Vieux Geek, épisode 192 : Wacky Wheels, l’un des premiers clone de Mario Kart sur PC.

En 1992, Nintendo sort le premier jeu de la série des Mario Kart, Super Mario Kart sur la Super Nintendo. Les standards de la série qui continue de nos jours sont posés : multijoueurs, les personnages du monde de Mario, des circuits marrants, la possibilité de mettre hors courses les concurrents avec des armes plus déjantées les unes que les autres, comme la peau de banane, les carapaces de tortue et autres joyeusetés de ce style.

Les développeurs du monde PC savent très bien que Nintendo ne portera pas ce jeu sur leurs plateformes et certains se mettent au travail pour proposer un clone. Un des essais les plus réussis, c’est Wacky Wheels, sorti en 1994 par l’équipe de Beavis Studios et publié par le roi du jeu en shareware, j’ai nommé Apogée Software.

Donc au lieu d’avoir les personnages de Mario, on a droit à des animaux, les carapaces de tortues étant remplacées par des hérissons que l’on peut attraper. Le jeu est rempli d’humour, surtout quand on voit des hérissons en train de lire le journal ou encore en train de satisfaire quelques besoins plus que naturels.

J’ai utilisé DosBox pour vous montrer la version librement téléchargeable.

Vous avez pu le voir, c’est de l’humour à l’état brut. Les musiques sont déjantées, les niveaux bonus où l’on doit tirer sur des canards – un hommage à Duck Hunt ? – sont franchement délires. Si vous ne connaissez pas, je vous conseille de tester ce jeu, même s’il a maintenant dépassé les 25 ans 🙂

6 réflexions sur « Vieux Geek, épisode 192 : Wacky Wheels, l’un des premiers clone de Mario Kart sur PC. »

  1. et à cette époque, il y avait beaucoup de clones shareware des hits de nintendo…comme Supermario, entre autres. Apogee a même pris une bonne inspiration dans son Commander Keen

    c’est fou comme ce blog est plus intéressant sur ces sujets qu’en ressassant de vieilles polémiques pour faire le buzz à la c-news. La nouvelle coupe peut-être ?

    (et pour la n-ième fois je réitère sur le besoin de faire un zoom sur le jeu et pas laisser la fenêtre dosbox perdue dans le gran-nécran)

    1. Commander Keen a été développé par un certain id Software et publié par Apogee, il ne faut pas l’oublier ?

      Des vieilles polémiques à la C-News ? Serais-je donc un clone d’un certain Éric Z ?

      Ce n’est pas de ma faute si le logiciel libre s’est enfermé dans les dogmes depuis quelques années et refuse d’admettre qu’on est arrivé à un point de maturation élevé dans le duo distribution et environnements de bureau. C’est quoi les dernières nouveautés vraiment transcendantes dans les deux domaines en question ?

      En ce qui concerne le zoom, je ne voulais pas proposer un affichage type « gros pixels qui piquent les yeux ». Voila, voila, voila !

  2. Je ne jouais que sur console à l’époque. J’avais à peine découvert ce qu’était un PC. Et c’est un de mes amis qui m’a fait découvrir ce jeu, ça devait être en 1995. Franchement il nous a offert quelques bonnes heures de jeu.

    1. C’est vrai que les jeux de cette époque avaient une toute autre saveur. Peut-être que je me fais vieux, mais les titres récents ne me procurent pas le même plaisir. Peut être qu’il s’agit aussi de lassitude. A l’époque les nouveaux titres se comptaient sur les doigts des mains quand aujourd’hui l’internet nous donne accès à une foison de titres divers et variés. L’excitation de découvrir un nouveau titre n’y est plus, en tout cas en ce que me concerne. C’est la tout le paradoxe de l’abondance. Il se passe d’ailleurs la même chose en cuisine. Prenez un plat en quantité limitée et vous le trouverez excellent. En revanche le même plat en abondance vous donnera la nausée jusqu’à écœurement complet. Je pense qu’il s’agit du même phénomène qui se produit dans les jeux vidéos, l’abondance de nouveaux titres est telle que cela en devient écœurant. Pourrait on pousser la comparaison encore plus loin en parlant de l’abondance des distributions Linux? Je vous laisse en juger.

Les commentaires sont fermés.