Guide d’installation d’Archlinux, version de février 2019.

Voici la soixantième-troisième version du tutoriel pour installer une Archlinux, que ce soit avec une machine virtuelle, utilisant un Bios ou un circuit UEFI. Cette version rend obsolète celle de janvier 2019.

Note : des versions plus dynamiques sont disponibles sur mes espaces github et framagit.

Pour les captures d’écran, je suis parti d’une image ISO intermédiaire créée avec l’outil Archiso. Au moment où j’envoie l’article en ligne, le 1er février vers 8 h 00 du matin, l’ISO de février 2019 n’est pas encore disponible.

Si vous avez besoin d’une image ISO en 32 bits, le projet archlinux32 vous en proposera une.

Côté environnements : Gnome 3.30.2, Plasma 5.14.x, Xfce 4.12.0 et Mate-Desktop 1.20.4 en gtk3, Cinnamon 4.0.8 et Deepin 15.9.

NB : si vous voulez faire une installation avec l’UEFI, il faut utiliser cgdisk, gfdisk ou gparted, et créer un partitionnement GPT. Sinon, ça plantera !

Ce n’est pas un tutoriel à suivre au pied de la lettre, mais une base pour se dégrossir. Le fichier au format zip contient :

  • La version odt
  • La version pdf
  • La version ePub
  • La version mobi (pour Kindle)

Le guide en question est sous licence CC-BY-SA 4.0 à compter du mois de mai 2016.

Bonne lecture et n’hésitez pas à me faire des retours en cas de coquilles !

19 réflexions sur « Guide d’installation d’Archlinux, version de février 2019. »

  1. Merci beaucoup pour ce tuto qui est une très bonne base de départ pour découvrir Arch. Fidèle depuis plus de quatre ans, il m’arrive encore d’y jeter un oeil pour voir les évolutions ou les nouveaux conseils (ainsi que les petits trous de mémoires 🙂 ).  Bravo pour l’investissement.

  2. Bonjour,

    Tout d’abords merci pour ce guide hautement bien réalisé ! Je parcours ce blog de temps en temps, car j’adore lire les article traitant d’Archlinux.

    Je souhaiterais simplement poser une question : pourquoi GRUB et non Syslinux ?

    Sur mes serveurs (sous Arch également) c’est le bootloader que j’utilise et je le trouve vraiment simple une fois qu’on a compris le fonctionnement de son fichier de configuration.

    En tout cas, continuez comme ça ! 🙂

      1. D’accord, pas de raison spécifique donc, je pensais que GRUB avait quelque chose de plus pour vous.

        Lorsqu’il s’agissait d’usage desktop, je me dirigeais directement vers Majaro (alors que je privilégie toujours les distributions mères) car j’ai toujours eu des problème lors de l’installation d’un DE sous Archlinux (malgré votre guide oui, mais ça remonte à 1/2 ans). Cependant je trouve qu’on est moins libre dans l’installation qu’Arch (pas de kernel heardened, pas de choix du bootloader).

        Manjaro utilise-t-elle directement les dépôts d’Archlinux ?

        1. Une question d’habitude en ce qui concerne Grub.

          L’absence d’un noyau endurci est ennuyeux, en effet.

          Pour les dépots, non. Manjaro synchronise régulièrement les dépots stables d’Archlinux, les importe et rajoute des outils spécifiques. Il ne faut pas mélanger les paquets binaires de Manjaro et d’Archlinux… Une ArchJaro, beurk 🙁

          1. D’accord, c’est bien ce qu’il me semblait ! Merci pour cette confirmation. 🙂

            Il ne me reste qu’à réussir l’installation d’Archlinux avec KDE et je pourrais me débarrasser de Manjaro !

  3. Je passe un bac pro système numérique en juin 2020, je tuerais pour vous avoir comme prof 😁

    Sincèrement j’ai beau avoir des cours sur comment installer des os (bon on bosse sur du bon vieux bios (faudra que j’en parle à mon prof d’ailleurs)) je suis complètement largué. Vos tutos sont clair et précis, c’est du pain béni pour un débutant de mon espèce. Encore merci !

  4. Bonjour, j’aurais une simple petite remarque, j’utilise un deux ordinateur portable sous arch, je me suis aperçu ce qui va de soit que pour xfce mieux vaut enlever xscrensaver au profit de light-locker, après pour une utilisation quotidienne arch est tout à fait viable , n’en déplaise à certain.

Les commentaires sont fermés.