Le distro-hopping en 2018, expression d’une insatisfaction chronique ?

Je dois l’avouer, mais je ne comprends pas pourquoi le distro-hopping existe encore dans le monde linuxien en 2018. Autant j’ai été une grenouille sautant de distributions en distributions dans les années 1998 à 2006, autant avec l’arrivée de produits assez mûrs comme la Ubuntu 6.06, j’ai largement moins senti le besoin de changer de distribution comme de chemise.

J’ai écrit un article en septembre 2012 sur la Ubuntu Dapper Drake qui m’avait permis de me poser et d’arrêter de jouer la sauterelle. Ensuite, j’ai atterri sur Archlinux que j’utilise sans discontinuer (ou presque) depuis mi-2009. Ce qui fait dans les 9 ans au moment où je rédige ce billet début octobre 2018.

Depuis le milieu des années 2010, les distributions « grand public » sont arrivées à un degré de perfectionnement et de ressemblance qui justifie de moins en moins le fait de sauter d’une distribution à une autre au moindre « pet de travers ».

Cela me fait penser à une réplique de Jack Nicholson dans « Les Sorcières d’Eastwick » concernant les hommes cocufiant leurs femmes… Mais je vous laisse découvrir ce film de 1987 où il donne la réplique à Cher, Michelle Pfeiffer et Susan Sarandon.

C’est à peu près la même chose avec les distributions GNU/Linux modernes, à savoir celle sortie depuis le milieu des années 2010.

Prenons le duo Plasma avec Debian (en excluant Ubuntu). Le detesté distrowatch nous sort qu’il y a 9 réponses…

La même recherche en remplaçant Plasma par Xfce ? Juste 22 réponses !

Évidemment, il y aura des distributions plus spécialisées que d’autres, mais pour le domaine bureautique, mis à part un thème graphique différent, c’est peu ou prou la même chose, les fondements étant très souvent identiques.

D’ailleurs, au final, mise à part la version de Plasma fournie, quelle est la différence dans l’absolu entre une Kubuntu et une KDE Neon ? Le fait de servir de banc de tests ?

Quelle est la différence entre une NetRunner stable (basée sur Debian) et une Debian GNU/Linux avec KDE mis à part la charte graphique et quelques outils ?

Quelle est la différence dans l’absolu – en dehors d’une meilleure intégration graphique – entre la NetRunner Rolling et sa base, la Manjaro KDE ?

On va me répondre que l’apparence est primordiale, je suis d’accord. Mais est-il obligatoire de changer de distribution à cause d’un thème ? Doit-on suivre les effets de mode qui fait que tel environnement est « au top de sa popularité » en janvier et est complètement dépassé un ou deux trimestres plus tard ?

À moins de considérer l’informatique comme un jouet et de ne pas avoir peur de faire vieillir ses supports de stockage prématurément, on peut sauter d’un environnement à l’autre, d’une distribution à l’autre en fonction du sens du vent 🙂

Sur mon ancienne installation – le matériel acheté en 2010 a rendu l’âme en août 2017 – j’ai changé sans avoir à reformater quoique ce soit plusieurs fois d’environnements. J’étais passé de Gnome à Xfce, puis à Mate-Desktop sans oublier un rapide passage sous Budgie sur la même base.

Est-ce du au fait que je vois l’ordinateur comme un outil de travail au quotidien ? Celui qui me permet d’écrire mes articles de blog, de faire des recherches, d’enregistrer des vidéos, de présenter des distributions d’une qualité variable.

Peut-être est-ce lié à une certaine maîtrise de ma distribution qui n’est pas parfaite mais qui colle à mes besoins ?

D’ailleurs les personnes qui pensent qu’elles trouveront la perfection dans la prochaine distribution à la mode se plantent dans les grandes largeurs. Si on reste sur une distribution, c’est que l’on a accepté ses forces et ses faiblesses, et qu’on se moque de la dernière mode qui sera rapidement démodée.

Après la mode qui consistait à avoir Mandrake ou Mandriva, on est passé à celle d’avoir Ubuntu, puis d’avoir Linux Mint. Maintenant, Manjaro est la distribution qui a le vent en poupe chez les personnes informées.

Ce sera quoi la prochaine fois ? NuTyX ? Calculate ? Fedora Linux ? J’attends avec impatience de l’apprendre… Tout en continuant d’utiliser ce qui me convient au quotidien depuis la mi-2009.

Pour finir, un petit Iron Maiden de 1982 tiré de l’album que j’ai écouté pour rédiger l’article.

Allez, bonne journée !

36 réflexions sur « Le distro-hopping en 2018, expression d’une insatisfaction chronique ? »

  1. Avant avec Windows je ne me posais pas trop de question. Dès qu’une version était abandonnée (comme Xp) je passais à la suivante et si l’ordi ramait je changeais d’ordi, mais ça c’était avant !

    Aujourd’hui on commence par adapter un système Linux en fonction de la bécane car l’idée c’est de garder la bécane.

    Pour ce qui est des choix des distri au début comme néophyte il n’y a qu’Ubuntu qui était relativement facile à installer et qui fonctionnait plutôt bien. Par la suite, on s’habitue à Linux et le diable nous pousse à tester autre chose. C’est là qu’on commence à acquérir une expérience qui va nous donner une attirance pour telle ou telle autre.

    Je pense avoir fait un peu le tour des principales et après des années Ubuntu (5 ans) puis Mint (2 ans) je reste depuis quelques années sous Voyager (depuis 4 ans) sur les machines pas trop vielles, DF Linux pour les très vielles.

    Pour la 2 et 3 ont est dans du Ubuntu donc du Débian, pour la 1 et la 4 c’est du Débian.

     

  2. Pourquoi changer, bonne question, effet de mode comme tu le dis, raz le bol de l’ambiance de certains forums, ou des libristes prétentieux qui s’y trouve… Des raisons ils n’en manquent pas.

    On peut aussi changer pour se faciliter la vie, ou a cause d’un manque de temps à consacrer a une distribution plus tendue.

    Mais bon je n’ai jamais été attiré par les têtes de listes de distrowatch. Du coup chez moi c’est debian et opensuse pour le portable, chez les autres je pose du debian ou Ubuntu selon le cas, bien que cette dernière commence a m’insuporter.

    1. Salut Seb,

      ou simplement quand tu essayes quelques distribs et que tu aimes certaines choses dedans,que tu essaies et que malheureusement tu ne retrouves pas tout ces ingrédients dans une seule lol…

      Mais j’en ai essayé un paquet et à l’heure actuelle pour moi çà se résume à:

      Arch car j’aime Arch.

      Manjaro la fifille.

      Debian pour le pépère…

      Calculate car Gentoo est pas mal intéressant.

      Solus elle m’a bluffé.

      Et Fedora parce que j’ai toujours aimé les chapeaux lol.

      J’en oublie une que j’aime beaucoup c’est Salix… toujours été impressionné par Gslapt…

      Comme quoi après en choisir une,y rester,trouver le bon compromis… pas toujours évident…

      Pour le moment c’est Calculate…

  3. Perso, ras le bol de toutes ces distros. Toutes finies à la pisse. Même les plus grands nom, y’a toujours un truc qui marche pas, même pour des trucs simples. Back to Windows. Et pourtant je suis sysadmin UNIX, ça me fait mal au…

    1. En fait ce que tu dis revient à dire qu’il n’y a jamais de « trucs qui marchent pas » sous Windows. A ma connaissance, cet adage n’est vrai que pour Mac, pour la simple raison du couplage OS / hardware.

      Et honnêtement, l’avis d’un admin système …

      1. @marav

        Developpe ton propos sur l’avis d’un admin système ? Quel problème cela pose t’il ?

        Sinon sur Windows bien sur que certaines choses ne marchent pas. Mais moins souvent je trouve…

        1. La fontion ne pose aucun problème, en tous cas je n’en ai aucun avec. L’argument pose le problème de la gestion du duo utilisateur / monde professionnel. Juste pour dire que tu rapportes des faits (Windows semblerait « marcher » mieux que Linux) , qui sont discutables (et on en discute, ce qui est bien) mais tu appuies ton avis en disant que celui-ci est celui d’un professionnel.
          Or, à mon sens, dans une boite, je vois pas ce que tu peux mettre d’autre que Windows ou Mac.
          Et reformater une machine tous les ans n’est pas, pour moi, un signe que tout va bien 😉

          1. Salut, merci pour ta réponse.

            Ben justement au travail, c’est assez simple. Windows pour les mails, internet et office, RedHat pour le reste. Je me vois pas faire de la bureautique et du multimédia sur RedHat, tout comme je ne verrais pas Windows pour du dev ou des serveurs de prod critiques. Chaque besoin son outil !

            et pour revenir à la maison, ben… à la maison je fais de la bureautique et du multimédia. Et pour cet usage, je trouve Windows plus efficace. Je trouve les environnements de bureau buggés et non cohérents sur Linux. Mal finis. C’est tout en fait, je veux pas troller.

  4. Mandrake, K/Xubuntu, Manjaro Xfce et maintenant Arch (Mate) en 13 ans, je pense avoir été relativement stable (on peut oublier des tâtonnements sous Debian et Red Hat vers l’an 2000, sans connexion internet, c’était voué à l’échec). Distrowatch ? 80% de distros inutiles, et en cherchant bien, on pourrait même monter à 90… Au lieu de ravager des pays et de frapper des populations qui n’ont rien demandé, les ouragans feraient mieux de faire le ménage dans le monde Linux, on y verrait plus clair après le nettoyage.

  5. Bonjour,

    sans aller à penser que tu fais référence à une certaine personne, il est vrai que voir certains changer de distro comme de chemise est assez troublant.

    Soit c’est le signe d’une attente jamais comblée (j’espère que dans leur vie intime cela se passe mieux sinon désolé madame), soit c’est le signe d’un manque évident de « savoir choisir », soit encore comme tu le dis les distros sont si proches qu’il devient difficile de choisir. Et ce point n’est pas faux, j’ai toujours dit que, hormis les distros purement spécialisées, il n’en y avait pas 20 d’intéressantes ou même dont l’existence se justifie par un apport quelconque.

    A titre personnel je suis fixé sur Mint depuis quelques années déjà et j’en suis pleinement satisfait. Malgré tout je garde un oeil sur d’autres distribution comme elementary OS, Solus ou Arch via des machines virtuelles. On ne se refait pas et je pense même que mon PC portable bénéficiera de Solus quand la version 4 voudra bien sortir.

     

    Mais il est vrai aussi que j’ai épisodiquement d’autres VM de distri où à chaque fois je me pose des questions du genre « mais c’est quoi la différence avec X? » ou encore « mais à quoi elle sert??? ». Typiquement en ce moment la MX-Linux dont je ne vois pas l’intérêt face à une Xubuntu.

     

    Etant maintenant un vieux misanthrope je me démerde tout seul et j’échappe au discord du monde Linux avec joie. Mes enfants utilisent Linux par défaut (ils n’ont pas le choix) mais je suis sûr qu’ils seront contraints, sans opposer trop de résistance toutefois d’utiliser Windows ou Chrome OS dans un avenir relativement proche. C’est la vie, Linux est un choix qu’on fait et qui ne s’impose pas à vous. Il restera donc forcément très très minoritaire.

     

    A+

    Bon, je retourne au ménage moi sinon Madame va raler!

     

    1. Bonjour.

      Merci pour ton commentaire. Et non, je ne vise pas spécifiquement quelqu’un dans cet article.

      « Et ce point n’est pas faux, j’ai toujours dit que, hormis les distros purement spécialisées, il n’en y avait pas 20 d’intéressantes ou même dont l’existence se justifie par un apport quelconque. »

      J’ai trouvé plus méchant que moi sur ce point… Ça pique !

      « Mais il est vrai aussi que j’ai épisodiquement d’autres VM de distri où à chaque fois je me pose des questions du genre « mais c’est quoi la différence avec X? » ou encore « mais à quoi elle sert??? ». Typiquement en ce moment la MX-Linux dont je ne vois pas l’intérêt face à une Xubuntu. »

      L’intérêt est d’avoir une base plus légère, et c’est déjà pas si mal que cela 🙂

      Pour Solus 4, je pense que l’on va encore attendre quelques mois. Enfin, pour ta conclusion, j’applaudis des deux mains !

      1. il n’en y avait pas 20 d’intéressantes

        Debian, Ubuntu, Arch, OpenSuse, Fedora (Centos, RedHat, dans le même panier), Slackware. Voire (mais sans conviction) Mint, Gentoo. Et, parce que ça me fait plaisir : FreeBSD.
        Et bien, nous sommes à 6, et 9 si on raccroche un wagon et qu’on prend en compte une BSD.

        Je vois pas bien comment on arrive à 20, sans tomber dans le « nouveau DE+super thème, par contre sous le capot c’est une debian » …

        1. Pour la vingtaine intéressante, ce n’est pas moi 🙂

          Sinon, c’est vrai que ta lite est intéressante. Il manque juste Manjaro pour que ta liste soit vraiment plus exhaustive.

          En rajoutant quelques distributions spécialisées, on arrive à une petite quinzaine. Il est vrai qu’un nettoyage serait nécessaire…

          1. déjà il suffirai de nettoyer tout ce qui est « mono développeur », qui n’a aucun sens à l’aube de 2019, comme si nous étions encore en 1993 et que tout était à faire, ne serait-ce que maintenir un kernel LTS dans sa distrib n’est pas une mince a faire vu la fréquence des release actuelle.

        2. Y’a aussi Calculate,PCLinuxOs(si on aime l’atypique),Salix,Solus et dans une moindre mesure je trouve la Chakra car j’ai rarement eu un si beau Kde à l’époque… mais en gros la liste citée plus haut çà se résume à cela!On pourrait vivre avec… certaines ont aussi perdues de leur aura (Mageia,Sabayon,Frugalware…).

  6. J’ai l’impression que ce phénomène concerne d’un part les nouveaux utilisateurs qui ont besoin de tester, découvrir, expérimenter pour s’y retrouver dans la jungle des distributions (les vieux routards ont certainement fait pareil à leurs débuts) et d’autre part les utilisateurs instables qui soit ont la bougeotte, soit changent à la moindre contrarié

     

    1. Pour les personnes qui arrivent, je comprends le phénomène, car tout est nouveau.

      Le problème est quand les ancien(ne)s linuxien(ne)s continuent de jouer les sauterelles après avoir connu les grandes familles depuis des années parfois…

  7. Comme pas mal de monde j’ai voyagé de distributions en distributions. Mais très vite j’ai compris qu’il fallait se concentrer sur les maisons mères. Cela réduit fortement le choix et on gagne en qualité ! Ensuite je me suis fixé. Alors, je vais être cruel, mais ce que je pense, c’est que les personnes qui travaillent réellement avec leur machine ne peuvent pas se permettent de changer à tout va, et ne changent pas à tout va ! Comme tu le dis si bien, tu travailles avec ta machine, que ce soit pour tes articles de blog, tes vidéos pour YouTube, tes écritures de livres, etc… A partir de là, c’est un outils de travail ! Et un outil de travail il doit répondre présent dès que tu en n’a besoins. Et ceux et celles qui après de nombreuses années changent encore, ce n’est pas normal ! On peut continuer de tester. Il faut continuer de tester pour regarder ce qui se fait ailleurs, mais alors la virtualisation est là.

  8. Le fixe chez moi ne bouge pas de debian ça fait bien dix ans, par contre le portable lui bouge sans cesse toujours pour trouver mieux, mais ce n’est pas mon outils de travail, pour le moment je suis avec opensuse c’est celle qui me convient le mieux avec ce pc.

     

    Maintenant j’ai l’impression que ce billet est pour descendre un certain youtubeur qui a laissé dire et faire sur son canal discorde…

    Pas pratique les commentaires j’ai aucune information pour savoir si ça bien été posté ou non.

    1. Pour le billet, je ne vise personne en particulier, juste un constat sur l’insatisfaction qu’il est difficile de justifier en 2018 au niveau des distributions, vu leur niveau de maturation.

      Quant au canal discord du youtubeur en question, je m’en bats les testicules avec une planche à découper. Il a bien utilisé Christophe alias Easy First Computer pour faire disparaitre une chaine concurrente, celle de Blabla Linux.

      1. C’est toi qui a utilisé Easy avec vos bannières anti trolls et anti Easy first computer, dont je n’ai jamais voulu participé 🙂

        Et à cause de vos multiples dramas, vous en avez dégoutté Bla bla Linux 🙂

        Alors stop la victimisation, et assume les conséquences et de tes actes et de ton comportement.

        1. Christophe, tu t’es bien servi de lui… D’ailleurs, il t’a bien été utile pour te « débarrasser » de la concurrence de Blabla Linux.

          J’espère juste que tu n’auras pas à changer de numéro de portable à cause d’un tour de cochon de la part de Phoenix alias Starkiller alias Capricorne Capricieux.

          En ce qui concerne ta leçon de morale, charité bien ordonnée commence par soi-même. J’ai toujours assumé mes propos en face caméra contrairement à d’autres personnes.

          Bon vent, monsieur le bateleur et magnat de l’immobilier.

          1. Pour ma part, trois boîtes mails pourries, des commentaires laissés à droite et à gauches dont notamment sur les blogs de ma compagne. Et comme toi, je pense que cela vient de nos deux amis incultes et immatures (Phoenix alias Starkiller alias Capricorne Capricieux et Easy First Computer), dont le temps d’une journée ne sert qu’à pourrir les autres (quel passe temps !?!). Déjà sûrement pas à apporter de la plus value aux logiciels libres. Alors… le reste s’adresse aux personnes qui croient savoir pourquoi la chaîne Blabla Linux sur YouTube à arrêtée ! Sûrement pas à cause des dramas. Oui je trouve que cela n’apporte rien, mais l’arrêt est dû à manque flagrant de soutient de la part de certains collègues YouTuber mais aussi de la part d’une bonne partie de la communauté ! Certes ce n’est pas bien, et cela ne ce fait pas de montrer du doigt une personne, mais il faut savoir dire stop et s’unir pour le bien de tous et de l’image que l’on renvoi. Surtout quant on cherche à mettre en avant et à faire connaître les logiciels libres. Cette bannière était l’occasion de dire stop et de s’unir ensemble. Vous vous êtes focalisés sur Easy First Computer ! Mais cette bannière voulait dire STOP à TOUTES les personnes de ce genre ! Ne venez plus vous plaindre. Maintenant j’attends avec impatience le moment où cela va enfin se retourner contre vous. La bannière n’aurait probablement rien changé ! Mais cela permettait déjà de voir qui était prêt à faire quelques chose ensemble. En s’unissant et en mentionnant publiquement les noms, sur toutes les chaînes, Ces personnes savaient que toutes les chaînes et que les membres ne voulaient plus d’elles ! En choisissant la division, vous avez renforcés ces personnages. Maintenant j’attends avec impatience. Et n’oubliez pas, que Blabla Linux ne dira rien, mais qu’est-ce qu’il rigolera bien de vous, de ceux qui ont choisi d’ignorer les problèmes ! Pour info, mon opinion et ma réaction par rapport à ce problème se trouve ici en description : https://youtu.be/qMjlxz7yDTQ 🙂 Allez… Fred, à bientôt et courage face à cette bande 🙂 PS : la concurrence Blabla Linux ! C’est cool d’être prit pour un concurrent 🙂 Mais en même temps certains on vite peur hein ! Avoir peur d’une chaîne avec à peine 2000 abonnés !

        2. Salut Actualia.

          Ce qui va suivre n’engage que moi, et n’est en aucun cas en rapport avec notre hôte.

          Pour moi, Actualia, tu participes à la médiocrité du web.

          Personne ne t’as rien demandé et tu ouvres un Tipee en argumentant que cela t’engendre des frais. Si YouTube est une passion, assume là, et ne demande pas d’argent, alors que personne ne te demande rien.

          Je passerais sur les pathétique liens commerciaux avec Xiaomi, qui sont une évidence.

          Tes vidéos sur ce que tu manges, etc etc, participe à l’abrutissement des masses.

          Dois t-on parler de ta vidéo plus que ridicule  » une astuce pour les 80 km/h », et tu nous présente…. Le limitateur de vitesse, c’est vrai que c’est une grande nouveauté…N’importe quel automobiliste, lisant le livret de son véhicule sauras comment l’utilisé.

          On vois bien que tu n’y connais strictement rien, la vidéo sur le « Tearing » est à pouffer de rire, comment, dès lors, expliquer quelque chose que tu n’as pas compris, et que tu ne maitrises pas ?

          Les gens arrivant sur ta chaine, vois une image  » du type dégarni qui était peut-être dans le SI de sa boite », et au lancement de la vidéo, ils voient qu’ils sont arrivés sur une chaine de Clown, et qui plus est sans talent.

          Tu participes à la médiocrité, comme la télé-réalité participe à la stupidité.

          Je suis sur que tu as des connaissances sur d’autres sujets, que tu pourrai partager au sein d’une association, par exemple, et qui serais beaucoup plus enrichissant pour toi, et utile aux autres.

          Tu n’est pas fait pour YouTube…

          Ah oui !! Alors j’anticipe… Bien évidemment que tu es libre de faire ce que tu veux, mais il y’a un moment faut être réaliste.

           

  9. Perso cela fait maintenant un bail que je ne bouge plus : en fait j’aime le bureau Mate, un point c’est tout.

    Ma compagne préfère Ubuntu, donc elle a Ubuntu Mate.

    Moi je préfère Archlinux, donc j’ai Arch avec un bureau Mate, bref c’est pas compliqué lol

    Sans oublier un petit Windows qui traine dans un coin… car si ce dernier n’est pas parfait, il m’est toujours utile. Comme par exemple ce soir, pour mettre de la musique sur le lecteur MP3 de ma compagne. Car de façon étrange, aucun de mes PC sous Linux n’arrivait à le faire correctement ( plantage pendant la copie, message d’erreurs, etc… ce lecteur MP3 est allergique à Linux sans doute )

     

  10. Personnellement, ma base, c’est Ubuntu, parce que c’est celle où j’ai fini par prendre mes habitudes (sans compter que comme je continue à avoir un peu d’espoir pour jouer un peu sur Linux, que ce soit Steam ou GOG, la distribution validée côté support c’est celle de Canonical).

    Après j’avoue avoir de temps à autre la bougeotte pour en tester d’autres, mais le plus souvent c’est quand je récupère un PC portable sur lequel Ubuntu ne passerait pas correctement. Et encore, quand ça m’arrive, je m’en tiens à celles dont je sais que la finition d’ensemble pour une utilisation courante sera la meilleure, donc le plus souvent, les plus grosses distros.

  11. Bonjour,

    Personnellement, le distro-hopping fut une opportunité.

    Mon emploi du temps évolue fortement, et je suis « obligé » d’être sur une LTS, plus du le temps pour la maintenance, ou de la mise à niveau.

    Et là, pour le coup, les candidates sont rares.

    Le distro-hopping m’as permis d’essayer la majorité des environnements grand public, ainsi que beaucoup de distribution.

    Et cela m’as permis aussi, de voir que des distributions faites par trois péquins dans un garage, ce n’est pas pérenne, et encore moins un atout sécurité pour ladite distribution. (Hormis l’OVNI Slackware, mais celle-ci possède une communauté très pointue).

    Dès lors, quand l’on souhaite de la sécurité et un suivi important, on arrive sur les distro mère.

    Bref, je vois vraiment plus le distro-hopping comme une opportunité que comme un problème.

  12. Bonjour,

    Je te rejoins totalement sur le fond de ce billet (et pas uniquement à cause d’Iron Maiden !)

    Mais je pense que quand on arrive dans Linux, il y a tellement de choix qu’on ne sait pas toujours quoi choisir.
    Surtout quand nombre de sites conseillent justement d’essayer avant de choisir !

    Pour ma part, j’ai fait un choix assez simple au départ, suite à de nombreuses lectures avant de me lancer (c’était en 2010), à savoir de me baser sur une distro très répandue afin d’éviter au maximum les problèmes de reconnaissance matérielle, et de trouver facilement du support.
    J’ai trouvé mon bonheur avec Ubuntu et le forum francophone où j’ai rapidement trouvé de l’aide.

    J’ai par la suite testé un certain nombre de variantes d’Ubuntu, de Mint à Elementary OS en passant par Kubuntu et Ubuntu Mate.

    Vu que je n’ai jamais accroché avec Unity, je suis rapidement passé à Ubuntu Mate et je n’en ai plus bougé depuis. Cela doit aussi faire 3 ou 4 ans que j’ai Elementary OS sur mon petit PC portable.

    Je ne ressens plus le besoin de changer, j’ai pris mes marques dans cet univers et je peux facilement me démerder.

    Ce qui m’amène à un autre point : plus que le distro-hoping, ce qui devient problématique c’est l’abondance de distributions qui se créent sans cesse pour des raisons plus ou moins obscures.
    On crée une variante parce que le système d’init ne convient pas, parce que le bureau proposé par défaut ne convient pas, ou pour des raisons d’égo ou de fork sans fin.

    Alors que moi, mon principal souci en tant qu’utilisateur, ce n’est pas le choix de la distro (il y en a largement assez pour trouver chaussure à mon pied, il y en a même trop !).
    Mon problème, c’est de trouver des logiciels et des applications vraiment utiles, récentes, maintenues et mises à jour régulièrement. Quand je consulte les différentes logithèques qui existent, je suis souvent dépité de constater que les logiciels proposés n’ont pas évolué depuis 4, 5 voire 10 ans…

    Ce qui m’amène d’ailleurs à une suggestion pour ce blog : tu parles finalement très souvent des évolutions des différentes distributions, mais assez rarement des nouveautés en matière de logiciels. Et ça, ça serait très utile.

    1. C’est assez facile à comprendre. Les distributions qui fournissent les dernières version des éditeurs sont les rolling-release (Manjaro, Arch, Solus, etc.), ensuite il y a Fedora (qui permet d’avoir des évolutions logiciels assez récentes sur une fixed) et enfin quasi l’ensemble des autres fixed.

      Concernant les fixed, c’est variable.
      – Certaines sont assez conservatrices :
      Debian, Slackware, OpenSuse (bien qu’elles fournissent des versions, respectivement unstable, current et tumbleweed  offrant des mises à jour récentes proche des rolling ou comme tumbleweed en rolling) et les LTS
      – D’autres un peu plus dynamiques :
      Ubuntu, Mint, Elementary, PCLinuxOS par exemple

      1. Bonjour,

        « D’autres un peu plus dynamiques :
        Ubuntu, Mint, Elementary, PCLinuxOS par exemple »

        Je ne partage pas votre avis sur OpenSuse.

        En particulier sur la version Leap, contenant des paquets « bien plus frais » que Ubuntu par exemple, et donc, de facto, que Mint.

        De plus, les pilotes Nvidia sont bien plus souvent mis à jour.

         

         

        1. Des paquets ? Lesquels ?
          De ce que j’ai vu, OpenSuse 15, les répo officiels c’est :
          Chromium 66, Libreoffice-6.0.4, Firefox 60.0, Gnome 3.26 …
          Comparativement sur Ubuntu 18.04 (et donc LTS) on a : pas chromium … LibreOffice-6.0.3, Firefox 59.0, Gnome 3.28

          Je ne vais pas m’étendre parce que je ne connais pas assez cette distribution, mais pas de quoi crier au scandale en ce qui concerne la fraicheur.
          Et donc, je ne suis pas réellement d’accord avec votre qualificatif « bien plus frais » 😉
          Et pour finir, mon propos n’était pas tellement la fraicheur, mais plutôt le dynamisme, j’ai dans l’idée qu’OpenSuse de part sa stabilité reconnue, s’apparente à plus une LTS

          1. Bonjour,

             

            Merci pour cet échange.

            Effectivement, la version 18.04 « viens » de sortir, du moins, elle n’est pas encore trop vieille.

            Au fil des mois, je vous propose que nous en reparlons 😉

            Malheureusement, l’openSUSE nécessite des mises à niveau (15.0-15.1-15.2), alors qu’Ubuntu, elle, on l’installe une seule fois, et normalement, 5 ans de LTS « tranquille ».

            Après attention, je ne dis pas qu’une est « mieux » que l’autre, ça n’as pas de sens, on papote.

Les commentaires sont fermés.