« Quidam » de Violence Mortuaire : un premier album qui envoie du lourd et du culturel !

Violence Mortuaire est un duo français spécialisé dans le métal expérimental, du moins à leur sauce à savoir un mélange de jazz, de rock, de metal avec une larme de screamo et quelques textes parlés. Bref, le genre de mélange idéal pour se réveiller le lundi matin !

Après un premier EP intitulé « L’anatomie » sorti sur youtube en avril 2017, voici donc le premier LP qui reprend et améliore 3 titres sortis précédemment, à savoir « Post Coma », « Post Mortem » et « Post Judgement ».

On a donc 9 pistes pour un peu moins de 39 minutes, ce qui donne des pistes ni trop courtes ni trop longues, même si la plus longue arrive à 6 minutes 20.

Dès que l’album commence, on a une folle envie de faire du headbang… Mais cela ne dure qu’une petite trentaine de secondes avant que le rythme se ralentisse… Avant de reprendre de plus belle… C’est une montagne d’émotion qui vous attaque… P’tain que c’est bon !

S’y rajoute des petits doses de post-rock avec un extrait lu d’un poème d’Arthur Rimbaud. Merci pour les souvenirs douloureux de lycée 🙁

La deuxième piste est plus metal dans sa composition, mélangeant les chants criés et clairs. C’est un bon cocktail qui emporte tout au long de la piste.

Avec « Post Mortem », on reprend la recette de la première piste, sauf que cette fois, c’est Jean de La Fontaine qui est récité.

Avec « Post Thana », c’est au tour d’un texte attribué à Charles Péguy d’être lu. Je ne connaissais pas trop ce texte et j’avoue qu’il m’a légèrement secoué la première fois.

Avec « Post Burial », c’est au tour de Victor Hugo d’être cité. Qui aurait pu croire que l’on pouvait autant se cultiver en écoutant un album ?

Avec « Post Judgement », on a droit à une introduction qui fait penser à celle de la première piste. Avec des rythmes qui me rappelle certaines musique de jeu vidéo… Les vieux de la veille seront d’accord avec moi si je leur dis que cela me fait penser à la bande son d’un certain… Quake 2 😀

L’avant dernière piste « Post Break » commence tout en douceur, comme pour compenser la piste précédente qui est vraiment très costaude. On sent que c’est plus orienté metal progressif, du moins dans sa composition et sa mélodie. Une courte piste comme une respiration bienvenue.

L’ultime piste « Post Heaven » commence avec des chants que l’on peut dire grégorien. Cela fait un peu bizarre par rapport au reste de l’album. Mais rapidement les rythmes metal à tendance progressives de la piste précédente se font entendre, même si du chant crié arrive vers les 3/4 de la piste.

Inutile de préciser que lors de l’écoute qui m’a servi à rédiger l’article, j’ai craqué et j’ai acheté la version numérique de l’album. En espérant qu’une version physique soit bientôt disponible, du moins, le groupe comptant faire une sortie « en dur ».

4 réflexions sur « « Quidam » de Violence Mortuaire : un premier album qui envoie du lourd et du culturel ! »

  1. je suis ton blog de manière épisodique… habituellement la zip je passe mais hasard ou je sais pas quoi j’ai écouté… et ppfffwaaa trop bon!!! merci du partage!!!!

Les commentaires sont fermés.