Le monde du libre actuel part en couilles ? Conclusion : tout va très bien…

Oui, pour la conclusion de cette série, je reprends le titre sortit par Ray Ventura et ses collégiens en 1935 :

Oui, je sais que le contenu est clairement à contre-sens du titre. Je tiens aussi à préciser que je ne publierai pas cet article sur le journal du Hacker comme je comptais le faire à l’origine. Il faut dire que ce genre de réactions me fait dire que les personnes qui ont tendance à produire de l’urine proche du zéro absolu sont légion dans le monde du libre.

Quoiqu’il en soit, après onze billets, j’ai pu tracer le tableau de l’aveugleument du monde du libre.

Entre les développeurs et les utilisateurs qui ne peuvent pas se sentir à cause de la proportion de cons et de connes dans chaque entité…

Entre les guerres intestines pour des points de techniques ou encore les communautés qui ne peuvent pas se sentir

Entre les développeurs qui passent à l’as les tests préliminaires, l’envie de garder un jouet pour geeks ou encore l’oubli que nombre de développeurs ont été aussi des débutants

On arrive à des résultats qui feraient bondir de rage le linuxien ou la linuxienne type des années 1990… À raison, j’y viens dans la suite de l’article.

On va passer à la comparaison obligatoire par la voiture. Imaginez que l’on vous propose une voiture. Mais on vous dit ceci :

  1. Nos fournisseurs de peintures pour les pays francophones font de la merde. On ne peut pas changer la couleur de la carrosserie, ça soude les portes et le coffre !
  2. Oui, nos véhicules proposent une aide de navigation basé sur le GPS, mais attention : il faut que vous le branchiez et que vous vous débrouillez pour les cartes !

Vous n’auriez pas envie de casser la gueule du vendeur ? Et pourtant, c’est ce qui se passe en gros avec les images ISO officielles de Manjaro Linux Xfce, du moins avec sa version 17.1.2.

Dans la vidéo ci-après qui dure 18 minutes, on se retrouve dans l’impossibilité de changer le fond d’écran (cf la couleur de la peinture) si on passe l’ensemble en français.

Le GPS ? Simplement qu’il y a un raccourci pour faire fonctionner les imprimantes, mais que le service CUPS n’est pas lancé et les outils complémentaires ne sont pas présents.

Certaines personnes me diront : c’est pas grave, ça se corrige. Mais pour un projet qui existe depuis 5 ans, peut-on excuser ce genre de bugs ?

Pour info, Pépito avait rapporté le bug des fonds d’écrans au moment de la première version release candidate de la 17.1, soit le 20 décembre 2017…

Voila à quoi on finit par arriver de nos jours.

Une distribution qui a le vent en poupe depuis plusieurs années et qui se permet de sortir son image ISO principale qui peut laisser sur le bas côté une partie non négligeable de ses utilisateurs.

Des commentaires dans la vidéo m’ont dit qu’il fallait soit modifier le thème soit viré un fichier… Est-ce à l’utilisateur ou au développeur de le faire ?

À moins qu’il soit plus important de travailler sur un projet d’ordinateur à 999£ que de déboguer correctement les images ISO pour tout le monde…

Philippe Scoffoni l’a précisé dans un article : avec un logiciel libre, les développeurs ne vous doivent rien. J’aurais tendance à dire au moins une chose : un minimum de respect, non ?

C’est ainsi que je conclue cette série d’articles. Ah oui, un dernier point : je suis sûrement connu pour être le pire casse-couilles du monde libre français. Je vous dirai simplement : « Vous n’aurez pas ma liberté de râler ! »

24 réflexions sur « Le monde du libre actuel part en couilles ? Conclusion : tout va très bien… »

  1. Oui, il y a bien un souci avec la live pour les fond d’écran avec les locale non us, encore que ça fonctionne en clic droit sur une image > définir en temps que papier-peint. Probablement un problème de lien.
    A noter aussi que Xkill fonctionne nativement (Ctrl+Alt+X) ce qui est assez pratique pour les sanguins…..
    Pour Cups, il sufit de faire un petit avant de cliquer sur l’icône du menu et ça passe ensuite sans rien installer.
    Certes ce n’est pas très sérieux, mais de là a dire qu’ils partent en couilles, je ne connais pas trop d’iso-usb aussi « Prête à l’emploi> ou « clé en main » pour rester dans la comparaison bagnole.
    Concernant le projet Sx, bah, ils ont droit de vivre vu que ce n’est pas avec les contributions qu’ils s’en sortent. Et puis , ça peut être utile à terme avec des constructeurs plus abordables qui proposent déjà des Ubuntu pré-installées.
    Cette équipe n’est pas très développées et aurait besoin de renfort. Je n’ai pas les compétences pour ça, mais je crois que tu les as ;)…

      1. Ça arrive les oublis. Mais le bug du fond d’écran qui traine depuis un mois, ça fait pas sérieux, c’est tout.

        Quant à aider l’équipe de Manjaro international ? Quand ils seront redescendus sur terre, et encore, j’aurai plutôt tendance à vouloir m’épiler les orphelines à la cire chaude que d’aider cette équipe après la période de mars-avril 2017.

    1. Le Must,
      Le problème avec une distro qui se présente comme grand public est qu’on N’A PAS A CORRIGER CE GENRE DU BUG…

      C’est en effet très facile de les corriger POUR CELUI QUI SAIT, c’est-à-dire celui qui n’est PAS le plus concerné par ce genre de distro…

      Pour un pur débutant, ce genre de conneries c’est l’abandon immédiat, non seulement de Manjaro mais de n’importe quel Linux (c’est-à-dire le retour à W….s !).

      C’est ce genre d’incompréhension qui me fait dire que nombre de développeurs – qu’ils soient bénévoles ou pas je m’en fous, quand on fait un boulot on le fait PROPREMENT ou on n’accepte pas à la base de le faire – sont des CONS incapables de comprendre que la majorité des utilisateurs potentiels prennent un O.S. comme un OUTIL destiné à produire quelque chose qui leur est utile immédiatement et non un cour de récréation pour geeks !!! Que ces utilisateurs se foutent éperdument de la technique et du « cambouis » informatique, comme la majorité des conducteurs – pour reprendre la comparaison de Fred – n’a aucune intention d’apprendre la mécanique pour pouvoir conduire…

      Tant qu’il y aura des abrutis pour soutenir le contraire, Microsoft et dans une moindre mesure Apple pourront rigoler tranquilles et régner sans partage ou presque sur le monde du Desktop !

      Enfin, EN UNE SOIREE l’équipe de Tux N’Vap, via Baba Orhum, a su transformer (alors qu’elle n’était encore qu’un projet) l’élucubration de Manjaro International destiné aux seuls ordinateurs British de luxe avec laquelle ils se sont acoquinés en une OEM universelle fonctionnelle utilisable par n’importe quel constructeur !!! (ce qui était réputé infaisable par les promoteurs de la Manjaro Sx !!!).

      Preuve que ce projet était et est toujours quelque chose de peu sérieux…

      Enfin et pour en revenir au fond, il serait à la fois souhaitable que l’équipe Manjaro International se re-concentre sur son projet de fond et évite de proposer à des débutants et des personnes non intéressées par la technique informatique qui sont les cibles privilégiées de ses efforts des ISO boguées de manière aussi trash et que les efforts de développeurs du libre, au lieu de perpétuellement réinventer la roue (les moins doués en produisant même des carrées) se portent désormais sur la diversification et l’amélioration des applis disponibles plutôt que sur la xième DGLFI (pour reprendre le sigle en forme de néologisme de Fred)…

      Lambda

      1. @Lambda
        « Le problème avec une distro qui se présente comme grand public est qu’on N’A PAS A CORRIGER CE GENRE DU BUG »
        « Pour un pur débutant, ce genre de conneries c’est l’abandon immédiat, non seulement de Manjaro mais de n’importe quel Linux (c’est-à-dire le retour à W….s !). »
        « C’est ce genre d’incompréhension qui me fait dire que nombre de développeurs – qu’ils soient bénévoles ou pas je m’en fous, quand on fait un boulot on le fait PROPREMENT ou on n’accepte pas à la base de le faire – »
        personnellement je ne peut que dire excellent/10

  2. bonsoir ,

    je vais tout de même ajouter certaines choses concernant la 17.0.6 et la 17.1.1 ,
    on a eu depuis début de l’année pas mal de modifications assez urgente ,
    sans parler des incessantes évolutions provenant d’ArchLinux de fin d’année
    et du nettoyage des dépôts ,

    mais j’ai l’impression que cette fois-ci cela tombe mal , et les habituels testeurs ont eu le droit aussi pour cette fin d’année 2017 a des vacances.

    c’est pas si simple de gérer tous les dépôts de Manjaro ,
    Jonathon essaye de suivre pour la partie manjaro32 est c’est pas evident ,
    je pense qu il va falloir du renfort en maintenance des dépôts et tests / recette des isos.

    c’est mon avis perso , mais à travers le forum manjaro.org , c’est pas tous les jours simple à traiter.

    côté Equipe Dev / Mainteneurs , avoir s’il faut une équipe de Testeurs/Valideurs , mais cela impose ici des automatisation de scripts pour les tests pertinents

    1. Salut.

      Je vais t’exprimer le ressenti que j’ai eu pour les versions 17.0.x finales et la 17.1. Une impression qu’il fallait sortir quelque chose à tout prix.

      Il est vrai qu’il y a eu le grand nettoyage de fin d’année chez Archlinux. Il est vrai aussi que les vacances de fin d’années ont joué. Cependant, l’arrivée d’un projet parasite et chronophage – sans oublier hors de prix – comme Manjaro SX n’a pas aidé.

      Oui, et je le répéterai ad-nauseam, Manjaro SX ne sert à rien. Il est chronophage et mange des ressources qui auraient pu être employées à traiter les putains de bugs qui empoisonnent la vie des utilisateurs de la distribution qui seront à 99,99% des personnes ayant téléchargées une ISO.

      Manjaro 32 ? Un coup on bazarde l’architecture, un coup on la récupère. Ça fait brouillon.

      Le projet Manjaro commence à prendre de l’importance. Sans une équipe de béta-testeurs à temps plein dans les périodes qui précèdent les sorties, les emmerdes s’accumuleront. Je dis ça…

      Mais il y a aussi le fait d’avoir trop d’ISO à gérer en même temps ; les communautaires ne devraient-elles pas être développée par des volontaires de la communauté et non par des développeurs sur leurs temps libres ?

      C’est le grand foutoir dans ce domaine. Du moins, quand on est en dehors du petit monde des développeurs, c’est l’impression que l’on en a.

    2. Tu confirmes l’impression que me donne Manjaro depuis le début.
      Une distribution avec des ambitions énormes mais avec des moyens humains sous dimensionnés.
      A partir de la, et histoire de rester crédible 5 minutes il n’y a que 2 solutions :
      – recruter des personnes
      – limiter l’offre
      Je pense que la 2ème solution est la plus facile à mettre en œuvre. Bref, il est temps pour tout le taf de redescendre sur terre et d’arrêter la surenchère dans les variantes de Manjaro.

    3. Bonsoir,

      Personnelement de mon avis je comprend qu’il y a eu pas mal de choses à faire et que c’était une période de fête et que l’équipe de Manjaro soit sous l’eau.

      Mais ce que je trouve moins normale c’est pourquoi l’équipe de Manjaro se disperse dans le tout et n’importe quoi alors qu’on voit déjà que 3 « saveurs » officiel est dur à gérer.

      La non seulement il y a les 3 saveurs officiels à gérer mais en plus Manjaro Architect, Manjaro SX, + les ribambelle de manjaro communautaire non officiel auquel l’equipe de dev contribue grandement et dernièrement la Manjaro32.

      Ah un moment il faut arreter les betises. La solutions à ce genre de problèmes est de soit augmenter l’equipe de dev (ce qui est compliquer en soit), soit se recentrer et limiter les saveurs.
      Tout du moins l’equipe pourrait juste se focaliser sur les Manjaro saveur officiel + la SX (vu que c’est leur projet commercial qui les fait vivre) et à la limite Manjaro32. Et tout le reste que ce soit Manjaro Architect + les communautaire tu les rend à la communauté en ne fournissant aucun support tant que l’equipe de dev actuel est dans cette dimension la.

      Après si l’equipe Manjaro arrive à grossir avec le temps elle pourrait de nouveau reprendre des saveur communautaire sous son joug (voir les passer en officiel) mais en attendant je pense qu’elle devrait se limiter à ses capacités de production.

  3. @Mudochon
    « Tu confirmes l’impression que me donne Manjaro depuis le début.
    Une distribution avec des ambitions énormes mais avec des moyens humains sous dimensionnés. »

    Je n’utilises pas Manjaro. Mais je me demande si ce n’est pas le souci dans bcp de projets du libre, notamment bcp de distros.
    Je constate que chez Debian, on augmente le nombre de bureaux disponibles. Mais d’un autre côté passablement de gens râlent sur des bugs « basiques » affectant Debian Stretch (n’essayez pas de modifiez vos sources avec une interface graphique genre Muon, Apper ou Synaptic).
    Question : est-ce indispensable de proposer des ISO’s live pour 6 environnements de bureau et d’en proposer au moins 6 autres dans les dépôts ?
    N’a-t-on pas un problème de priorités ?

  4. ‘LLo,
    Ouaip, mais si la guerre des clans & le prosélytisme qu’elle induit s’arrêtait seulement aux distros, cela se saurait:
    Quid du sempiternel « Plasma is great », non gnome c’est mieux ! -> Qt vs Gtk, du xfce trop vieux car pas encore complètement en gtk3, du mate parce que c’était mieux avant..?
    Moi qui me « construit » mes isos/distros comme un grand (car cela m’amuse & m’occupe !) avec un dE un brin passé de mode mais qui tourne comme une horloge (mais pas trop chez Arch, pfuuu..!) car extremmement stable en rolling (une de mes premières E-moutures 5 ans d’âge enterrera certainement le 7200 trs/mn qui la supporte) , cela me fait beaucoup rire & les « propriètaristes » curieux qui regardent ça ne doivent pas être en reste !
    Mais une distro pas trop « nichesque » est donc bien obligée de suivre pour essayer de correspondre à tous les goûts & avec les moyens humains dont elle dispose…
    Le distro/DE-hopping compulsif sont amha le double mais premier défaut qu’entraine une trop grande diversité !

  5. Je me suis régalé.

    Tout y est :

    – la violence et la Sainte colère d’un Savonarole au meilleur de sa forme,
    – le commentaire d’un Saint Pierre de circonstance qui prétend ne rien piger, (épisode n° 11)
    – l’argent de l’international, peut-être pour un projet qui ne servirait à rien,
    – du sexe pour l’ambiance : doigt d’honneur, gorges profondes ( as blowjobs, my God !),
    et Manjaro annus horribilis…

    Après cela ne nous étonnons pas de l’affluence sur ce blog à nul autre pareil…

  6. Justement, c’est cela qui est noble et magnifique en ces temps de boutiquiers avides.
    J’apprends beaucoup par ces lectures.
    Ainsi nous joignons l’utile à l’agréable, nous, les ravis de la crèche…

  7. Salut,

    Je viens de découvrir le blog et je voulais rebondir sur ce message.
    Si je trouve que tu soulignes pas mal de points qui, pour moi, sont aussi rédhibitoires pour que linux soit + adopté par la population, je pense que tu sous estimes aussi un autre point qui est celui du marketing et de la communication.
    Il faut que l’OS fonctionne facilement, mais il faut aussi qu’on en parle et je pense que l’initiative avec station X est une bonne chose de ce coté la. C’est peut être voué à l’échec mais ça essaye au moins de s’avancer, un peu, sur les part de marchés des utilisateurs Mac.
    Ce n’est pas nécessairement un mauvais chemin pour que linux se développe. Typiquement, même si ce n’est pas spécialement mon genre, si j’achetais leur produit et que je le montrais aux fans de Mac os je pense qu’il pourrait être séduit.
    Par contre il faut évidement que l’on puisse changer de fond d’écran sans avoir de bug.
    La pour moi il y a peut être une contradiction avec la nature même de Manjaro basé sur Arch. Est ce que la nature même de cette distribution n’est pas assez stable pour être grand publique (du fait qu’ils aient aussi des moyens humains relativement réduit)? Et du coup il aurait peut être mieux valu un OS basé sur du debian/Ubuntu.

    Pour ça qu’il faut avancer sur les deux tableaux pour que cela fonctionne. La communication est une clef importante si ce n’est la clef principale de l’adhésion d’un plus grand publique (qui je pense passe même avant la qualité du produit) et aujourd’hui, en dehors d’un petit monde, très peu de personnes connaissent linux (au mieux de nom et avec une vision de quelque chose de difficile).

    1. Bonjour.

      Si on veut démocratiser réellement le logiciel libre, il faut le rendre disponible avec des machines abordables et ne pas loucher sur le marché des machines qui coûtent un oeil, un rein et un bras.

      Le problème de l’OEM, que ce soit avec du rolling ou du fixed, c’est au bout d’un certain temps devoir se taper une somme monstrueuse de mises à jour.

      Des machines comme l’Ekimia Drift 13,3″ à 769€ sont largement plus abordables et surtout sont déjà disponibles, contrairement au projet Spitfire qui – en dehors d’une photo – ne sont pas visibles ni touchables. http://www.minimachines.net/actu/ekimia-drift-58992

      Des sites comme https://www.pclinuxfr.com/ ou encore https://www.linux-shop.fr/ voire System76 en Amérique du Nord sont largement plus abordables et réalistes.

      Après, si on considère que draguer une minorité friquée est la première chose à faire… 😀

      1. La différence de prix est dans les 25% (869 euro) face à 999 livres (à même puissance). Ce n’est pas rien, mais c’est assez classique sur le marché des ordinateurs. C’est typique d’une offre « premium ».
        La question à se poser , pour moi, n’est pas de savoir si draguer une minorité ayant de l’argent est primordiale, mais plutôt si ça peut fonctionner.
        La réponse est probablement peut être. Je préfère, même si je ne suis pas partisan des « hautes » gamme façon apple, au moins essayer.
        Viser un publique de jeune ingénieurs/informaticiens par exemple me parait pas totalement dénué de sens pour du linux. Ils ont souvent assez d’argent pour s’acheter ce genre de machine et peuvent être sensible au marketing de ce style.
        Dans un monde idéal il faudrait que le prix soit plus raisonnable, mais malheureusement le marché des ordinateurs va s’orienter vers ce qui plaît en priorité.

        Pour les OEM ça concerne de toute façon tous les OS non? que ça soit Windows, ou apple il y a toujours des mises à jour.

  8. Hello,

    De toute façon, un produit grand public, basé sur du rolling… Faut oublier, même Microsoft, qui as quand même une force de développement considérable, réfléchit à faire marche arrière.

    Concernant les mises à jour, elles seront de toutes façon plus importantes sous rolling que sous une fixed.

    A titre personnel, ce qui n’en fait pas un dogme, on es d’accord, j’ai une fixed pour le « sérieux » du quotidien, et une Tux N’Vape Gnome Light pour le fun.
    (Dommage que cette saveur sois mise de coté, mais je comprend parfaitement les ressources que cela demande…)

    Avec ma bonne vieille fixed, 36 mois sans pépins, rien, même pas un petit truc, une vrai horloge….
    Les temps de maintenance sont ridicule, et les mises à niveau annuelle sont faites le temps d’un diner..

    Sous une autre rolling, mon serveur X est partis en vacances lors d’une mise à jour, il m’as envoyé une carte postale depuis, pour me dire qu’il allait bien, et qu’il reviendrais bientôt !! 🙂
    J’éviterais de parler de Pulse…. En arrêt maladie…

    J’imagine une personne ayant acheter sa machine, se retrouvant dans cette situation…

    Après, il n’y a pas de mystère, a part les « grands noms », Debian, Ubuntu, openSUSE, RedHat etc etc, les capacités de développement sont plus que réduites, et une entreprise préféreras se diriger vers eux pour du support….

  9. ‘LLo,
    « Viser un public de jeunes ingénieurs/informaticiens par exemple me parait pas totalement dénué de sens pour du linux. Ils ont souvent assez d’argent pour s’acheter ce genre de machine et peuvent être sensible au marketing de ce style. »
    & pour les moins riches mais les + audacieux (voire bricoleurs) d’entre eux, importer en direct depuis l’empire du milieu un « macbook air 13 like » dont le nom commence par X & finit par I, serrer un brin les fesses en attendant qu’il arrive (puisque que pour bénéficier de son prix indécent ~600€, il ne faut pas choisir le mode de livraison le + rapide !) mais une fois le joujou arrivé:
    Plugger directe une usb & formater sans même réfléchir du ntfs en chinois (à ce prix quel plaisir) pour y coller une manjaro (je n’ai personnellement essayé que celle là mais les majors fonctionnent aussi, semble-t-il) qui tourne dessus comme un charme !
    & le clavier qwerty ne devrait pas les géner longtemps (s’ils passent leur temps à coder /développer…), dans le cas contraire, il y a moultes solutions pour retrouver un simili azerty &/ou les caractères accentués !
    Donc peut-être que finalement oui, l’OEM(anjaro) n’est pas le meilleur choix à tous les niveaux, mais je ne vois pas bien en quoi cela affaiblirait les ressources humaines de la distro & SI une partie de la différence de prix relevée + haut leur revient, cela ne serait amha qu’un juste retour (si cela se vend !) pour avoir domestiqué un brin une Arch depuis cinq ans.

  10. Je consulte très souvent le blog de Fred et j’aimerais apporter mon point de vue de « néophytes béotiens ».
    A titre d’avant propos, pour vous faire une idée d’où je me situe niveau « info » : je suis utilisateur « un peu avancé » de Windows (installation/réinstallation, partition, déplacement fichiers persos, ghosts, un peu de réseau et de montage hardware).

    Par curiosité, j’ai essayé de me mettre à Linux histoire de pouvoir faire tourner de vieux ordinosaures pour le compte d’une asso. Et nom de dieu…qu’est ce qu’il faut être curieux pour s’y retrouver.
    Primo, on vous balance plein de notions à la face en titre d’intro pour le choix de votre distribution (le cas présent c’était assez facile : j’avais des contraintes d’ordre matériel).

    Ensuite, on entend tout et son contraire : cela oscille entre le barbu qui ne jure que par la ligne de commande qui t’explique que tu vas devoir compiler alors que tu n’as jamais encore mis les doigts dans le terminal et l’utilisateur sympa qui t’assure que ZorinOS c’est super pratique.

    Ensuite, une fois la distribution installée, un plantage est bien vite arrivé : et la rebelotte ! dois je faire mes mises à jour ? Une fois on me dit de tout mettre à jour, une autre on me dit qu’un Kernel trop récent sur un vieux tromblon, c’est s’exposer au risque.
    Mais moi, ma bonne dame, je viens de Windows ! Le pays ou la mise à jour est chaudement recommandée (bien que parfois foireuse !)

    Après 18 mois de bidouille, j’ai finalement commencé à dompter tant bien que mal la bête. J’utilise aujourd’hui quotidiennement un très vieux MacBook sous Linux Mint…en complément d’un fixe sous Win 10.

    Mes quelques réflexions jetées en vrac :
    Je suis étonné de constater que « Out of the box » soit un peu une sorte de gros mot dans les forums et que lorsque j’explique mon cas, on me dise « potasse et bricole ». Personne ne lit plus le manuel de mise en route de son PC, pensez-vous vraiment que l’utilisateur lambda va se lire le manuel d’installation de son OS ?

    Et si on lorgnait un peu sur les pros ?
    Au boulot, tous nos postes sont Windows (nous utilisons des softs métiers dispos uniquement sous cet OS et bien sur nous sommes friands de la suite Office). Nos serveurs web : idem, sous Windows (toujours l’appli métier) et ce n’est pas prêt de changer. Lors du renouvelement de notre soft, 90% des propositions qui nous ont été faites faisait tourner leurs outils sous Windows.

    D’un point de vue purement mathématique : à quelle part de la population s’adresse Linux aujourd’hui ? Quel est l’objectif de la communauté en matière de développement/élargissement de la base d’utilisateurs ?
    – Le grand public ? Je vous souhaite bon courage si vous tentez de convertir quelqu’un à ce type d’environnement
    – Les joueurs friands de gros ordis tuning ? La proportion de jeux disponibles sous Linux est encore faible (bien qu’en très nette progression)
    – Les TPE et PME ? Courage pour nous faire quitter nos clients lourds Windows et la suite Office
    – Les grands groupes ? Courage aux DSI qui va devoir expliquer aux cadres sup’ pourquoi ils ne pannent rien au fonctionnement de leurs nouveaux ordis ou changer l’architecture des serveurs métiers

    Il reste qui ? les 15% d’admin sys Linux. Parceque lorsque je regarde les formations d’école type Epitech et autre…les commerciaux Microsoft ont bien fait leur boulot et on apprend aux étudiants à bosser sur du Windows Server. Peu de futurs jeunes développeurs pros sont au final formés sous Linux.

    Linux en l’état est un joujou élitiste. Mac cible et restreint sa base d’utilisateur via un critère « prix » Linux restreint sa base via un critère de « compétences ».

Les commentaires sont fermés.