Ah, le fantasme de la récupération des macistes déçus par le monde Linux…

Un rapide jus de cerveau suite à l’officialisation du passage des machines fruitées vers une architecture ARM. NextInpact a fait un excellent résumé auquel je vous renvoie.

J’avais exprimé mes doutes sur une telle migration dans un article écrit le 21 juin 2020 dans l’après-midi. J’exprime donc ici un mea-culpa. Surtout par rapport à ce paragraphe :

Vous imaginez que des grosses boites comme Adobe vont s’amuser à porter leurs logiciels phares qui sont des gouffres à calculs sur des puces ARM ? Je n’y crois pas trop.

Apparemment, Adobe est déjà en train de migrer le code… Je n’ose pas imaginer la complexité, surtout avec des puces plus connues pour leur sobriété énergétique. Apparemment, un kit de développement est disponible avec la puce ARM maison, ce qui veut dire qu’Apple ne veut plus dépendre à terme des caprices d’Intel. Une migration qui commencerait en 2021 après le lancement de MacOS 11.0 alias Big Sur.

Mais ce ne sera pas pour autant une aubaine pour le monde linuxien. Je pense que l’on aura encore une fois le schéma du 90-9-1 qui s’était appliqué lors de la mise à mort de MS-Windows XP, puis de MS-Windows 7.

En gros, il y a 90% des macistes historiques qui feront la grimace et iront tant bien que mal vers la nouvelle architecture, en espérant que les gains annoncés soit bien au rendez-vous. 9% se diront : bon, ça me fait mal au fondement, mais je pourrais toujours utiliser mon vieux mac intel pour y mettre un MS-Windows via Bootcamp et faire tourner mes logiciels professionnels qui y existent. Le dernier pourcent ira voir dans le monde linuxien si l’herbe y est plus verte.

Surtout que d’un côté on a un pré carré où tout est taillé à la serpe pour que rien ne dépasse (Apple) et de l’autre, le bordel monstre avec 250 distributions bureautiques, une dizaine d’environnements de bureau, etc… (Linux).

Si vous entendez des personnes vous dirent que c’est une aubaine pour le monde linuxien, ignorez-les. Et en 2023, fin de la période de migration des processeurs Intel vers ARM chez Apple, on verra bien si la part de marché de Linux a explosé… Ou pas !

13 réflexions sur « Ah, le fantasme de la récupération des macistes déçus par le monde Linux… »

  1. Bonjour , j ‘ ai moi-même réagis à la WWDC sur mon blog , Apple va avoir du pain sur la planche pour l ‘ instant , c ‘est à dire essayé de ramener les créatifs à la maison , et ils sont partis sur du X86-64 bits / Nvidia , Silicon à intérêt a poussé les potards à 11 au niveau puissance brute .

    ARM ? Pourquoi irais-je sur ARM ? il va falloir une sacré plus-value , au delà de l ‘ énergétique , Linux et suffisamment souple pour une recompilation , ça on sait faire , mais Torvald lui mème n ‘ en vois pas l ‘ intérêt et nous simple geek , qui somme nous pour remettre en cause son jugement ?

  2. Concernant la complexité de la migration des applications x86 vers ARM sur un environnement Apple ça demande un peu de travail c’est sur mais pas tant que j’aurais pu le croire. les frameworks d’Apple (UiKIT, metal …) facilitent grandement le travail et c’est sans doute pour ça qu’Adobe et Microsoft ont pu porter facilement leurs applications.

    Après pour le code plus « maison » hors des librairies de chez Apple c’est déjà plus compliqué et les performances en souffrent si on ne cherche pas à adapter son code.

    Pour la part de marché chez le particulier je ne pense pas que ça change grand-chose si Apple arrive à rendre cette transition transparente 🙁

    1. Apple a souvent mis en avant des technologiques maisons suffisamment portable – juste au cas où – pour être tranquille. La migration entre le PowerPC et l’Intel a été grandement facilité par les technologies de l’époque.

      Vu la maitrise d’Apple sur le plan des bibliothèques à employer, mise à part une baisse plus ou moins marquée des performances dans un premier temps, sur le plan logiciel, ça se passera sans trop de casse. Mais le problème restera la puissance de calcul brute. J’avoue que je suis des plus dubitatif sur ce plan précis.

  3. C’est amusant, ça tombe le même jour que l’annonce du nouveau super calculateur au sommet du Top 500 HPC, le Japonais Fugaku basé sur des puces Fujitsu A64FX… ARM 😉
    Hé non, l’architecture ARM n’est pas faite que pour les puces basse conso.

    Quand à la migration x86-64 vers ARM, ça ne va être qu’une histoire de recompilation, ça ne sera jamais que leur 3ème changement de CPU chez Apple ! 680×0 -> PowerPC -> x86-64 -> ARM

    Leur OS permet d’ailleurs les « Universal binary » intégrant plusieurs codes binaires dans la même appli. A l’époque c’était PowerPC + x86-32 + x86-64.
    Il refont le coup avec « Universal Binary 2 » pour x86-64 + ARM64.

    Pour le reste je suis totalement d’accord avec toi. Croire que les utilisateurs Mac déçus vont migrer sous Linux, c’est trop drôle 😀

    1. En ce qui concerne le super calculateur, je l’ignorais. Merci pour l’info.

      Une simple recompilation ? Pour des applications simples, je veux bien. Mais pour d’autres, ça va piquer.

      Une victime collatérale ? L’offre ludique telle que celle proposée par Steam…

      Sur ta conclusion, je te rejoins.

      1. C’est d’ailleurs étonnant de leur part de passer à une version 11, alors que le changement est assez similaire au passage PPC / Intel. Quant aux performances des applications il ne faut pas oublier le GPU.

        Mais même si ce n’est pas qu’une histoire de compilation (y’a quand même un peu de taf *avant* de recompiler), ça va vite. Ca fait quelques temps que les grosses équipes sont rodées avec l’ARM, avec le portage d’applications sur support mobile entre autres. C’est pas vraiment ça qui fait peur.

        En tout cas, je fais partie de ceux plutôt excités par les possibilités de l’ARM, même si on sait pas trop dans quoi on s’aventure. Une page va se tourner oui, en mal ou en bien, et y’aura pas de retour en arrière. En tout cas, je pensais pas qu’Apple franchirait le cap aussi vite, et brutalement. Je les voyais, dans un premier temps, davantage développer leur idée du Mac ARM/Intel, comme ceux vendus depuis deux/trois ans.

        (et l’offre Steam sous Mac…)
        (ah, je connais personnellement des macistes passés sur Linux (mais c’est pas courant, non), mais aussi l’inverse (j’en fait partie) ^^)

  4. Salut,
    La part de marché de « Linux » a significativement progressé ces derniers mois https://linux.developpez.com/actu/302403/Linux-a-connu-une-croissance-considerable-passant-a-2-87-pourcent-de-part-de-marche-des-OS-le-mois-dernier-alors-que-Windows-perd-des-points-selon-NetMarketShare/

    Maintenant est-ce que l’on peut s’attendre à ce que des utilisateurs de Mac basculent massivement sur une distribution Linux? Je suis plutôt dubitatif. Sur Mac on trouve des développeurs, des techniciens et des utilisateurs lambda qui n’ont aucune connaissance en informatique. Je ne vois pas de classe d’utilisateurs intermédiaire sur ce système!

    Je crois que les utilisateurs de Mac, veulent retrouver leurs habitudes, leurs logiciels>>>des icônes>>>un truc qui marche…immédiatement.
    Il y a des utilisateurs de Mac qui ont essayé de venir sur « Linux » qui changent leur distribution comme ils le font avec leur slip, à la recherche perpétuelle d’une distribution, d’un environnement de bureau collant au maximum à Mac OS! En pure perte, avec plein de désillusions, criant quelques fois leur rage et leur désespoir.

    Seulement derrière les icônes, le thème, la transparence, le blur, le vernis… Tata-Yoyo est bien sur du Linux! Et au bout de deux semaines BIIIIIMMMMM… grosse catastrophe et big panique!
    Ça se termine en général par un:
    – « Linux c’est de la merdEEEEEEEEEEEEeeeee! »
    Et il retournera un peu contraint et forcé sur Mac…il gueulera un peu…mais Apple s’en tape !

  5. En parlant du forum develloppez , j ‘ai lu une remarque intéressante , comme Apple va t ‘elle ce justifié en cas d ‘ attaque critique sur leurs CPU, parce les processeurs ne sont pas parfaits en sois t il serait logique que la firme de Cupertino veuille relancer MacOsX server , mais la ou Intel et AMD fournisse des patchs , Apple ne pourra se résoudre a reconnu des failles de sécurité

  6. Résumer ARM à une consommation inférieure est plutôt simpliste ! le x86 est une architecture CISC
    l’ARM est une architecture RISC beaucoup plus simple. Instructions simples et de taille fixe, contre x86 qui proposent des instructions nécessitant plus de cycles que d’autres.
    En gros pour réaliser la même chose, une procédure de 50 instructions en x86, peut être plus rapide que son codage en 45 instructions. Avec Arm la rapidité dépend du nombre d’instructions.

    A puissance identique l’architecture RISC à des coûts de production plus faible. Point positif pour un constructeur. De plus les applications iphone et ipad pourrons fonctionner sur Mac.

    Depuis 2016 Windows 10 est sur ARM (surface Pro X) C’est une version ARM personnalisée pour microsoft. Le nombre d’application ARM 64 bits est faible mais en progression, alors Adobe met le paquet avec Apple, sachant que le marché va s’ouvrir.
    Sans doute un boost pour Microsoft !
    Une version d’Arch Linux, dédiée à l’architecture ARM, est très utilisée sur Raspberry, ainsi que sur Samsung Chromebook Arm (idem pour opensuse a la place de google OS)
    Debian au début était le seul OS pour Rasberry.

    ARM une affaire à suivre !

    1. Euh, sauf erreur de ma part, depuis l’époque du Pentium Pro (ou du Pentium), le coeur du processeur est un RISC avec une couche d’interprétation CISC pour la compatibilité 🙂

      https://books.google.fr/books?id=zWrZY1OgTPsC&pg=PA12&dq=Pentium+CISC+RISC&hl=fr&sa=X&ei=xS32UtecMenC0QX3kIHYCQ&ved=0CDAQ6AEwAA#v=onepage&q=%22so%20the%20comment%20on%20it%20is%20that%20Pentium%20Pro%20is%20a%20RISC%20processor%20than%20runs%20CISC%20instructions%22&f=false

      Apparemment, à l’époque du Pentium Pro, Intel a pris un coeur RISC en y rajoutant une couche RISC pour gagner en fiabilité et en puissance.

      Pour la consommation énergétique, c’est le point fort le plus souvent employé quand on parle d’ARM. Apple va contrôler la totalité de sa chaine de production matérielle, ce qui lui offre une autonomie par rapport aux processeurs Intel qui commence à prendre du retard par rapport à AMD. Il est vrai que les smartphones n’utilisent pas des processeurs ARM pour leur sobriété énergétique 🙂

      Je me demande si les Surface Pro X ont autant de succès que cela. Seul l’avenir nous dira si la miraculeuse mais ultra-dispersée architecture ARM s’impose sur le marché des ordinateurs grands publics 🙂

      1. Merci , j ‘ allais le dire , le CISC est mort de facto depuis le Pentium 4 . Le principe même du CISC rend idiot les CPU à cœurs multiples , mais ceux-ci , sont en retard par rapports aux GPU , donc comme le faisait remarquer une connaissance sur les réseaux sociaux , Silicon va faire repartir la pseudo bataille X86-64 bits Vs Power PC – like , on va ce payé un retour en 2000

  7. L’utilisateur Apple, a fait le choix de payer très cher, pour être tranquille. Il a un matériel et un système d’exploitation qui fonctionne aussi longtemps qu’il ne joue pas les apprentis sorciers.
    On peut leur reprocher beaucoup de choses, les faits sont pourtant là, ça marche.

    De toute façon, le seul fait de changer le système d’exploitation justifie de se faire envoyer sur les roses quand on court à la boutique Apple pour tenter de régler le problème.

    Alors ça intéresse qui d’installer une distro linux sur un Mac ? Les gars qui se sont fait avoir en payant très cher une machine qui n’a même pas le mérite d’être neuve. Parce que sur le marché de l’occasion, la pomme pourrie, ça coûte encore la peau du cul.

    Vouloir s’emmerder à régler soi-même des problèmes qu’on avait pas en installant une distro à la place d’un Mac OS qui fonctionne, c’est le contraire de l’informatique.

    Le meilleur moyen de coller au sacro-saint principe  » Kiss  » , c’est peut-être de ne pas se compliquer la vie quand il suffit de laisser marcher ce qui marche. Evidemment que le gratuit c’est mieux. Et si on n’a pas les moyens de payer des bécanes à ce prix là, on a tout intérêt à regarder du côté de chez le pingouin.

    Par contre, penser qu’un mec qui a de l’argent à perdre et qui fait le choix de casquer va comme par magie envisager de s’arracher les cheveux, ce n’est pas du fantasme, c’est du temps perdu.

    Il est très compliqué de convaincre un utilisateur de Windows de passer à autre chose. Il est impossible de faire installer une distro linux à un possesseur de  » aïe machins  » de toutes sortes. Parce qu’il n’y a pas qu’un PC dans le réseau familial. Il y a au moins un téléphone, une tablette, et parfois même, une téloche.

    Cette manière de fabriquer de la clientèle captive et totalement dépendante, ce sont eux qui l’ont inventée. Microsoft et google, comparés à Apple, sont des défenseurs de la liberté des consommateurs. Un Windows, ça s’installe dans une tour pour le prix d’une étiquette récupérée sur un vieux boitier, ça se désinstalle, ça se réinstalle.. etc. Dans une tour ou un portable, on fait ce qu’on veut.
    Un smartphone ou une tablette android, ça se réinitialise à volonté.

    Un appareil de chez Apple, on n’y touche pas.

Les commentaires sont fermés.