cryptiques.

En 2020, il suffit d’acheter un ordinateur et de double-cliquer sur une icone pour lancer un logiciel. C’est largement plus simple, même si en dessous, c’est d’une complexité redoutable. Depuis 2007, Microsoft propose une interface dite ruban pour se débarrasser des menus sans fins qui pouvaient effrayer les utilisateurs.

Même si c’était le retour du ruban déjà expérimenté dans une version plus rudimentaire avec MS-Word 1.x pour MS-Windows (cf la vidéo ci-dessous), on est arrivé à des interfaces qui banissent de plus en plus l’écrit au niveau de l’interface, même quand il s’agit d’en produire.

Microsoft n’est pas le seul avec l’idée du ruban, même LibreOffice s’y est mis, la preuve avec la capture d’écran ci-après.

Je n’aime pas, étant trop habitué à l’interface classique qui remonte au premier MacOS avec son menu global. Et un deuxième point vieux con au passage 🙂

Pour finir cet article, l’appellation « natif du numérique » avec les images que cela propage est purement marketing. J’ai l’occasion d’écouter des vidéos de dits « natifs du numérique » qui me font peur de par leur faiblesse au niveau technique, affirmant des vérités absolues dans un monde en évolution constante comme l’informatique.

Ce qui est vrai à un instant T ne le sera peut-être pas à T+2 ans. Voire même avant. Qui en 2002 aurait parié sur un navigateur tiers pour renverser le monopole d’Internet Explorer ? Qui aurait parié en 2007-2008 sur le navigateur de Google, Chrome ? Qui en 1992 aurait parié sur le noyau développé par Linus Torvalds dans sa chambre ? Dans le monde numérique, rien n’est jamais acquis à jamais. Rien.

24 réflexions sur « Les natifs du numérique sont-ils aussi les illettrés du numérique ? »

  1. Bonjour Fred,
    Je partage totalement ton point de vue, ils ne savent absolument pas ce qu’il se passe sous le capot et des fois c’est vraiment affligent.

    Sinon dans ton avant dernier paragraphe « affirmant des vérités absolues dans un mode en évolution constante comme l’informatique. » il doit manquer un « n » pour faire « monde ».

    Au plaisir de te lire !

      1. La responsabilité de l’éducation des enfants revient à ceux qui les éduquent.
        La déconnexion des enfants avec le monde réel et au moins égale de la déconnexion des parents avec le monde du numérique.
        On ne laisserait pas un enfant jouer avec un couteau de boucher ou un chalumeau, par contre il peut jouer avec sa tablette ou surfer sur le net, tranquille, sans contrôle parental ni proxy.
        Et qu’on viennent pas dire « je sais pas faire », rien n’est inné, tout s’apprend.

        PS : Et le petit pléonasme « Ce qui est vrai à un instant T ne le sera peut-être pas à T+2 ans. Voire même avant. » aussi au passage 😉

  2. Mais comme je suis parfaitement d’accord avec toi.

    Petite anecdote…

    Une dame est venue une fois chez moi pour un problème avec sa machine, et en parlant, dans la discussion, elle me lâche… « Mon p’tit fils s’y connait beaucoup en informatique aussi, si vous voyiez comment il utilise Facebook, c’est incroyable » !?!

  3. Cette expression veut tout simplement dire « consommateurs (compulsifs ?) de contenus numériques », à quelques exceptions près bien entendu. Il y a une petite vingtaine d’années, quand j’étais à la fac, je devais traduire un article d’un journal suisse-allemand sur ces fameux « Digital Natives », et la description qui en était faite était claire : ils ne maîtrisaient déjà que le contenu, pas le contenant, et ne pouvaient/voulaient pas se débrouiller sans, alors qu’Internet était évidemment loin d’avoir le visage qu’il a aujourd’hui.

    À qui la faute ? Aux jeunes qui se laissent naturellement aller à leurs instincts du « tout, tout de suite » et du « et moi, et moi et moi », comportements qui s’estompent généralement par la suite, mais aussi – ne faudrait-il pas dire surtout ? – à ceux qui leur ont fourni les outils clés en main, c’est-à-dire des adultes des générations précédentes, et ce pour des raisons purement mercantiles dans la majorité des cas.

    Si on l’observe avec un peu de recul, le monde numérique tel qu’il est en 2020 est au final un outil assez immature, qu’on pourrait presque qualifier d’adolescent, qui passe par des phases d’euphorie et d’excès pour mieux se lisser par la suite, avec des modes, des tendances, des clans qui disparaissent et laissent la place à d’autres. Comme le conclut Fred, ce qui est vrai aujourd’hui ne le sera sans doute plus dans quelques années, alors laissons les sociologues faire joujou avec leurs nomenclatures, les ados avec leurs miroirs aux alouettes et utilisons le numérique comme des adultes.

  4. Au delà du développement inéluctable du langage sms et de la novlangue tant décriés par les amoureux des belles lettres, nos natifs du numérique auront le handicap de ne pas maîtriser les arcanes de ce pseudo-nouveau monde sur l’utilisation de leurs données personnelles et sur le financement de la soit-disant gratuité des services auxquels ils ont accès.
    Concernant la gratuité, ils n’auront pas connaissance de cette formule tellement vraie « si c’est gratuit c’est que le produit… c’est toi » 🙂 Maintenant, avec la crise économique qui approche et les conséquences de la raréfaction inéluctable des ressources je souris d’avance sur la pérennité de ce modèle fondé sur la progression infinie de la consommation 🙂
    Sur l’accès aux et l’utilisation des données personnelles, comme ils auront baigné depuis leur tendre enfance dans un monde dangereux, fait de crises économiques et sanitaires et de risque terroriste, ils ne seront pas choqués d’apprendre que le moindre de leur geste quotidien est capté et analysé par des sociétés privées ou des services gouvernementaux aux motifs de la sécurité publique ou de l’amélioration de leur « expérience utilisateur [de consommateur plutôt] ». Ils trouveront ça si naturel qu’il ne leur viendra jamais à l’esprit de critiquer la nature ou l’étendue de cette surveillance de masse et ils seront sans doute même satisfaits de se savoir ainsi protégés et assistés dans leur vie quotidienne.
    Je n’insiste pas non plus sur la pauvreté intellectuelle des médias qui sont devenus totalement soumis aux pouvoirs financier et politique et qui ne servent plus que de porte-voix à leurs donneurs d’ordre et ont renoncé à être des outils d’éducation citoyenne et de débat démocratique au profit notamment des classes populaires.
    Ceux qui sont plus âgés ont vécu toute l’émergence de ce nouveau monde et savent combien, avec le temps et des motifs plus ou moins avouables, la liberté individuelle et le respect de la vie privée ont été progressivement rognés pour faire de nous des moutons dociles ayant perdu leur sens critique et leur capacité de compréhension des enjeux du monde qui les entoure.
    Nous surnageons dans un monde numérique pour la moindre de nos démarches, on réduit progressivement la possibilité d’utiliser de l’agent liquide (et bientôt nous devrons utiliser les crypto-monnaies des Gafam pour avoir accès à leurs services ou acheter en ligne), la télésurveillance et la télémétrie nous pistent en temps réél, la reconnaissance biométrique est en marche, notre dossier médical personnel va être stocké par Microsoft, les premiers essais d’implants neuronaux débutent…. si nous doutions de l’existence de la matrice maintenant nous la touchons du doigt 🙂

    1. Salut
      Tu as entièrement raison, moi je constate avec le neveu de ma compagne, à peine 19 ans tout mouillé qui veut m’apprendre à moi 54 ans et près de 40 années de connaissances informatique comment fonctionne un système, je ris aux éclats parfois, de plus quand je lui dit qu’il se prostitue sans la savoir sur le net avec son face de book et compagnies, il n’en a rien à foutre. Alors comment leur expliquer à ces jeunes qu’ils se gourent de tout aux tous, va leur faire comprendre, quand ils te traitent de vieux fossiles et qu’on y connaît rien!!!quelle bonne blague, enfin moi maintenant je ne discute plus avec lui informatique, il veut toujours avoir raison surtout quand je lui dit que son windaube 10 c’est une vrai merde il me renvoie chier, alors comme l’on dit aujourd’hui, basta!!!!!!!!!!!!!!!!!
      Bonne soirée

        1. Salut, je confirme, une grosse merde.
          Exemple: 2018 à cause d’une mise à jour non désiré, 200 millions de personnes dans le monde on perdu toutes leurs donner, pareil cette année en avril, je continue; du jour au lendemain les imprimantes ne fonctionnent plus ou les scanners, le système sans prévenir peut dé-installer un log qui ne lui plaît pas, je continue, si tu as fait la grosse connerie de prendre un compte chez sir micro chiote, ben ils ne se gênent pas pour fouiller dans tes données personnelles, et si tu as une adresse courriel chez eux, ils peuvent pirater ton courrier sans demander ton avis et j’en passe, tout cela à était démontré par des spécialistes en cyber criminalité, et si tu lisais leur licence, le pire c’est que c’est marqué noir sur blanc de leur agissement, ah si les gens prenaient le temps de les lire ces fameuses licences.
          Et pour couronner le tout, un pc avec windaube d’installé dessus ne t’appartient plus car c’est micro truc qui le gère à ta place et fait ce qu’il veut avec!!!y comprit tout casser.
          Maintenant c’est toi qui voies, moi j’ai choisit depuis longtemps!

  5. Et dire que que l’Amstrad CPC était livré avec un manuel de référence des instructions du BASIC et une petite intro à la programmation. J’ai encore le miens avec surlignages en fluo.

    Et un PC, dans les années 80 du moins, était livré avec un manuel de référence des commandes du DOS (COMMAND.COM) et un guide de programmation batch.

    1. Moi j’dis, 2 baffes dans la gueule, et au bout d’un moment tout le monde saura faire un : print document.txt pour imprimer sur son imprimante à aiguilles (avec le papier qui va bien, celui avec les petits trous de chaque côté de la feuille)

  6. Et qu’il fallait fermer la porte de la pièce où se trouvait l’imprimante, pour éviter que tout le monde pense que tu étais en train d’abattre un mur au marteau piqueur !

  7. les jeunes d’aujourd’hui ne savent même pas démarrer une tondeuse.
    pauvre jeunesse.

    j’ai adoré lire votre article et même les commentaires.
    c’était un grand plaisir de lire toutes ces vérités sur ces gamins à moitié attarder qui se prenne pour des experts en tout !

  8. Je suis née fin 1999, j’ai grandis avec ce modernisme qui grandissait vitesse grand V.

    Génération numérique juste parce que l’on est hyper connectée, les réseaux sociaux sont l’essence des jeunes, ce qui me désole c’est quand j’allais en cours, dans le bus scolaire, le nombre de groupes de jeunes (mecs comme nanas) qui traînaient sur les sites pornos, et avaient déjà des propos sexualisés à outrance, alors que ces jeunes avaient à peine 14 ans…
    Et ses même jeunes osent siffler des nanas de 25-30 ans et leur faire des remarques sexuelles hyper déplacées.

    Si c’est ça la génération numérique aucune fierté, au même titre que les jeunes nanas qui se sexualisent sur tiktok pour faire le buzz..

    Comment faire comprendre à toutes ces générations que le numérique ne signifie pas vendre son corps pour accroître sa popularité virtuelle.

    Je suis née dans tout ce bazar, mais je me considère mieux comme une ancienne née bien avant, j’ai honte de ma génération et globalement de l’humanité, et honte d’être moi-même une humaine.. 😒

    1. Au-delà de ces comportements peu humanistes et de la trop grande libération de la parole que nous constatons tous dans le cyber-espace, nos plus jeunes ne se rendent pas toujours compte des conséquences que peut avoir leur surexposition numérique, notamment le jour où ils devront convaincre un employeur de les embaucher et qui aura fait quelques recherches sur le web pour se faire une idée des qualités et du tempérament du candidat qui se présente devant lui 🙂 et après on fera un énième reproche aux entreprises de ne pas faire confiance aux jeunes !

      1. pourtant je vois une quantité de petit gamin qui ce la joue chef.
        peut-être du pistonage.

        Je suis né milieu 1980 et j’en suis fière. Cette génération est pour moi une génération de trisomique qui font l’étalage de leur argent de leur richesse de leurs biens sur internet et qui font n’importe quoi pour faire le buzz.
        Comme on dit, le riche a beaucoup d’ami.

  9. Étant née en 91 j’ai un peu de mal a me retrouver , même si j’ai débuté asser tôt , mais il est vraie que la génération actuel… « Je sais télécharger un torrent je suis un expert »… « J’ai un iphone je suis en avance sur tous »… Ouai ont est mal barré

    1. Salut,
      Pour sur, et si on leur dit print »machin »
      goto 10 ou encore input n et gosub 20, se sont de simple exemples, ben plus personne au bout du fil
      Et comme le disait feu Coluche (je me marrrrrrrre…………………….)
      Bonne journée

  10. Le problème d’une certaine génération qui se prétend du numérique ; alors que le numérique n’a jamais engendré quoi que ce soit d’organique à ma connaissance ; c’est qu’elle s’imagine que la terre a commencé à tourner le jour de sa naissance.

    Parce que l’automatisation de certains travaux permet de se libérer de quelques contraintes, les esclaves de la machine en viennent très vite à croire qu’elles ont toutes été supprimées par une souris.

    Après tout, il y a quelques siècles, des paysans étaient capables de prétendre que ces charmants rongeurs étaient engendrés par des bottes de paille. Pourquoi la version 2.0 de ces paysans du bétons n’en viendraient pas à croire que tout ce qui s’affiche à l’écran est engendré par la souris ? Pour être plus moderne, c’est tout aussi absurde et faux.

    Ce qui s’affiche à l’écran, a été conçu par des individus qui se sont forcément donné la peine de lire, au moins de la documentation, si ce n’est carrément des cours, tuto etc..

    Ces mecs ont développé des outils qui permettent de corriger ce qui ne va pas. Ca ne veut pas dire qu’un ordinateur, une tablette, ça ne peut pas servir à s’instruire et à lire.

    Surtout quand on voit les formules de remplacement que proposent certains correcteurs d’orthographe, et autres traducteurs automatiques qui enverraient facilement un internaute en prison au lieu de l’aider à trouver un job.

    Le pire problème des fameux illettrés, c’est que souvent, ils ne le sont pas uniquement dans leur langue maternelle. Ils le sont aussi en anglais et en allemand.

    Dans un avenir proche ou lointain, le beau gosse à la recherche d’un emploi de GO du club med écrira :

     » en tant que surfeur, je suis un fils de la plage  » .. Et j’espère pour lui qu’il maîtrise suffisamment l’anglais pour éviter les ennuis.

  11. J’ai bien saisie le sens de la phrase « ce qui est vrai à un instant T… » mais elle est un peu fausse : ce qui est vrai à un instant T, le sera toujours à un instant T+x. La temporalité n’a aucune incidence sur la vérité. Si Chrome existait en 2008, alors, en T+12, il est toujours vrai que Chrome existait en 2008.

    Par contre, ce qui était d’actualité ou qui était la norme à T, oui, à T+x cela peut avoir changé. Mais pas la vérité que cela représentait.

  12. Et encore, ceux qui utilisent un ordi c’est devenu l’élite maintenant, la plupart ne connaissent rien d’autre que leur iphone ou leur tablette.

    Le véritable ordi tour est un objet de plus en plus rare. Et je ne parle même pas d’assembler son propre PC, cela ne se fait tout simplement plus. Le macbook est ce qui se rapproche le plus de l’objet ordi que les gens connaissent aujourd’hui, sans même en avoir un pour la plupart.

Les commentaires sont fermés.