Cantata, un couteau suisse musical pour le monde linuxien…

Je suis un grand fan de musique, au point qu’en l’espace d’une quinzaine d’années, j’ai une musicothèque de près de 9000 morceaux pour une durée cumulée d’un peu plus d’une trentaine de jours !

Gérer une telle quantité de musique – qui représente une petite centaine de Go en mp3 320 – ça demande un outil assez costaud. En dehors de Quodlibet que j’utilise au quotidien, il y a un outil bien sympathique pour les environnements basés sur QT5, j’ai nommé Cantata.

Surcouche graphique du music player daemon, c’est un outil qui fait tout sauf le café… Quoique je n’ai pas complètement cherché 🙂

J’ai enregistré cette petite vidéo pour vous montrer l’outil, même si je n’ai pas pu montrer la première étape, celle de la configuration pour une utilisation en local 🙁

Néanmoins, vous pouvez y voir la puissance de l’ensemble en action. Est-ce que cet outil va remplacer à terme mon brave Quodlibet ? Je ne peux pas dire, mais c’est une option que j’envisage

43 réflexions sur « Cantata, un couteau suisse musical pour le monde linuxien… »

  1. Fidèle à Clémentine, je ne le quitterai pas.
    Qt5, avec l’application pour le piloter depuis le téléphone, c’est parfait !
    Et pas de « service » mpd qui tourne et qui « alourdi » la machine.

      1. Monsieur,

        Excusez moi pour mon Francis pauvre!

        J’espere que vous pouvez moi donner le sha256sum du distro
        void-live-x86_64-20160420.iso
        ?

        Ou, pouvez vous « share » le distro 2015? Pour raison que je ne sais pas, cettes releases est tres deficile pour obtenir :/

        Merci,

        F

    1. Clementine ne fonctionne plus sur mon Archlinux. Dommage car j’adore ce lecteur.

      Merci Fred, Cantata est super et le remplace parfaitement !

  2. Il est en qt5 depuis bien longtemps sur Gentoo (et donc Calculate Linux) en stable.
    Si Gentoo le fait en direct c’est qu’il y a une bonne raison hihi

          1. C’est bien pour cela que j’ai choisi Calculate Linux qui est basé sur Gentoo.

            Ainsi, on est sûr et certain de ne pas avoir de coui**es dans la distribution, puisque CL prend essentiellement le travail de Gentoo, qui est juste « binarisé » si je peux dire cela ainsi.

            Après, certaines choses sont lentes chez Gentoo (comme MATE) du coup j’ai travaillé sur MATE 1.20 et j’ai fait intégrer mon travail chez Calculate Linux directement pour bénéficier de cette nouveauté.

            A noter que j’ai indiqué le lien de mon github (mon travail MATE 1.20) dans le ticket de Gentoo afin d’apporter ma contribution, même si elle n’a pas été retenue. C’est l’avantage de travailler dans une petite équipe (Calculate) c’est que le travail peut être intégré plus vite mais sans pour autant être baclé.

          2. J’ai parcouru le rapport de bug. Gentoo ? J’ai testé à une époque et j’ai trouvé cela lourd, chiant à gérer.

            Il faudra m’expliquer l’intérêt d’une telle distribution en 2019, surtout avec des processeurs multi-coeurs et mis à part modulariser à mort – ce qui peut entrainer des couilles à termes – Gentoo est pour moi une distribution maieutique.

            Si le gestionnaire des paquets de gentoo pouvait être enfin dopé, cela pourrait être une distribution que je pourrais envisager en cas de décès d’Archlinux.

            Pour le moment, ce n’est pas une alternative viable selon le cahier des charges que je me suis fixé.

            Après, libre à toi d’apprécier le « use the source, Luke ». Je n’ai pas envie de passer une heure pour faire quelques mises à jour alors qu’il me suffit de moins d’une minute sur une distribution précompilée 🙂

            Bonne journée.

          3. Je ne peux pas répondre à ton dernier commentaire alors je réponds à celui là.

            J’aime Gentoo pour sa stabilité mais sur le PC je n’ai pas envie de compiler.

            Donc une Gentoo stable avec du binaire = Calculate Linux.

            CQFD = Distribution la meilleure qui soit pour mon usage. (Et j’ai pas dit pour tout le monde !)

  3. je viens de tester, qu’est ce qu’il offre de plus par rapport à xmms ?

    qt5 ou pas, clementine reste meilleur, l’ergonomie et se fonctionnalités d’un outil sont plus importante que son intégration à mpd ou à un environnement:

    je préfère conduire une porsche rouge au milieu de voitures bleues qu’une 4l bleue

     

  4. Salut Fred,

    Etant utilisateur de GTK via MATE je te conseillerai de regarder Lollypop : https://wiki.gnome.org/Apps/Lollypop

    C’est un gestionnaire tres épuré avec vu des pochette et trie par album/artiste et très actif. J’utilisais avant quod libet mais je trouve lollypop plus réactif à ce niveau (j’ai environ 450 album pour pres de 8000+ titres)

     

    Bref l’essayer c’est l’adopté et en plus il est en GTK doncpas de dépendance qt inutile à installer 🙂

  5. Hey! « Grand fan de musique » et « mp3 », ça ne va pas ensemble!

    Le mp3, c’est quand même dégueulasse.

    Et le stockage ne coûte plus grand chose.

    1. Le mp3 320, c’est quand je suis en écoute en balade.

      Sinon, ce sont les CDs dans mes lecteurs. Quand au stockage, entre du mp3 320 et du flac, c’est au minimum un triplement de la taille nécessaire.

      Même si le stockage ne coûte plus grand chose, je préfère ne pas le consacrer uniquement à de la musique.

  6. Bonjour,

    Je ne comprends pas les distributions linux.
    Depuis les années 90 il n’y a eu aucune évolution « majeure » d’un point de vue interface, érgonomie et utilisation.
    Pour un utilisateur standard :
    – toutes les distributions se ressemblent (hormis quelques différences mineures).
    – toutes les distributions ressemblent aussi à Windows

    L’utilisation des ordinateurs change avec l’arrivée des smartphones pour tous… pourquoi toujours aucun changement majeur ?

    N’est t-il pas possible à linux d’inover pour se différencier énormément de Windows et faire switcher beaucoup plus de gens sous linux ?

    Sans cela il me semble impossible de faire switcher massivement les gens de windows à linux. Le processus d’installation est trop compliqué pour les utilisateurs non connaisseurs avec des étapes qui font font peur (clé USB ou CD bootable, ISO, BIOS d’un PC, stockage des données temporaire pour les récupérer sous linux, …).
    Il faudrait vraiment un sacrée différence avec Windows pour que les gens se lancent dans une installation de linux.

    1. Sur le plan de l’ergonomie, jette un oeil aux environnement d’il y a 15 ou 20 ans.

      Sur le plan du changement majeur, une interface tablette inadapté à des utilisations sérieuses et productives, peut-être ?

      Le bureau linux ? C’est mort pour plusieurs raisons. D’abord, installer un OS, ça veut dire quoi ? Deuxième raison, comment choisir parmi les 180 ou 200 distributions bureautiques qui sont des photocopies les unes des autres ? Troisième raison : les guerres intestines sans fins du monde du libre qui le font passer pour un monde de gamins de maternelles se disputant des bonbons.

      Voila.

      1. Il faudrait vraiment un sacrée différence avec Windows pour que les gens se lancent dans une installation de linux.

        Bien au contraire : ce qui ferait abandonner Windows au profit de Linux pour la plupart des gens, ce serait de pouvoir continuer à jouer à leurs jeux préférés (c’est déjà le cas grâce à Steam et son système Proton, à Feral qui fait des portages de jeux Windows vers Linux, sans oublier Wine qui met le paquet sur ce créneau actuellement, mais l’info a vraiment du mal à passer…) ; et aussi de pouvoir continuer à utiliser son Photoshop piraté et vérolé (apparemment, ce logiciel ne semble pas pouvoir être lancé sous Linux, même avec Wine…).

        Bref, les gens ne veulent surtout pas d’une différence marquée avec Windows : ils veulent en réalité une copie conforme. La preuve : si les premiers EeePC sous une version modifiée de Xandros ont été un flop, et que la gamme des netbooks n’a vraiment décollé qu’une fois que MS a réussi à y mettre sa patte en y adaptant Windows XP (puis W7 ensuite), c’est aussi pour cette raison. Les gens voulaient un environnement qui leur était familier. Et avec leur allure de PDA géant, les premiers EeePC donnaient franchement l’impression d’être trop limités dans les usages possibles. Windows XP/7, de leur côté, rassuraient en montrant qu’on pouvait utiliser ces machines comme remplacement ponctuel d’un PC classique, ou en complément.

        Deuxième raison, comment choisir parmi les 180 ou 200 distributions bureautiques qui sont des photocopies les unes des autres ? Troisième raison : les guerres intestines sans fins du monde du libre qui le font passer pour un monde de gamins de maternelles se disputant des bonbons.

        Raison 2 : facile, 99% des gens n’ont jamais entendu parler (et n’entendront jamais parler) d’autre chose que des plus grands noms passés dans l’histoire (spoiler : en fait, ils connaissent Ubuntu et Mint, et c’est à peu près tout). DistroWatch ? Idem : ils iront jamais sur ce site (aucun intérêt).
        Ah, oui : certains savent qu’il y a une pléthore de distributions (enfin, comprendre : ils ont juste entendu parler des cinq à dix principales maxi, pas plus ; et Mageia ne fait pas partie de cette liste, encore que), mais il n’y a pas un seul forum informatique, où profanes comme spécialistes se côtoient, qui les redirigera sur autre chose que le duo Ubuntu-Mint pour commencer. Pas un. Même Manjaro n’est pas conseillée (la malédiction des RR, couplée au souci du mois dernier qui fait encore parler de lui). Tu peux donc être tranquille : Michu ne risquera jamais de se retrouver avec une BLAG, une Namib ou je ne sais quelle resucée d’Ubuntu faite pour gonfler un CV.

        Raison 3 : idem, les gens qui se dépatouillent avec un PC mais ont envie de voir à quoi ressemble Linux (= Ubuntu, dans leur esprit, pour rappel) ignorent et se contre-tapent totalement de ces histoires de guerres intestines et que sais-je encore (moi-même, je n’y accorde pas vraiment d’attention : ça n’a pas d’impact sur mon usage ? Alors, OSEF). Sérieusement, c’est pas ce point-là qui les fera fuir.

        1. Bref, les gens ne veulent surtout pas d’une différence marquée avec Windows : ils veulent en réalité une copie conforme.

          La copie conforme existe déjà : toutes les distributions linux.

          Quel est l’intérêt de s’embêter à installer un linux si c’est pour se retrouver avec un équivalent de Windows  (qui d’ailleurs fonctionne très bien) ?

          Sinon pour le nombre de distrib je suis d’accord avec toi, les utilisateurs n’entendent parlé que des principales donc ce n’est pas un soucis. Idem pour les guéguerres, ils n’en entendront jamais parlé si ils restent des utilisateurs standards. Je pense que ceux qui disent ca ne côtoient pas suffisamment d’utilisateurs standards et restent entre développeurs/geeks.

           

      2. Sur le plan de l’ergonomie, jette un oeil aux environnement d’il y a 15 ou 20 ans.

        C’est pareil : toujours un explorateur de fichier, un terminal, un dossier home, un bureau, …

        Ils ont certes évolué mais aucun changement majeur d’interface. On peut dire aussi la même chose de tous les Windows (de 95 à 7, je ne connais pas le 10) qui n’ont pas vraiment évolué non plus.

         

  7. Je n’ai malheureusement pas été convaincu par Cantata, par contre, je jette un oeil assez régulièrement à Elisa, du projet KDE, qui s’améliore petit à petit. Actuellement j’utilise Clémentine pour ses fonctionnalités au top mais beaucoup de choses sont désormais cassées, la version dans les dépôts est vieille, le module spotify ne fonctionne plus, l’interface est datée, bref, pas encore, trouvé mon bonheur. Je vais redonner une chance à Cantata. Sinon Lollypop sur environnement GTK, mais BORDEL la lourdeur O__o

    1. Il faut bien comprendre que Cantata n’est pas un lecteur audio ! c’est un client de mpd qui est un lecteur audio (serveur). mpd peut être interne à l’ordi ou fonctionne Cantata (remplace alors un lecteur audio normal) ou bien externe c’est a dire sur une autre machine reliée par exemple à la chaîne Hi-fi. C’est pour cette raison que mpd est une dépendance facultative.

      J’ai essayé Elisa, une copie de cantata, peut être plus joli, mais c’est un lecteur, donc mon serveur audio ne peut pas être piloté à distance via mon pc (Linux ou Windows), ou mon téléphone (mpdroid).

      Remarque : pas de mpd sur Windows, mais uniquement des clients cantata ou Ario

      En gtk2 il existe Ario, qui est aussi un client pour mpd. (Linux, Win et mac) (Archlinux dépôt communauty)
      Gnome Music Player Client (GMPC) également

      Mais a ma connaissance, cantata est le seul à utiliser mpd sur la même machine sans l’activer comme un service.

  8. Simple remarque : moins de distributions avec mutualisation des efforts = amélioration générale. Je dis cela, mais je dis rien.

    Oui c’est sur.

    Le soucis tu dis que c’est à cause de la multiplication des distributions linux que linux ne perce pas face à windows.
    Donc tu crois qu’en rajoutant 1000 développeurs (ou plus) aux 15 principales distributions alors linux percera face à windows ?

    1. C’est un des facteurs. L’autre des autres principaux, c’est l’ergonomie à chier de certains gros logiciels du libre.

      Je l’ai déjà exprimé.

      Un autre facteur ? Le monde du libre qui s’enferme dans une vision dépassée : celle de la formation des utilisateurs aux aspects techniques de l’informatique.

      Ou encore une adoration des principes du libre qui tourne à une forme de religiosité caricaturale.

      1. Je pense que tu devrais te mettre à la place d’un nouvel utilisateur linux et de refaire toutes les étapes qu’il doit faire pour se mettre à linux. Ou de faire ce parcours avec un utilisateur débutant linux.

        Quand je parle d’étapes c’est de la recherche sur Google d’une distribution à l’installation d’une distribution, en passant par le téléchargement des images iso, la création d’une clé bootable, …

        Tu verras que ce ne sont pas les raisons que tu cites qui sont les raisons principales.

        1. Ah, tu parles des étapes préparatoires ? Quid des magazines qu’on peut acheter ? Mais c’est vrai, il n’y a plus de lecteurs optiques sur les machines récentes.

          Ensuite, que les outils ont une ergonomie pourrie et que le langage soit un peu trop technique, qui le nie ?

          Je maintiens juste que la non-coopération sur des gros projets unificateurs qui pourraient permettre d’abaisser un tant soit peu le prix du ticket d’entrée serait un bon point.

          Je considère que tant que l’on sera dans une concurrence fratricide et inutile, le monde du libre sera une source de rigolade sans fin pour les Google, Apple, Microsoft et compagnie.

          Enfin, chaque personne qui débute sera différente et aura souvent des attentes différentes de la personne d’à côté.

          Donc le « Débutant » n’existe pas. Tout comme le « Peuple ». Tout n’est qu’assemblage de communautés et d’individualités.

  9. j’ai la même vision que Thomas

    – En fait il n’existe pas des centaines de distributions. distrowatch n’est pas un truc officiel, il ne référence que des isos et est un truc inconnu du grand public. Ce site donne juste une très mauvaise vision de Linux

    – En tant que débutant (début de cette décennie) mon seul problème était le choix du bureau et certainement pas de la distribution : je n’aimais pas les couleurs ubuntu et donc il ne me restait simplement que mint. Pour le bureau, j’ai joué pendant un bon moment avec une hybryde. Pour moi, 7..8 ans plus tard, rien n’a changé : pas plus de véritable choix de distribution pour un débutant linux et seul le bureau compte véritablement pour faire ou non le saut (donc comme toi je pense à l’applicatif plus qu’a la distribution).

    – De quelles guerres tu-parles ? il n’y a jamais de guerre entre les distributions, les seules guerres qui existent sont du fait de quelques utilisateurs : ces utilisateurs simplement veulent soigner leur égo en se persuadant qu’ils ont la meilleure distribution

    – Il faut que tout le monde (des développeurs) se regroupent derrières quelques projets phares ? oui cela aiderait Linux mais pour moi, c’est de l’utopie : comme demander qu’il n’existe plus de guerre dans le monde ; l’homme pense d’abord à lui, ensuite aux autres , il est tout à fait normal que tout développeur rêve de créer son grand projet qui va révolutionner l’informatique … ensuite il revient sur terre et soit il abandonne (généralement) l’open source soit il devient un anonyme parmi tant d’autres à faire son travail de fourmi.

    1. – En fait il n’existe pas des centaines de distributions. distrowatch n’est pas un truc officiel, il ne référence que des isos et est un truc inconnu du grand public. Ce site donne juste une très mauvaise vision de Linux

      Donc Distrowatch invente les projets qui y sont indexés dessus ? Va me trouver un site qui parle de l’actualité linuxienne des distributions qui sont indispensables pour faire fonctionner le noyau. Il y avait bien QuébecOS…

      – En tant que débutant (début de cette décennie) mon seul problème était le choix du bureau et certainement pas de la distribution : je n’aimais pas les couleurs ubuntu et donc il ne me restait simplement que mint. Pour le bureau, j’ai joué pendant un bon moment avec une hybryde. Pour moi, 7..8 ans plus tard, rien n’a changé : pas plus de véritable choix de distribution pour un débutant linux et seul le bureau compte véritablement pour faire ou non le saut (donc comme toi je pense à l’applicatif plus qu’a la distribution).

      Rajoute 10 ans et tu auras ma situation. Simplement, dire qu’il n’y a pas de choix, même artificiel pour les personnes qui débutent, c’est fort de café !

      – De quelles guerres tu-parles ? il n’y a jamais de guerre entre les distributions, les seules guerres qui existent sont du fait de quelques utilisateurs : ces utilisateurs simplement veulent soigner leur égo en se persuadant qu’ils ont la meilleure distribution

      Va dire cela aux personnes derrière Devuan, Artix et compagnie.

      – Il faut que tout le monde (des développeurs) se regroupent derrières quelques projets phares ? oui cela aiderait Linux mais pour moi, c’est de l’utopie : comme demander qu’il n’existe plus de guerre dans le monde ; l’homme pense d’abord à lui, ensuite aux autres , il est tout à fait normal que tout développeur rêve de créer son grand projet qui va révolutionner l’informatique … ensuite il revient sur terre et soit il abandonne (généralement) l’open source soit il devient un anonyme parmi tant d’autres à faire son travail de fourmi.

      Ce genre de remarques me fait penser à un bouquin peu connu d’un auteur oublié : « Hommage à la Catalogne » de George Orwell qui décrivait d’une manière comparables les armées de la république espagnole : un vaste foutoir.

      1. Tu interprètes les messages des autres à ta manière en modifiant leurs propos.

         

        Donc Distrowatch invente les projets qui y sont indexés dessus ? Va me trouver un site qui parle de l’actualité linuxienne des distributions qui sont indispensables pour faire fonctionner le noyau. Il y avait bien QuébecOS…

        Il a jamais dit ca, il dit que Distrowatch est inconnu du grand public. Relis sa réponse, à aucun moment Patrick ne dit que Distrowatch invente des projets.

        Va dire cela aux personnes derrière Devuan, Artix et compagnie.

        Patrick n’a jamais dit ca. Il dit que les débutants ne se rendent pas compte de ces guerres. A quel moment un débutant peut avoir connaissance des ces guerres ?

        Ce genre de remarques me fait penser à un bouquin peu connu d’un auteur oublié : « Hommage à la Catalogne » de George Orwell qui décrivait d’une manière comparables les armées de la république espagnole : un vaste foutoir.

        A ce moment il faut dire à tous les développeurs amateurs d’arrêter de développer de A à Z leur doom-like pour leur plaisir. Il faut leur dire d’arrêter leur projet perso pour participer ensemble à un plus grand projet qui aura plus de succès.

        1. Ah le grand classique : détournement de messages 🙂

          Il a jamais dit ca, il dit que Distrowatch est inconnu du grand public. Relis sa réponse, à aucun moment Patrick ne dit que Distrowatch invente des projets.

          Je cite donc Patrick :

          En fait il n’existe pas des centaines de distributions. distrowatch n’est pas un truc officiel, il ne référence que des isos et est un truc inconnu du grand public. Ce site donne juste une très mauvaise vision de Linux

          Aurais-je mal interprété le verbe exister ? Merdre, alors !

          Autre point « je détourne les propos » :

          Patrick n’a jamais dit ca. Il dit que les débutants ne se rendent pas compte de ces guerres. A quel moment un débutant peut avoir connaissance des ces guerres ?

          Je cite donc Patrick à nouveau :

          De quelles guerres tu-parles ? il n’y a jamais de guerre entre les distributions, les seules guerres qui existent sont du fait de quelques utilisateurs : ces utilisateurs simplement veulent soigner leur égo en se persuadant qu’ils ont la meilleure distribution

          Je ne vois pas le terme débutants dans la réponse de Patrick. Du moins, pas dans cette partie de son commentaire.

          De plus, il suffit de lire les FAQ d’Artix ou de Devuan pour voir que ce ne sont pas des utilisateurs qui se font la guerre, mais des développeurs :

          https://artixlinux.org/faq.php

          https://devuan.org/os/init-freedom/

          C’est vrai que ce sont des utilisateurs lambda qui se font la guerre ici !

          Dernière remarque à laquelle Talleyrand alias le Diable Boiteux aurait appliqué sa citation « Ce qui est excessif est insignifiant » :

          A ce moment il faut dire à tous les développeurs amateurs d’arrêter de développer de A à Z leur doom-like pour leur plaisir. Il faut leur dire d’arrêter leur projet perso pour participer ensemble à un plus grand projet qui aura plus de succès.

          Ou devrais-je dire victimisation ? Il est vrai que le problème vient des doom-like et non de la démultiplication sans fin des distributions qui sont des copies conformes les unes des autres.

          Sur ce, je te conseille de lire Schoppenhauer, histoire que tu puisses détourner quelques stratagèmes pour continuer à vouloir avoir raison à tout prix, même quand les faits te donnent tort.

          1. Aurais-je mal interprété le verbe exister ? Merdre, alors

            Et bien oui justement :
            Citation Patrick […] et est un truc inconnu du grand public

            => significiation : Distrowatch est inconnu du grand public. Ca signifie que le grand public ne connait pas distrowatch.

            Je ne vois pas le terme débutants dans la réponse de Patrick. Du moins, pas dans cette partie de son commentaire.

            => son commentaire signifie qu’en tant que grand public on ne voit pas les guerres de distributions. Les guerres se font en « OFF » (côté développeurs, …). Tout ce qui est en « OFF » n’est pas visible par le grand public. Le grand public ne va pas sur les chat ou forum des développeurs de distributions.

            Il est vrai que le problème vient des doom-like et non de la démultiplication sans fin des distributions qui sont des copies conformes les unes des autres.

            Je n’ai jamais dit que les doom-like sont la cause de la non popularisation de linux.
            J’ai comparé le développement d’un doom-like à une distribution en disant que c’est la même chose. Dans les deux cas ce sont des loisirs d’invidus aimant l’informatique. Un programmeur de 16 ans est libre de faire un enième doom-like même si il pourrait se joindre au développement d’un plus gros doom-like. Si il préfère en faire un tout seul de A à Z laisson le faire. C’est la LIBERTE.
            Idem pour les distributions.

             

          2. Je vais rester calme car il y a de quoi exploser de colère.

            Qu’une chose soit inconnue n’implique pas son inexistance : cf les êtres monocellulaires comme les bactéries et autres microbes jusqu’à leurs découverte via le microscope d’Antoni van Leeuwenhoek.

            Les guerres se font en « OFF » (côté développeurs, …). Tout ce qui est en « OFF » n’est pas visible par le grand public. Le grand public ne va pas sur les chat ou forum des développeurs de distributions.

            Mais on subit les conséquences des dites guerres. Une nouvelle fois, l’ignorance des dites guerres n’impliquent pas leur inexistance.

            Je n’ai jamais dit que les doom-like sont la cause de la non popularisation de linux.

            Ton exemple était donc mal choisi.

            J’ai comparé le développement d’un doom-like à une distribution en disant que c’est la même chose. Dans les deux cas ce sont des loisirs d’invidus aimant l’informatique.

            Oh, la belle bleue… Ou encore la belle rouge ? 🙂

            Un programmeur de 16 ans est libre de faire un enième doom-like même si il pourrait se joindre au développement d’un plus gros doom-like.

            Comparer un doom-like et un OS, c’est quand même un peu excessif.

            Si il préfère en faire un tout seul de A à Z laisson le faire. C’est la LIBERTE.
            Idem pour les distributions.

            Ah, le grand mot est laché. Liberté ! C’est cette liberté qui fait qu’au bout de 25 ans, le monde bureautique linuxien stagne à 2% de part de marché.

            Encore une fois, on confond le laisser-faire et la liberté. Confusion typique qui fait que les grands noms de l’informatique peuvent dormir tranquillement en pillant les IDIOTS UTILES – pardon une grande partie du monde du libre – qui codent pour eux, via des rachats comme celui de Github par exemple.

            Désolé, mais ce genre de remarques sur « c’est ma liberté de faire ce que je veux et si ça te plait pas, c’est pareil » (pour rester sociable), c’est de la crétinérie digne de l’anarchisme ou du libertarianisme. J’avoue que je me gourre à chaque fois entre les deux crétineries en question.

  10. Bonjour Fred,

    J’utilise Cantata depuis pratiquement deux ans. Absolument pas de besoin de passer par systemctl enable, il suffit d’installer mpd et Cantata, puis lancer Cantata sans s’ocupper de mpd. La configuration du serveur mpd, son démarrage et son arrêt est effectué par Cantata. Ainsi mpd ne fonctionne pas en permanence. Et ceci sur les différentes distributions que j’ai testées  en VM

    AdrienD sera content !

    Au premier démarrage profil standart pour un simple utilisateur c’est cantata qui gère l’instance de mpd

    Que cantata fonctionne ou pas j’ai ceci sur ma machine:
    $ systemctl status mpd
    ● mpd.service – Music Player Daemon
       Loaded: loaded (/usr/lib/systemd/system/mpd.service; disabled; vendor preset: disabled)
       Active: inactive (dead)
         Docs: man:mpd(1)
               man:mpd.conf(5)

    Pour gérer le replay gain si besoin (normalisation) il faut installer avec pacman libebur128

    Dans le réglage de l’affichage par grille, par artiste, la photo n’est pas une pochette mais celle de l’artiste, Cantata s’en occupe tout seul, mais on peut mettre ce que l’on veut, clic droit sur la photo et appliquer l’image…

    Dans le home /.cache/cantata/covers on trouve la photo des artistes

    Je l’utilise également avec un mpd distant sur un serveur audio, et j’écoute sur la chaîne Hifi au lieu du PC. (Voir mon site Web)

    Sous Windows c’est MusicBee, qui ressemble le plus à cantata par son aspect et son fonctionnement

    Bonne utilisation

Les commentaires sont fermés.