Vieux Geek, épisode 196 : Internet Explorer 5 pour Unix, le cadeau empoisonné de Microsoft pour Sun !

Dans l’épisode 195 de la série « Vieux Geek », je parlais de Spyglass Mosaic, origine du premier Internet Explorer. Celui-ci a eu une longue carrière, sa version IE 11 étant sorti en 2013 pour MS-Windows 7 et suivant. Il a aussi existé pour MS-Windows 10, soit 20 ans après sa version 1.0.

Il a aussi existé sur MacOS, sa dernière version ayant été la 5.2.3 pour MacOS-X 10.3 Panther en 2003. Cependant, une saveur moins connue a existé entre 1999 et 2001, pour les versions 4 et 5 du navigateur internet. Une déclinaison pour Unix. Non pas Linux, mais pour HP-UX et Solaris, à l’époque un produit de Sun Microsystems.

Même si Microsoft avait abandonné le développement d’un unix avec Xenix, le but était de pouvoir marquer des points dans la première guerre des navigateurs contre Netscape. En 1996, quand l’idée est lancé, Netscape est encore plus que largement dominant, et tout ce qui peut être grapillé contre lui est une bonne idée.

En cherchant un peu, j’ai pu trouvé un Solaris de l’époque (un 7.0 pour processeurs Sparc) avec un guide d’installation qui va bien, ainsi que l’archive de l’ultime version de Microsoft Internet Explorer pour Unix, le 5.0. La version 4.0 est sortie en 1998, la 5.0 en 1999 et l’ultime qui contenait un service pack en 2001. Le code était – à ce que j’ai pu lire – basée sur le moteur trident, donc le même que celui du navigateur pour MS-Windows.

J’ai pas mal galéré pour comprendre le fonctionnement du Common Desktop Environment, mais j’ai réussi à installer le navigateur.

Celui-ci ne m’a pas proposer d’icone à intégrer, j’ai donc du utiliser la ligne de commande pour le lancer… De plus, je n’avais pas de réseau fonctionnel dans la machine virtuelle.

Le port d’Internet Explorer tenait plus du cadeau empoisonné qu’autre chose. Outre le fait que Microsoft s’en débarrassa courant 2002, la version Solaris était un moyen de se venger du créateur de Java. En effet, il faut se souvenir qu’à l’époque, Microsoft était en guerre contre Sun. D’un côté, il y avait Java et de l’autre, les monstruosités ActiveX. Il fallait bien rendre la toile dynamique, après tout…

En 2002, la guerre des navigateurs était plié, Netscape ne comptait plus que pour quelques pourcents de part de marché, l’intégration d’Internet Explorer 4 et suivants dans MS-Windows 98/98Se/Millenium/2000 et XP n’y était pas pour rien. Mais c’était un morceau d’histoire de l’internet que je voulais vous montrer !

6 réflexions sur « Vieux Geek, épisode 196 : Internet Explorer 5 pour Unix, le cadeau empoisonné de Microsoft pour Sun ! »

  1. CDE c’est si beau ! A quand ton remplacement complet de ton vieux MATE par un CDE flambant neuf ?
    https://sourceforge.net/projects/cdesktopenv/

    Meme si je viens de voir en cherchant ce lien, que tu as deja fait une video dessus en parlant de SparkyLinux, je suis persuadé que tu finira pas y passer, c’est tellement pratique a utiliser ! tu passe a coté d’un truc enorme tonton !

  2. Question néophyte : à qui était destiné HP-UX et Solaris ? Plutôt pour les institutions non ? (type Fac ou très grosses entreprises ?)
    J’ai du mal à voir qui utilisait ces OS 🙁

    1. Jusqu’à une époque encore récente, la plupart des gros serveurs qui composent l’internet tournaient sous Solaris, aussi appelé SunOS. Certains encore à l’heure actuelle même si la majorité s’est tourné vers Linux depuis.

      Il faut savoir pour l’anecdote que l’un des cofondateurs de Sun Microsystems, Bill Joy, se trouve être aussi l’un des créateurs de BSD UNIX, le célèbre OS issue de l’université Berkley, en Californie. En particulier, Bill Joy est responsable de l’implémentation originale de la pile TCP/IP dans BSD UNIX, tache qui lui avait été confié par la DARPA au début des années 80.

  3. les HP-UX et solaris ont été très utilisés à partir des année 95 jusqu’à 2008 ,
    pour 2 raisons , version Unix propriétaire et matériel type gros serveur ,
    HP c’est ensuite orienté ver Intel , et Idem pour Solaris / Sun racheté par Oracle ,

    ce qui signifiait dans les 2 cas fin matériel serveurs mais aussi fin de leur unix serveur car il faut une pléthore de drivers pour la plateforme intel.

    dans le cas d’Oracle SolarisOs > OpenSolaris > OpenIndiana > illumos , cad il est compliqué de tenter à tout prix de poursuivre et maintenir ces Os propriétaires , qui de plus devait faire face au changement de licence GPL ( la GPLv3 est arrivé en 2008 ) .

    ces systèmes gèrent nativement ZFS , à l’opposée de OracleLinux

    donc si on se projette dans 10 ans
    tous ces machines ( HP ou Solaris ) ne seront plus en activité , ce qui signifie une disparition des systemes OpenSolaris > OpenIndiana > Illumos , et par suite de ZFS natif… ( et sans doute de services ou fonctionalités de ces Os )

    OpenZFS a réussi à optimiser sur la partie Linux ( la gestion ZFS ) et l’implémente vers FreeBSD , MacosX et Windows et Linux , cad converge pour code source commun avec gestion commun de version des des fonctionalités ( objectif V2.0 pour 2020 )

    pb pour Oracle car OpenZFS est CCDL , donc pas d’installation possible directement en natif pour les distributions linux qui respecte la GPLv3.

    c’est pas en implémentant un IE ( tardivement et qui ne respectait pas du tout les normes html ) , que cela allait prendre côté Solaris

  4. Internet Explorer 11 existe toujours à ce jour dans Windows 10. Il n’est simplement plus mis en avant (en fait, il ne l’a jamais été sur W10, puisque dès la version initiale de juillet 2015, c’était Edge qui était le navigateur Web, ainsi que le lecteur PDF par défaut), mais il est toujours là et peut toujours être défini comme navigateur Web par défaut (mais qui ferait ça de nos jours, quand même MS veut qu’on cesse de l’utiliser au profit évidemment d’Edge ?).

Les commentaires sont fermés.