Peertube, Youtube, et moi, et moi, et moi !

Un court article – du moins je l’envisage ainsi – écrit à la fraîche en un mardi du mois de juillet 2020 qui promet d’être franchement chaud.

Depuis que je suis revenu sur le réseau du fesseur de caprins, j’ai pu accéder au groupe « Linux France & BSD » sur lequel j’ai été cordialement invité.

La question d’un retour sur Youtube m’a été posée. Ma réponse est simple, courte et directe : c’est non. J’ai suffisamment souffert sur la fin de ma carrière de créateur sur Youtube pour ne pas y retourner. Je suis très bien sur le désertique réseau Peertube.

Oui, j’y ai perdu en terme de nombre d’abonné(e)s, mais c’était un sacrifice que j’étais prêt à faire. Sur la fin de ma carrière de youtubeur, j’étais accusé de ne vivre que du « drama », d’être toujours à la recherche du « clash » et autres joyeusetés de ce style.

Depuis mon départ, j’ai pu constaté que le niveau de « drama » et de « clash » dans la youtubosphère linuxienne francophone n’a pas franchement baissé, et je dois dire que cela m’a fait plus que sourire. J’étais mentalement et physiquement épuisé, et une saloperie du genre helicobacter pylori m’aurait taillé sans problème un ulcère dans l’estomac.

Je vais mieux depuis fin novembre 2018 et ma santé passe avant le reste. Sur le plan de la complexité de Peertube, cela vient du fait que les termes changent. Au lieu d’avoir un compte avec des vidéos et des listes de lecture (ou playlists), on a un compte avec des chaines (comparables aux playlists / liste de lectures) où sont regroupées des vidéos.

La seule grosse différence, c’est qu’au lieu d’une seule instance centralisée, Peertube multiplie les petites instances qui se relaient entre elles, comme une toile d’araignée.

De plus, je me suis maintenant réorienté vers la rétro-informatique et le rétro-ludique. Linux, je n’en parle plus trop qu’en terme humoristique pour parler de ce qui me facilite le transit intestinal dans le monde du libre linuxien.

Voici donc les principales chaines que je fais vivre actuellement :

    1. Vieux geek (peertube.fr) et sa chaine secondaire (tux’n’tube)
    2. Les pitreries du libre (tux’n’tube)
    3. Jeux et Longplays (tux’n’tube)
    4. Les tutos à la con de Tonton Fred
    5. C’est trolldi, c’est permis (peertube.fr) et sa chaine secondaire (tux’n’tube)

Oui, je sais, c’est éclaté. Mais c’est tout aussi bien – ou mal – comme cela. Après, à vous de faire vos emplettes !

Sur ce, bonne journée !

7 réflexions sur « Peertube, Youtube, et moi, et moi, et moi ! »

  1. Le principal c’est de garder la santé (physique et morale) et ne pas se laisser embarquer dans des puits sans fond 🙂
    A pluche.

  2. un matin à la fraîche ? haaaa quelle chance, à part soleil, ciel bleu, fournaise, vent chaud, et sécheresse, chez moi il n’y a rien d’autre, les orages tant annoncés, j’en ai pas vu la couleur !

    Il vaut mieux avoir peu d’abonné(e)s mais que ça soit gérable et respectueux, que 50 millions d’abonné(e)s qui provoquent, disent des ragots dans ton dos, font des faux comptes pour te salir, et toussa !!

    Encore tu aurais monétisé ta chaine YouTube, et ça aurait été ton gagne pain, là oui partir de la plateforme fait mal au cul, parce que ça impacterait directement ta vie financière !

    Mais dans ton cas tu monétisais pas, du coup partir de la plateforme n’était pas un si gros inconvénient (sauf en terme de notoriété, vu que tes vidéos sur Linux sont quand même très instructives) contrairement à d’autres vidéastes qui font du distro-hopping, ou qui sont pro Gnome/Vivaldi)

    Être « populaire sur le net » avec moral/santé niqué, ou être « anonyme sur le net » mais avec moral/santé en béton, le choix est vite fait, la question ne devrait même pas se poser 😉

  3. Au fait, quant à mon problème de visionnage des vidéos peertube intégrées à ton blog sous Firefox/Android, il ne se pose que pour les vidéos hébergées sous l’instance pcservice46.
    Peut-être une option à cochée quelque part…

Les commentaires sont fermés.