Mes prédictions pour l’an 2019.

Comme durant chaque trêve des confiseurs depuis je ne sais combien d’années, voici donc mes prédictions geeko-informatique.

Commençons par le monde linux. 2019 sera l’année de tous les dangers pour Manjaro Linux.

Au niveau du classement de curiosité de Distrowatch, elle a pris la place de LinuxMint qui avait détrôné Ubuntu en 2011.

La moindre bêtise de Manjaro se payera cash et les anti-manjaristes primaires s’en donneront à coeur joie pour dire que « Manjaro c’est de la merde, c’est instable, etc. » pour mieux vendre leur distribution chérie qui n’a pas permis au bureau linux de progresser d’un iota soit dit en passant.

Ce sera aussi l’année de vérité pour les formats de paquets universels. La Fedora 30 silverlight sera la preuve que les paquets universels sont fiables ou juste une lubie de plus de la part des développeurs.

Dans mes souhaits pour 2019 ? Voir sortir à la fois la Slackware 15.0 et Xfce 4.14. Pour Mageia et OpenMandriva ? Qu’elles voient Noël 2019 m’indiffère. Qu’elles décèdent toutes les deux ? Et bien, ce jour là, je reprendrais deux fois des nouilles coréennes de préférence.

Quant aux distributions dont l’utilité est proche de moins l’infini, elles vont continuer de pulluler pour le plus grand plaisir des distro-hoppers compulsifs, où qu’ils habitent.

Pour Mozilla Firefox, avec le coup de poignard dans le dos qu’a été l’annonce de la migration de Microsoft vers Chromium pour son navigateur maison, je pense que c’est la fin des haricots pour le Panda Roux. S’il est à 5% de parts de marché fin 2019, ce sera un miracle.

Ce sera tout pour cette année. On verra courant mars 2019 où en sont mes prédictions… Tout en ne se prenant pas la tête 🙂

39 réflexions sur « Mes prédictions pour l’an 2019. »

  1. mouai, manjaro va suivre son bonhomme de chemin, sans doute passer XFCE 4.14 et upgrader le reste, je vois pas en quoi ça va poser problème

    pour les snap, ba quand RedHat dira « maintenant on fait comme ça » tout le monde suivra, que ce soit en 2019 ou plus tard

    pour Firefox, je vois pas bien en quoi le fait de passer de Edge a Chromium leur change quelque chose

    par contre en effet, la bonne surprise serait la release de la slackware, mais j’me doute qu’elle ne sorte avant la release de XFCE…

  2. Pour Firefox, je vois pas bien en quoi le fait de passer de Edge a Chromium leur change quelque chose

    Ça change le fait que, de trois moteurs de rendu pour parcourir le Web (oui, je mets WebKit et Blink dans le même panier), on se retrouve avec deux seulement, la part du moins utilisé des trois se rajoutant à celle du plus utilisé.

    On y perd automatiquement en diversité, ça va conforter et aggraver l’hégémonie de Blink (et donc de Chrome) et la dérive du Web actuel vers un Web « made in Google, pour Chrome ». Phénomène qui a d’ailleurs déjà commencé : nombre de sites ne fonctionnent désormais correctement que si on les visite avec Chrome (coucou, Google Earth !), ou au minimum un navigateur tournant sur Blink (coucou, YouTube !). Tout ça parce que les webmasters et développeurs de technos Web en tout genre sont de gros faignants biberonnés aux (non) standards de Google, et qui commettent les mêmes erreurs que leurs prédécesseurs quand IE4 a pris tellement de parts de marché en 1998 que les sites ont tous affiché un logo « Site conçu pour Internet Explorer » pendant les 10 années qui ont suivi. Le fait que cette fois-ci, le moteur de rendu dominant ait un code ouvert n’y change absolument rien, quoi qu’on en dise.

    Firefox, ainsi de plus en plus marginalisé, va se retrouver acculé face à un choix (car ne nous faisons pas d’illusion : il ne va jamais regagner la popularité qu’il a perdue durant les 10 dernières années) :
    – basculer à son tour sous Blink (comme l’a fait Opera en abandonnant Presto, un moteur pourtant meilleur que les autres et le plus respectueux des standards W3C à l’époque) → c’est sa seule planche de salut s’il veut survivre. La seule. Gecko, c’est fini.
    – faire comme son prédécesseur Netscape et décider de jeter l’éponge (bien que ce dernier avait été racheté par AOL peu avant sa disparition et l’ouverture de son code, récupéré par la toute jeune Fondation Mozilla).
    – Il n’y a pas de troisième option.

    Avec sa communication et sa manière très agressives de forcer les gens à utiliser ses produits, Google a imposé Chrome et a réussi à imposer aussi WebKit, puis Blink. Le Web s’éloigne de nouveau des standards W3C (c’est même encore plus vicieux, car ceux-ci sont désormais définis à partir de ce que Google met dans Chrome). Google a gagné, Firefox et le Web ont perdu. Fin de l’histoire.

    Je te mets au défi de me démontrer que l’avenir sera différent.

    1. Gecko, c’est fini.

      Ben oui vu que c’est Servo ou Quantum ou je ne sais plus quoi depuis firefox 57

      Il n’y a pas de troisième option

      A une époque personne n’aurait dit que IE déclinerait pour finalement se faire écraser par un Firefox et puis par un Chrome, de même personne n’aurait dit que Apple allait devenir une multinationale plus riche que bon nombre d’états, …  Si on peut effectivement prédire sans prendre de risque que les années du moteur de rendu de Mozilla sont comptées (les finances de la fondations sont assurées pour les 2 années à venir), il ne faut jurer de rien. Une troisième option, certes très peu vraisemblable serait qu’un acteur important fork le moteur de rendu de Mozilla et y investisse pour en faire quelque chose (pas forcément un navigateur internet tel qu’on le connaît). Quand Netscape est mort, qui aurait cru que son code allait servir de tremplin à celui qui allait détrôner internet explorer ?

      Pour les 5% de part de marché fin de l’année prochaine (sur desktop j’imagine) puisqu’on joue à balancer des chiffres au pif, moi je suis plus optimiste et je pense que le butineur arrivera à maintenir ses parts de marché au-dessus de 6%.

      Sinon, côté distributions, ce sera aussi une année charnière pour la Solus qui devra continuer sa restructuration. Je ne suis pas inquiet pour sa survie car l’équipe continue d’intégrer de nouveaux membres, la taille du dépôt reste en croissance maîtrisée, le nombre de contributeur et surtout le rythme des contributions s’accélère. Par contre il es clair que certains projets sont mis au frigo et qu’il faudra trouver de nouveaux développeurs, ce qui ne se fera sans doute pas tant que les statuts légaux ne seront pas établis pour ensuite pouvoir remettre en place un système de dons, ce qui prendra de nombreux mois. En attendant, au lieu de Budgie 11.0, il faudra se contenter d’un Budgie 10.5.1 et le développement du nouveau Software Center ne reprendra qu’après la sortie de Solus 4 au mois de janvier au lieu d’être inclus sur l’ISO comme prévu initialement.

  3. Bjr

    Plusieurs points :

    Pour Mageia et OpenMandriva ? Qu’elles voient Noël 2019 m’indiffère. Qu’elles décèdent toutes les deux ? Et bien, ce jour là, je reprendrais deux fois des nouilles coréennes de préférence.

    Heu clairement je ne vois aucun intérêt dans cette phrase mis à part faire le distro hoping que tu critiques plus bas dans ton texte, d’ailleurs tu en as fais du distro hoping toi même et pas qu’un peu notamment avec tes vidéos DGLFI

    Il faut rester humble, se souvenir de qui on est et ce que l’on a.

    1. Merci pour ton commentaire. J’ai été distro-hopper jusqu’à l’arrivée de la Ubuntu 6.06 LTS, puis mon dernier saut a été vers Archlinux en 2009. Si mon portable est sur Manjaro, c’est pour des raisons pratiques.

      Avec les DGLFI, j’ai juste montré le pire de ce qui existait dans le monde linuxien. Une personne qui fait du distro-hopping en 2018, presque 2019 pour en parler sur Youtube n’exprime que de l’insatisfaction chronique… Et une volonté de faire du bruit médiatique.

      Toutes les DGLFI ont été faites dans des machines virtuelles, jamais en machine réelle.

      Je suis humble et je sais ce qu’a été mon parcours. Quand on REFUSE de faire des rapports de bugs, on n’a rien à faire dans le monde du libre. Point final.

      1. Quand on REFUSE de faire des rapports de bugs

        Libre ou pas d’ailleurs. On ne se permet surtout pas de critiquer le soft qu’on utilise. Je suis récemment devenu béta testeur sur un soft propriétaire (p2f – Plex pour Freebox – pour ne pas le citer), et la logique est la même. Mais c’est encore plus vrai pour le libre

  4. le projet Chromium est open source non ?

    le débat est à la fois technique et philosophique. on veut de l’open source mais on veut pas qu’un « gros » soit caché derrière … ce qui n’existe plus

    si Firefox servait de base à un projet propriétaire la réflexion serait la même ?

    quand tu as 5 browser avec 5 moteurs, un standard w3c est nécessaire, quand tu as 40 browser, avec 2 moteurs dont un avec 90% de PDM, ba le standard c’est le premier qui le donne, le débat pour moi est ici plus philosophique que technique, et dans ce cas je suis plutôt d’accord avec toi sur cette dérive alarmante qui n’est prise en compte que bien trop tard. et ce n’est pas en sanctionnant Google à coût de millions pour position dominante que ça changera quelque chose …

  5. Coucou à tous,

    je voulais apporter mon commentaire constructif, « Manjaro c’est de la merde, c’est instable !! »

    Lol allez je sors 🙂

    Sinon bonnes fêtes de fin d’année à toi Fred, et à tous les lecteurs de ton blog.

  6. Salut,

    Firefox, tu es assez pessimiste sur son sort depuis 2 ans j’ai l’impression. Déjà l’année dernière, tu annonçais un Firefox à 5% comme un miracle. Je pense que Firefox va stagner et que le changement de moteur de rendu sur Edge ne changera pas grand chose pour Firefox parce que Edge est encore plus minoritaire que Firefox : 4% selon NetMarketShare et StatCounter en Novembre dernier. Après, cela reste quand même une mauvaise nouvelle puisqu’on passe de 4 moteurs de rendu à 3 (ou de 3 à 2 si on rassemble WebKit et Blink tous deux dérivés de KHTML). Cela donne plus de puissance encore à Google sur le Web et la route qu’il va prendre (cela a déjà été bien expliqué par @Trit’ plus haut). J’espère malgré tout que Firefox va continuer sa route, avec Gecko (il serait dommage de l’abandonner après tous les efforts et les améliorations qui ont été faites l’année dernière) et je continue à le soutenir malgré certaines décisions bizarres de la Mozilla Foundation car c’est la seule réelle alternative qu’il reste avec Apple si on a suffisamment de sous pour se payer un de leurs appareils.

    Soyons fous et imaginons un partenariat entre Mozilla et Apple qui a affirmé dernièrement sa position en tant qu’entreprise respectueuse de la vie privée (est-ce un argument marketing ou une réelle volonté politique de Tim Cook, je ne sais pas) pour empêcher Google de trop s’imposer sur le web.

  7. L’année 2019 avec ses video « buzz » a critiquer au lieu de solutionner…

    Perso je ne suis pas encore sous manjaro , mais je trouve que ses un tremplin pour aller vers Arch

  8. Bonnes fêtes de fin d’année à tous et à toi Frédéric en particulier, encore bravo pour toutes ces années de sacrifice pour la cause Linux.

    Manjaro c’est du lourd pour longtemps désormais, l’équipe est solide, structurée et compétente.

    Elle restera probablement dans le top 3 en 2019.(j’ai essayé une Manjaro Gnome en décembre et j’ai vraiment apprécié la vitesse, la facilité d’utilisation, l’ergonomie de l’ensemble).

    Pour ff je suis moins optimiste, il conserve les Linuxiens, mais moins les Windaubiens.

    Bon courage pour 2019.

     

     

  9. Pensez a chromium pour évitez de mettre chrome sur votre appareil, il n’y a pas le flash mais ça me manque pas. Pour lire netflix ou autres site nécessitant le module widevine il faut juste telecharger un google chrome et le décompresser, récupérer le fichier libwidevine et le mettre dans chromium au meme endroit en root. Vous aurez un beau chromium rapide et sans pisteurs !

    1. Vous aurez un beau chromium rapide et sans pisteurs !

      Chromium a les mêmes pisteurs que Chrome (la preuve : les gens bossant sur Vivaldi doivent les dégager du code de Chromium qui sert de base au navigateur, et ça leur prend du temps). En revanche, il n’a ni plug-in Flash intégré, ni Widevine. C’est la seule chose qui les différencie.

      1. Chromium a les mêmes pisteurs que Chrome (la preuve : les gens bossant sur Vivaldi doivent les dégager du code de Chromium qui sert de base au navigateur, et ça leur prend du temps). En revanche, il n’a ni plug-in Flash intégré, ni Widevine. C’est la seule chose qui les différencie

        Au final il ne reste plus beaucoup de navigateurs sans pisteurs chromium, opera, vivaldi, chrome ont tous la même base. Finalement firefox aura toujours du succès auprès des gens pour qui la vie privée à une importance.

        1. Au final il ne reste plus beaucoup de navigateurs sans pisteurs chromium, opera, vivaldi, chrome ont tous la même base. Finalement firefox aura toujours du succès auprès des gens pour qui la vie privée à une importance.

          Firefox avec Pocket et tous ses appels cachés à des services de Google dans « about:config » et « about: addons » respecte-t-il actuellement plus la vie privée que Vivaldi, dont le PDG (qui est un ancien co-créateur d’Opera) a justement dit (je répète) qu’ils virent tous les pisteurs contenus dans le code de Chromium quand ils l’adaptent à leur produit (dont les sources sont mises à disposition à des fins d’audit, pour permettre de vérifier qu’il ne dit pas n’importe quoi) ?

          « Nous avons passé du temps à déconnecter notre version du navigateur des services de Google. » (Jon von Tetzchner)

          Je veux pas « vendre » Vivaldi ou dire de passer dessus à ceux qui tiennent à rester sous Firefox (restez-y : ça me dérange vraiment pas, je vous jure !). Seulement, si son créateur dit ce genre de chose quand on lui demande comment il gère la problématique de la vie privée, j’espère vraiment qu’il ne ment pas.

  10. Funestes prédictions. En espérant que tu te trompes concernant Firefox… J’avoue être de moins en moins tolérant avec tous les gogos (y compris parfois parmi les « libristes ») qui utilisent Gogole Chrome sans réfléchir. Le monde a vraiment l’art de scier la branche sur laquelle il est assis…

    1. Il n’y a pas de mystère les gens utilisent ce qui fonctionne le mieux et de manière la plus simple et c’est valable pour tous les produits ou logiciels sans états d’ames

      1. Cela était sans doute vrai il y a encore un ou deux ans, lorsque Firefox était d’une lourdeur pas possible. Ce n’est plus le cas…

        Dommage que les gens qui se disent si « eco-responsables » n’appliquent pas leurs principes à l’informatique et aux logiciels.

  11. Hahahaha la fameuse légende urbaine de traceurs Google dans Chromium.

    Il n’y a pas de traceurs dans Chromium. Pas le moindre. Vivaldi n’a retiré q’une chose, le GCM (en partie seulement) car ils utilisent leur propre système de syncro.

    Ce qui ressort, c’est que nous avons un produit opensource utilisé par plein d’autres browser. Qui devient une hégémonie du web.

    Et il se passent quoi ? Ca râle par ce que quelque chose d’opensource, ouvert à tous et toutes devient un « monopole ».

    Pour une fois qu’un produit libre fait l’unanimité, les abrutis de libristes, par ce que oui à ce niveau on peu parler d’abruti, râlent que tout le monde veuille l’utiliser. On a même droit à des raccourcis avec IE6 qui sentent bien le lisier.

    Quant à Mozilla, c’est bien fait pour leur gueule. Vous semblez tous faire l’impasse lorsque Fx était le plus utilisé  qu’ils ont commencés à faire comme pour IE6, se reposer sur leur lauriers.

    1. Quant à Mozilla, c’est bien fait pour leur gueule. Vous semblez tous faire l’impasse lorsque Fx était le plus utilisé qu’ils ont commencés à faire comme pour IE6, se reposer sur leur lauriers.

      Quand Mozilla a-t-il été plus utilisé qu’IE ? Jamais. Il s’est juste pris à compter de 2008 la concurrence de Google Chrome en pleine tronche.

    2. Tu prends de sacrés raccourcis, dis-moi… Se servir du projet open source Chromium pour justifier le monopole de Google, fallait oser… Il peut y avoir 25 forks de Chromium (on en est d’ailleurs pas si loin…), la question n’est pas là.

      Tu sembles confondre unanimité et monopole. Je ne relèverais donc pas tes propos méprisants à l’encontre des libristes qui me font penser à la vindicte médiatique que l’on entend en ce moment contre les Gilets Jaunes.

      Le problème largement évoqué plus haut, c’est qu’à travers son monopole, Saint-Google va continuer d’aspirer et de dicter les standards du Web à sa sauce.

      Je me souviens de l’époque bénie ou, après une installation Windows, je ne lançais Internet Explorer que pour télécharger Firefox. Mozilla a sans doute raté quelque chose à un moment donné. Pourtant Chrome n’était pas une flèche à ses débuts, mais il a quand même fallu attendre Firefox Quantum (soit fin 2017) pour avoir un navigateur pouvant rivaliser avec Chrome en termes de vélocité. Mais entretemps, et à force de « vente forcée » sur les smartphones Android, Chrome a fini par proliférer partout…

      L’avenir est de toute façon impossible à prédire, même si l’on ne prend pas un grand risque à parier sur une domination de Google en 2019 sur le navigateur Web. Internet Explorer a bien fini par sombrer…

      La grande force de Mozilla Firefox reste sa communauté selon moi.

      1. Heyy, tout d’abord bonne année 2019.

        Alors, personnellement, je fait bien la distinction entre Chromium et Google Chrome. Ce que 99,99% des gens ne font pas.

        Par contre, il semble n’y avoir aussi qu’une infime partie de personnes qui se souviennent encore comment cela était il y a 10 ans. Avant de dire que Chrome s’est imposé à cause de « vente liée », il faut regarder en arrière et on ne peu que faire le constat qu’il s’est imposé de lui même par sa rapidité. Et ce même si on savais que Google ajoutait des choses pour tracer, ce qu’on voulais, c’était aller vite.

        Oui Google pourrait imposer des choix, mais cela lui rapporterait-il quelque chose? Google ne fait que si cela rapporte, on l’oublie un peu trop souvent ca.
        Et puis, nous sommes quant même obligés de jouer avec des -moz-* ou -webkit-* en css pour les moteur de rendu. Alors pour ce qui est de l’uniformité, ce n’est pas encore ca.

        Enfin, le sujet n’en ait pas vraiment un puisque Chromium = moteur de rendu et Google Chrome = browser utilisant blink (Chromium remanié)

        —-

        J’aime à envoyer quelque bon gros tacles au niveau de la gorge des libristes. Ca permet de les faire redescendre sur terre pour beaucoup. Et puis, cela permet aussi de leur renvoyer l’image que donne la minorité beuglant sur le web et qui donne l’impression d’être la majorité.

        Quant à mozilla qui à fait son « ouin ouin, microsoft il est pas gentil, c’est qu’un méchant qui veut pas choisir notre moteur web », ben qu’il se pose la question du pourquoi. La question est toute trouvée, Chromium est bien plus éprouvé que le nouveau moteur de rendu de firefox. C’est un choix logique pour une firme qui tient à tout prix que son browser fasse partie du trio de tête. Bien que je pense que l’échec de edge montre que les utilisateurs on perdu la confiance depuis IE6. Je pense que Microsoft ne devrait plus faire de browser.

         

        Pour moi, il reste encore une place pour un browser. Ca serait un browser qui offrirait de pouvoir sync ses bookmark, ect… quelque soit le service (google, firefox, onedrive) ou bien permettre de synchroniser simultanément sur chacun de ces services. Par ce qu’on l’oublie aussi, jongler avec plusieurs browser, c’est jongler avec tout ca.

        1. J’aime à envoyer quelque bon gros tacles au niveau de la gorge des libristes. Ca permet de les faire redescendre sur terre pour beaucoup.

          Avant d’envoyer des tacles, commence d’abord par ne pas sortir des choses fausses et qui démontrent une méconnaissance certaine du sujet, si tu veux pas être considéré comme le troll que tu sembles vouloir paraître. À commencer par ça :

          Enfin, le sujet n’en ait pas vraiment un puisque Chromium = moteur de rendu et Google Chrome = browser utilisant blink (Chromium remanié)

          Bah, non, tu te plantes complètement ! Tu mélanges tout : le moteur de rendu de Chromium est Blink, mais ce dernier est un dérivé du moteur WebKit (utilisé par Apple dans Safari et les navigateurs sur iOS), lui-même dérivé du moteur KHTML de Konqueror (le premier navigateur inclus dans KDE qui, comme sous Windows 98-XP, faisait aussi office de gestionnaire de fichiers). Chromium n’est pas un moteur de rendu.
          Chrome ? C’est rien de plus que Chromium avec les plug-ins Flash et Widevine inclus + un système de mise à jour automatique. En-dehors de ça, du nom et de la couleur du logo, rien ne distingue Chrome de Chromium.

          1. C’est bien t’as su aller sur wikipedia dit donc 😀

            Mais, continue de rester dans le déni en pensant que chromium embarque le tracking system de google.

            Et ce n’est pas une erreur de ma part, c’est volontaire. Il y a une raison, cette raison je vais te la dire, c’est le CEF.

            C’est plus pratique de parler de Chromuim que de blink. Parler en ce sens, cela inclus tout l’écho système de chromium qui contrairement à ce que tu peux penser, n’est pas juste une app avec blink.

            Voila, allé bon vent.

  12. Chrome avait beaucoup apporté quand il est sorti en 2008. Je me rappelle d’un firefox lourd et très lent au démarrage. Chrome était excessivement rapide pour l’époque, et l’interface était d’une simplicité,  la ou firefox avait des menu dans tout les sens, d’ailleurs firefox n’a fait que de s’inspirer de chrome, (et opéra) . Bien-sur sans parler de la puissance marketing de google.

    D’ailleurs, je vois des analyse dans tout les sens du pourquoi linux ne progresse pas en part de marché. Il faut pas chercher midi à 14h, c’est le manque de marketing, rien d’autre. La question du surplus de bureau et de distro est un faux problème. Vous regarder les nombre de modèle et marque de smartphone (+ de 9000)  sa n’empêche que seul 2 marque récolte 90% des parts de marché.

    La distribution que j’aimerais voir émerger en 2019 c’est Solus OS. Elle à toutes les capacités pour devenir une grande. Même si j’apprécie Deepin, celui ci est encore truffer de « mini bug » et ralentissement. Sinon j’aimerais aussi défendre Ubuntu, car je trouve que beaucoup de gens l’ignore (ou la casse) ces dernières années (à tord ou à raison), alors qu’elle reste la distribution la plus consulté sur alexa loin devant toute les autres. La version 18.04 à été une bonne surprise avec le retour à gnome. Et la version 18.10 à été une sacré surprise, avec une stabilité exemplaire, et un gnome 3.30 qui consomme 400Mo en moins. Le nouveau theme GDM, l’optimisation de la Logithèque gnome beaucoup plus rapide. Alors oui les icône sont gros, mais les gens aujourd’hui il veulent du gros, il veulent du gros clique.  Pour ceux qui critique gnome, poser vous cette question que serrait Linux aujourd’hui sans gnome? Il serrait rempli d’interface traditionnelle qui se ressemble toutes les unes des autres. Vous enlever XFCE, il y à MATE qui lui ressemble, et inversement. Concernant Manjaro, je trouve qu’elle apporte beaucoup d’air frais à un monde Linux, qui était quasi monopoliser par les bases Ubuntu. C’est une très bonne distribution pour les utilisateur intermédiaire ou curieux. Mais pas à mettre dans toute les mains des neophytes. Pour l’instant , je continue à installer Ubuntu sur les ordinateur familiaux,  ou Linux Mint quand cette dernière est trop lourde.

    Continue tout pareille Fred pour 2019 ,en attendant le monde linux  francophone ce meurt? Bah je regarde le youtube anglophone qui est rempli de dizaine de chaines  tout aussi intéressantes les unes que les autres.

    1. Bonjour.

      Très long commentaire. Il y a un ou deux points sur lesquels je voudrais réagir.

      D’ailleurs, je vois des analyse dans tout les sens du pourquoi linux ne progresse pas en part de marché. Il faut pas chercher midi à 14h, c’est le manque de marketing, rien d’autre. La question du surplus de bureau et de distro est un faux problème. Vous regarder les nombre de modèle et marque de smartphone (+ de 9000) sa n’empêche que seul 2 marque récolte 90% des parts de marché.

      Pas de marketing, loin de là. D’une offre moins étouffante, c’est certain. Le marché des smartphones est différent : deux fabriquants d’OS (Apple et Google) dont un maitrise complètement le matos et l’autre reproduit le modèle Microsoft avec IBM : une licence d’utilisation pour chaque équipement vendu.

      Gnome 3.x est une interface pour tablette dans sa conception, et avec une utilisation de plus en plus passive de l’informatique, c’est normal qu’il attire.

      Concernant Manjaro, je trouve qu’elle apporte beaucoup d’air frais à un monde Linux, qui était quasi monopoliser par les bases Ubuntu. C’est une très bonne distribution pour les utilisateur intermédiaire ou curieux. Mais pas à mettre dans toute les mains des neophytes. Pour l’instant , je continue à installer Ubuntu sur les ordinateur familiaux, ou Linux Mint quand cette dernière est trop lourde.

      Le papa de la Tux’n’Vape – qui est un ami dans la vraie vie – a installé cette Manjaro respinée chez environ 150 personnes… Et que du positif, surtout avec des personnes qui n’en ont rien à foutre de l’informatique. Comme quoi, les expériences varient en fonction des personnes et pour moi, les Ubuntu, Mint & compagnie sont plus proches du cercueil que du berceau.

      Mais c’est un avis qui sera difficile de faire prendre en compte, vue l’inertie du monde libre.

      1. Je ne suis pas contre installer des Manjaro( d’ailleur elle est nettement plus légère et fluide) et J’en suis loin des 150. Mais est-on sure que dans 6 mois ou 2 ans elle ne présenterons pas de bug? Je n’ai pas les moyens de faire un SAV pour la 20aines de personne (ou famille) à qui j’ai installer un Linux. Avec une Ubuntu LTS ou une Mint, je n’ai jusqu’à ce jour jamais eu de soucis. Mais je serrais prêt a installer des Manjaro une fois que je serrai certain de la stabilité sur le long terme.

        Et oui , je poste peu, mais quand je poste j’ai des choses a dire.  🙂

         

        Sinon, Joyeuse fête

        1. Baba Orhum pourrait te répondre. Sa Manjaro est installée depuis 4 ans, a connu deux machines différentes, plusieurs environnements de bureau et est toujours en vie.

          J’ai une manjaro installée depuis 3 ou 4 mois en branche testing – celle qui précède la branche stable – et ça roule.

          Ensuite, avec Ubuntu ou Mint qui ne touche presque à rien, mis à part les mises à jour de sécurité et les montées en version obligatoire de certains logiciels, c’est facile de n’avoir aucune emmerde.

        2. Euh, par définition, Manjaro c’est du rolling-release… Donc pas conseillé si l’on recherche du stable…

          En tout cas, quand on veut éviter des ennuis à son entourage néophyte, on installe tout sauf une distribution rolling… Sauf à vouloir faire le SAV à la moindre màj catastrophe…

          1. Il est vrai qu’une rolling casse toutes les semaines 🙂

            Sinon, Manjaro est une rolling rationalisée. En dehors du grand incident d’avril 2017 (donc dans les 18 mois en ce début janvier 2019), y a-t-il eu des mises à jour catastrophique ?

            Tant que n’installes pas tout et n’importe quoi depuis AUR, ça fonctionnera…

            Mais il est vrai que les fixeds sont des havres de paix 🙂

Les commentaires sont fermés.