Plus d’un an sur Mastodon, le « twitter du libre », un premier bilan.

Ce billet est en quelque sorte la suite d’un billet écrit en novembre 2017 qui parlait de mes 3 ans de présence sur pod diaspora* de Framasoft.

Mon compte y existe toujours, et j’avoue que je m’y sens bien, surtout après l’annonce programmée de la fermeture à terme de Google Plus en octobre 2018.

D’ailleurs mon abandon du concurrent malheureux de Facebook créé par Google a été presque indolore. Mon compte sur framapiaf frôle en ce 17 novembre 2018 près de 4000 pouets (l’équivalent des tweets), et un demi-millier de personnes me suivent. Soit 10 fois moins de publications que sur mon compte tweeter (ouvert en 2010) qui n’a que 200 abonnés de plus.

Mais proportionnellement, j’ai des échanges plus intéressants sur le pachyderme que chez l’oiseau bleu. Il ne faut pas confondre qualité et quantité. Mais j’avoue que j’ai trouvé un réseau social qui ressemble à twitter sans le niveau dégueulasse qui traîne parfois chez l’oiseau bleu.

Par chance, la population s’y diversifie et on ne trouve pas que des barbus. Il y a eu des tentatives pour me faciliter le transit intestinal comme je l’ai évoqué en février 2018.

Tentatives qui se sont cassées les dents et qui m’on fait comprendre par la suite qu’il fallait que je quitte Youtube. Mais c’est un autre sujet sur lequel je n’ai pas envie de revenir.

Il m’a fallu réapprendre pas mal de choses, mais maintenant, j’y suis bien. Sucrer mon compte twitter ? Je l’envisage à long terme. Il me serait difficile de faire connaître mes écrits qu’ils soient techniques ou pas sans l’oiseau bleu.

Pour tout dire, je suis plus que content de l’existence de Mastodon. Reste à espérer qu’il prosperera et qu’en novembre 2019 je puisse toujours l’utiliser. On verra cela si mon blog est encore en vie d’ici là !

6 réflexions sur « Plus d’un an sur Mastodon, le « twitter du libre », un premier bilan. »

Les commentaires sont fermés.