Vieux Geek, épisode 123 : Norton Partition Magic 8, l’ultime version de l’outil de partitionnement facile.

Dès que j’ai commencé à m’intéresser au joyeux monde du logiciel libre, j’ai voulu installer des distributions GNU/Linux, histoire de découvrir ce que donnait cet OS alternatif.

Le gros point noir, c’était la création d’une partition dédiée pour mettre en place un double démarrage avec MS-Windows. Histoire d’avoir un filet de sécurité, car dans les années 1996 à 2000, on était très loin de la maturité actuelle 🙂

L’outil préféré était fips puis fips2 pour prendre en charge des partitions fat et fat32. C’était un outil de redimensionnement normalement inoffensif… Il fallait juste prendre comme précaution de défragmenter le disque dur avant de toucher aux partitions.

Puis, vers 1999-2000, un outil commercial est arrivé pour simplifier la tâche, PowerQuest Partition Magic. Il permettait d’agir en graphique, puis au démarrage suivant du MS-Windows, le partitionnement était effectué.

Je me souviens d’avoir acheté un exemplaire de la version 5 – à moins que ce ne fut la 6 ? – durant l’année 2000.

Le logiciel a été développé jusqu’à sa version 8.0 en 2002 qui permettait de supporter les MS-Windows 95 à XP inclus. Car il faut dire que redimensionner du NTFS, c’était assez chaud à l’époque.

Décembre 2003, Symantec rachète Partition Magic et publie une ultime version, la 8.0.5 en mai 2004.

J’ai donc récupéré un exemplaire de la version 8.0.5 en fouillant sur le grand nain ternet et je l’ai installé dans une machine virtuelle sous MS-Windows XP.

Et oui, on proposait la création de disquette de récupération au cas où ça partirait en cacahuètes 🙁

Mais le mieux, c’est de montrer l’outil en action, non ?

Comme vous avez pu le voir, l’outil était très puissant, mais de nos jours, plus d’une décennie après l’ultime version de Partition Magic, un outil comme Gparted fait aussi bien, sinon mieux pour redimensionner sans perte un disque dur formaté en NTFS.

C’est quand même dommage que Symantec ait ainsi laissé pourrir sur pied un outil aussi pratique… Oui, je suis un brin nostalgique ici !

10 réflexions sur « Vieux Geek, épisode 123 : Norton Partition Magic 8, l’ultime version de l’outil de partitionnement facile. »

  1. Merci pour ce souvenir.

    C’est avec lui que j’avais menagé l’espace pour installer beos en double boot à l’époque.

    Souvenirs …

      1. Il y en a de mauvais aussi comme l’installation d’os/2 warp ou de la slackware livrée dans un magazine par les « logiciels du Soleil ».

        Problème de chipset avec affichage façon canal plus sans decodeur.

        Beos fut le seul avec qnx à fonctionner sur feu mon 486.

  2. En même temps, n’est-ce pas grace au fait que Symantec ait ruiné PartitionMagic que des outils libres comme Gparted ont émergé ?
    Bonne journée,
    S.

  3. En réalité, ils ont intégré plus ou moins ce que faisait PQMagic dans leur produit Ghost pour le clonage de disque. Et c’est ce produit qu’ils ont longtemps mis en avant en laissant de coté le simple outil de partition. Comme en plus on a eu des outils de partitionnement concurrents, gratuits par la suite, intégrés à l’install des distribs, le truc a effectivement été tué par Norton comme tant d’autres petites boites par des grosses boites. Là je pense aussi aux outils de défragmentation de disque intégrés par Windows à un moment.

  4. Pour le son, je sais que XP est encore utilisé dans plusieurs bibliothèques municipale alors les moins de 15 ans peuvent encore l’entendre 😀

    C’était un bon outil pour l’époque, merci pour ce retour en arrière de quelques années. Je me souviens des CD offert avec quelques programmes comme celui-là.

  5. Bonjour,

    A peu près les mêmes souvenirs.  Par contre Symantec avait aussi acquis, via le rachat de la société PowerQuest, l’excellent DriveImage. Or Norton Ghost n’était pas aussi efficace que DriveImage. La technologie que ne maitrisait pas l’équipe Symantec / Norton était le fait de créer la sauvegarde de partition à chaud, sans redémarrer Windows. A l’issue du rachat, la technologie DriveImage avait été incluse dans Ghost donnant ainsi Ghost 2002 (sauf erreur de version). Donc, de fait, il y a eu disparition du produit DriveImage au profit de Ghost alors qu’en réalité, au regard de la technologie utilisée, c’était plutôt un DriveImage légèrement modifié (pour reconnaitre les archives natives Norton Ghost) et renommé à la vente sous le nom de Norton Ghost (puisque ce sont les vainqueurs qui écrivent toujours l’Histoire). Par la suite, Norton Ghost a continué à être maintenu mais guère longtemps. Désormais, impossible de trouver la moindre version de Norton Ghost. Symantec a coulé Norton Ghost comme il a coulé PowerQuest DriveImage et PartionMagic. …. Pour le bonheur de certains concurrents qui on (enfin) pu creuser leurs places (Acronis, EasUS …). Mais je n’ai toujours pas compris la logique d’avoir ainsi sabordé ces logiciels pourtant si pratiques et fiables …. même si certains parlaient de PartitionTragic …. ?!…

  6. Bonjour,

    Le produit commercial actuel de partitionnement le plus connu est peut-être « Acronis Disk Director », je l’ai eu gratuitement avec une licence de leur logiciel de création d’images disque (Acronis True Image), mais je lui préfère Gparted.

    Pour moi, Norton, c’est la période avant Symantec, avant tout « Norton Commander » dont j’ai encore un exemplaire sur un vieux PC DOS, Ghisler en fit un clone, Windows Commander devenu Total Commander sous la pression de MS, dont j’ai pris deux licences en 2004 (usage perso) puis 2006 (usage pro), licences toujours valables pour un logiciel dont je me sers tous les jours.

     

Les commentaires sont fermés.