Vieux Geek, épisode 162 : Tandy DeskMate, le concurrent malheureux de MS-Windows 1.x et 2.x.

Si de nos jours – grâce à la vente liée entre autres – MS-Windows est disponible par défaut sur 98 à 99% des PCs, il faut se souvenir que ce n’est qu’en 1990 avec sa version 3.x que l’interface graphique de Microsoft sortit la tête de l’eau.
MS-Windows 1.x est une sacrée bouse, la version 2.x étant à peine mieux au final.

Si IBM avec son OS/2 fut pendant une période une alternative potentielle, Tandy Corporation devenue en l’an 2000 RadioShack proposa un environnement semi-textuel et semi-graphique, le Tandy DeskMate.

Dès 1984-1985, Tandy proposa son premier clone d’IBM PC, le Tandy 1000 avec le duo MS-Dos 2.11 et le Tandy DeskMate 1.0. Je vous renvoie à cette vidéo de l’excellente chaine « The 8bit Guy » qui montre une version 2.0 de l’environnement en question.

L’environnement se basait sur l’utilisation d’une série de modes graphiques plus évolués que ceux du PC d’origine, ce qu’on appellé par la suite le mode Tandy 16 couleurs qui était une amélioration du CGA de l’IBM PC.

Le projet Tandy DeskMate continua jusqu’au début des années 1990 avec une version 3.0.x. Le Tandy DeskMate fut rendu compatible avec les autres PC, même si ce n’était qu’un logiciel en anglais et sûrement uniquement destiné au marché nord américain au final. Mais ça donnait quoi l’ultime version de Tandy Desk Mate ? Voici la réponse en vidéo.

C’était vraiment un environnement intéressant pour de la bureautique pure, mais qui n’était pas aussi ouvert que la surcouche graphique de MS-DOS alias MS Windows 3.x. Au moins, Microsoft a eu un peu de concurrence réaliste et fonctionnelle à une certaine époque !

10 réflexions sur « Vieux Geek, épisode 162 : Tandy DeskMate, le concurrent malheureux de MS-Windows 1.x et 2.x. »

  1. Sauf que je n’en ai jamais vu l’ombre d’un dans nos régions, même si j’ai souvenir d’avoir vu du Tandy dans les années 80…Amstrad avait eu bien plus de succès avec ses PC1512 et PC1640 par chez nous, même si là aussi la compatibilité était parfois bizarre.

    1. Je cite l’article :

      « même si ce n’était qu’un logiciel en anglais et sûrement uniquement destiné au marché nord américain au final. »

      J’ai précisé en toutes lettres que c’était un environnement dédié à l’Amérique du Nord. Donc 🙂

  2. Quitte à faire une vidéo faut avoir le courage d’aller au fond des choses !

    L’analyse dit même pas si il vaut mieux être Rocco ou Le gars qui a 8 bits.

    Un peu de conscience pro merde !

    Hugo.

      1. J’ignorais cela. J’imaginais naïvement cela comme un blog bénévole.

        Cela explique donc bien des choses. En particulier le temps que vous semblez y consacrer, avec des articles quasi journaliers. Il m’apparaît maintenant évident que cela ne pouvait être qu’un simple passe temps.

        Je vous souhaite une bonne continuation. Je vous encourage a maintenir la qualité et la quantité de vos articles, car c’est selon moi ce qui fait le succès de votre blog.

  3. Bonjour,
    puisqu’on est sur les ancêtres, je me souviens avoir utilisé sous DOS avant 1990, un système bureautique intégrateur exceptionnellement en avance sur tous les autres de l’époque : Framework (https://fr.wikipedia.org/wiki/Framework_(logiciel))
    Du pseudo graphique qui intégrait traitement de texte, tableur et base de donnée. Ca permettait d’inclure des extraits de tableau ou base de donnée dans le texte en dynamique, avait déjà un langage de macros et offrait aussi un aperçu avant impression en mode graphique. Il me semble que MS Office a dû attendre 1995 pour en faire autant tout en exigeant un PC bien plus puissant (car sous Windows) et avec pas mal de plantages et erreurs.

  4. J’adore tes articles Vieux Geek !

    Il y a eu aussi GEM qui, je pense, avait meilleure gueule que Windows ou DeskMate a l’epoque.

    J’apprends par l’article Wikipedia de DeskMate qu’il tournait aussi sur leurs systemes Z80, ce qui pourrait justifier l’interface assez spartiate et les Tandy 1000 d’entree de gamme avaient 128K de memoire aussi.

    Et a propos de vieux machins, tu te rappelles de Print Shop pour DOS ? J’ai redecouvert recemment ce logiciel avec plaisir. Debut 90, les commerces et associations branches utilisaient ce logiciel pour imprimer leurs prospectus et autres, imprimes sur imprimantes matricielles 9 aiguilles.

  5. Tandy avait aussi occupé le niveau ZX81++, avec son MC10… Rebadgé Alice par Matra. Mon 1er ordi, avec Hebdogiciel jamais bien loin et son BASIC usine à spaghetti (non, le goto n’est pas forcément sale!).

    Le suivant avait été un CPC6128, ayant un peu tardé vs mes petics camarades de collège qui avaient tapé un peut plus tôt le 464 resté à la K7! A l’époque, les progès étaient quasi mensuels.

    Le PC a été un succès, mais AMHA tout commence à y souffrir de 30 ans de compatibilité ascendante. Le logiciel et Windows, avec encore des morceaux de DOS dedans, a été le 1er à craquer. Mais Intel aussi a du mal.

    J’ai espéré, en commencant à travailler à la fin des années 90 sur PowerPC dans l’infra télécom, que ce dernier tuerait le x86. Malgré la qualité de sa spécification/architecture (quelle autre famille de processeurs peut se vanter d’être passé du 32 au 64 bits sans révolution, car tout était déjà prévu pour? Ou d’un jeu d’instruction ou on compte sur les doigts d’une main ce qui aurait gagné à être faitr différemment?), depuis qu’Apple l’a laché, il continue à faire fonctionner une bonne part de l’infra télécom mondiale et de faire fonctionner les CDVE d’Airbus, mais rien au delà. Et il crévera comme le Betamax.

    Ce Tandy, c’est quand même un peu le 1er symbole de tout ce qui s’est posé en alternative de Wintel: Un échec… et principalement du fait de la vente liée, justement.

    Si IBM avait choisi les 2 zigotos de Microsoft et leur DOS, ce n’était sûrement pas un hasard: Car des Unices traversés par la pile réseau, déjà multiutilisateurs/tâches, existaient depuis plus de 10 ans a la sortie de l’IBM PC. En réalité, big blue était parfaitement conscient que son architecture ouverte, pourvu qu’on lui ajoute une carte réseau et une carte graphique, ne pouvait être bridée que via l’OS que l’on y généraliserait. Sans cela, adieu à brève échéance le marché de la station de travail.

    Pour le réseau, on a quand même dû attendre windows 3.11 for workgroups pour en voir les débuts utilisables.

    Linux n’a commencé à devenir vraiment viable qu’au début des années 2000. Ce fut 20 ans de gagné pour le marché de la station de travail: Quand on dit aux p’tits jeunes qu’on a fait ses 10 premières années de carrière avec 2 machines sur son bureau, une Sun pour le vrai travail et un PC windows pour le mail/office, ils hallucinent. En 2005, c’était un gros PC bi-proc sous Red-Hat et windows XP en VM. le 2 en 1.

    Désormais je n’utilise plus windows au travail malgré la poussée cloud partout hors R&D. De toutes manières, plus besoin de faire de doc car on fait des post-it (la merde Agile, mode débile venue d’en haut). A titre perso, mon doube boot ne me sert plus qu’aux MAJ du GPS de la bagnole.

    Windows 10, sorte de rolling-release perpétuellement instable, c’est juste insupportable.

Les commentaires sont fermés.