Yaourt : la date de péremption est-elle arrivée ?

Un billet orienté sur le monde Archlinuxien et sur un de ses monstres sacrés, yaourt, devenu synonyme pour nombre d’archlinuxiens et archlinuxiennes (mais si, c’est possible) d’outil de gestion de paquets en ligne.

J’ai utilisé Yaourt durant de nombreuses années. Je n’ai d’ailleurs juré que par lui entre 2009 et début 2017.

Puis, je suis passé par pacaur et actuellement je fais la navette entre trizen et yay. Je n’ai pas arrêté un choix pour le moment, même si yay semble tenir le bon bout 🙂

C’est au détour d’une conversation que j’ai appris que Yaourt, pur produit d’Archlinux.fr n’était plus disponible sur le dépot tiers dédié.

En fouillant un peu sur le forum, je suis tombé sur ce post de Skunnyk, un des mainteneurs de yaourt qui déclarait, je le cite verbatim :

J’ai supprimé yaourt et package-query du repo (car ils doivent être rebuildés pour le nouveau libalpm).
J’hésite a les remettres dans le repo, cela posant pas mal de problèmes à chaque upgrade de ce genre ou pas mal de personnes ne savent au final pas comment yaourt/package-query sont installés… (c’est une des grosses critiques historiques de yaourt d’ailleurs).
Le mieux étant de suivre cette doc : https://archlinux.fr/yaourt / https://archlinux.fr/yaourt-en

Je dois l’avouer, je ne comprends plus trop l’attachement à yaourt. Mis à part le fait que c’est un outil que l’on a toujours utilisé, peut-on encore justifier sa présence autrement ?

Il suffit d’aller sur le github du projet pour s’apercevoir que les rapports de bugs se multiplient comme des moisissures dans un bouillon de culture. Que des correctifs sont proposés depuis plusieurs mois sans être intégrés ou rejetés.

Par ailleurs, le projet Manjaro ne cache pas son envie via son projet pamac en ligne de commande de se débarrasser d’outils comme yaourt pour intégrer directement le support d’AUR.

Sinon, comment justifier l’existence de certaines options comme pamac build ?

pamac –help build
Build packages from AUR and install them with their dependencies

pamac build [options]

options:
–builddir

: build directory, if no directory is given the one
specified in pamac.conf file is used

J’ai repris, pour une période d’environ 3 mois à compter de mi-août 2018, la construction des images ISO pour le projet Tux’n’Vape qui proposent des respins de Manjaro Linux.

Outre le nettoyage des profils, quels ont été les premiers outils à être giclé ? Pacaur et yaourt. Cela sera dur à lire pour certaines personnes, mais yaourt a fait son temps. Il faut passer à autre chose.

Vouloir repousser cette migration n’en sera que plus douloureuse à terme. Maintenant, c’est à vous de voir. Mais il faut savoir tourner la page parfois. Comme d’habitude, je dis cela, mais je dis rien. Vous êtes assez grand(e) pour vous faire votre propre opinion. Du moins, je l’espère !

14 réflexions sur « Yaourt : la date de péremption est-elle arrivée ? »

  1. Bonsoir,

    « Vouloir repousser cette migration n’en sera que plus douloureuse à terme » –> douloureux, le sujet n’est pas migration, mais vouloir.

    À part ça, c’est vrai que yaourt, c’est un si vieux compagnon qu’on a de la peine à le laisser tomber.

    Je vais quand même essayer yay.

    Merci pour l’article.

  2. Je ne chercherai pas à défendre Yaourt (et je ne connais pas assez ses « successeurs désignés » pour parler de ces derniers, encore que Trizen semble avoir une gestion des dépendances lors des mises à jour plutôt risquée), mais il dispose d’une fonction qui manque à Pacman : pour chaque paquet à mettre à jour, il affiche une liste avec la version installée actuellement et celle qui sera installée après mise à jour. Pour les gens qui ne passent que par la ligne de commandes (je me passe de Pamac, même si c’est un outil très pratique), c’est une information potentiellement intéressante. Est-ce que Trizen ou Yay font la même chose ? Au pire, je fouillerai dans tes vidéos de présentation de ces outils pour voir ce qu’il en est.

    Cela étant dit, et en mettant de côté ses défauts et le fait que le développement du logiciel est… en coma dépassé, sinon en état de mort clinique (jargon médical pour dire décédé), je suis pas sûr de vouloir le remplacer par autre chose : sans doute me rabattrai-je sur pacman, et ensuite du git clone + makepkg pour ce qui vient d’AUR. Mais il faudrait quand même quelque chose pour suivre les MAJ d’AUR… Bon, je me donne du temps pour y réfléchir.

    Sur ce, vu l’heure, bonne nuit !

  3. Bah… On s’en fout un peu du nom de l’outil qui sert à installer des paquets non ? L’essentiel est d’en avoir un qui fait le travail, et vite et bien si possible. Et qui soit maintenu surtout.

    Après, sauf erreur de ma part (je ne suis plus sur Arch depuis quelques temps), trizen prend les mêmes options non ? Donc pour les plus nostalgiques, alias yaourt=trizen !

    My 2 cents

    PS : obligé de sortir la calculette pour le captcha, j’ai honte !

      1. Je viens de consulter les options de octopi : il laisse le choix entre pacaur, yaourt et trizen (depuis peu pour ce dernier).

        Actuellement je suis avec yaourt. Si je comprends bien, il vaudrait mieux que je passe à trizen ?

  4. Bonsoir à tous,

    Perso j’utilise depuis peu Aurman en lieu et place de Yaourt que j’utilisais depuis mes débuts sous arch.

    Pour le moment j’en suis totalement satisfait. D’autres l’ont-ils essayé et qu’en pensez vous ?

    Jodes

     

  5. Bonjour,

    je suis utilisateur de Arch Linux/Manjaro et je ne savais même pas que yaourt était en péril.(comme quoi, je suis vachement au courant de ce qui se passe)

    du coups je me suis un peu forcé la main et j’ai supprimé yaourt pour trizen.(histoire de forcer un peu le changement d’habitude).

    donc maintenant c’est trizen,pamac et pacui pour remplacer le yaourt-gui.

    je n’ai pas testé aurman. je vais test… ( y en a tellement a tester)

     

Les commentaires sont fermés.