Chronique d’une migration informatique, suite :)

Un billet que je ne m’attendais pas à écrire. Mais la vie est parfois pleine de surprises. Comme je l’avais écrit vers le 18 février 2018, j’envisageais de changer mon matériel, durant la période mars-avril 2018.

Mais une personne a fait preuve d’une générosité monstrueuse. Elle m’a fait don d’une configuration complète. Détails dans la vidéo ci-après.

Pour la petite histoire, la personne en question m’a téléphoné quelques heures après la réception du colis. Je l’ai remercié chaleureusement. Son don plus que généreux me permet d’envisager plusieurs années de tranquillité.

Je vous passe les détails sur l’installation qui me font adorer l’UEFI comme l’on peut aimer être fouetté avec des orties fraiches 🙂

Je tiens à remercier les personnes qui m’ont fait des recommandations dans les commentaires (dans le blog, via youtube, ou par courrier électronique). Tout cela est bien stocké au chaud. Comme je l’ai précisé dans la vidéo, je ferais quelques dons à des associations comme la Quadrature, Framasoft ou encore l’April dans le courant du mois prochain.

Mon ancien matériel ? Je compte le conserver pour m’en faire un NAS ou quelque chose de ce style. Sur ce, je vous laisse, j’ai des machines virtuelles à préparer pour le tutoriel du mois de mars 2018.

PS : oui, une capture d’écran de la Archlinux Mate qui a été installé sur la nouvelle machine…

32 réflexions sur « Chronique d’une migration informatique, suite :) »

  1. Voila une bonne nouvelle, cela prouve qu’une fois  qu’on a fait le tri des abrutis et crétins qui nous ennuient il y a encore des gens généreux. Je suis bien content pour toi et je te souhaite de bien t’amuser avec ta nouvelle configuration.

    A pluche.

    1. Une excellente nouvelle qui m’a laissé sur le popotin, je dois le dire. Pour le moment, je marche encore sur des oeufs, et je suis en pleine période de découverte des possibilités du nouvel engin. Il est vrai que 7 ans en informatique depuis 2010, ça fait l’équivalent de 2 à 3 ans dans les années 1990-2000. Il faut se l’avouer, mis à part la montée en nombre de coeurs, la puissance est concentrée dans les cartes graphiques.

  2. Ca te change probablement la vie, ça doit « déménager du popotin » cette nouvelle config comparativement à ton ancien matos.

    ça doit être un vrai plaisir pour toi….

    Une idée d’article éventuel, tests comparatifs de perf entre le 2 configs, histoire de voir ce que peut apporter concrètement un remplacement de matos. Je ne sais pas exactement sous quelle forme, mais il y a là un petit truc sympa à faire.

    Autre idée, Il serait intéressant, quand tu feras ton NAS, de nous montrer un peu ta démarche, ton concept.

    Bref ! On a pas fini d’entendre parler de Fred.. ;o)

    Bien à toi

    1. Ça me change vraiment, même si j’ai bien galéré pour certaines subtilités de l’UEFI. Je dois un restaurant à Baba qui m’a sorti un sacré cactus du pied 🙂

      Je compte faire un article du genre « une semaine avec ma nouvelle configuration ». Pour le moment ? J’ai un gain de 50 à 66% sur certaines opérations.

      Du genre ? Démarrage bien qu’étant en disque dur ? Entre le grub et le lightdm, je suis passé de 20-25 secondes à 10-12 secondes.

      Compilation du renard de feu ? D’environ 115-120 minutes à une grosse quarantaine. Pour le NAS, si je recycle mion ancienne machine ainsi, je pense faire du RAID avec deux disques d’un To.

      Mais pour le moment, je suis en période découverte de la nouvelle configuration, finition de l’installation… Bref, le genre de joie qu’on apprécie à chaque renouvellement partiel ou complet de matériel.

      1. Bonjour Frédéric. 🙂

        Je suis content pour toi.

        « Je compte le conserver pour m’en faire un NAS ou quelque chose de ce style. »

        style… SAN ! 😉

        URL utile pour mieux comprendre ce que recouvre le protocole iSCSI (stockage réseau) :

        https://inetdoc.net/travaux_pratiques/sysadm-net.iscsi.qa/*

        Pour faire rapide, cela permet de mettre en réseau une unité de stockage. À adapter sous Arch Linux. Pour ma part, je suis en train d’adapter ces idées avec un initiateur (client iSCSI) sur OpenBSD ou Debian d’un côté et un target (serveur iSCSI) FreeBSD/ZFS** de l’autre (en utilisant des ZVOL). Le lien avec du RAID logiciel me semble aussi intéressant. En effet, le client récupère le disque réseau du target et celui-ci est alors redondé avec un disque local du client (RAID1). Pour le RAID*, OpenBSD (initiateur) fait cela très bien. Quant à FreeBSD (target), iSCSI est implémanté nativement dans ZFS. Bref, des idées et un projet de « geek » comme je les aime. 🙂

        Je ne sais pas si cela va me servir dans la pratique (cela m’étonnerait en fait) mais j’en apprends plus sur le protocole iSCSI à l’aide de la virtulisation (via VBox). 😉

        @+

        ps : *Très bon site pour mieux comprendre le mode de fonctionnement d’un système Debian GNU/Linux… notamment.
        **ZFS fonctionne aussi sous GNU/Linux mais pas nativement et donc probablement avec des performances moindres.

        1. Euh, le nfs est tout aussi bon pour du SAN sans toute la configuration du iscsi.

          Pourquoi se compliquer la vie alors qu’un NAS sera suffisant pour Frederic ?

          1. Bonjour 🙂

            Si tu as bien lu ce que j’ai écrit ci-dessus (« Je ne sais pas si cela va me servir dans la pratique (cela m’étonnerait en fait)… »), je fais cela pour apprendre et comprendre comment fonctionne une telle technologie (en lien avec OpenBSD et FreeBSD). Pour ma part, mon objectif principal est d’apprendre (et comprendre).

            Pour Frédéric, il décidera ce qu’il veut. Il est libre ! 😉

          2. OPENBSD c’est un putain de sacré bon OS. Recommandé a 200%. Surtout en ce qui concerne le reseau et la sécurité, c’est le top niveau.

  3. Sympa la config d’ensemble 🙂

    Par contre, tu n’aurais pas plutôt 7 Go de RAM  ? Car si c’est 8 Go, nous n’avons pas la même chose : http://image.noelshack.com/fichiers/2018/09/3/1519814583-capture-du-2018-02-28-11-38-54.png

    L’EFI c’est casse pompe au début mais une fois que tu sais quel réglage toucher « c’est dans la poche ». Après c’est sûr que le BIOS c’est largement mieux, je le vois très bien avec mon Inspiron N7110 (modèle i5) de 2011 : tu changes l’ordre de montage pour booter sur le lecteur DVD ou port USB et c’est tout, alors que de l’autre côté faut faire-ci, faire là… en plus avec la souris c’est casse pompe.

    1. C’est bien 8 Go, mais une partie est reservée par le circuit graphique intégré du Ryzen3 2200G. Ce qui explique cela.

      Voici la section mémoire d’un inxi -Fm

      Memory: Array-1 capacity: 64 GB devices: 4 EC: None
      Device-1: DIMM 0 size: No Module Installed type: N/A
      Device-2: DIMM 1 size: 4 GB speed: 2400 MT/s type: DDR4
      Device-3: DIMM 0 size: No Module Installed type: N/A
      Device-4: DIMM 1 size: 4 GB speed: 2400 MT/s type: DDR4

    1. Tu as vu la sortie d’inxi -Fm ? Et puis, ce Go, il sera utilisé à son plein potentiel quand le GPU Vega sera supporté en natif par le duo linux 4.16+ et Mesa 18… Pas grave si durant un mois ou deux, je n’ai que 7 des 8 Go disponible au final 🙂

      1. Putain oui j’ai halluciné quand j’ai vu ca.

  4. C’est une excellente nouvelle. On peut donc esperer continuer a pouvoir suivre tes aventures dans le monde de l’informatique libre, et lire tes reviews toujours passionantes de divers logiciels et distributions linux.

  5. @Fred

    Oui,  j’ai même comparé au miens pour mieux comprendre :

    [code]Memory:    Array-1 capacity: 32 GB devices: 2 EC: None
    Device-1: DIMM_A1 size: 4 GB speed: 2133 MT/s type: DDR4
    Device-2: DIMM_B1 size: 4 GB speed: 2133 MT/s type: DDR4
    [/code]

    Les deux « device » non compatible est lié au GPU.

    Bizarre, je croyait que les problèmes de compatibilité était réglé depuis un moment…

     

    Par contre au démarrage, contrairement à toi, de grub à lightdm je met environs 30~35 secs que ce soit l’i7 sur Arch ou l’i5 sur Manjaro (la flemme de m’ennuyer avec Prime/Bumblebee avec ce dernier). Après, c’est peut-être parce que le PC est neuf 🙂

    À l’extinction par contre, 5 secs maxi 🙂

    1. Démarrage bien qu’étant en disque dur ? Entre le grub et le lightdm, je suis passé de 20-25 secondes à 10-12 secondes

      Ça, j’ai vu il y a quelques jours sur le wiki d’Arch Linux, que le temps de démarrage dépendrait de la taille du répertoire /var/log, celui-ci tendant à gonfler au fil du temps. Parce que sur ma machine (qui a un an de plus que ton ancien PC), moi aussi, j’avais des temps de démarrage de 12 à 15 secondes au début, puis maintenant de 25-30 secondes. Le wiki lui-même recommande, pour regagner ces secondes « perdues », de supprimer à la main les journaux les plus anciens et de limiter leur taille totale dans les fichiers de configuration de systemd (https://wiki.archlinux.org/index.php/Systemd#Boot_time_increasing_over_time).

  6. Salut Fred,

    Tu as reçu un cadeau de noël avec un peu de retard !!!

    Sur mon pc portable asus qui a un uefi, je n’ai pas pu conserver mate très longtemps car chaque distribution avec mate desktop testée sur cette machine n’a plus voulu démarrer au bout de quelques mois (debian, mint, arch, fedora, manjaro). Je n’ai jamais eu ce problème avec kde plasma.

    Greg

      1. Un sacré putain de cadeau de noel, t’as été bien gaté mon pote dis donc. Enjoy !

    1. Pour la vidéo sur l’UEFI, on verra. Sinon pour simplifier, on peut dire que son expérience des réglages des UEFI m’a pas mal aidé… Sinon, j’aurais bien galéré, surtout pour contourner un bug du firmware proposé avec la carte mère…

      1. Le EUFI, quelle sacre merde !!! Bon courage pour faire fonctionner le bouzin. Une fois que ca fonctionne ne plus y toucher car c’est une vrai saloperie.

    2. Malheureusement, un tuto  » universel  » pour pouvoir installer un Linux en UEFI, ce n’est pas faisable.

      En fait Fred pourra juste faire un tuto pour expliquer comment il a fait l’installation sur son modèle de carte mère, mais c’est tout.

      En effet, dans ce domaine c’est le bazar le plus complet et chaque constructeur fait sa petite cuisine dans son coin. Chaque type de carte mère a un Bios EFI différent.

      Je vais donner un exemple : sur mon PC fixe l’installation d’un Linux en UEFI est ultra simple. On fait booter le PC sur la clé Usb qui contient la distribution, on installe et c’est fini.

      En gros il n’y a rien à faire. La petite partition EFI nécessaire au démarrage de la distribution se crée automatiquement pendant l’installation. Bref c’est du plug and play  ( pour Ubuntu en tout cas, pour Arch je ne sais pas )

      Mais si je veux installer un Linux ( le même que précédemment ) sur mon PC portable Toshiba, toujours en mode UEFI, alors la c’est une toute autre histoire. C’est même une galère sans nom. Un truc à s’arracher tous les cheveux ou qui donne envie de balancer le PC par la fenêtre lol

      Bref, il n’y a dans ce domaine pas de tuto universel possible, c’est au cas par cas.

      1. Tu as parfaitement résumé la situation. C’est trop aléatoire car il y a 15 trillions (ou presque) d’interface de gestion des fonctionnalités de la carte mère 🙁

        Pour Archlinux, c’est presque aussi simple, sauf pour la ligne de commande concernant grub. Mais pour ma première installation d’UEFI en dur, j’ai choisi la facilité en passant par une ISO Anarchy… On verra quand j’aurai acquis suffisamment d’expérience pour tenter l’installation à la mimine 😀

  7. ‘LLo,

    Farpaitement, surtout quand on a banni le ntfs de sa babasse, & de + pourquoi s’embêter avec cette usine à gaz de grub alors qu’un SIMPLE bootloader comme syslinux gère à merveille un multiboot linuxien (faut juste limiter la valse des kernels chez qui le permet ou éditer..!).

    + que deux/trois ans (sur le neuf), pfuuu..!

  8. bonjour ,

    perso processeur j’aurai hésité entre le 1500 ou 1600 Ryzen ,

    alors c’est très récent tu as de la chance si cela passe côté Archlinux , par encore intégré dans Manjaro mais cela ne devrait pas tarder

     

    attention bien que Meltdown ne concerne pas ce processeur , tu aura le droit au mise à jour bios & microcode , donc Bios pour UEFI il vaut le mieux l’avoir dans sa poche !

     

     

  9. Toi qui voulais changer de crèmerie après des générations d’AMD, hein 😀 (sinon éclate toi bien, j’ai vu les capacités de l’engin, c’est pratiquement au niveau de mon core i7 2600 qui rox encore du poney même s’il commence tout doucement à montrer ses limites dans certains jeux).

Les commentaires sont fermés.