Adieu framapiaf, hello mamot ?

Je pensais que Mastodon, le twitter du libre, ne souffrait pas des mêmes maux. À savoir l’entre-soi, les propos acerbes et compagnie.

J’ai appris à mes dépends que c’était malheureusement le cas. J’ai dû – suite à une remarque peu appréciée alors que je n’avais rien dit de franchement méchant – migrer mon compte mastodon vers une autre instance, posant mes guêtres chez Mamot.

Le problème est que les réseaux sociaux dit alternatifs ont de plus en plus tendance à être « noyauté » – j’ai du mal à trouver un autre mot – par des mouvements qui se veulent progressistes, pétris de bons sentiments et qui finissent par mal tourner en enfermant les personnes qui en font partie.

C’est pour cela que j’ai toujours refusé de m’encarter politiquement. Avant que mon compte ne soit détruit automatiquement sur framapiaf, j’ai récupéré les données les plus importantes, à savoir mes abonnements, les comptes que j’ai bloqué et ceux que j’ai masqués. Puis j’ai détruit l’ancien compte qui avait pas loin de trois ans d’âge.

Tant pis pour les pouets. Nombre d’instances sont déjà mortes emportant avec elles les pouets qu’elles hébergeaient.

Il faudra juste que je fasse modifier la section de fin de mes vidéos, l’adresse mastodon n’étant plus valide.

Désormais – et pour ce que cela durera – voici ma nouvelle adresse mastodon : https://mamot.fr/@fredericbezies

3 réflexions sur « Adieu framapiaf, hello mamot ? »

  1. Les réseaux sociaux dit « alternatif » ne sont simplement que des réseaux de l’entre soit.
    A la fermeture de G+, je suis parti sur framasphère. J’ai pas été déçu. Que de l’entre soit.

    Il ne faudrait surtout pas prendre le risque d’avoir à débattre avec d’autres et se retrouver à cours d’arguments…

  2. Les réseaux sociaux, sont ce qu’ils sont. Open-source ou pas, on retrouve très exactement les mêmes personnes.

    Débattre ? discuter ? de quoi ? La foire aux abrutis. Des réactions basées uniquement sur les gros titres de la part d’individus qui s’adonnent à la provocation et appellent ça exister.

    Framapiaf, Twitter, et tout le reste, même motif, même punition. Les égouts du net et un rassemblement de malbaisés à cheveux gras.

    Dans le domaine du logiciel open-source, je ne crois qu’aux forums officiels des principales distributions, ainsi qu’aux wikis dans lesquels on trouve les informations dont on a besoin.

    Les débiles qui prétendent que les personnes présentes sur framapiaf ou mastodon utilisent ça pour éviter d’avoir à discuter, oublient de rappeler qu’on retrouve les mêmes trous du cul partout, et que le seul argument dont ils sont capables d’user, est celui dont ils se servent pour manipuler leurs semblables, le chantage.  » si on a du courage, on n’a pas peur de débattre  » . Peur de quoi ? d’une bande de puceaux hystériques qui n’ont que ça à foutre ?  » si on refuse de débattre, c’est parce qu’on n’a pas d’arguments  » .. tous les ados plus ou moins attardés de la génération  » oui mais  » se servent de ça pour se convaincre qu’ils ont raison. Je ne débats pas avec ces merdeux, parce que je fous éperdument de ce qu’ils pensent autant que de leurs gueules de cons.

    Voilà, ce que je pense des réseaux sociaux.

Les commentaires sont fermés.