Pamac 9.2.0, une évolution en douceur pour ce gestionnaire de logiciels graphiques pour la grande famille Archlinuxienne.

Il y a des outils qui sont sensibles à mettre à jour, un gestionnaire de logiciels en fait partie. Dans la famille Archlinuxienne dans son acception la plus large, Pamac est devenu un outil reconnu. Je maintiens depuis septembre 2017 (soit un peu plus de deux ans au moment où je rédige ce billet) sa version de développement sur AUR.

En septembre 2017, c’était la version 5.1.1… Comme le temps passe vite 🙂

Depuis, on en est arrivé à la neuvième génération, et la version 9.2.0 est disponible en release candidate depuis le 30 novembre 2019.

Quand on arrive à la neuvième génération majeure d’un outil, on est plus dans l’évolution que dans les révolutions constantes. On est plus dans le polissage et la finition que les grands chamboulements.

Pour montrer un aperçu de cet outil qui fonctionne nativement sous Wayland sans avoir besoin de faire des contorsions techniques – coucou Synaptic ! – j’ai installé une EndeavourOS en mode installation réseau (oui, étant dans le secret des Dieux, j’ai accès à des versions avancées de l’installateut) avec Gnome. J’ai ensuite « archlinuxisé » l’installation (ce qui m’a demandé 3 minutes de travail), en finissant par rajouter une version 9.2.0rc de Pamac.

Comme vous avez pu le voir, lla seule grosse différence visible dans l’interface graphique, c’est le rajout d’un onglet « avancé » avec un avertissement qui claque et une option dont je ne suis pas vraiment un grand amateur. À part cela, l’outil évolue en douceur, et ce n’est pas plus mal.

Si d’autres développeurs pouvaient faire de même et se concentrer sur l’applicatif pour l’utilisateur au lieu de pondre une énième distribution qui ne fera que flatter leur ego surdimensionné, le monde libre tournerait enfin rond…

Sans rancune, j’espère ? 🙂

9 réflexions sur « Pamac 9.2.0, une évolution en douceur pour ce gestionnaire de logiciels graphiques pour la grande famille Archlinuxienne. »

  1. C’est fonctionnel aussi chez moi, qu’est-ce que tu conseilles comme nombre de téléchargement en parallèle dans l’onglet général ?
    A pluche.
    Ps, va falloir mettre une Webcam dans ta liste au père Noël 🙂

  2. C’est là qu’on voit la grande maturité actuelle de Linux, il n’y a plus de révolution, juste des améliorations cosmétiques ou à destination de l’utilisateur final. Je prends aussi pour exemple les gestionnaires de paquets cards de la NuTyX ou nix de la distribution éponyme, maintenant çà tourne tranquillement, çà fait le boulot proprement sans rien dire.
    Reste à orienter nos amis développeurs et mainteneurs sur l’amélioration des applis « michu’s user » pour inciter le plus de personnes possibles à utiliser des logiciels libres même sous Win 🙂

    1. Cards en mode graphique a une ergonomie « spéciale ». Quand à Nix ou Guix, j’avoue que ça tient franchement du jouet pour geeks encore de nos jours.

      Sur ta conclusion, cela m’a valu d’être traité de tous les noms et de méconnaissance du logiciel libre.

      1. Je n’ai utilisé cards qu’en terminal, je sais que TNut voulais revoir le Gui pour le rendre plus lisible, mais je préfère largement la sortie du gestionnaire dans un terminal qui donne plus d’information.
        Nix etGuix méritent d’exister, même s’ils ne sont pas utilisés dans d’autres distributions alors qu’ils sont aisément portables, je vais même tenter Nix dans ma Siduction pour comparer avec apt 🙂 ils sont peut-être l’avenir des gestionnaires de paquets qui sait !

         » Sur ta conclusion, cela m’a valu d’être traité de tous les noms et de méconnaissance du logiciel libre.  »
        Laisse donc les esprits chagrins et les défaiseurs de fama déblatérer leur discours de barbus impubères 🙂

  3. [Commentaire hors sujet, désolé]

    Je vois que tu contribues aussi à la traduction de l’installateur Anarchy Linux, félicitations.

    Cet installateur me semble très bien conçu, je vais m’en inspirer pour le partitionnement en mode automatique de la prochaine version de l’installateur Slint.

    Sujet voisin, j’aime bien aussi le projet Tarch, maintenant maintenu par Michael et Deedra, aussi contributeurs du projet F123.

  4. Salut Fred, une petite coquille là : » Je maintiens depuis depuis septembre 2017 (soit un peu plus de deux ans au moment où je rédige ce billet) sa version de développement sur AUR. »
    2 fois « depuis »

    Slt
    Micka

Les commentaires sont fermés.