Parlez de moi en bien, parlez de moi en mal, mais parlez de moi : le nouveau slogan de la FSF ?

Ah, la Free Software Foundation… Maître étalon auto-proclamé pour définir la liberté logicielle, c’est aussi l’antre de projets douteux pour ne pas dire foireux : GNU Sheperd (un énième système d’initilisation) ou encore le célébrissime GNU/Hurd, le noyau 100% libre. Sans oublier des projets comme GNU Gnash, implémentation libre d’Adobe Flash.

Bref, c’est méchant de tirer sur une fondation qui a apporté de bons trucs aussi comme GCC ou encore Grub. Liste non exaustive, bien entendue.

Mais je dois dire que le dernier délire en date de la Free Software Foundation, intitulé « Upcycle Windows 7 » n’est pas piquée des hannetons.

Pour résumer : la FSF demande à Microsoft d’ouvrir le code source de MS-Windows 7 pour que celui-ci puisse continuer à vivre, dans le but de limiter la casse et de ne pas laisser les utilisateurs de cette version dans la mouise.

J’ai exprimé rapidement mon point de vue dans cette vidéo :

Je vais donc rajouter cette simple question. Est-il imaginable que Microsoft ouvre le code de cette version de MS-Windows sachant qu’il contient entre autres choses :

  1. Une vieille version du noyau NT
  2. Une vieille version de DirectX
  3. Le code source du moteur de rendu Trident jusqu’à Internet Explorer 11, son ultime version.

Et encore je n’ai fait que penser aux technologies qui me sont venus à l’esprit immédiatemment. Il doit y avoir un sacré morceau du code source qui doit dépendre des brevets logiciels, qui bien qu’inexistant en Europe, font la loi aux États-Unis.

J’en viens à conclure que la Free Software Foundation a voulu faire du bruit médiatique, mais celui-ci va se retourner contre elle et faire passer le monde du logiciel libre pour une bande de clowns qui ferait mieux de partir à la maison de retraite.

8 réflexions sur « Parlez de moi en bien, parlez de moi en mal, mais parlez de moi : le nouveau slogan de la FSF ? »

  1. Windows sera bientôt distribué comme « Free-to-play » dans la même veine qu’Android, car il est trop facile à activer avec un serveur KMS custom ou une « Digital Licence ». Certaines parties seront sûrement open-source pour des raisons logistiques. La Free Software Foundation a toujours été composée d’une bande de clowns débiles.

  2. De toute façon ça n’arrivera jamais, microsoft vendant encore du support séparément du circuit normal.
    ils ont encore moyen de faire un peu de fric sur le dos de windows 7 donc même si sur un mal entendu une chose pareil pourrai arriver… ce que je doute. il faudra attendre encore quelques années que le support complet soit complètement terminé. cela à surtout été fait pour faire un coup de communication et de faire entendre parler de la FSF

  3. Salut,
    J’ai un peu du mal à voir l’intérêt hormis le fait de dire que la bande à Windows est un tas de méchants (puisque leur réponse sera un « NON » ferme et que la FSF pourra ainsi montrer la volonté de Microsoft de ne rien ouvrir).

    En revanche, dans l’hypothèse (folle !) ou Microsoft donne suite : il se passe quoi ?
    On retro-ingénérie des outils vieux de 10 ans pour quoi faire ?
    J’ai du mal à voir ce que cela pourrait apporter et quels seront les bénéfices directs pour l’utilisateur lambda ?
    (c’est une vraie question…si quelqu’un a des pistes, ça serait vraiment bien d’avoir un éclairage sur ce que ça apporterait concrètement).

  4. Dans un monde où windows 7 serait mis en open source (ce qui est totalement irréalisable à cause de code, de bibliothèques sous brevet), la première conséquence serait la mort immédiate et absolue de toute les distribution desktop linux.

    Quelle serait l’intérêt de continuer à utiliser quelque chose qui à la base a été créé en opposition à Windows et son code fermé ?
    Plus aucune.
    Nous n’aurions plus de soucis de pilotes, jouer ne serait plus un problème et j’en passe.

    Pleins de projets n’auraient plus lieu d’être, je pense à wine notamment ou proton.

    Et il vient une question très intéressante et pertinente, quelle serait à ce moment là, l’argumentaire d’une communauté de libristes vis à vis de ce windows libre pour rester et continuer sur linux ?

    N’oublions pas qu’un des grands arguments est « c’est un logiciel libre c’est mieux que du code fermé ».
    Argument qui meurt immédiatement avec un windows libre.

    Donc voilà, je pense que Fred à raison. C’est un coup de comm pour faire parler d’elle, car si on prend le temps de se poser et de regarder quelle seraient les conséquences, et bien elle sont légions.

  5. Bonjour,

    La FSF est dans son rôle, celui qu’elle s’est assigné et qui a des aspects positifs et utiles pour la « communauté » du libre et les libertés des utilisateurs. Certes il s’agit d’un coup de com et la com n’est pas d’un niveau très pro, me semble-t-il, mais de là à se faire dézinguer par un « libriste »… Bof. Ceci étant écrit, les outrances peuvent être amusantes. Perso je les préfère dirigée contre les « détenteurs » de « brevets logiciels ».

    Bon WE !

    1. Bonjour,

      avec tout le respect que je dois à la FSF, je lui dirais de s’occuper de son postérieur et de sortir un noyau 100% libre fonctionnel au lieu de se la jouer « mère la pudeur ».

      Le librisme à la sauce FSF est un cul de sac qui se résume à limiter les contraintes d’utilisations. Je suis libriste dans le seul où j’utilise du logiciel libre au quotidien. Mais pas un puriste enfermé dans son monde qui traque le mauvais logiciel non-libre comme on cherchait le sang impur à l’époque de l’État Français.

      Désolé pour la remarque qui me vaudra sûrement un procès en sorcellerie, mais les libristes puristes, ça me donne de l’eczéma purulent.

Les commentaires sont fermés.