Attention aux Archlinux simplificatrices !

Cet article m’a été inspiré par une vidéo de Sébastien alias Actualia qui a installé sur son ordinateur une ArcoLinux Cinnamon. Je tiens à le remercier chaudement pour l’inspiration concernant cet article.

Le contenu de sa vidéo est intéressant, mais je pense qu’il y a une erreur commise par rapport même à la nature d’Archlinux : les mises à jour sont moins rationalisées que sur une Manjaro Linux, et donc n’ont pas le nécessaire tampon qui évite les emmerdes qui arriveront à terme. D’ailleurs, si Manjaro Linux sur son canal stable a des grosses mises à jour hebdomadaires, sur les canaux testing et unstable, c’est quasiment du quotidien.

Ici et sans le vouloir, Sébastien a montré le piège conceptuel des Archlinux ultra-simplifiées. C’est que c’est trop facile d’accès et que quand il va y avoir besoin de passer par de la ligne de commande, ça ne sera pas la même histoire. Calamares est un excellent outil popularisé par Manjaro, même si ce n’est pas lui qui l’a créé à l’origine.

Mais ArcoLinux – dont le nombre d’images ISO est important, environ 26 selon la note de publication de mars 2019 – n’est pas le seul projet qui est dangereux pour des personnes curieuses mais qui n’ont pas l’arrière plan technique nécessaire, juste parce que c’est à la mode d’avoir une installation basée sur du Archlinux. Je vous renvoie à cette vidéo d’abord postée sur Youtube puis transférée sur peertube.

Dans les autres projets que je considère être casse-gueule sur le moyen voire long terme pour les personnes pas trop avancées, je rajouterai – même si cela va me valoir des volées de bois vert – les distributions suivantes :

  • Avant qu’on me sorte le couplet habituel sur la liberté des personnes d’installer une des distributions citées, je répondrai ceci : tout le monde peut faire du saut à l’élastique. C’est juste déconseillé si on est cardiaque. Tout le monde peut passer le permis de conduire, mais si on est aveugle, c’est pas franchement la même chose.

    Je ne vous dis pas de prendre ce que j’écris pour paroles d’évangile, mais n’oubliez pas qu’Archlinux est à l’origine une distribution prévue pour des personnes qui savent manipuler la ligne de commande, n’ont pas peur de lire des dizaines des pages de documentations, entre autres choses.

    On peut avoir droit à des petits plaisirs assez marrants, comme la migration catastrophique du menu Brisk vers Mate-Desktop 1.22…

    Si les images ISO produites mensuellement par le projet Archlinux ne proposent aucun installateur automatisé, c’est bien pour une raison précise : celle d’être certains que la personne qui mettra une Archlinux sur son ordinateur a conscience de savoir ce qu’elle fait.

    Après, libre à vous de céder aux sirènes d’une Archlinux simplifiée comme celle que j’ai listée, mais quand ça explosera en vol et que vous vous retrouverez devant une bête console texte à devoir rentrer des incantations en ligne de commande, vous ne pourrez pas dire que vous n’avez pas été prévenu.

    Vous voulez une base Archlinux qui sera franchement plus e des personnes qui n’ont ni le temps ni l’envie de creuser la technique, désolé de le dire, mais Manjaro colle très bien à ce cahier des charges.

    Archlinux est et restera une distribution à destination de personnes fondues de techniques qui n’ont pas peur de mettre les mains dans le cambouis quand c’est nécessaire. Le problème étant de faire prendre conscience de ce point précis.

13 réflexions sur « Attention aux Archlinux simplificatrices ! »

  1. Merci pour cet article et je pense que les conseils de personnes avisées comme toi sont à prendre en considération afin d’éviter des galères possibles.
    Thierry

  2. Le problème de ca c’est parce que les gens pensent que ArchLinux est plus performant et plus stable que Manjaro ce qui est totalement faux.

    Je dirai au contraire même ArchLinux a plus tendance à faire office de « beta testeur » pour les équipe de Manjaro vu qu’en général il y a un delta sur les maj proposé par Manjaro qui attente que Arch dégrossisse la chose.

    De mon point de vue pour moi ArchLinux c’est exactement comme Debian, elle n’a strictement aucun intérêt pour un usage desktop parce que manjaro/Ubuntu propose les « même paquets » tout en simplifiant beaucoup plus la distribution.

    1. J’utilise Debian sur du desktop depuis plus de trois ans sans aucun souci ou aucune restriction. L’expérience utilisateur est sans doute plus conviviale avec Ubuntu, je l’admets. Mais le niveau de stabilité de Debian reste inégalé (Ubuntu n’a rien à voir en termes de stabilité et sécurité).

      Je n’ai pas utilisé Arch et Manjaro. Par contre, je comprends pas trop ta remarque. Si Arch n’a aucun intérêt sur du bureau, avec quoi voudrais-tu l’utiliser ? Sur un serveur ???

      1. Debian sur du desktop ? Pourquoi pas, mais sur le plan de l’intéropérabilité avec des personnes qui t’envoient des documents en formats proprio, ça peut parfois être casse couille.

        Arch sur du serveur ? Comment dire ? Folie furieuse ? Je pense que Coolspot voulait dire que les distributions mères sont trop « légères » sur le plan ergonomique que mieux valait se diriger vers leurs descendantes.

  3. Tout à fait d’accord, je pense que ce qui frêne l’installation de Manjaro aujourd’hui c’est les problèmes lors de quelques mises à jour, ou aussi les histoires comme brisk sur la mate. Si tous ces souci n’existaient pas, elle serait beaucoup plus présente sur les PC.

    1. Les mises à jour, ça peut péter sur n’importe quelle distribution. Quant à l’exemple de Brisk, on est face à un logiciel qui a été laissé à l’abandon durant des mois suite au départ de son codeur principal. D’ailleurs, Manjaro Mate sur le canal stable n’a pas de problèmes avec Brisk.

      Seul le canal unstable qui sert de base d’import à Manjaro est touché ici.

  4. Cher fred, tout d´abord merci d´être encore lá, je prends toujours autant de plaisir á lire et écouter vos avis sur le monde du libre, votre humour et clin d´oeils vieux geek, vulgarisation terminal et amour transi pour le cpc ont voulus que vous entriez dans mon quotidien youtube, jusqu´á l´arrêt de cette chaine. Je vous retrouve heureusement sur peertube.

    Je tiens á apporter ma petite pierre á l´edifice concernant debian on peut ouvrir tout et nimporte quoi du peu que l´on soit en branche testing et que l´on soit feru de documentation. Le seul vrai probleme avec debian á mon sens est l´intégration des pilotes graphiques proprio. Je ne suis pas le seul á réclamer un dispositif automatisé pour les système á double CG comme c´est le cas maintenant sur les distribs dites modernes. les dev du projet font malheureusement fi de cette demande á chaque fois.

    A bon entendeur et très bonne continuation !

    1. De rien pour le partage d’information et de passions. Sur la deuxième partie, il y a un point qu’il est intéressant de soulever : l’utilisation de la branche testing de Debian avec un peu de bidouille pour avoir quelque chose d’ouvert.

      En ce qui concerne les cartes graphiques hybrides, quelle que soit la distribution, c’est la merde au carré, voire au cube.

  5. Salut , je comfirme tes dires les arch simplifier ses vraiment pas un bon plans… Moi même je me perfectionne d’abord sur une distribution bien moin évoluer « Ubuntu mate » avant de franchir le pas sous une arch ( sûrement une manjaro mate)

Les commentaires sont fermés.