N’est-il pas trop tard pour Haïku et d’autres hobbyOS ?

Qu’on ne se méprenne pas. J’ai toujours gardé pour BeOS et sa famille un coup de coeur technique. Je me souviens des heures que j’ai passé sur BeOS 4.5 que j’avais acheté à l’époque et sur lequel je me calmais les nerfs quand le MS-Windows de l’époque, le 98 SE commençait à me faciliter le transit intestinal.

C’est avec cet OS que j’ai commencé ma longue série de billets « Mémoires de Vieux Geek » en août 2012, il y a déjà 6 ans.

J’ai toujours été très intéressé par les différentes préversions d’Haïku. Mais je me dis que la bêta 1 de Haiku R1 qui arrive près de 6 ans après la dernière alpha me donne l’impression d’arriver trois ans trop tard. Non pas que la bêta soit inintéressante, mais BeOS, c’est la fin des années 1990 et le début des années 2000.

Même s’il y a eu la courte aventure Zeta aux alentours de 2005 à 2007, la base Be est depuis longtemps obsolète sur de nombreux plans.

Peut-on imaginer un OS qui en 2018 ne propose pas de multi-utilisateurs ? Qui proposent une version compilée avec gcc 2.7 (?) alors que gcc 8.2.1 est la dernière version en date au moment où je rédige ce billet début octobre 2018.

La dépêche parue sur Linuxfr montre le travail fait depuis la version alpha4 et c’est impressionnant.

J’ai pu testé rapidement l’ensemble dans une machine virtuelle. Résultat des courses : impossible de la faire démarrer dans VMWare, dans Qemu c’est la merde au niveau du réseau. Dans VirtualBox, il a fallu que je prenne une autre carte que celle définie par défaut pour avoir du réseau.

Oui, c’est une version bêta, mais elle arrive trop tard comme je l’ai précisé un peu plus haut. J’ai fait une capture d’écran que je trouve anachronique. Une interface qui est celle de BeOS avec une version de développement de LibreOffice… Un mélange assez anachronique.

Est-ce à dire que j’ai perdu tout intérêt pour ce projet ? Non, mais autant j’admire son développement, autant je me dis que tous les efforts utilisés dans ce projet serait peut-être mieux employés ailleurs.

Avant qu’on me sorte le couplet sur la liberté des personnes, je ne répondrais que par la phrase – apocryphe – attribuée à Manon Roland – « Ô liberté, que de crimes on commet en ton nom ! »

Je ne nie pas que les personnes soient libres de faire ce qu’elles veulent. Mais il faut savoir être parfois raisonnables et « laisser les morts ensevelir leurs morts » pour citer un verset de l’Évangile selon Luc. Haïku est un projet intéressant mais en dehors de la prouesse technique, quel intérêt dans l’absolu ?

Développer des HobbyOS, pourquoi pas ? Mais ne faudrait-il pas mieux se concentrer sur les projets existants et savoir comment apporter de l’aide qui pourrait être franchement appréciée qui souffre d’un manque de main d’oeuvre criant ?

Ce ne sont que des simples questions que je pose. Je sais très bien que je n’aurai sûrement aucune réponse, mais soyons honnête : n’est-il pas plus important d’avoir des applicatifs qui pourraient concurrencer ergonomiquement et techniquement les grands noms du logiciels non-libres pour démocratiser réellement le libre auprès du grand public ?

J’espère simplement pour Haïku que sa bêta 2 sortira avant 6 ans… Avec un début de support du multi-utilisateurs, cela serait bien, non ? 🙂

13 réflexions sur « N’est-il pas trop tard pour Haïku et d’autres hobbyOS ? »

  1. c’est un peu le lot de tous ces dépôts github qui dans le cas de tentatives de nouvel os ,

    ne parviennent pas en temps à terme , cad dans un délai maximum de 3 a 5 ans

    et le risque dans ce cas est l’obsolescence mais surtout des problèmes de sécurités.

    dans le cas de Beos , j’ai suivi le lien Newos mais les dépôts remontent à pas mal d’années d’où mon interrogation sur quel os exactement il démarrait pour cette version béta

     

     

    1. Malgré tout l’amour que j’ai pour BeOS, c’est s’acharner sur un mort, le maintenir en coma… On a la même chose avec AmigaOS/Workbench qui a été un autre grand système d’exploitation. Je ne parlerai pas des anciennes grandes distributions dont la gouvernance est partie ou a explosé et qui ne devraient plus être maintenues artificiellement… ça en froissera certains.

      Je sais juste aujourd’hui que BeOS restera aujourd’hui dans mes souvenirs, sera parfois présent par une forme de fenêtre, un positionnement de menu, des couleurs dans ma Debian… et GoBe Productive est mort et enterré avec malgré toutes les innovations qu’aucune suite bureautique n’a jamais osé depuis.

       

      RIP…

      1. Ah, le projet AROS… Un projet généreux qui tourne à l’acharnement technique. Quant à l’explosion en vol de certaines gouvernances, c’est juste que les projets vivent sur leur passé glorieux en oubliant que celui-ci remonte à une époque révolue : celle du début des années 2000, avant que Canonical ne rebatte les cartes.

        Quant à GoBE… Merde, tu viens de me faire écraser une larme de nostalgie !

  2. Salut ! Merci pour cet article, j’ai moi aussi un coup de cœur pour Haiku et j’aimerais apporter ma réflexion sur ça.

    la base Be est depuis longtemps obsolète sur de nombreux plans. Peut-on imaginer un OS qui en 2018 ne propose pas de multi-utilisateurs ?

    Les principes Unix ne sont-ils pas obsolètes ? Peut-on imaginer un OS qui en 2018 démarre par défaut en mode texte ? Les permissions Unix classiques (sans les ACL) ne sont-elles pas obsolètes (ce qui oblige à des couches comme SELinux) ? Pourquoi on n’a pas d’API graphique cohérente (toolkit d’interface et bureau) sur les Unix et on se paye encore l’héritage de X11 ?

    Je pose la question sincèrement parce que pour moi Unix n’est pas une réponse intemporelle et universelle à tous les problèmes d’OS. D’ailleurs ce sont ses défauts de conception qui ont mené au projet Plan 9.

    Haiku c’est un projet qui reprend des concepts extrêmement innovants pour les années 90, je le considère techniquement en avance sur les distributions Linux modernes qui ont surtout patché les manques qui rendaient le Unix à la papa inutilisable pour l’utilisateur standard.

    Par exemple le multithreading… Sur Haiku, toutes les applis ont au moins 2 threads, un pour la GUI et un autre pour le cœur, eh bien ça même si ça date des 90′ ça reste bien plus moderne que la majorité des applis sur Linux monothreadées qui gèlent dès qu’un chargement de fichier un peu gros est en cours.

    n’est-il pas plus important d’avoir des applicatifs qui pourraient concurrencer ergonomiquement et techniquement les grands noms du logiciels non-libres pour démocratiser réellement le libre auprès du grand public ?

    Est-ce qu’on peut avoir un OS ergonomique quand il n’y a pas de cohérence entre applications parce qu’aucun toolkit ne s’est imposé ? Je râle souvent là-dessus, mais c’est ce qui fait que MacOS est cohérent, c’est ce qui fait que leurs glisser/déposer fonctionnent forcément, que toutes les fenêtres ont la même tronche et le même comportement, c’est ce qui fait que le rendu est fluide et rapide vu qu’on envoie des commandes de dessin et pas un gros bitmap comme Qt et GTK sont obligés de faire sur X11. En gros, est-ce que c’est une bonne chose de continuer sur des bases non-saines ou est-ce qu’il faut reprendre certains trucs ? Si on reprend certains trucs, on reprend à quelle couche : La couche du toolkit ? La couche du système de fenêtrage (projet Wayland) ? Chez Haiku ils tiennent toute la chaine de A à Z pour assurer une cohérence maximale, et ça c’est super intéressant même si ça demande un boulot de fou.

    Haiku pour moi c’est une proof-of-concept (pardon pour l’anglicisme) qu’on peut mettre au point quelque chose de vraiment différent et de mieux adapté aux ordinateurs personnels.

    Maintenant, où est-ce que je la vois cette Haiku Bêta 1 ? 🙂 J’imagine sur des vieux Thinkpad du début des années 2000 par exemple, où sa légèreté et ses abilités multimédia lui permettront d’être l’OS de choix.

    Mais aussi y’à un intérêt pédagogique et culturel, et c’est heureux du coup que ce soit un projet libre, pas comme les successeurs de l’Amiga OS qui sont restés sur un modèle propriétaire (MorphOS, AmigaOS 4…).

    Mais ne faudrait-il pas mieux se concentrer sur les projets existants et savoir comment apporter de l’aide qui pourrait être franchement appréciée qui souffre d’un manque de main d’oeuvre criant ?

    J’espère que les choses ne se feront pas en vase clos et qu’il y aura des échanges intéressants entre les mondes Unix et Haiku. Par exemple Haiku utilise la pile réseau de FreeBSD, du coup j’imagine qu’ils ont du contribuer chez eux ou qu’ils seront amenés à le faire. Pareil pour bash qui (si je ne m’abuse) semble être le shell par défaut sur le terminal de Haiku. Surtout maintenant que la base semble rouler.

    1. Merci pour ton commentaire. Il est vrai qu’Unix fait son âge et que de nombreuses améliorations ont été apportées. Pour le multi-thread, évidemment c’est un progrès, mais il a du mal à s’intégrer à la conception de nombreux logiciels.

      Plan 9 ? Il est vrai qu’il a poussé unix dans ses derniers retranchements conceptuels et est resté une expérimentation de haut niveau, ce qui est dommage.

      Haïku est un projet intéressant mais vouloir maintenir la compatibilité avec une poignée d’applications non ouvertes de l’époque de gloire de Be, c’est se condamner à terme.

      Oui, X11 est vieux. Mais son successeur est enfin arrivé car pour le remplacer, cela a été un combat de longue haleine. Pour la cohérence graphique, oui, ça pique. Mais c’est inhérent au monde du libre et à son individualisme et sa concurrence acharnée entre projets qui fait autant de mal que de bien.

      L’OS ? On ne devrait pas le voir. Tout comme le noyau ou le système d’init. Tout ce qu’on devrait voir c’est l’interface qui permet d’interagir avec l’OS et les logiciels. Du moins en théorie 🙂

      Haïku me fait penser un peu à BSD et son principe : on a un ensemble cohérent OS + outils de base. Pour le mode texte, il ne faut pas oublier qu’Unix est essentiellement utilisé en mode serveur ou sur des matériels où l’interface graphque est un luxe dont on peut se passer.

      D’ailleurs, n’as-tu pas entré ta réponse en mode texte ? 🙂

      Bref, même si je voulais une connexion complètement graphique, je n’oublie pas que le mode texte est le plus petit dénominateur commun de la quasi-totalité des OS, mis à part la branche NT de MS-Windows.

      Mais ici, on va remonter une nouvelle fois dans les années 1990 quand les bases de MS-Windows NT ont été posées… Et ça ne rajeunira personne 🙂

      1. Unix fait son âge

        C’est là que je me rends compte que l’année qui vient, 2019, sera celle de ses 50 ans… De rien, c’est gratuit ! 😀

        Mais rassure-toi : tu seras toujours plus jeune qu’Unix ! De quatre ans… ^^

  3. Je vois souvent parler de BeOS, c’est quoi?

    L’OS qui est aussi éloigné temporairement de nous (20 ans) que de BSD 1.0 ? Qui oserait sortir une beta d’un « windows 98 Rebooted on FreeSoftware »

    Haiku devrait plutôt insister sur le POC  « we are Haiku » plutôt que sur le « remplaçant de BeOS »

    S’appuyer sur BeOs donne une communication legacy .

    Haiku par contre, je l’ai trouvé chouette qui devrait faire sa place sur l’embarqué si les volontés sont là  (type machines à laver, four, frigos etc… où le multiuser est plus une contrainte inutile qu’autre chose)

    1. Qui oserait sortir une beta d’un « windows 98 Rebooted on FreeSoftware »

      * Tousse *

      ReactOS ?

      * Tousse *

      (Bon, je suis partiellement mauvaise langue : eux, c’est pas Windows 98 qu’ils essaient de réécrire, mais Windows XP. Mais bon, vu la vitesse d’avancement du projet (Haiku avance plus vite !) et le fait que l’OS dont il veut être une réécriture libre a été déclaré en fin de vie il y a 4 ans et demi par son créateur, il est juste condamné à être abandonné à terme)

  4. Bonjour,

    En temps que développeur de Haiku, je voulais juste préciser que pour moi c’est le système principal sur mon PC et que je l’utilise tous les jours depuis quelques années.

    ça fait 17 ans que Haiku existe et à chaque version on nous dit ça. « Vous arrivez 3 ans trop tard ». « Si vous étiez prêt au moment de la sortie de Windows Vista, vous auriez pu récupérer des utilisateurs ». Et ainsi de suite.

    On avance à notre rythme. Par exemple pour gcc 2: ça ne nous a pas coûté grand chose de faire une version basée sur gcc 2. C’est un boulot qui est terminé depuis 2012. Le jour ou il nous posera problème et qu’on aura vraiment besoin de s’en débarasser, on le fera. Mais on pense à nos utilisateurs et aux quelques applications pour lesquelles il n’y a pas encore de remplacement. C’était GoBe Productive jusqu’à l’arrivée de LibreOffice, maintenant c’est Wonderbrush (mais l’auteur travaille déjà sur la version 2) et SynC Modular (avis aux amateurs pour proposer un remplacement).

    Les critiques sur gcc 2 viennent toujours ou presque de l’extérieur du projet. Soit des utilisateur (mais sérieux qu’est-ce que ça peut vous faire la version du compilateur utilisé?), soit de gens qui n’ont pas regardé le code source de Haiku et qui supposent sans connaître.

    On ne s’est pas gênés pour proposer un OpenGL moderne, un navigateur web, ou une version de ffmpeg qui ont besoin d’un compilateur récent. On va sûrement continuer à le faire pour d’autres composants.

    Pour l’apparence du bureau ensuite, on aime ou on aime pas. Je ne la trouve pas obsolète mais traditionaliste. Il est intéressant de savoir que pendant des années, on nous a demandé de faire plus d’arrondis et de dégradés de couleurs, d’effets d’ombre, etc. Puis, la mode du flat design est arrivé et on nous a demandé exactement le contraire. Il s’agit simplement d’effets de mode. L’interface actuelle de Haiku est plutôt un bon compromis, pas mal équilibrée. Et de toutes façons, il n’est pas si difficile que ça de la changer.

    Qu’est-ce qui a l’air anachronique dans cette capture d’écran de LibreOffice? Est-ce que c’est le réglet des tabulations qui n’est même pas antialiasé? Parce qu’à part ça, je ne vois pas ce qui dépareille par rapport à l’interface native de Haiku. Le travail d’intégration réalisé est impressionnant.

    Et donc, en tant que développeur, est-ce que j’irais contribuer ailleurs? Non, clairement. Pas au noyau Linux avec son ambiance de travail agressive et désagréable. Pas au projet GNOME qui essaie de faire une interface pour les écrans tactiles alors que j’en ai rien à faire. Pas à FreeBSD qui reste un OS pour les serveurs et pas pour les ordinateurs de bureau. Haiku fait beaucoup de choses comme j’ai envie qu’ils les fassent. On avance à notre rythme, mais on avance quand même et on finira par arriver à quelque chose.

    Le multi-utilisateurs? Je ne partage pas mon ordinateur, et même à l’époque ou on avait un seul ordinateur pour toute la famille avec mes parents on s’est jamais embêté à ça. On a juste créé un dossier pour chaque personne dans « Mes Documents ». On s’y mettra peut être un jour mais pas avant d’avoir observé les usages sur les autres systèmes (donc, les gens qui utilisent vraiment plusieurs comptes utilisateurs sur un ordinateur, venez nous raconter à quoi ça vous sert)

    1. Bonjour et avant tout merci pour ton long commentaire.

      Pour la logithèque ancienne de BeOS, cela concerne quel pourcentage des utilisateurs potentiels ? Simple question. Il serait étonnant de trouver un filtre d’import pour GoBE Productive de nos jours.

      Pour les composants récents, tant mieux pour le projet. Ce qui est anachronique ? C’est le mélange d’une interface qui remonte à l’époque de MS-Windows 98/ME/2000 avec un logiciel dont la version de développement est rendue disponible 18 ans plus tard.

      Pour le noyau linux, la connerie qui s’appelle code de conduite qui ne servira qu’à expulser les grandes gueules et les vieux développeurs par des plus récents verra mécaniquement une baisse de la qualité du code. Car si Linus est gueulard, c’est pour la bonne cause.

      Tu as cité Gnome et FreeBSD. Quid des dizaines d’autres projets ? 🙂

      Pour ta conclusion, je suppose que le côté vie privée des données, on passe à côté ? En tout cas, encore merci pour ton commentaire.

      Bonne continuation.

    2. Bonjour,

      J’aime beaucoup votre vision de ce que doit être un PC de bureau.

      Le multi-utilisateur ? Effectivement je n’en vois aucun pour un usage perso. Hors entreprise je pense qu’il ne doit y’avoir qu’une infime minorité qui en est besoin. je suis aussi curieux d’en connaitre les intérêts.

      Si j’étais développeur je viendrais aider Haiku plutôt qu’une distribution linux car ce que vous proposez est exactement ce que j’attends d’un système d’exploitation de bureau.

        1. Si un compte utilisateur par personne alors il faut 4 mots de passes. Bonjour les ennuis si un des quatre oubli son mot de passe.

          Dans ma vie je n’ai jamais vu une famille avec plusieurs comptes utilisateurs, mais plutôt un seul compte avec un dossier par personne. Et aussi aucun mot de passe pour ouvrir le PC, je parle bien  sur d’une famille normale et pas d’une famille de geeks 🙂

Les commentaires sont fermés.