Mageia : le retour des grands courageux…

Salut !

Petit billet écrit à l’arrache pour montrer que les trolls sont affamés en ce moment.

Je vous laisse déguster le message trollifère et dont la personne qui l’a posté – avec une adresse forgée de toute pièce – en passant par un relai sur le réseau TOR – on admire le courage d’assumer les propos a laissé sur mon blog.

Et la deuxième partie :

Je ne ferai aucun commentaire et je vous invite à regarder la vidéo en question.

Petite cerise sur le gâteau pourri,  une série d’attaques ad-hominem :

Dernière remarque : je sais très bien que l’équipe de Mageia va encore gueuler de se retrouver dans l’oeil du cyclone.

C’est dommage pour ce projet qui n’en a pas besoin, vu ses difficultés à sortir des images ISO et ce depuis au moins sa version  5.0. Si les trolls de cette engeance pensent qu’ils vont relancer une guerre sainte entre moi la Mageia, c’est raté d’avance.

Je tiens à préciser que désormais TOUS les commentaires basés sur des IP identifiées comme appartenant à un réseau TOR sera sucré sans autre forme de procès.

Sur ce, je vous laisse, je dois retourner à une période où je suis loin des dérives du monde libriste qui ressemblent à celui des adolescents immatures qui sont dans un constant concours de bites qui auraient besoin d’être déniaisées.

75 réflexions sur « Mageia : le retour des grands courageux… »

  1. Salut Fred.

    J’ai regardé ta vidéo concernant la « Mageia 6 – 1 an après » et j’ai trouvé des remarques fondées et intéressantes pour les développeurs de cette distribution.

    J’ai même trouvé que par rapport à d’autres vidéos sur cette distrib tu as été plutôt calme et posé 😉

    J’ai testé cette distribution et j’ai été notoirement déçu. En effet juste après l’installation tout allait bien, mais ensuite au fur et à mesure des mises à jour la Mageia s’est dégradée : Freezes de plus en plus présents, réactivité se dégradant sans parler des mises à jour d’une lenteur sans nom.

    Je conseillerais plutôt aux développeurs de travailler sur ces points plutôt que de maintenir trop de gestionnaires de bureau et surtout refonder complètement ce gestionnaire de logiciels ancestral.

    Je ne comprends pas les réaction de ce développeur qui entre-nous n’en est sûrement pas un !

    Bref, ceci n’est que mon avis, moi qui ne suit qu’un simple utilisateur de GNU/Linux 😉

  2. Perso j’utilise la Mageia depuis le début (après la Mandriva et venant de la Fedora et avant la RedHat) sur 3 machines : une en 5 au boulot sur mon bureau (pas eu le temps de l’upgrader) et 2 en 6 chez moi. Les 3 fonctionnent très bien. Je l’ai aussi installée chez plusieurs personnes qui l’utilisent tous les jours sur leur PC et qui ne s’en plaignent pas.

    Je ne dis pas qu’elle est parfaite, contrairement au mail anonyme, parce que tout logiciel a des bugs, la Mageia comme les autres. Mais tout de même, je ne reconnais absolument pas la Mageia dans la description que tu en fait dans tes billets et je ne comprend définitivement pas ton acharnement pour cette distribution que je trouve particulièrement agréable.

    Ca ne m’empêche pas de lire avec intérêt les autres billets de ton blog 😉
    Voilà pour mon message sans réelle valeur ajoutée mais histoire de signaler qu’il y a des utilisateurs satisfaits de la Mageia 🙂

    PS : et mon email lui n’est pas forgé 😀

    1. Quel acharnement ? Je ne fais que reprendre les faits, et rien d’autres. Je dis simplement ceci :

      1. Il y a trop d’ambition en terme d’environnements supportés pour une si petite équipe.
      2. Il faudrait réduire la voilure pour que les versions reprennent un cycle annuel.
      3. La communication a été très mauvaise durant le cycle presque sans fin de la version, et une ISO de rafraichissement 6.1 serait la bienvenue.
      4. Les outils sont très anciens et mériteraient de prendre une retraite bien méritée. On parle d’outils conçus en 1999-2000.

      Mageia a été une très bonne distribution, je l’ai soutenu jusqu’à sa version 5.0. Mais depuis la sortie de cette version, les emmerdes se sont accumulées.

      Pour finir, je le redis une nouvelle fois : je n’ai rien contre Mageia, mais pour moi, le projet est plus proche de sa fin de vie que de sa naissance.

      Est-ce mal de le dire ? Je pense aussi que pour un particulier avec une bonne connexion, les distributions à la Mageia sont en fin de course.

      Cordialement,

      1. Les outils d’administration sont anciens mais ils sont à jour et ils sont bons. Je ne vois toujours pas d’équivalent dans les autres distrib (mais je n’ai pas tout testé, loin de là). Ces excellents outils sont justement une des raisons pour lesquelles j’installe une Mageia chez des connaissances. Ils peuvent s’en tirer avec ces outils sans avoir à utiliser la ligne de commande. En tout cas j’ai « récupéré » des dégoûtés d’Ubuntu à la cause Linux grace à la Mageia.

        Pour le point 1, certains environnements sont livrés « as is », donc je ne sais pas si ça représente tant de boulot de packaging que ça. En tout cas pour celui qui veut essayer d’autres environnements (et bidouiller pour les mettre au point…), ça fait une base. Mais c’est clair que l’environnement de base de la Mageia est Plasma.

        Pour le point 4, ils ont admis avoir été mauvais en com. Ils sont sur la 6.1.

        1. Ce sont des outils qui commencent à souffrir de leur âge avancé. Il faudra que tu m’expliques l’existence de cette page de wiki : https://wiki.mageia.org/en/Feature:Switch_to_DNF

          Des personnes dégoûtées par Ubuntu ? Pas difficile 🙂

          Mandrake, Mandriva puis le duo / duel Mageia-OpenMandriva = KDE depuis le départ. Le reste a été rajouté au fil des années, à compter de la version 6 ou 7, vers 1999-2000.

          Quant à la 6.1, si elle sort d’ici la rentrée de septembre, on pourra s’estimer heureux.

          1. Oui, on fait mieux que rpm comme gestionnaire de package mais franchement, il fonctionne.
            Et côté interface graphique, dnfdragora ressemble énormément à drakrpm mais en plus moche et plus lent. Il y a encore un peu de boulot à fournir de ce côté.
            Je ne suis pas sur que c’est la partie qui va changer la vie des utilisateurs…

            Concernant la Mageia 6.1, comme on dit dans le logiciel libre, elle sortira… quand elle sera prête 😀

          2. Tu t’en fiches un peu de la date de sortie vu que tu ne l’utiliseras pas.

            Perso, j’ai déjà fait 2 ans avec une même version, je ne suis pas à 6 mois près.

          3. Je pense simplement aux personnes qui l’utilisent et qui se demandent quand une nouvelle version sera disponible. Histoire de ne pas avoir à se taper une mise à jour monstrueuse en cas de migration vers une nouvelle machine.

        1. Encore faut-il que les outils en question fonctionnent correctement. Et qu’ils soient faciles à maintenir.

          Sinon, pourquoi l’équipe de Mageia envisage de migrer à terme vers DNF ? Du moins, si la version 7.0 sort un jour. C’est bien tout le mal que je souhaite à ce projet, même si je le considère comme faisant partie d’un passé. Un passé dont il faut tourner la page.

          1. Il faut bien changer d’outils de temps en temps. Cela ne veut pas dire qu’ils sont obsolètes.

            Changes tu de voiture tous les ans ? Une voiture reste une voiture et sert à transporter les personnes à bord.

          2. Je n’ai pas le permis. Cependant, une voiture s’use : moteur, pneumatiques, frein. Tu ne peux pas garder éternellement le même véhicule. Au bout d’un moment, tu ne pourras plus réparer le véhicule et il finira à la casse.

      1. Pour ceux qui ne supportent que le Rpm en dehors de Magéia et OpenMandriva il y a aussi Rosa et PclinuxOs. OpenMandriva est sur la base Rosa qui elle meme sur une base Mandriva et PclinuxOs sur une base Mandrake.

  3. Bonjour !!

    Aaah Mageia !!  Ce que j’ai apprécier également la version 5. Aucun problèmes, des logiciels assez « frais », des .rpm assez « simple » à concocter avec la recette qui va bien, du ntp en deux clics… Que du bonheur…

    Je n’ai pas eu cette chance avec la version 6, et avec Plasma. Pourtant Nicolas, fait un travail de dingue pour fournir une expérience la plus plaisante possible.

    Malheureusement, le noyau vint rajouter une couche… et plusieurs petites choses.

    Le « problème » des serveurs datés, résolu depuis, et une autre chose qui me chagrine l’attaque mettant en danger nos mots de passe…

    Ce sont des choses qui arrivent même aux plus « grandes » distribution.

    Personnellement, je ne me réjouirais pas si Mageia venait à disparaitre, elle a son public et c’est tant mieux.

    Réduire le nombre de bureaux? Oui mais lequel supprimé? Lors ce sont des packageurs qui fournissent l’environnement, peut-on craindre que ceux-ci partent à leur tour?

    Garder uniquement Plasma? C’est prendre le risque de « tomber » sur une version mettant à mal la stabilité.

    Rappelons-nous des débuts de ce bureau, même sous openSUSE ce n’était pas super stable, et pourtant eux, ne manque pas de main d’oeuvre.

    « Je pense aussi que pour un particulier avec une bonne connexion, les distributions à la Mageia sont en fin de course. »

    Personnellement je ne pense pas, tu lances le .iso de mise à niveau, tu vas déjeuner, tu reviens, tu es repartis pour un an.

    Je me permet de mettre un lien vers le blog de Tommy :

    https://www.lobotommy.fr/2018/04/fedodo-arch/

    Qui explique, lui, son itinéraire inverse.

    Toutes les « fixed » n’ont pas des versions logiciels obsolète 🙂

    D’ailleurs, puisque l’on parle d’équipe réduite, vu que Manjaro ne possède que douze devs principaux, si celle-ci venait à disparaitre, vers qu’elle distribution se tournerait Tux’N Vape? C’est une vrai question !! 🙂

    1. Salut.

      Jusqu’à la version 5, le projet était dans un état gérable. Mais il ne faut pas oublier que le cycle de développement de la version 6 a été une horreur. La petitesse de l’équipe a été à l’origine de la multiplication des emmerdes qui ont fait que des utilisateurs ont fini par passer sur la branche de développement.

      Mageia n’est que la suite de l’ancestrale Mandrake Linux. Il faut dire les choses comme elles sont : Mageia a longtemps vécu sur cet héritage.

      Si Mageia disparassait, ce serait surtout emmerdant pour sa base d’utilisateur. Mais combien de distributions que l’on croyait immortelle nous ont quitté ? « Les cimetières sont remplis de gens irremplaçables qui ont tous été remplacés », comme disait ce bon vieux George Clemenceau.

      Il est vrai que KDE 4 a été franchement merdique jusqu’à sa révision 4.5 voire 4.6. Plasma a été un peu mieux loti.

      Les ISO de mise à niveau ? Encore faut-il qu’une ISO suffisamment fraiche pour éviter de se taper l’équivalent de la moitié en mise à jour. Cf la version 6.1 de Mageia qui commence à se faire sérieusement attendre. Ensuite, si tu as modifié ton installation dans tous les sens, ça va piquer…

      Tommy ? Dirons-nous que je le laisse dans sa nécrophilie concernant le moribond Parrains Linux 🙂

      Il y a des fixed dynamiques, mais c’est limite de l’hypocrisie, car elles sont au final presque des rollings. Cf la Fedora.

      Pour Tux’n’Vape, en cas de disparition de Manjaro ? On reviendra aux origines, un canal d’aide. L’équipe de TnV se bouge le fion pour démocratiser un tant soit peu Linux. Si sa popularisation se viande, et que MS en profite pour récupérer le bébé en faisant un « clone » de MacOS-X avec un noyau Linux, on s’en lavera les mains… Et devines à cause de qui… Tu sais les grands idéologues – barbus ou pas – enfermés dans leur petit monde… Du genre Stallman ou encore des amateurs de bouledogues 🙂

    2. Mageia 6 a corrigé un problème particulièrement agaçant : la gestion de plusieurs cartes sons. Plus aucun problème depuis. Plasma n’est pas simple à paramétrer.

       

      Si Mageia disparait ? Sans hésitation ce sera la SolydK pour le PC de bureau.

  4. Re !! 🙂

    Merci de ta réponse concernant Tux’N Vape.

    Je partage ton avis sur le fait que l’extrémisme, n’est jamais bon, quelqu’il soit.

    Concernant les « fixed », nous avons a la maison, parmis d’autres, une distro avec support de 36 mois, et mise à niveau (via un .iso donc) tous les douze mois, et ça se passe très bien.

    En tous cas, je te remercie de m’avoir donné l’envie de connaitre Mate.

     

     

     

  5. Je réagis juste sur un point : « projet communautaire (…) pas de critique à gogo(…) mais mettre la main à la pâte ».

    Point de vue aussi extrémiste que non productif. Justifier cette proposition par « c’est un projet communautaire » est risible, à quel moment parce qu’il s’agit d’un projet communautaire on ne peut plus donner son avis et ses critiques sans pour autant devoir s’investir à ce point ? 

    « Mettre la main à la pâte », c’est pas donné à tout le monde, c’est pas quelque chose qui se fait comme ça. Faut un minimum de connaissance, de temps et de savoir faire. Le simple fait de faire un retour un minimum argumenté est déjà un point positif pour les devs qui ont une idée de ce qui plait/ne plait pas et savent donc sur quoi investir. A aucun moment ce genre de propos ne peut faire avancer le projet dans la bonne direction.

    Quand tu vois les échos qui ressortent de cette affaire j’ai aucune mais alors aucune envie de m’investir pour mageia. Ce qui est dommage avec tout ça c’est que ce genre  de comportement est plus nuisible pour le projet en lui même qu’autre chose. Ça renvoie juste une mauvaise image du projet et de ceux qui y sont affiliés. La minorité bruyante tout ça tout ça.

  6. Une distribution qui mériterait que TnV nous fasse de jolies petites ISO ce serait la SOLUS.

    En attendant la version 4 (qui se fait attendre), la dernière version date d’il y a presque un an, et même si cette distrib est très stable, entre l’installation et la version update il y a quand même de grande différences.

    Pour en revenir à la Mageïa, elle m’avait bien plus en version 4…. mais après… quelle cata… j’avais fait Ubuntu > Mageïa > Manjaro en moins de 6 mois si mes souvenirs sont bons…. mais aujourd’hui, je n’ai aucun soucis avec Solus/Budgie (ou la version Mate pour mes machines ancestrales !) et cela depuis presque 2 ans.

      1. Non c’est sur, c’est l’avantage de repartir de zéro. En attendant, les majs apportent de nouvelles petites touches tout en restant stable… mon attente étant quand même le nouveau Software Center avec la gestion des flatpaks…

  7. Je ne comprend pas les critiques de Pierre Caillou. De mon coté je trouve ta vidéo assez équilibrée. Tu cites le positif et le négatif. L’idée qu’il ne faudrait faire absolument aucune critique ou bien être considère comme un ennemi du projet est totalement ridicule. Il y a des choses critiquables dans Mageia comme dans tout projet, et il faut le dire. Il y a aussi des points positifs, et il faut le dire aussi, ce que tu as fait. Je pense en particulier au Cauldron, dont tu montre l’intérêt dans ta vidéo.

    1. Le Pierre Caillou en question est autant développeur chez Mageia que je suis le cousin du pape François. C’est un fouteur de merde – passé par TOR – donc crédibilité zéro. Ce qui en dit long sur la volonté de foutre la merde pour le plaisir de la foutre.

      1. De mon coté je passe aussi par TOR, car c’est mon navigateur par défaut. Mais je ne me fait pas passer pour ce que je ne suis pas. Des idiots dont le but est de foutre la merde, il y en a malheureusement partout, une petite minorité, mais il en suffit parfois d’un seul idiot pour que ça soit le bordel. Merci d’avoir remis les choses en place.

  8. Bonjour,

    J’ai une question toute simple : pourquoi donner de l’importance à ces messages et en faire un article ?

    C’est de la provocation directe dans le but de se donner de l’importance (cf le passage où la personne sous entend que son commentaire ne sera pas publié).

    En faisant un article à ce sujet, ça ne fait que leur rendre service en leur donnant l’impression d’être important et au passage décrédibilise le blog car cet article rentre dans leur jeu.

     

    Si pour eux Mageia est un super projet qui n’a aucune amélioration possible (tousse tousse), alors grand bien leur fasse.

    Autant supprimer ce genre de message sans état d’âme…

    1. @Tom

      Actualia, après sa super astuce qui permet de respecter le 80 km/h… « Eh oui les enfants, je vais vous parler du….Limitateur de vitesse les enfants »….. Whaouuuh ça c’est de la super astuce….

      Il parait qu’il va faire une vidéo sur un objet qui va révolutionner nos habitudes…. »Les enfants, aujourd’hui, la fourchette !!  » 😀

      Je préfère les vidéos de Fred, au moins lui, n’essaie pas de te refourguer du matos donner par une boite…

      Ont peut critiquer Fred, mais il ne se prostitue pas pour un smartphone bidon….

      Après, chacun est libre…

  9. Rien a améliorer c’est vite dit, distribution qui plante lors de la mise a jour de plasma de 5.8 vers 5.12 alors que sous openSUSE pour ne pas la nommer ça passe sans broncher, plantage totale et pc inutilisable dans l’etat suite a une autre mise a jour du kernel… Réponse que j’ai eu sur MLO « on s’en fout de ta vie et on va te bannir… », bref communauté fr a la con ou du moins aussi merdique que la distribution en elle même!

     

    J’oubliais qu’a ce niveau ce n’est être amateur mais c’est de l’amateurisme autrement dit caractère d’un travail d’individus peu compétents ou négligents (Synonymes : dilettantisme, fumisterie)! mais je garde ça pour un billet que je vais publier car je n’ai pas aimé du tout les retours que j’ai eu du style tes soucis avec mageia on s’en branle.

     

    Mais comment parler d’elle sans parler de cette horreur de dranagora ou un truc comme ça, l’interface made in mageia pour DNF, un truc inonde et mal foutu qui plante tout le temps. Bref, distribution à fuir!

    1. Salut,

       

      Je pense qu’il n’est pas sage de comparer openSUSE à Mageia.

      Ce n’est pas du tout les mêmes ressources de développement.

      J’ai également eu des soucis avec le Kernel sous Mageia 6.

      Le support de DNF part quand même d’une bonne idée.

      La colère est souvent mauvaise conseillère 😉

       

       

  10. Bonjour à tous.

     

    Je suis un utilisateur de Mandrake depuis la version 8.

    Je suis passé à Mageia avec la version 4

    Je suis en Mageia 6 depuis sa sortie sur le gros PC. Je n’ai pas de bug. La gestion de plusieurs cartes son est enfin prise en compte. La configuration des cartes vidéos est automatique. Je note par contre en négatif : perte de la gestion de mon scanner EPSON, Le bureau Plasma toujours aussi tordu pour ajouter une icône sur le bureau ou dans la barre des tâches, difficulté pour supprimer simplement un disque dur du système.

    Pour le netbook ou des notebook, je préfère y mettre la SolydX plus légère.

     

    Cordialement

  11. comparer mageia a Slackware me parait un peu aventureux et maladroit. Je n’ai rien contre mageia je ne l’ai jamais utilisée, de ce que j’ai cru comprendre ils vivent dés moments difficiles. Je n’ai pas connaissance de mésaventures de ce niveau pour la Slackware, qui fête ses 25 bougies au passage …

    1. […] de ce que j’ai cru comprendre ils [l’équipe de Mageia] vivent dés moments difficiles. Je n’ai pas connaissance de mésaventures de ce niveau pour la Slackware, qui fête ses 25 bougies au passage …

      D’un autre côté, il risque peu d’y avoir de mésentente dans l’équipe de dev de Slackware poussant à la démission du chef de projet et d’autres membres-clefs, vu qu’elle n’est composée que d’une seule personne… ^^

      Sinon, on peut aussi parler de la Void, dont le dev principal (et chef de projet) est soit en prison, soit mort depuis le début de l’année, sans avoir pris la précaution de faire en sorte que le développement de la distribution puisse être poursuivi sans lui. Celle-là, elle passera pas le quart de siècle. Question moments difficiles, c’est pas mal, ça aussi.

      1. Bonjour,

        Contrairement à la légende Patrick V., n’est pas le seul développeur.

        Il fait en sorte que l’équipe reste réduite, ce qui à certainement empêché son essor… Je ne pense pas qu’AlienBob se tourne les pouces !! 🙂

        Après les contraintes ne sont pas les mêmes. Les environnement supportés officiellement par Slack sont XFCE et KDE….4.

        Pas de gestion de dépendances etc etc… J’ai un petit faible pour cette distribution, qui tourne sur une de mes machines secondaire 🙂

      1. « Le problème est que l’équipe est trop ambitieuse par rapport à ce qu’elle peut gérer… Mais oser dire cela, c’est se prendre un retour de flamme monstrueux. »

        Bien sûr que, sortir ça, c’est risquer de se prendre un retour de flammes. Parce que ton positionnement est particulier aussi :
        – il me semble que tu ne travailles pas
        – tu as donc du temps libre que tu peux te dégager
        – au lieu d’apprendre un langage, ou d’intégrer une équipe pour monter en compétences, tu préfères opter le point de vue de celui qui reste derrière à critiquer
        – ce genre de projet manque cruellement de main d’oeuvre et de bénévoles
        – les retours que tu fais ne leur servent à rien

        Sortir des projets libres et gratuits, bosser le soir en plus de s’occuper de sa famille et de ses gosses, et se faire tailler en continu c’est loin d’être agréable. Difficile de rester calme quand on voit certaines de tes vidéos (pour sortir des conneries parfois, pas toujours ceci-dit). Le problème Fred, que tu l’acceptes ou non, c’est que tes vidéos sont au moins aussi « violentes » que le mail que tu as reçu. Et souvent, quand tu pars dans tes travers, tes vidéos n’ont aucun intérêt (le fameux fond). Comme le message que tu t’es pris plus haut…

        Si l’univers était peuplé de développeurs comme celui qui t’a écrit, l’open source n’en serait pas où il est. Et si les utilisateurs étaient tous comme toi, on serait encore tous sous Windows aujourd’hui. Fred, interroge toi. Dans ce jeu que tu aimes faire monter en épingle : à quoi sers-tu ? C’est bien d’avoir un melon, d’être arrogant et hautain (tu l’es un peu), mais avec un talent ou une utilité, ça passe bien mieux. Ta seule valeur ajoutée dans l’open source, c’est de faire des vidéos où tu t’excites et où tu te fous tout le monde à dos… c’est triste. Plus tu continueras dans cette voie-là, plus tu t’exposeras à ce genre de retour. C’est de bonne guerre. Parce que l’open source, c’est pas ça.

        1. J’attendais ce billet « leçon de morale ».

          Parce que ton positionnement est particulier aussi :
          – il me semble que tu ne travailles pas
          – tu as donc du temps libre que tu peux te dégager
          – au lieu d’apprendre un langage, ou d’intégrer une équipe pour monter en compétences, tu préfères opter le point de vue de celui qui reste derrière à critiquer
          – ce genre de projet manque cruellement de main d’oeuvre et de bénévoles
          – les retours que tu fais ne leur servent à rien

          Passons sur le côté « parasite qui n’a pas d’activité professionnelle ou encore sur le côté « je préfère critiquer ».

          Avoir du temps libre, première nouvelle. Comme si ne pas avoir d’activité professionnelle voudrait dire glander toute la journée…

          Sortir des projets libres et gratuits, bosser le soir en plus de s’occuper de sa famille et de ses gosses, et se faire tailler en continu c’est loin d’être agréable. Difficile de rester calme quand on voit certaines de tes vidéos (pour sortir des conneries parfois, pas toujours ceci-dit).

          Si le projet ne tendait pas le bâton pour se faire battre, ça irait mieux.

          Le problème Fred, que tu l’acceptes ou non, c’est que tes vidéos sont au moins aussi « violentes » que le mail que tu as reçu.

          D’une personne courageusement planqué derrière un relai TOR faut-il préciser. J’assume mes propos à visage découvert, ce qui est différent, non ?

          Et souvent, quand tu pars dans tes travers, tes vidéos n’ont aucun intérêt (le fameux fond). Comme le message que tu t’es pris plus haut…

          J’ai le courage d’assumer mes propos au moins.

          Si l’univers était peuplé de développeurs comme celui qui t’a écrit, l’open source n’en serait pas où il est. Et si les utilisateurs étaient tous comme toi, on serait encore tous sous Windows aujourd’hui.

          Comment dire ? L’exagération annihile le contenu même du propos ? Il y a des connards et des connasses partout. Un utilisateur exigeant et qui ose taper où ça fait mal, c’est contre productif ?

          Fred, interroge toi. Dans ce jeu que tu aimes faire monter en épingle : à quoi sers-tu ? C’est bien d’avoir un melon, d’être arrogant et hautain (tu l’es un peu), mais avec un talent ou une utilité, ça passe bien mieux.

          Et une série d’insultes au passage. Traduction gentille : ferme ton clapet ?

          Ta seule valeur ajoutée dans l’open source, c’est de faire des vidéos où tu t’excites et où tu te fous tout le monde à dos… c’est triste.

          Petit mensonge au passage. Oublions les nombreux bugs rapportés, l’aide aux utilisateurs, la rédaction de documentation, etc…

          Plus tu continueras dans cette voie-là, plus tu t’exposeras à ce genre de retour. C’est de bonne guerre. Parce que l’open source, c’est pas ça.

          Non. C’est juste un mouvement qui finira par se faire égorger par Microsoft qui sait très bien exploiter ses faiblesses : guerres intestines entre les communautés, éparpillement des ressources sans fins dans des forks qui clamseront dans les 6 mois… Bref, au lieu de s’unir pour combattre MS, l’open source préfère s’enfermer dans une lecture quasi-religieuse du logiciel libre.

          Que 24 ans après la sortie de sa version 1.0, les OS basés sur le noyau Linux soit quasi-inexistant sur le bureau de l’utilisateur de base montre L’ÉCHEC d’une partie du modèle de l’open-source.

          1. Non. C’est juste un mouvement qui finira par se faire égorger par Microsoft qui sait très bien exploiter ses faiblesses : guerres intestines entre les communautés, éparpillement des ressources sans fins dans des forks qui clamseront dans les 6 mois… Bref, au lieu de s’unir pour combattre MS, l’open source préfère s’enfermer dans une lecture quasi-religieuse du logiciel libre.

            Que 24 ans après la sortie de sa version 1.0, les OS basés sur le noyau Linux soit quasi-inexistant sur le bureau de l’utilisateur de base montre L’ÉCHEC d’une partie du modèle de l’open-source.

            Bah tu parles de communauté open source, mais il n’y a pas que GNU/Linux. Tout comme il n’y a pas que Microsoft en face. Déjà, ton spectre d’analyse est restreint. Et à guerre intestine entre communauté et fork à gogo, j’ajoute aussi des utilisateurs un peu princesses sur les bords…

            Nan mais personnellement, je n’ai pas de soucis avec ce que tu dis, hein (j’utilise pas Linux, je m’en fiche donc). Mais tu te victimises un peu (ce billet en est encore la preuve). Classer le post initial comme un troll, puis interdire les messages postés depuis Tor, pour enfin publier ce billet pour que ton réseau te soutienne, j’appelle pas vraiment ça assumer non plus. Ou du moins, autant que la réponse que tu as eue par le développeur du projet (qui était signé et non anonyme au passage…).

            Passons sur le côté « parasite qui n’a pas d’activité professionnelle ou encore sur le côté « je préfère critiquer ».

            Dommage que pour le dernier point, tu préfères « passer ». Tu serais peut-être expert en C ou en Shell aujourd’hui, si tu avais fait autre chose. Et tu aurais été bien plus utile. C’est plus facile de gueuler que de coder, mais l’inverse est plus efficace pour faire avancer les projets. Bref, l’open source à un réel besoin de développeurs motivés et compétents. La preuve avec ce que tu disais, ils ont l’air charettes chez Mageia 🙂

            Et non je ne t’ai pas insulté. Après le ton n’était peut-être pas des plus agréables (et je m’en excuse ; sérieusement), mais reconnait que parfois, tu es aussi gratuit. Tu tends aussi le bâton pour te faire battre. La poutre et la paille, toussa.

            Tu te fourvoies pour le coup. Je trouve ça dommage… (sinon je n’aurais pas répondu).

          2. Bah tu parles de communauté open source, mais il n’y a pas que GNU/Linux. Tout comme il n’y a pas que Microsoft en face. Déjà, ton spectre d’analyse est restreint. Et à guerre intestine entre communauté et fork à gogo, j’ajoute aussi des utilisateurs un peu princesses sur les bords…

            C’est la partie la plus visible, GNU/Linux. J’aurai pu rajouter Apple ou encore Oracle. Quant aux utilisateurs un peu princesses, c’est une manière de justifier la volonté de ne pas se bouger le cul pour proposer des interfaces graphiques supportables…

            Nan mais personnellement, je n’ai pas de soucis avec ce que tu dis, hein (j’utilise pas Linux, je m’en fiche donc). Mais tu te victimises un peu (ce billet en est encore la preuve). Classer le post initial comme un troll, puis interdire les messages postés depuis Tor, pour enfin publier ce billet pour que ton réseau te soutienne, j’appelle pas vraiment ça assumer non plus. Ou du moins, autant que la réponse que tu as eue par le développeur du projet (qui était signé et non anonyme au passage…).

            Mais c’est un troll dans toute sa beauté. L’utilisation de TOR pour poster un message, ça veut dire : je veux juste t’emmerder. Et cette personne, un développeur du projet ? Autant que je suis le cousin du pape François !

            J’assume mes propos, et je n’ai jamais appellé le soutien de mon réseau. Je montre juste les coulisses du monde de l’open-source. Rien d’autre.

            Dommage que pour le dernier point, tu préfères « passer ». Tu serais peut-être expert en C ou en Shell aujourd’hui, si tu avais fait autre chose. Et tu aurais été bien plus utile. C’est plus facile de gueuler que de coder, mais l’inverse est plus efficace pour faire avancer les projets. Bref, l’open source à un réel besoin de développeurs motivés et compétents. La preuve avec ce que tu disais, ils ont l’air charettes chez Mageia 🙂

            La dernière fois que j’ai codé ? C’était en 1992, en assembleur Z80 sur mon Amstrad CPC. Depuis, mes codages se sont limités à quelques scripts en bash. C’est suffisant pour moi. Qiant à être un expert en C, comment dire ? C’est au-dessus de mes capacités d’abstraction.

            Je considère qu’aider les autres, c’est tout aussi utile. Apprendre à pisser du code en payant 6000€ l’année dans des usines à remplissage de crânes comme Epitech etapparentés ? Pas les moyens !

            Rapporter des bugs, c’est inutile ? Tester des logiciels, c’est inutile ? Ah, bon ! Mageia souffre de l’âge de leurs outils de gestion de paquets, et encore d’une volonté de vouloir trop en faire.

            Et non je ne t’ai pas insulté. Après le ton n’était peut-être pas des plus agréables (et je m’en excuse ; sérieusement), mais reconnait que parfois, tu es aussi gratuit. Tu tends aussi le bâton pour te faire battre. La poutre et la paille, toussa.

            Le mot insulte est un peu fort, mais c’est mon ressenti. Je suis gratuit ? Oui, pour des projets qui ne servent à rien si ce n’est astiqué l’ego des personnes qui les publient.

            Tu te fourvoies pour le coup. Je trouve ça dommage… (sinon je n’aurais pas répondu).

            Je vais te le dire cruement : si je reste sur une distribution GNU/Linux, c’est par habitude. Je ne donne pas 10 ans avant que MS avec la complicité d’Oracle et d’Apple finisse par trancher la gorge de l’open-source enfermé dans ses vieux travers.

            Je ne pensais pas qu’en 2018, il y aurait encore des batailles rangées pour savoir quel système d’init utiliser. Je pensais qu’on se battrait pour avoir plus d’utilisateurs qui n’en ont rien à battre de la technique.

          3. Je suis d’accord avec toi Nicolas. Fred, je te trouve franchement tranchant.

            Tu assumes, c’est bien ! Encore heureux de la part d’un responsable de blog !

            Il y a 2 types de personnes en informatique : celui qui critique à outrance et qui ne fait rien, et l’autre qui critique mais apporte des solutions.

            Dans tout projet, il y a des couacs, des envies et la réalité. Je n’aime pas Windows 10, je ne le critique pas toutes les 5 min. Je ne pourrai pas y participer car cela ne correspond pas à mes valeurs.

            Linux c’est avant tout une philosophie : Si tu ne sais pas, demande. Si tu sais, partage. Une fois que tu as compris cela, tout va beaucoup mieux.

            Fred, j’ai découvert ton site par hasard. J’ai été très emballé au début jusqu’à ce post sur Mageia. Je ne te critique pas parce que je l’utilise mais à cause du ton employé dans ta vidéo et sur beaucoup de tes réponses dans les commentaires. Tu sembles une personne bien particulière et cela se ressent que tu ne travailles pas en collectif pour faire avancer un projet. Dommage… Peut-être comprendras tu un jour si un intègre une équipe.

          4. Je fais déjà partie d’une équipe. Mageia est un projet vieillissant, qui ne vit que sur son glorieux passé. J’ai été un supporter du projet jusqu’à la maudite version 6.

            Sur cet article, c’est une personne qui est autant développeur de Mageia que je suis le cousin du pape François.

            Linux c’est avant tout une philosophie : Si tu ne sais pas, demande. Si tu sais, partage. Une fois que tu as compris cela, tout va beaucoup mieux.

            Fait donc quelques recherches avec mon identité dans le monde du libre. Tu verras que j’ai donné plus que ma part sur certains projets.

            J’ai une manière de m’exprimer qui est franche. Si je dois dire qu’un projet merde, je le dirai. Si le projet fait des progrès, je le dirai aussi.

            C’est ainsi que je suis. Si cela déplaît, et bien, tant pis. Je continuerai d’apporter ma pierre au libre, tant que j’y croirai.

            Que ce soit par des rapports de bugs, des tests, de la traduction ou encore de l’aide envers d’autres personnes.

            Les grands débats philosophiques ? Je m’en contrebats les gonades. C’est à cause de ce genre de débats sur le sexe des anges que le bureau Linux est toujours à 2% de parts de marché dans le grand public.

  12. Pas compris le truc de « e-mail forgée de toute pièce », elle est fausse son adresse ?

    Pour TOR, son usage légitime n’est pas forcément négatif.

    Par contre, l’idée du débat : « un dév. qui crée un soft open source et gratuit doit-il quelque chose à ses utilisateurs ? » est à la mode en ce moment, non ?

    Ma réponse est oui : si tu publies avec une possibilité de remontée de bugs, tu te dois d’y répondre (pas de les corriger mais d’interagir.

    Et ça inclut les commentaires négatifs.

      1. Ce qui est dommage. Tu blacklistes TOR, mais du coup ça sera la fête aux VPNs désormais. Et qu’il passe par TOR, ou un routeur au bout du monde, son message est signé… Si t’as pas aimé le fond, je comprends (son message est inutile et gratuit), mais faut pas se fourvoyer derrière un problème d’anonymat. Il est assumé ce message.

        Et non, le développeur open source il ne te doit rien (sinon quitte à s’engager, il va bosser en SSII, au moins c’est rémunéré). Par contre, l’utilisateur ce serait bien que l’utilisateur aie conscience de ce qu’on attend de lui. Il paie pas, il comprend pas, il ne sait pas ce qu’est un projet, il contribue pas, mais il a le droit d’attendre un retour du développeur ? Cette ingratitude permanente :-/

        1. TOR est un outil fantastique détourné de sa fonctionnalité d’origine. Passer par une IP TOR = aucune volonté d’assumer ses propos.

          Et non, le développeur open source il ne te doit rien (sinon quitte à s’engager, il va bosser en SSII, au moins c’est rémunéré).

          Tu rends public un logiciel, tu dois assumer le fait qu’il y aura des retours. C’est trop facile de nier cette évidence.

          Par contre, l’utilisateur ce serait bien que l’utilisateur aie conscience de ce qu’on attend de lui.

          Oh, le méchant utilisateur qui ose ouvrir sa gueule !!!!! 😀

          Il paie pas, il comprend pas, il ne sait pas ce qu’est un projet, il contribue pas, mais il a le droit d’attendre un retour du développeur ? Cette ingratitude permanente :-/

          Euh… S’il n’y a pas d’utilisateur, pas besoin d’avoir des développeurs en face, non ?

          Ce n’est pas une question de prix : c’est une question de respect qui doit être mutuel.

          La litanie du développeur bénévole ? Elle me sort par les yeux et par tout les pores de la peau.

          D’ailleurs, il est vrai que les développeurs de RedHat, de Canonical, de Mozilla, d’IBM (gros contributeur) sont des bénévoles 😉

          L’utilisateur est un client et les mastodontes du logiciel non-libre l’ont compris depuis longtemps. Mais cela doit être incompréhensible…

          Nous resterons en accord sur nos désaccords ici. Si un développeur pond une merde, je le dirai. S’il faut du bon boulot, tout autant. Mais il faut arrêter le manichéisme bon développeur contre connard d’utilisateur et inversement.

          1. (tu peux supprimer mon post du dessous, merci pour l’explication) (et pour la conversation, même si l’on n’est pas du tout d’accord)

            Rapport à « le développeur ne te doit rien », c’est écrit noir sur blanc dans chaque script que tu exécutes, ou chaque fichier que tu compiles. Ici un extrait d’une licence BSD, mais c’est la même en GPL (http://cvsweb.openbsd.org/cgi-bin/cvsweb/~checkout~/src/usr.sbin/adduser/adduser.perl?rev=1.63&content-type=text/plain) :
            # THIS SOFTWARE IS PROVIDED BY THE AUTHOR AND CONTRIBUTORS « AS IS » AND
            # ANY EXPRESS OR IMPLIED WARRANTIES, INCLUDING, BUT NOT LIMITED TO, THE
            # IMPLIED WARRANTIES OF MERCHANTABILITY AND FITNESS FOR A PARTICULAR PURPOSE
            # ARE DISCLAIMED. IN NO EVENT SHALL THE AUTHOR OR CONTRIBUTORS BE LIABLE
            # FOR ANY DIRECT, INDIRECT, INCIDENTAL, SPECIAL, EXEMPLARY, OR CONSEQUENTIAL
            # DAMAGES (INCLUDING, BUT NOT LIMITED TO, PROCUREMENT OF SUBSTITUTE GOODS
            # OR SERVICES; LOSS OF USE, DATA, OR PROFITS; OR BUSINESS INTERRUPTION)
            # HOWEVER CAUSED AND ON ANY THEORY OF LIABILITY, WHETHER IN CONTRACT, STRICT
            # LIABILITY, OR TORT (INCLUDING NEGLIGENCE OR OTHERWISE) ARISING IN ANY WAY
            # OUT OF THE USE OF THIS SOFTWARE, EVEN IF ADVISED OF THE POSSIBILITY OF
            # SUCH DAMAGE.

          2. Je connais ce texte. Simplement, si le développeur ne me doit rien, il est alors tout à fait logique que l’utilisateur ne lui doivent rien en retour. Si un développeur veut être respecté, qu’il respecte l’utilisateur.

            Il serait peut-être temps de prendre conscience que ce texte s’adressait à des utilisateurs déjà avancés techniquement, pas à la personne qui veut juste utiliser des logiciels.

      1. Alors le terme Troll est employé à tord et à travers ces derniers temps, et j’en saisi de moins en moins le sens …
        Alors qu’ironie, un mot qui sonne vachement bien, français qui plus est, permet parfaitement de comprendre le sens de ma phrase.
        Après, le côté closed-source=evil …. bof.
        Ma remarque est ironique certes, mais factuelle.

  13. Les seuls posts où il y a plus de 20 commentaires sur ce blog c’est désormais uniquement quand fred s’énerve, râle, part en guerre contre Mageia, contre un troll, …. sinon j’ai l’impression qu’il ne reste plus grand chose, à part le guide archlinux.

    Vraiment, je trouvais beaucoup d’infos intéressantes ici mais c’est de moins en moins le cas me concernant.

      1. Tu entends quoi par la plupart des sujets ? La plupart de ce que tu traites ou la plupart des sujets concernant l’open-source ?
        C’est un peu comme si tu ne faisait plus découvrir de groupe de musique, parce que la plupart des groupes tu les as déjà présenté 😉

          1. il en reste pas mal quand même, que tu n’as pas abordé (ou survolé) : une pure BSD (FreeBSD je suis fan, les autres pourquoi pas …) avec une petite install desktop à la mano, ton dernier sujet sur gentoo date de 2015, bash, la tuerie zsh (oh-my-zsh par exemple), des éditeurs de texte et autres outils hyper pratiques pour néophytes et avancés, je n’ai pas vu de sujet sur le remplaçant de qupzilla il me semble, les modules firefox, la neutralité du net, etc. J’ai mis ce qu’il me vient, en cherchant on peut en trouver pleins 🙂

          2. Gentoo ? Je considère que compiler le code source pour tout, en dehors des périphériques ultra-limités en capacité de stockage n’a plus grand intérêt en 2018, mis à part se dire : j’ai atteint un achèvement ultime, j’ai compilé gentoo 🙂

            Oh-my-zsh ? Il en fait trop à mon goût 🙂

            Falkon ? Comment dire ? Je ne m’y intéresse pas. Les greffons pour Mozilla Firefox ? Faudra voir. Encore faut-il que j’ai de l’inspiration sur les autres sujets.

  14. Faut faire le tri. Si les dev estiment que parce qu’ils font un truc libre, t’as pas le droit de donner ton avis. Ben que ces dev aillent crever.

    Je me suis détaché de la communauté du libre. Je bosse maintenant 95% du temps sur un os privateur sur lequel je n’ai pas de soucis. Je paye mes licences et quant je remonte un soucis fonctionnelle, je suis pris avec le respect qui m’est du.

    Tu ces dev qui s’estime au dessus des utilisateurs ne sont que des merdes. Et c’est pareil pour tout les libristes qui s’estiment meilleur que ceux qui n’utilisent pas d’OS libre.

    —-

    Ceci étant dit, si la communauté du libre à un comportement aussi puéril, c’est, je pense par ce que elle est peuplée de jeune développeurs, cette dernière étant plus facile d’accès qu’une communauté où il faut « payer » sont droit d’entrée par une licence.

    —-

    Moi, dans mon job de développeur, je suis amené à converser avec des dev libriste et je fait le tri. Si un dev estime qu’il faut prendre son soft telle quel sans avoir le moindre droit de réponse, ben il peut se le carrer bien profond.

    De toute manière, seul les projets qui avancent, sont ceux dont les dev ont un dialogue avec les utilisateurs.

    Il suffit pour cela de voir toute la pléthore de soft libres créés entre 2000 et 2010 et qui ne sont plus actif ni même forké.

    Pour ma part, le meilleur des mondes c’est un mix soft proprio et libre.

    Du proprio pour tout les soft libres dons les dev en on rien à foutre des users (coucou gnome) et du libre dons les dev parlent et écoutent leur utilisateurs même si tous n’est toujours pas accepté (coucou vscode).

    —-

    Pour ce qui est de magea, des distrib ça vit, ça meurs. C’est ainsi. Alors parfois, il faut savoir avec courage, débrancher le malade.

  15. Bonjour,

     » Je bosse maintenant 95% du temps sur un os privateur sur lequel je n’ai pas de soucis. Je paye mes licences et quant je remonte un soucis fonctionnelle, je suis pris avec le respect qui m’est du. »

    Je te rassure, cela arrive avec des distributions « sérieuse » aussi.

    Je citerais, le « seul » problème sérieux avec ma distribution.

    Un problème avec une version d’OpenAL (donc rien de catastrophique), après un post sur le forum international, la solution fut une ouverture de bug. Celui-ci fut constaté, en moins de 48h le problème était réglé.

    Evidemment, ce n’est pas une distribution ou il y’a douze poilus qui font ça sur leurs temps libre.

    Je pense qu’il faut quand même une certaine capacité financière.

    De cette capacité financière arrivent les petites mains pleines de code !! 🙂

    Je te rejoins sur le mix proprio/libre.

    De toute façon, je pense qu’a terme, il faut être réaliste, il ne resteras plus que les distro sponsorisées par les grosses boites comme RedHat and co.

    Canonical perd de l’argent depuis 2013, et si il se casse la figure, les « bases » Debian, voir Debian, ont du soucis à se faire….

  16. Concernant les développeurs des distributions, pour moi il y a 2 cas de figures :
    – soit on fait avec les moyens du bord, une petite distribution, type MX Linux, KDE Neon, Sabayon, Antergos ou Chakra, et donc Mageia, et effectivement, si on ne veut pas tomber en panne d’utilisateurs il faut préter l’oreille à leurs retours, ou du moins éviter de vouloir faire trop original (genre « nous on fourni 15 DE, par contre aucun n’est stable parce qu’on est que 2 développeurs …)
    – soit, on développe la majorité des outils utilisés par les distributions actuellement, et on se contrefout de ce qu’en pense les gens, et on bosse chez RedHat.

    Au milieu de tout ça, il y a les distrib majeures : Debian, Ubuntu, Arch, Slackware, Fedora, OpenSuse qui adopte une posture moins stricte que Red Hat, et pour cause elles utilisent les mêmes outils, mais leur sérieux n’est plus à prouver, et la communauté de dév de ces projets en témoigne (Une Debian unstable ou Slackware current est bien plus stable que certains projets « dits » stable …)

    J’ai du tester une 40ène de distrib (à la louche), en ai eu 6 ou 7 d’installées en dur sur du long terme (Debian, Ubuntu – de la 5.x à la 10.x il me semble – Mint, Fedora, Arch, Slackware, FreeBSD), pour ne garder que : Arch, Slackware en laptop et FreeBSD sur le NAS. Les autres, hormis Debian, ont toutes eu un problème sur les passages de release majeures, et n’ayant ni le temps ni le courage comme je l’avais y’a 10 ou 15 ans de debugger et réparer, je passe à autre chose (une réinstall from scratch me prend 1/2 journée, contre parfois 1 semaine pour remettre en état un RAID, une dépendance, Xorg etc.)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Solve : *
50 ⁄ 25 =