Vieux Geek, épisode 129 : « Infernal House », le meilleur jeu d’aventure point’n’click de l’Amstrad CPC.

Les jeux d’aventures sur Amstrad CPC à la fin des années 1980 jusqu’en 1993, c’est essentiellement du textuel, du semi-textuel avec des images représentant les différents lieux et beaucoup plus rarement du point’n’click comme sur les Atari, Amiga et autre PCs de l’époque.

Il y a eu quelques ovnis comme le Manoir de Mortevieille, sorti en 1988 ou 1989 chez Lankhor. Toujours chez Lankhor, 1991 verra la sortie d’un point’n’click du nom d' »Infernal House ». Graphiquement et techniquement, c’est une sacrée claque.

On y joue le rôle d’un détective privé qui voir une vieille affaire revenir à l’actualité, suite à la disparition d’une amie proche, Sophie.

L’interface est entièrement graphique, le pointeur étant contrôlé par les touches fléchées et la barre d’espacement. On a une dizaine d’actions disponibles pour résoudre cette énigme dans un temps plutôt limité : 2 h 30 et pas une seconde de plus.

La maison est truffée de pièges et d’énigmes parfois plus tordues les unes que les autres. Mais le plus simple et de montrer l’ensemble en vidéo.

Devant le succès d’Infernal House – plus que mérité d’ailleurs – une seule suite sortira, « Silva – Le temple du Diable ». Lankhor arrêta les frais pour le CPC en 1992, et il faudra attendre 2009 pour que sorte le très beau et pas franchement évident « Orion Prime » pour que l’Amstrad CPC goûte à nouveau aux joies du jeu d’aventure en point’n’click, dont j’avais célébré la publication à l’époque.

6 réflexions sur « Vieux Geek, épisode 129 : « Infernal House », le meilleur jeu d’aventure point’n’click de l’Amstrad CPC. »

  1. A l’epoque, j’avais la chance de pouvoir utiliser le PC avec VGA et Sound Blaster de mon pere pour jouer a Indiana Jones et la derniere croisade et Monkey Island plus tard, mon pauvre CPC faisait pale figure a cote.

    Voici un site consacre aux jeux Lankhor pour ceux que ca interesse: http://www.lankhor.net/, du meme auteur que abandonware-magazines.org et consorts.

Les commentaires sont fermés.