Que sont-elles devenues les distributions GNU/Linux de 2013 ? Première partie.

Début décembre 2017, je terminais le bilan de l’année 2012 en terme de distributions GNU/Linux. Je voulais voir quel était le taux de mortalité des projets dans ce domaine précis du monde du logiciel libre.

Près de 6 mois – au moment où je rédige ce billet, le 22 mai 2018 – sont passés. J’ai décidé donc de m’y remettre avec un premier gros billet qui couvre la période qui court de janvier à mai 2013… Histoire de voir ce que les distributions GNU/Linux dont j’ai pu parler sont devenues… Je sens que ça va pas être triste à voir…

Janvier 2013 :

Février 2013 :

Mars 2013 :

Avril 2013 :

Mai 2013 :

Quel bilan des 5 premiers mois de l’année 2013 ?

Disparition :

  1. ColorWheel OS
  2. HazeOS absorbée par le projet Nutrix
  3. SlackE17
  4. SolusOS devenu la Solus tout court
  5. LSD Linux
  6. CinnArch devenue Antergos

Donc cela nous fait 6 disparitions sur les 26 distributions listées… 23% du total… Autant dire que le premier semestre de 2013 part en fanfare… Je me demande si d’ici le billet de décembre 2018, j’arriverai à 50% de casse, tiens…

15 réflexions sur « Que sont-elles devenues les distributions GNU/Linux de 2013 ? Première partie. »

  1. Que de temps a passé. Et pourtant. Si l’on regarde le chemin parcourus depuis la Mageia 3 RC, il est minime. Quelques mises a jour par ci par la, mais rien de bien folichon ni excitant. Tout cela nécessiterait un bon gros rafraîchissement. Bien improbable vu l’état moribond du projet. La seule activité alentour à ce projet se résume aux polémiques sur l’état (moribond) du projet.
    — André Dussolino

    1. Et ce n’est pas mieux du coté de OpenMANDRIVA. On peut dire que la lignée Mandrake Linux n’a plus de véritable descendance, si ce n’est deux projets moribonds dont lesquels il vaut mieux éviter de trop parler si l’on veut éviter les ennuis. En effet ces projets sont malgré tout toujours suivis par une horde de supporters prêts à en découdre suite à la moindre critique concernant de leur projet (moribond) chéris. En réalité c’est à vrai dire la seule véritable activité relative a ces projets, les polémiques sur tel ou tel message de blog qui ne serait pas bien accepté par tout le monde. De débat technique, il n’y en a point. Ces deux distributions ont quasiment sombré dans l’oublie. Ne subsiste qu’une poignée d’utilisateurs acharnés a l’affût de la moindre critique négative pour se jeter en meute sur chaque nouvelle cible. Jusqu’à la prochaine. Même les fondateurs du projet ont depuis quasiment tous quitté le navire, ce qui n’est guère étonnant quand on constate l’ambiance délétère au seing du projet.
      — André Dussolino

      1. « C’est curieux chez les marins ce besoin de faire des phrases » (M. Audiard

        Permettez-moi de continuer de considérer que vous jetez le bébé avec l’eau du bain. Que sur l’historique vous prenez des raccourcis et que, amha, la (deuxième) Mandriva n’a été qu’une opération de Jean-Foutre qui se ne cherchait qu’à faire du fric en se rêvant je ne sais trop qui (mais o pourrait deviner). Qu’ enfin Rosa c’est autre chose et OpenMandriva une ombre de Mageia.

        Alors qu’il y ait des personnes qui ne supportent pas le moindre mot chez Mageia, j’en suis d’accord et l’ai dit (mais en privé), cependant il suffit d’insister pour que ça passe non ?
        Les altercations autour de Mageia, ça tourne comme d’habitude à la cour de récré, mais pas que du côté Mageia malheureusement.
        Enfin citer cette distribution comme « celle dont il ne faut pas parler » en faisant des « private jokes » publiques (n’y aurait-il pas la comme une contradiction ?) me parait fort douteux.

        Personnellement, j’en ai vu beaucoup des distributions les années 90, et j’en ai un peu plein le dos des avis péremptoires (de tous côté d’ailleurs).

        Pour l’instant Mageia existe, elle vient de recevoir plasma 5.12 KDE Frameworks 5.42.0
        Qt 5.9.4 comme une fleur (entre autres).

        Je trouve vraiment cette attitude très immature vis à vis des gens (peu il est vrai, et alors justement même !) qui se crèvent le cul à bosser dessus et je ne parle même pas des utilisateurs comme moi qui en ont marre d’entendre ça, alors même que leur système marche bien et sur de nombreuses machines

        Après on pourrait discuter (sérieusement, autrement c’est pas la peine) et voir quelques réalités autour de distributions GNU/Linux, et j’ai aussi mes impressions personnelles, mais je ne confonds pas mes impressions personnelles avec une quelconque réalité et n’éprouve aucun plaisir à flinguer tout ce qui bouge ou n’ai pas apprécié, pas plus pour la plaisir de faire le cake comme on dit à Marseille 😉

        1. Je comprend que vous ayez du mal a l’accepter. Mais il n’empêche que Mageia est un projet moribond. Il va falloir vous y faire.

          Pour s’en convaincre, quelques faits irréfutables:
          – la présidente et fondatrice du projet est sur le départ. Mauvais signe. Les fondateurs sont tous partis ou disparus dans le silence. Prenez la liste des fondateurs et regardez qui est encore actif sur le projet: personne.
          – très peu d’activité. Pourtant, malgré le peu d’activité ils ont trouvé le moyen de refourguer des updates qui font tout péter chez certains utilisateurs. Un comble LOL.
          – toujours aucune date ni aucun planning a l’horizon en ce qui concerne la version 7. Sortira elle un jour ?
          – Nombreux bugs non corrigés.
          – baisse d’activité sur leur forum: https://forums.mageia.org/en/ Les bons jours il y a un message de posté, et peut être même une réponse. LOL.
          – piratages de l’infrastructure (serveurs etc) a répétition. Qui nous dit que les pirates n’ont pas trouvé un moyen de refourguer des malwares aux utilisateurs par le biais des updates. D’où les problèmes causes chez certains utilisateurs.

          1. Aucune réponse. Je lui ai bien cloué le bec au (dernier ?) fan de Mageia. Et c’est tout a fait logique, car face a une liste de faits irréfutables, il n’y a aucune réponse. L’honnêteté voudrait tout de mème que l’on admette s’être trompé, mais c’est beaucoup en demander a un fan de Mageia.

    2. Ne parles surtout pas de moribond, ah pitié, je viens de passer une semaine tendu avec certains fanatiques ayant des soucis de vue ou de raisonnement….

  2. M’en fous la Suze est encore là !!! 😀

    Je sais que Fred l’aime… Que dis-je !! L’adore 🙂

    Elle as l’avantage de logiciels relativement frais pour une « fixed », comparé aux dinosaures Debian…. Et le support matériel en plus…. Parce que sur du récent, Debian (on remarque la superbe rime !!) c’est la misère…

    Plus sérieusement, il reste notre bonne vieille Slack.. Increvable…

    1. Pas frais mes logiciels debian, viens m’l dire en face qui sont pas frais !? Plus sérieusement il reste toujours la sid qui est une semi rolling release avant le gel des paquets vers la version suivante… Et relativement stable !

      1. @Sylvain P.

        Salut !!

        (fit-il tout en esquivant le poisson lancé dans sa direction !! 🙂 )

        Je n’ai jamais essayer la Sid, trop « mouvante » à mon gout.

        J’ai pris « l’habitude » à ma Suze, une base entreprise avec des paquets « frais »… Et un 0ad mis à jour rapidement 🙂 Et à son Zypper.

        De plus, c’est la seule qui supporte mon matos correctement.

        Maiiis, je vais me faire une petite VM avec une Sid pour voir à quoi cela ressemble !! 🙂

        Après, les rolling, semi-rolling c’est pas ma came.

        J’avais essayer avec plaisir une Tux’ N vape Gnome…

        Mais ma dépendance au Lézard ma repris…. La dépendance, c’est un vrai problème…(Surtout sous Linux ^^)

  3. Frugalware est toujours là et eux ont eu le courage de taper dans les paquets et de revoir la méthode de la distribution pour continuer à la faire vivre, a bon entendeur, mageia si vous ne suivez pas 🙂

  4. A signaler, en février, GhostBSD a décidé de joindre ses efforts avec TrueOS
    https://www.ghostbsd.org/GhostBSD_is_switching_its_system_base

    Dont tu avais parlé là : http://frederic.bezies.free.fr/blog/?p=16923
    A souligner, le gros avantage que tu ne cites pas, c’est d’avoir un vrai filesystem : ZFS

    GhostBSD, qui a récemment remplacer ma Fedora qui refusait de passer en v28, suite a une library (libevent) qui ne voulait pas se mettre à jour en dépendance de netatalk …. direction : la porte …
    Je suis assez content de la saveur MATE, on retrouve ses petits, détection matériel impek (athlon FX, SSD revodrive, wifi, rien de très récent mais c’est toujours ça), logithèque juste ce qu’il faut (je suis en mode serveur/NAS, mais il me faut un X pour diverses contraintes software)

Les commentaires sont fermés.