En vrac’ de fin de semaine

Un court billet rédigé en pleine insomnie, ça arrive 🙁

Côté logiciel libre, informatique et internet.

Côté culture ? Rien cette semaine.

Dans la série, « on continue la longue quête des longplays pour Planet-X3 » déjà évoquée dans cet article, en voici deux autres, même si ceux-ci n’attire plus trop les vues.

La carte « North Pole » :

La carte « Rocky River » :

Ce qui en fait 9 sur les 11 que je compte publier. Ouf 🙂

Bon week-end 🙂

7 réflexions sur « En vrac’ de fin de semaine »

  1. Nous avons également vu la parution des versions finales de Mint 20 et d’OpenSuse Leap 15.2.
    KaOS 20.07 est en cycle de test intense avant sa prochaine sortie ainsi que la nouvelle mouture de GhostBSD.

  2. A ma connaissance, l’équipe de Zenwalk se compose toujours d’un seul Jean-Philippe depuis que George est parti créer Salix en emmenant la plupart des autres avec lui, comme celle de Slint d’un seul Didier 😉

    Cela dit, Jean-Philippe sort une à deux versions par an depuis 2016. La vraie nouveauté de mon point de vue est l’introduction du support de Flatpak dans la borne miliaire (comme il dit) 2020 07 02.

    1. Même seul Hyperion fait du bon boulot, il faut que je me refasse de la place sur ma machine pour installer une Zenwalk j’aime le concept du 1 logiciel pour 1 besoin.

  3. Tu comptes nous faire une petite démo de la Zenwalk 15.0, il me semble que tu avais fait un billet en 2018 de la Slackware ?
    C’est vrai que les fenêtres qui bondissent, ce n’est pas d’un grand intérêt 🙂
    A pluche.

  4. Salut à tous,
    De mon côté, Zenwalk représente plus une Slackware-current expérimentale. Dans ce sens qu’elle ose sortir des sentier très conservateur de Slackware. Le gestionnaire de paquet, honnêtement j’aime pas et je vois pas l’intérêt aussi bien garder Gslapt. Mais cela dit, à chaque fois que je l’ai installer en dure, je n’ai jamais passé le cap du 6 mois sans avoir eu droit à des plantages majeures du système. Maintenant de là a prétendre que Zenwalk en a assez d’attendre, j’y crois pas! Le développeur a toujours depuis quelques années lancé 2,3 fois l’an lancer sa mouture personnalisée de Slackware. Mais je sais pas ce que Patrick Volkerding va nous pondre comme Slackware 15 mais elle a besoin d’être top niveau après tout ce temps. Peut-être qu’il nous arrivera avec un gestionnaire de paquet, une gestion des dépendances, des outils graphiques de gestion système à la Mint etc… Oups excusé moi je crois que la bière commence à faire son effet ! Je blague là faut surtout pas s’énerver….

    En bref, je n’attend rien d’autre de la Slackware 15 que d’être une bonne vielle Slackware…… Mais c’est peut-être cela qui va la mettre sous respirateur artificiel. Cela dit, je vais tout de même soit acheter le coffret ou faire une contribution probablement plus par nostalgie des bonnes années et par respect pour Patrick qui m’a fait découvrir Linux dans les années 90.

  5. Le retour des effets les plus inutiles de compiz. Les fenêtres à la sauce Blob. Dire qu’il suffit qu’un abruti ne sache plus quoi faire de son temps libre, pour qu’il déterre une saleté que tout le monde pensait disparue du paysage.

    Compiz est encore la base des gestionnaires de fenêtres composites de gnome et de ses dérivées. Oui.

    On en trouve la tace dans Cinnamon, Deepin ou Panthéon ( le bureau d’ Elementary ) , mais dans des versions tronquées, et surtout, expurgées de toutes des saletés d’effets qui ne servent qu’à augmenter l’utilisation de ressources matérielles, voir, dans certains cas, à provoquer des plantages de serveur d’affichage.

    S’il y avait quelque chose à ne pas forker, c’était bien ça. Personne n’en rêvait, un imbécile l’a fait. Le tout sous la forme d’une nième extension de Gnome. Alors que chacun sait que ce bureau ne fonctionne jamais aussi bien que si on évite de lui coller une tonne de gadgets.

    Le souci, c’est que le crétin en question présente ça comme si ça sortait de chez Canonical, alors que le dépôts d’extensions Gnome, n’est pas administré par la société qui supporte Ubuntu.

    Les débutants qui ne savent pas ça iront se plaindre de la distro si quelque chose se met de travers. Alors que si on se contente de l’utiliser telle qu’elle est, elle fonctionne très bien.

    1. Pourquoi tant de haine donaukinder? Personne ne t’oblige à utiliser quelque chose qui ne te plaît pas, en tous cas dans le monde Linux, donc inutile d’injurier les développeurs ou intégrateurs.

      Pour en revenir à Compiz, il est toujours possible d’utiliser un autre gestionnaire de fenêtre, en tous cas avec les bureaux que je connais (je n’utilise pas Gnome). Il est par exemple très facile d’en changer dans Mate avec mate-tweak. ou en ligne de commande avec gsettings, ou bien juste en tapant « marco –replace ».

      D’autre part Compiz est 100% configurable avec son gestionnaire de paramètres ou ccsm: il est très facile notamment de désactiver tous les effets visuels qui te déplaisent. En outre Compiz possède des fonctions uniques, par exemple le eZoom qui déplace la fenêtre ou le bureau de manière à ce que le curseur reste au milieu de l’écran quand tu tapes un texte avec un fort grossissement, ce qui est fort utile pour les malvoyants qui doivent utiliser une très grande taille de caractères.

Les commentaires sont fermés.