Parfois, la rétro-informatique, ça tourne mal…

On m’avait fait don d’une tour assez ancienne (datant de 2004-2005 ?) avant que je déménage, en me disant qu’il n’y avait aucune garantie. Plusieurs mois sont passés depuis mon déménagement, et ce n’est qu’en ce vendredi de juillet que j’ai décidé de voir ce que je pouvais faire avec cette vieille tour.

Sur le plan technique ? Une chaudière… pardon, je voulais dire un Pentium 4 à 2,8 Ghz, 768 Mo de mémoire vive, un graveur de DVD, un lecteur de DVD, une carte ATI Rage Pro et un disque dur de 160 Go.

Mon but ? Me faire une mini station de jeu avec un double-démarrage Windows 98Se (pour les jeux MS-DOS) et MS-Windows XP pour des titres plus récents.

Autant l’installation de MS-Windows 98 se passait bien – si on virait la barette de 512 Mo – cf la photo ci-après, autant la mise en place de MS-Windows XP tourna au cauchemar.

À la quasi fin de la première étape, le couperet tomba : IRQL_NOT_LESS_OR_EQUAL…

L’écran bleu de la mort classique qui signifie – sauf erreur de ma part – que quelque chose au niveau matériel sent le moisi. Quand j’ai voulu lancer par curiosité un live DVD d’Ubuntu 14.04 et que j’ai eu droit à un kernel panic de toute laideur, j’ai tout de suite compris que la RAM était cuite…

Cuite au sens physique du terme. Bien que j’ai laissé le boitier ouvert, une chaleur digne d’un four se faisait sentir. Sans oublier que le graveur de DVD était lui aussi cuit. Quand j’ai jeté un oeil aux condensateurs, étrangement placé dans le flux d’air chaud qui se dégageait du radiateur, certains commençaient à être pris d’obésité…

Pour résumer ?

  1. Une carte mère moribonde
  2. Un graveur de DVD mort
  3. Des barrettes de mémoires cuites à point

J’ai décidé de récupérer les pièces détachées qui m’intéressaient : le processeur pour mon humble collection de CPUs, la carte graphique et le disque dur. Tout le reste partira à la déchetterie dès que j’en aurai l’occasion.

J’ai envie de me faire une machine pour de la rétro-informatique. Mais je pense que je viserai au maximum la génération des Pentium 3, ne serait-ce que pour éviter de me retrouver avec des composants cuits par l’évacuation thermique du microprocesseur.

20 réflexions sur « Parfois, la rétro-informatique, ça tourne mal… »

      1. Slot pas soit, foutu correcteur. J’avoue que je ne me suis pas trop pencher sur le rétro hardware, mais les quelques fois où j’ai eu des dons, j’ai souvent rencontrer les même soucis que toi: carte mère fatiguée, barrete défectueuse, alim HS et j’en passe. Et parfois des difficultés pour réunir des drivers. Cote soft, souvent linux s’est montré plus convaincant.

  1. On trouve pléthore de HP ou Dell avec core2 duo qui tourne très bien sous L/Xubuntu voir Mint si 4go de RAM.
    Suffit de traîner régulièrement sur le bon coin et avec 50€ tu peux avoir une machine pas vilaine du tout. C’est comme ça que j’ai trouvé mon « serveur » debian.
    A+

  2. Franchement, ne te casse pas la te^te et fait comme moi: un Pentium Dual-Core datant de 2006 à 2010 fera très très bien l’affaire, les cartes mères les supportant sont pour beaucoup livré avec une excellentes compatibilité Windows 98SE (c’est juste qu’un coeur est supporté).
    Tu peux même en trouver en brocante pour vraiment rien en négociant un peu et en plus, pour le support de stockage, un SSD Chinois suffit largement 🙂

    Ont peut en discuter par mail si tu veut, j’ai du matos qui n’attend que de trouver nouveau preneur 😉

    1. Je pense faire les vides greniers de ma région. Avec un peu de chance, je tomberai sur ce genre de matos qui me satisfera pleinement, quitte à remplacer un disque dur un peu capricieux par un lecteur avec une carte Compact flash.

      1. une compact flash ? mais non, les Pentium DualCore sont en Sata, bien meilleur (et moins couteux) que des adaptateurs CompactFlash 😉
        J’te le dis: contact moi en MP et je te ferais un prix si tu le souhaite, j’en ai plusieurs en rab et pas des mauvaise 😉

        1. Et les disques durs c’est fragile. Je te remercie pour la proposition, mais je ferai mon marché en local. J’ai décidé de conserver secrète aussi longtemps que possible ma nouvelle adresse.

          Merci quand même.

  3. Dommage pour cet ordi. L’autre fois, je me suis démené pour ressusciter un vieux laptop, genre 700mhz, 768 Go de Ram. AntiX tournait pas trop mal, mais Firefox était inutilisable. Mais comme on dit, c’est l’intention qui compte.

  4. De toute façon le Pentium 4 est à éviter comme la peste… mon PC de 2004 avec ce genre de bestiole fonctionne encore mais le ventirad qui est toujours à fond pour essayer de refroidir le processeur en perpétuel surchauffe fait un boucan infernal. C’est juste pas possible au quotidien sauf à mettre le PC dans un frigo lol

Les commentaires sont fermés.