Pauvre rolling release… Que de crimes l’on commet en ton nom !

Un billet « méchant Fred », ça faisait longtemps, non ? J’avais envie de pousser un coup de gueule contre l’utilisation abusive du terme rolling release.

Le principe de la rolling release semble avoir un peu de vent dans les voiles au moment où j’écris cet article en août 2018, au point qu’il est devenu de bon ton de dire : « Vous voyez, ma distribution, c’est une rolling release » alors qu’une bonne moitié du temps, c’est faux.

Pour qu’une distribution soit une rolling release, il y a les critères suivants à remplir :

  1. Une installation avec une image ISO qui est rafraichie plus ou moins régulièrement.
  2. Des mises à jour en continu, que ce soit au quotidien ou par paquets hebdomadaires ou bimensuels
  3. Une évolution constante de la distribution, c’est à dire aucune période de gel au niveau des logiciels

Si les trois critères sont remplis, c’est une rolling. Dans le cas contraire, c’est une pseudo-rolling.

Dans les vraies distributions en rolling en ayant une liste aussi exhaustive que possible pour chaque entrée ?

  1. Archlinux et sa famille : Manjaro et Tux’n’Vape, Antergos, Anarchy, RebornOS, Parabola et l’étrange Hyperbola, SwagArch, Obarun et Artix
  2. Void Linux
  3. Gentoo et sa famille : Funtoo, Sabayon, Calculate, Redcore
  4. Frugalware
  5. Solus

Je pourrais rajouter Siduction à cette liste, mais pour une raison bien précise expliqué ci-après, j’hésite à le faire.

Mais dans les fausses rolling ? Toutes celles qui se basent sur Debian GNU/Linux testing ou encore Ubuntu, par exemple.

Il faut le rappeler, la Debian GNU/Linux testing peut ressembler à une rolling durant les 3/4 de son temps. La documentation de Debian est claire.

Pour résumer ? Dès qu’une nouvelle version majeure de Debian GNU/Linux sort, la branche Testing sort de son hibernation pour une durée de 18 mois. Ensuite, durant 6 mois, les logiciels sont gelés pour assurer la stabilité de la version qui suivra.

Si une Debian sort le 1er janvier d’une année X, testing sera en mouvement jusqu’au 30 juin de l’année X+1 pour que la nouvelle version majeure de la Debian sorte le 1er janvier de l’année X+2.

Ensuite, dans le domaine des rolling release, spécialement les rationalisées, il faut savoir trouver l’équilibre entre deux mises à jour. On peut très rapidement atteindre des tailles assez conséquentes à récupérer et installer…

Pour conclure, si on vous dit que telles distribution se déclare comme étant une rolling alors qu’elle est basée sur Ubuntu ou Debian GNU/Linux testing, sachez que c’est purement et simplement une appellation marketing sans aucune justification technique.

13 réflexions sur « Pauvre rolling release… Que de crimes l’on commet en ton nom ! »

  1. Salut Fred,

    Il faudrait rajouter openSUSE Tumbleweed à la liste des vraies rolling release. De plus, les isos de la version tumbleweed sont mises à jour plusieurs fois dans le mois !

    Mais je sais que tu n’aimes pas trop la openSUSE 😉

    1. Bon , ça n’a pas traîné, dimanche 19 août + de 900 Mo de mise à jour… Bézies la terreur des bacs à sable (informatique bien sûr !)

  2. Salut Fred !

    Encore un coups de gueule qui en vaut la peine.

    Merci à toi de rappeler au monde du libre d’arrêter de partir « en couille » (désolé du terme)

    Je sais que ce n’est pas trop le sujet mais : Est-il prévu que tu quitte le monde Linux pour partir sur BSD ?

    Cordialement

    Max

  3. Bonjour Fred,

    Je ne comprends pas trop la politique des mises à jour de Manjaro.  Des mises à jour de paquets ou de logiciels corrigeant des failles de sécurité devraient être rapidement disponibles.

    Sur les autres distributions (Ubuntu, Debian, Fedora,…), les navigateurs Internet, les noyaux, Java,… sont disponibles rapidement.

     

  4. Le point n°1 n’a rien à voir avec rolling ou pas rolling. C’est surtout une question pratique.
    On pourrait très bien imaginer une rolling qui démarre avec un « net install » et qui ne distribue jamais d’iso… ce serait vraiment galère pour les connexions internet peu musclée ou qui sont limités en quotas mais ca n’en resterait pas moins une rolling.

    Dans ta liste, tu as oublié Windows 10… ben quoi… c’est rolling maintenant, non ?

    1. Sauf que la plupart des net-install sont des images ISO, non ?

      Quant à Windows 10, c’est soit-disant un OS en rolling… Qui se réinstalle proprement tous les 6 mois en prétendant se mettre à jour 🙂

      1. Voilà : Windows 10 est, pour l’instant du moins, un OS qui fonctionne sur le même système qu’Ubuntu : une nouvelle version tous les 6 mois pour le système. Ce n’est pas une rolling release : s’il y a bien des mises à jour toutes les une à deux semaines (hors celles concernant la base de définitions de Windows Defender, qui sont quotidiennes), celles-ci ne font pas de montée en version et ne sont globalement que des mises à jour de sécurité : le navigateur Edge ne passe à la version suivante que lors de l’installation d’une nouvelle version de Windows 10 et jamais autrement (quand tous les autres ont adopté le rythme d’une version toutes les 6 semaines environ, ça laisse songeur…). Seules les applications téléchargées depuis le Windows Store ont droit à des mises à jour vers une nouvelle version entre deux versions stables de Windows 10, mais ça ne fait pas de ce dernier une RR pour autant, car le noyau et le reste du système lui-même restent dans la même version entre deux mises à niveau.

        Pour l’histoire de la net install, il doit sans doute parler de l’installation via PXE ?

Les commentaires sont fermés.