Le monde du logiciel libre est fou, fou, fou…

Je dois dire que je pensais qu’on avait le comble de l’imbécilité et de l’inutilité avec Ubuntu Cinnamon Remix dont j’ai parlé le 9 décembre, mais j’ai trouvé encore plus… Bref, je ne sais pas comment qualifier la migration qui s’annonce et qui – je dois le dire – m’a fait exploser la vessie à force de rire.

Je dois dire que sans jouer les devins, je sentais arriver depuis pas mal de temps l’annonce que vient de faire le projet ArchBian… Je voulais dire Hyperbola GNU/Linux-Libre.

À l’origine, c’était un projet mélangeant Archlinux (donc forcément à la pointe de la nouveauté) avec des correctifs rétroportés depuis les dépots de Debian GNU/Linux… Le tout avec OpenRC et un noyau Linux libre… Autant dire une chimère digne des pires inventions de la mythologie grecque. Une petite capture d’écran pour l’histoire 🙂

En octobre 2019, le projet annonçait que la version de test était en plein chamboulement, avec le retrait de Java, de certains paquets inutilisés, le remplacement de PulseAudio par sndio (le serveur audio d’OpenBSD) et le retrait de la dépendance à DBus pour nombre de logiciels.

Le 21 décembre 2019, le projet annonce sa migration d’une base linux vers une base OpenBSD… Je dois dire que je m’en doutais, surtout avec l’utilisation de sndio en lieu et place de PulseAudio.

Le justificatif ? L’habituel et usé jusqu’à la corde : « le choix de l’utilisateur et la liberté »… Liberté de tomber sur une base technique au support matériel moindre même si celui-ci s’est amélioré ces dernières années.

J’adore OpenBSD, c’est d’ailleurs mon BSD libre préféré, mais il faut arrêter de fumer la moquette et de mélanger le monde GNU et le monde BSD : cela n’a jamais fonctionné.

On a droit aussi à l’argumentation sécuritaire avec des idées proposées qui n’iront pas à leur terme (comme utiliser rust pour faire du développement au niveau du noyau), ou encore l’ajout du HDCP dans le noyau… Ce qui ne concerne pour le moment – et pour longtemps – le pilote i915… Ce que semble me confirmer une petite analyse du fichier utilisé pour compiler le noyau linux de ma Manjaro Linux unstable.


fred@fredo-manja-mate ~ % zcat /proc/config.gz | grep HDCP
CONFIG_INTEL_MEI_HDCP=m
fred@fredo-manja-mate ~ % zcat /proc/config.gz | grep drm
# drm/i915 Debugging
# end of drm/i915 Debugging
# drm/i915 Profile Guided Optimisation
# end of drm/i915 Profile Guided Optimisation

Bref, on a un projet qui n’était utilisé que par une minorité de geeks barbus et priant Richard Matthew Stallman le soir avant de se coucher.

Autant dire que cette migration me fait penser à l’incontournable tube de Pauline Ester sorti en 1990…

Allez, bonne fin de journée !

14 réflexions sur « Le monde du logiciel libre est fou, fou, fou… »

  1. Salut Fred, à « il faut arrêter de fumer la moquette et de mélanger le monde GNU et le monde BSD : cela n’a jamais fonctionné. » je réponds : cela dépend à quel niveau. Un seul exemple: j’ai récemment installé Postfix sur mon VPS Linode (basé sur une Slackware allégée car c’est un serveur headless) mais j’aurai sans doute gagné beaucoup de temps de configuration post installation en installant à la place Opensmtpd, cf.: https://unixsheikh.com/tutorials/arch-linux-mail-server-tutorial-part-2-opensmtpd-dovecot-dkimproxy-and-lets-encrypt.html. Opendmtpd s’interface apparemment aussi facilement avec Dovecot que Postfix et pas de problème pour configurer dkim et dmarc non plus.

    Didier

  2. Cette annonce d’Hyperbola sonne un peu comme un switch de l’annonce du passage de Project Trident vers une base Void Linux 🙂 En tout état de cause, la Bola étant très peu utilisée, cela ne fera aucun mal à sa communauté de passer sous un kernel BSD, libre pour libre et peu utilisable au quotidien pour peu utilisable, cette migration n’aura aucun impact sur la réputation de la distribution ni aucune conséquence sur son caractère less-user-friendly.
    Je vais quand même suivre l’affaire de près, tout comme je surveille le projet Trident/Void, on aura peut être quand même quelque chose de nouveau à se mettre sous la dent dans quelques mois.

    1. Très peu utilisée ou juste par une poignée d’utilisateurs qui ne remplirait même pas un car scolaire, sachant qu’il y a 33 places en moyenne ?

      La Hyperbola a juste petit à petit tranché la gorge de la seule distribution 100% libre à peu près utilisable, la Parabola.

      Je pense qu’ils vont se prendre un retour de bâton féroce de la part de l’équipe d’OpenBSD. Ce sera savoureux à voir. Tout comme le flop monumental que sera la migration du projet Trident sur une base Void. Il y a déjà 200 ou 300 projets de distributions bureautiques basées sur le noyau linux…

      1.  » Très peu utilisée ou juste par une poignée d’utilisateurs qui ne remplirait même pas un car scolaire, sachant qu’il y a 33 places en moyenne ?  »
        Il faut remettre à jour tes grimoires Tonton, maintenant les bus scolaires c’est du 54 places minimum 🙂
         » Je pense qu’ils vont se prendre un retour de bâton féroce de la part de l’équipe d’OpenBSD. Ce sera savoureux à voir. Tout comme le flop monumental que sera la migration du projet Trident sur une base Void. Il y a déjà 200 ou 300 projets de distributions bureautiques basées sur le noyau linux…  »
        Soyons sport, laissons à tous ces gens là le temps de montrer qu’ils peuvent faire plus et mieux que les autres, nous jugerons sur pièces le moment venu, il sera toujours temps de critiquer plus tard si rien de bon ne sort de ces deux migrations.

        1. Pour les bus scolaires, j’étais resté aux remplissages des années 1990. Pour les migrations, sans vouloir jouer les misandres, l’absence de débouché pour Lumina Desktop – qui marche sur les plate-blandes de LXQt – ou encore la volonté de GPLiser certains composants d’OpenBSD vont se casser les dents sur la réalité.

          1.  » Pour les migrations, sans vouloir jouer les misandres, l’absence de débouché pour Lumina Desktop – qui marche sur les plate-blandes de LXQt – ou encore la volonté de GPLiser certains composants d’OpenBSD vont se casser les dents sur la réalité.  »
            Tu auras l’occasion de faire un nouvel épisode des pitreries du Libre 🙂

  3. hyperbola, la version 2.0 de la fiancée de Frankenstein. Normalement, c’est la créature qui doit prendre le jus. Dans le cas de la distribution en question, les développeurs ont sans doute pris largement plus que la dose prescrite.
    Le souci avec le serveur de son de BSD dans une distro Gnu\Linux, c’est que les gars qui n’ont jamais touché à BSD risquent de se faire chier pour avoir du son. Après tout, c’est pas comme si écouter de la musique ou entendre le son d’une vidéo pouvait être d’une quelconque utilité dans une distro qui se veut orientée  » bureau  » .

    Bien sûr, il y a déjà des logiciels en provenance de chez BSD dans les distro linux. tar, pour les archives en format comprimé, SSH, pour ceux qui se connectent régulièrement à un serveur, local ou distant, qu’importe, et forcément, tout ce qui en découle : sftp, rsync, scp etc… Mais on ne parle pas de prendre une carte son en charge, quand on en est rendu à faire ça, c’est sur un serveur et ça ne fait pas de musique, enfin, normalement.

    Soyons clair, sur un bureau, au quotidien, avec une machine récente, ce qui vient de BSD est une purge. Dès qu’un utilisateur a entre les mains autre chose qu’un vieil intel core i3, sur une carte graphique dont les performances sont au ras des pâquerettes, il galère pour faire prendre son matériel en charge. Donc, BSD sur un serveur, d’accord, sur un ordi de bureau, il faut vraiment vouloir de la seule chose franchement réussie, le diablotin en fond d’écran. Pour le reste, c’est pire qu’une Debian en matière de fraîcheur, et pire qu’une Archlinux pour ce qui est de l’installation et de l’administration.

    Quant au 100 % libre, c’est de l’arrière-gardisme forcené. Si le gros Linus Torvalds et sa bande de joyeux drilles s’emmerdent à améliorer la prise en charge du matériel et la compatibilité des noyaux avec les pilotes non-libres, ce n’est pas uniquement parce que l’hiver il fait nuit toute la journée en Finlande, et qu’ils s’ennuient. L’intérêt d’empoigner quelque chose qui fonctionne pour en faire un truc incapable de fonctionner, je ne le verrai jamais. L’informatique, ça commence quand on évite de réparer ce qui marche.

    1. Avec les nouvelles distributions basées sur FreeBSD/TrueOS que sont Ghost, Fury et Nomad (je ne parle pas de Midnight 🙂 ) on arrive quand même à avoir quelque chose de fonctionnel en bureautique, même si la reconnaissance matérielle n’est pas encore totale (notamment pour les cartes wifi). Les progrès sont notables malgré des équipes de développement restreintes. Je tourne sous GhostBSD depuis quelques mois et la distribution est plaisante à utiliser au jour le jour. Le retour sur une base FREEBSD-stable permet maintenant de faire des sauts de version sans avoir à réinstaller l’OS. Les mises à jours sont régulières (tous les 15 jours, un mois au maximum) et les paquets sont aussi frais que sur une rolling Linux.
      Par contre le mariage annoncé d’Hyperbola et OpenBSD n’augure rien de bon à ce niveau, le librisme forcené de la première associé à la pauvreté de la logithèque/reconnaissance matérielle de la seconde va virer à une catastrophe technologique. On va obtenir une distribution verrouillée de tous les côtés et inutilisable au quotidien. Il m’est arrivé de tester HardenedBSD sur laquelle je suis resté moins de 2 heures tellement on ne peut rien faire avec 🙂

Les commentaires sont fermés.