Le monde du libre actuel part en couilles ? Épisode 11 : les guerres claniques…

Pour ce onzième épisode de cette série de billets gueulantes, j’ai envie d’aborder un des cancers du monde linuxien : la guerre des clans… Comme fond sonore, l’excellent deuxième album des français d’Alwaid, « The Machine and The Beast ».

Vous avez pu comprendre que si j’ai sorti du bon gros metal symphonique, c’est que je vais sortir l’artillerie lourde… Oui, mais avec la diplomatie qui caractérise le méchant tonton Fred 😀

S’il y a un monde qui est traversé par l’existence de clans rivaux, pour ne pas dire un monde balkanisé (au sens historique de la poudrière des Balkans qui a servi de prétexte à la première étape du suicide de l’Europe entre 1914 et 1918), c’est celui du logiciel libre.

Il y a deux grandes familles : la famille linuxienne et celle des BSDs libres. Chacune se subdivise en plusieurs sous-familles. Celle des BSDs libres est plus simple, car on peut la schématiser ainsi :

  1. Les fans de la sécurité avec OpenBSD.
  2. Les fans du « ça fonctionne partout », même sur les grilles pains connectés avec NetBSD.
  3. Les fans du « on reste accessible au plus grand nombre » avec FreeBSD.

On pourrait dire que le monde linuxien est coupé en deux, entre les promoteurs des distributions en rolling release (publication roulante) et fixed release (publication à date fixe).

Mais ce serait encore trop simple. Le monde du libre est aussi l’expression du proverbe shadok : « Pourquoi faire simple quand on peut faire compliqué » ?

En dehors des deux sous-familles, il y a les personnes qui ne jurent que par les paquets deb, d’autres les paquets rpm. Certains ne jurent que par la Slackware, d’autres par les distributions où il faut tout compiler depuis le code source et peu importe que la moindre mise à jour un peu importante demande plusieurs heures d’attente…

Il y a les personnes qui ne jurent que par les distributions mères (ArchLinux, Debian GNU/Linux, Fedora, Gentoo, Slackware principalement), d’autres par leurs versions simplifiées respectives les plus connues (Manjaro Linux, Ubuntu, Korora, Calculate, Salix principalement).

Bien entendu, la liste ci-dessus n’est pas exhaustive. Mais ce serait sans compter sur les prêtres des différentes chapelles préchant pour convaincre le maximum de personnes. Parmi les blogueurs francophones, du moins ce qu’il en reste en 2018 ?

Autant dire que le bilan n’est pas des plus variés. On reste dans les grandes familles. On pourrait me répondre que je fais la promotion à tout crin d’Archlinux via mes guides.

Mais j’ai toujours essayé sur mon blog de parler des différentes familles au fil des années. Je n’ai pas oublié que j’ai commencé avec Slackware en 1996, et que j’ai connu nombre d’antiquités comme la Kheops par exemple 🙂

Et comme je le précise dans les vidéos parlant du projet Anarchy Linux ou sur celles qui parlent d’Archlinux et de ses dérivées, ce ne sont pas des systèmes à mettre entre toutes les mains…

Même si je considère que le modèle fixed release a du plomb dans l’aile avec l’accélération des sorties de logiciels (6 à 8 semaines pour les navigateurs internet, 6 mois pour les environnements de bureaux ou pour les suites bureautiques), le modèle rolling qui essaye de prendre en compte la dite accélération n’est pas mieux, car il est plus chiant à gérer au niveau des mises à jour.

Aucun modèle de publication n’est parfait. Ni aucune distribution quelles que soient ses caractéristiques. Il y aura toujours des distributions qui ne servent à rien et ne sont que des parasites mais se lancer des anathèmes à longueur d’années, c’est de la connerie pure et dure. Cela ne fait que montrer un monde du libre digne d’une cours d’école maternelle qui se disputerait pour un sac de bonbons.

Je ne m’attends pas à révolutionner le monde du libre avec cet article, il est sur certains plans bien trop cassé pour l’être 🙁

Allez, bonne journée malgré cet article !

33 réflexions sur « Le monde du libre actuel part en couilles ? Épisode 11 : les guerres claniques… »

  1. Je trouve que cette vision négative relève plus de la posture que d’une réelle analyse.
    D’abord parce que si les différents sites cités font la promotion d’une distribution, il me semble que leur objectif premier n’est pas de dénigrer les autres.
    Ensuite et surtout pare que cette diversité est le propre du libre. C’est son ADN !
    Évidemment, on ne trouvera pas plusieurs distributions de Windows X !
    Et je me demande, comme lors d’un précédent article, qui cette diversité peut bien gêner. Elle n’empêche pas certaines distribs majeures d’êtres mures et à la portée du plus grand nombre (bien plus que Windows d’ailleurs !), le frein principal à l’adoption du libre étant que les PCs sont presque tous livrés avec Windows (cela change un peu). J’ai l’impression que l’on joue les Cassandre alors que si l’on prend un peu de hauteur historique, l’informatique est très récente, et le libre vient de naitre. Dans cent ans, on considèrera sans doute que nous avons vécu une période formidable, celle des pionniers… Et nous jouons les grincheux.
    Cela me fait penser à cette solution pour vaincre le racisme : ne conserver que les personnes blanches !
    Cette diversité me semble une excellente chose ; Quant aux multiples distributions plus exotiques et sans grand intérêt, elles disparaissent d’elles-mêmes !

    1. Le commentaire que j’attendais avec impatience 🙂

      D’abord parce que si les différents sites cités font la promotion d’une distribution, il me semble que leur objectif premier n’est pas de dénigrer les autres.

      Je suis d’accord. Mais comme je l’ai précisé dans la deuxième partie de l’article, il y a des blogs et j’ai bien dit blogs qui sont dans la promotion d’un projet donné. Parfois en tombant dans la mauvaise foi et l’idéologie, le plus souvent involontairement.

      Ensuite et surtout pare que cette diversité est le propre du libre. C’est son ADN !

      Sa force ET SA PLUS GRANDE faiblesse. La diversité finit par disperser les efforts.

      Et je me demande, comme lors d’un précédent article, qui cette diversité peut bien gêner.

      J’ai répondu au dessus. Mais évidemment, cette notion de gâchis de ressources et de dispersion des efforts est un fantasme, c’est bien connu ! 🙂

      le frein principal à l’adoption du libre étant que les PCs sont presque tous livrés avec Windows (cela change un peu)

      C’est un des freins principaux. Mais la multiplication ad-nauseam des projets clones, ça n’aide pas.

      J’ai l’impression que l’on joue les Cassandre alors que si l’on prend un peu de hauteur historique, l’informatique est très récente, et le libre vient de naitre. Dans cent ans, on considèrera sans doute que nous avons vécu une période formidable, celle des pionniers… Et nous jouons les grincheux.

      Le libre a un tiers de l’âge de l’informatique. Il est tout sauf naissant. Donc, l’argument de la jeunesse, ça tombe un brin à la flotte.

      Cela me fait penser à cette solution pour vaincre le racisme : ne conserver que les personnes blanches !

      Point racisme ? Atteint. Je disais simplement qu’il faut arrêter les querelles de clochers et autres guerres intestines.

      Le problème n’est pas la diversité, c’est son côté explosif. Quel besoin d’avoir une Cubuntu alors que LinuxMint fait le taf ? Une Cucumber Linux alors que Slackware fait le taf ?

      Quant à la conclusion, je suis en complet désaccord. Cf des projets comme Artix (qui n’apporte qu’une forme d’intégrisme idéologico-technique), Cucumber Linux, Cubuntu (qui est le clone de la recette de la LinuxMint), etc…

      L’auto-disparition des distributions inutiles est fausse. Tout comme le principe du ruissellement des richesses ou de l’auto-équilibrage des marchés.

      1. Une suggestion de lecture complémentaire, c’est les pages 21 – 27 du premier chapitre de mon bouquin « Débuter avec Linux », où je tente une classification descriptive (et non pas prescriptive) des distributions. Je précise aussi que j’utilise principalement CentOS parce que c’est celle qui correspond le mieux aux besoins de ma boîte, notamment le support longue durée, et parce que j’aime bien le principe d’utiliser la même chose sur les postes de travail et sur les serveurs. Si maintenant cette distribution venait à disparaître, je resterais un homme heureux même si je devais utiliser autre chose. Que ce soit (dans l’ordre de préférence perso) Slackware, Debian, FreeBSD, openSUSE, Gentoo, Arch, Alpine, Crux, peu importe.

        https://blog.microlinux.fr/wp-content/uploads/2017/10/debuter-avec-linux-chap01.pdf

      2. > Le commentaire que j’attendais avec impatience.

        Je ne pensais pas prendre le temps de l’écrire, mais comme je savais que tu l’attendais… 🙂

        > Le libre a un tiers de l’âge de l’informatique. Il est tout sauf naissant. Donc, l’argument de la jeunesse, ça tombe un brin à la flotte.

        Je parlais de prendre de la hauteur historique… L’informatique ET le libre sont naissants.

        > Point racisme ? Atteint. Je disais simplement qu’il faut arrêter les querelles de clochers et autres guerres intestines.

        C’était une simple analogie, le point Godwin serait atteint si je pensais que ton opinion fait de toi un affreux nazi. Je me demande tout de même si tu n’es pas favorable à l’eugénisme dans le libre ? 😉

        > L’auto-disparition des distributions inutiles est fausse. Tout comme le principe du ruissellement des richesses ou de l’auto-équilibrage des marchés.

        Je suis d’accord pour les marchés, ou la richesse que l’on cherche rarement à partager… Le créateur d’une distrib aura généralement intérêt à la partager, et si ça ne fonctionne pas, elle disparait d’elle même… Cubuntu est-elle réellement active ? Même si c’est le cas, c’est que certains y trouvent de l’intérêt, et c’est tant mieux ! Quant à ses concepteurs, s’ils ne proposent rien de mieux que ce projet, c’est sans doute qu’ils n’en sont pas capables, et la Grande Oeuvre du libre ne perd rien à ce qu’ils s’amusent dans leur coin ; ils ne font qu’exercer l’une des libertés du logiciel libre, ça leur permettra peut-être de progresser et proposer mieux la prochaine fois…

        1. L’informatique naissante ? Si on compare aux autres technologies humaine. Mais en comparaison d’une vie moyenne, c’est déjà vieux.

          C’était une simple analogie, le point Godwin serait atteint si je pensais que ton opinion fait de toi un affreux nazi. Je me demande tout de même si tu n’es pas favorable à l’eugénisme dans le libre ? 😉

          Pas de l’eugénisme : simplement détruire à vue les projets qui n’apportent strictement rien.

          Le créateur d’une distrib aura généralement intérêt à la partager, et si ça ne fonctionne pas, elle disparait d’elle même…

          Tu veux qu’on reparle de la saga de PearOS ? Car dans le genre DGLFI, c’était du caviar.

          Cubuntu est-elle réellement active ? Même si c’est le cas, c’est que certains y trouvent de l’intérêt, et c’est tant mieux !

          En plagiant un projet qui fonctionne et en proposant une usine à gaz, c’est intéressant pour l’ensemble du monde du libre ?

          Quant à ses concepteurs, s’ils ne proposent rien de mieux que ce projet, c’est sans doute qu’ils n’en sont pas capables, et la Grande Oeuvre du libre ne perd rien à ce qu’ils s’amusent dans leur coin

          En gaspillant du stockage serveur, de la bande passante et de l’énergie qui aurait pu être employés dans des projets sérieux qui manquent souvent de main d’oeuvre.

          ils ne font qu’exercer l’une des libertés du logiciel libre, ça leur permettra peut-être de progresser et proposer mieux la prochaine fois…

          Je te répondrai alors : tout le monde peut sauter à l’élastique depuis le pont du Gard… Mais pourquoi tout le monde ne le fait pas ?

          Pour reprendre Manon Roland, « Ô Liberté, que de crimes l’on commet en ton nom ».

          Quant à proposer mieux ? À l’impossible, nul n’est tenu. Tu diras que je suis aigri, mais j’en ai juste ma claque de voir les mêmes conneries répétées à longueur d’années.

  2. Salut, Fred….
    Je pense que les mecs (moi y compris) peuvent promouvoir ce qu’ils aiment dans ce qu’ils utilisent..
    Tout en suivant l’actu des distributions dites « Phares »…. (Mint-Ubuntu- etc…)
    Je pense aussi que pour la plupart des blogueurs , reproduire plus ou moins les mêmes billets que leurs collègues ( un type de boucle style perroquets) est complètement inutile (à un moment, t’en a un peu plein cul de parler toujours de la même installation, de la même distribution et des mêmes tests que les 3 billets de collègues, qui sortiront le jour de la publication avec avis définitif une fois par an ou tous les 6 mois…). Comme parler de distributions sans aucun intérêts.. Certains aiment, d’autres pas…
    C’est ça aussi la variété 🙂

    1. Salut !

      Ce que j’apprécie dans tes billets – et c’est le cas avec quelques collègues blogueurs – c’est que tu n’es pas dans la promotion à tout crin.

      Les grosses distributions qui sont dans leur train-train depuis des années, quel intérêt ? Je préfère parler des distributions moins connues mais qui ont du potentiel.

      Cependant, sachant que rien n’est éternel, je ne préfère pas activer le mode « prosélyte ».

      Aucune distribution n’est à l’abri d’un coup dur et peut disparaitre du jour au lendemain en laissant la clé sous la porte 🙁

      1. Oui, on est bien d’accord
        Et comme tu le dis souvent, je trouve que la dispersion est à double tranchant… La variété est fabuleuse mais les projets qui font simplement du « relooking » m’agacent fortement…
        Parfois, on dirait un moteur à énergie ET à pertes perpétuelles…

  3. Je ne sais pas bien si j’ai bien compris l’article (apéro arosé lol), mais voilà ce que j’ai à dire :

    J’ai ma philosophie du monde libre. Chacun à sa propre philosophie.
    La mienne un peu radicale certes, le libre doit être libre dans tous les sens du terme, open source, gratuit, et ne devrait pas être utilisé pour de la revente.
    Tous les OS libres ne sont peut-être toutes bonnes, mais elles méritent de respecté ceux qui les pondent.
    Chacun a sa distribution préféré, mais on doit tous se respecté.
    J’aime bien que les gens testent les distributions des autres, et donner leur avis avec pragmatisme sans pour autant descendre la dite distribution ou l’équipe qui en a la charge.

    Les guerres linuxiennes que je vois ci et là, franchement je trouve ça petit.

    1. Le libre n’exclue pas la possibilité de vendre du service ou du logiciel précompilé. Cf ce que faisait la FSF à ses débuts pour se financer.

      Je ne casse que rarement pour le plaisir. Si une distribution n’a strictement aucun intérêt par rapport à l’existant, je le dis. Si elle est finie à la pisse aussi.

      Les guerres linuxiennes sont non seulement petites mais chronophage au possible 🙁

    2. Bonjour,

      Je me permets de rebondir sur cette phrase :
      « J’aime bien que les gens testent les distributions des autres, et donner leur avis avec pragmatisme sans pour autant descendre la dite distribution ou l’équipe qui en a la charge. »

      C’est un trait de caractère qui m’agace fortement dans notre société actuelle. On peut donner son avis, mais il ne faut pas vexer. C’est à cause de ce genre de comportements qu’on se retrouve avec autant d’incapables dans le monde professionnel.

      Moi, j’attends un avis, tranché. C’est à cause des remarques dans le genre que tu viens de faire que je suis toujours sous Windows aujourd’hui. Cela fait des années que je lis des tests de distributions en attendant mon heure, et grâce aux gens comme toi, j’attends toujours.

      Enfin, j’attendais, car grâce au blog de Fréd, je sais où je vais aller.

      Faudrait peut-être en parler de ça non ? Des personnes qui savent pas donner un avis tranché. Car à mon sens, si le monde du libre part en couille, c’est principalement à cause des internautes. A flatter l’égo de certains, faire attention à ne pas froisser les gens, on se retrouve dans une de ces cacophonies mon gars.

      Enfin bref, ce n’est que le reflet du monde aujourd’hui… Un monde de faux-culs.

  4. C’est marrant parce que je n’ai pas l’impression qu’il y ai encore vraiment de guerres internes franches dans le monde GNU/Linux. J’ai peut être loupé un épisode… 😀

  5. « La variété est fabuleuse mais les projets qui font simplement du « relooking » m’agacent fortement… »

    Messieurs les blogueurs, au lieu de toujours autour des mêmes distri, tournaient vous vers celle qui propose de réelles changements et approfondissez leur fonctionnement, je pense par exemple a Gobolinux qui à fait le choix d’utilisée autre chose que le FHS comme structure (qui est de toute façon voué à disparaître).
    Car après tout, c’est votre rôle;les devs vous fournissent de la matière première(du moins certains et souvent ceux qui font le moins de bruit sont ceux qui fournissent le plus d’interêt), à vous de la dégrossir pour les utilisateurs.

    1. J’essaye de varier les (dé)plaisirs en parlant de projets peu médiatisé ailleurs. La GNU/Winux qu’est Gobolinux m’a toujours étonnée, soit dit en passant.

      Le FHS conserve ses grands traits, même si certains points ont disparu, comme la fusion des répertoires bin dont certains ne sont plus que des liens symboliques pour des raisons de compatibilités historiques.

      Les développeurs oublient souvent que sans les utilisateurs, ils ne seraient que des onanistes informatiques à se branler sur la beauté d’un code. Pisser du code, c’est bien. Lui donner un but, c’est mieux, non ?

      1. « Les développeurs oublient souvent que sans les utilisateurs, ils ne seraient que des onanistes informatiques à se branler sur la beauté d’un code ».

        Bon, j’ai dû faire chauffer mon ami google pour comprendre la définition de onanistes (merci d’enrichir mon vocabulaire). Ben en fait non. Parce qu’un devs est aussi un utilisateur alors qu’un utilisateur n’est pas forçement un devs; et c’est bien là le problème! Et c’est une des raisons qui font que souvent le simple utilisateur est oublié par les devs lors du design de leur soft. « Sa marche pour moi donc sa marche aussi pour les autres » et une des reflexions que tu peux le plus souvent entendre de la part des devs, ce qui est , a mon sens, pure ineptie.

        « Pisser du code, c’est bien. Lui donner un but, c’est mieux, non ? »
        Déjà si les devs pouvait justement arrêter de pisser du code, cela serait bien car , après tout, pisser est l’élimination des déchets du corps ; en gros on en veux pas.

        Mais je suis entièrement d’accord sur le fond du problème. La communication entre devs et utilisateur est loin d’être en symbiose. Le devs oublie l’utilisateur et l’utilisateur oublie les impératifs des devs (avec sa nous somme bien barré).

        Maintenant rajoutons par dessus cet part de l’humain incontournables (alors que nous pourriont nous en passer…si si) sur cette petite planéte bleu : l’égo. Bétises humaines dans tout sa puissance, et ceux, des deux « côtés du cercle ». Le devs, lui, se sent surpuissant par ces connaissances (qui, pour la plupart, la planque à double tour au fond de sa boite crâniennes…grossière érreur) et l’utilisateur qui pensent que la seule manière d’utilisé un desktop est la sienne. Voici une très bonne vidéo (avec un personnage qui est loin d’être un con autant au niveau études que des reflexions) explicative https://www.youtube.com/watch?v=UbLI4fgLh-4. (au passage regarder ces vidéos sur l’économie de la connaissance ou encore la blue economy).

        1. Pour le premier point abordé, je suis d’accord. Un développeur n’a pas forcément des notions d’ergonomie.

          Sur le deuxième point, je crains qu’avec des écoles à la « Epitech », « Epita » ou encore « 42 », des générations de développeurs qui pondent du code sans but ne soient légion 🙁

          J’ai abordé les problèmes de communications entre les deux entités (développeur et utilisateur) dans deux billets qui affirment qu’il y a des con(ne)s dans les deux camps.

          Sur ta conclusion, je te rejoins complètement !

  6. J’ai l’impression que tu t’es auto-attribué d’une mission divine, cherchant à purifier les distributions pour trouver la ou les distributions idéales, ce qui ne risque pas d’être le cas pendant longtemps (Désolé, je suis en train de suivre les chevaliers du Zodiaque contre Hadès).

    On ne va pas faire la même erreur que Microsoft ou qu’android, celle de fournir une interface unique ou l’on s’ennuie à force d’utiliser la même chose forever.

    Cela ne sert à rien de s’énerver, la loi de l’évolution permettra de mettre de l’ordre.

    Par exemple, gnome, sponsorisé à fond la caisse par redhat va manger petit à petit les environnements de bureau, avec ses technologies (Wayland, systemd, etc.), j’espère que KDE va contre-balancer la tendance.
    ( Oh mon dieu, je déteste gnome à cause de la suppression de fonctionnalités, mais pourtant je l’utilise, car c’est le seul que je supporte.)

    Mais j’aime bien les distributions GNU\Linux, chacun ses préférences.

    Il est vrai que les DGLFI sont un problème, mais combien de mainteneurs derrière ?
    Combien d’utilisateurs ?

    C’est une minorité par rapport aux utilisateurs des distributions principales, non ?

    Et heureusement que la diversité existe, on voit bien la nocivité de $£Windaube10£$ (Désolé, j’avais trop envie de la sortir, pour être un brin provocateur), moche, nul, trop complexe, trop de zones pour faire une escalade des privilèges, trop dangereux à utiliser.

    Sinon, tu ne serais pas là pour nous présenter des distributions Gnu\Linux.

    Depuis que j’ai migré sous Debian (mais cela peut-être Fedora, ou encore Tux’n’vape), j’aime bien la diversité, cette diversité permet de ne pas normaliser une distribution GNU\Linux en une seule, pour prendre le chemin de Microsoft Windows, non ?
    Des machines virtuelles contenant d’autres distributions permet de me divertir.

    1. Aucune mission divine, simplement j’aime à dire ce que je pense, même si cela déplait à certaines personnes ayant tendance à uriner en s’approchant du zéro absolu.

      Les DGLFI brouillent le message et retarde la démocratisation que pourrait avoir le logiciel libre car il a d’énormes qualités… Et d’aussi énormes défauts liées à ses qualités.

      Pour les technologies développées par RedHat, ne serait-ce que Wayland : combien de successeurs ont été développés au fil des années pour remplacer l’ancien X11 dont les bases datent du début des années 1980 ?

      La diversité ne doit pas mener à la dispersion, ni au grand n’importe quoi qui gangrène le monde du libre.

      L’unicité est un danger, mais la dispersion extrême aussi. On critique RedHat, mais sans lui et d’autres grosses boites, où serait le libre actuellement ? Devrait-on encore attendre le mythique GNU/Hurd ?

  7. J’ajoute à mon commentaire précédent que ceux font des DGLFI pensent pouvoir rendre populaire leur distribution afin de tirer une manne financière, en tout cas c’est mon avis, si on oublie le côté narcissique supposé des créateurs.

    Comme tu le fait remarquer, il y a une perte d’énergie, mais quelles modifications et quelles compétences ont les créateurs ? Surtout celles des DGLFI, Ils planteront au bout d’un moment…
    Néanmoins, tu m’as fait découvrir des distributions qui ont du potentiel, cela permettra d’étoffer l’offre des distributions GNU\Linux.

    1. Narcissique ou simplement pouvoir rajouter une ligne à leur CV pour les personnes travaillant dans l’informatique en général ?

      L’offre des distributions est largement suffisante. Je te demande juste : as-t-on besoin de 150 à 200 distributions GNU/Linux dans le monde bureautique ?

  8. « Ensuite et surtout pare que cette diversité est le propre du libre. C’est son ADN ! »

    C’est surtout son cancer. Nous, les gens, on ne veut pas du choix, surtout entre plus de 200 distributions. Non, on veut du standard, à la limite choisir entre Ubuntu et Mint, par exemple, comme on hésite entre Windows et MacOS.

    Et on ne veut pas se demander si demain le logiciel X développé par Y sera encore maintenu quand l’étudiant qui l’a lancé, devenue acteur de la vie active et marié avec enfant n’aura plus le temps de le maintenir… etc…

    Et bien sûr on ne veut pas l’installer, on le veut directement sur sa machine acheté à la Fnic/Emazone/Darta…

    Bref vous en êtes loin mais loin.

    A+
    Linux va disparaître chez les particuliers, c’est inévitable.

    1. Outre le fait que tu pousses le bouchon un peu loin, tu n’es pas loin de la vérité pour nombre d’utilisateurs et d’utilisatrices de base.

      Quant à la disparition du libre chez les particuliers, est-il vraiment apparu, en dehors du passage rapide de Mozilla Firefox ?

  9. Je ne suis pas devin mais il me semble avoir cerné l’idée maitresses de Fred.

    1er point :
    Le libre c’est bien mais ça part dans tous les sens (trop de créateurs mais pour des expériences créative de distri dérivées en solo au lieu de contribuer à des projets existants). Pour certains il semblerait qu’ils fassent fausse route en pensant jusye qu’ils sont géniaux alors qu’ils oublient de coller au pecno moyen (moi en l’occurrence, leurs distri ne m’intéressent quasiment jamais).
    A mon avis seul Ubuntu a su, au départ, intéresser les gens voulant essayer autre chose que Windows car son installation et son utilisation étaient simples.

    2ème point : rester sur les natives c’est bon pour les geeks mais compliqué pour le néophyte pour installer en toute simplicité, y’a toujours un pilote ou un bug à chercher et surtout trouver et savoir l’installer ! Là Windows est plus facile ! Donc Débian pas vraiment pour les débutants …

    3ème point
    A mon avis c’est les distri filles voir petites filles qui ont le vent en poupe comme :
    – Ubuntu et ses différents environnements
    – Mint ( ma 2ème distri dans l’ordre de mes attirances il y a quelques années)
    – Voyager (dérivé de Xubuntu : on aime on aime pas chacun ses goûts moi j’aime toujours )
    – DF Linux (impec pour les très vieux PC)
    – Manjaro (désolé Fred, je ne m’y suis pas fait pour l’instant)
    – Q4OS 2.4 baptisée Scorpion (bluffant de rapidité là aussi surtout pour un très vieux coucou et pourtant sous KDE)

    Voilà les bases des distri vraiment encore dans la bonne mouvance.

    1. Voyons si tu m’as découvert.

      Premier point : tu es assez proche de ce que je pense, sauf qu’Ubuntu a pris la grosse tête et s’est pris le retour du bâton avec ses « cavaliers seuls » qu’ont été Unity, Mir ou encore Upstart et Snap.

      Deuxième point : en gros, c’est cela.

      Dernier point : tu m’as dévoilé. Même si, et j’y reviens dans le billet de conclusion, les Manjaro officielles ont tendance à partir en cacahuète en ce moment, fin janvier 2018.

  10. Bonjour,

    « Chacune se subdivisent » –> subdivise
    « quelque soit ses caractéristiques » –> quelles que soient

    Allez, bonne journée à toi aussi.

  11. @ Oups !
    « Le libre c’est bien mais ça part dans tous les sens »
    – apparemment il n’y a pas de chef – (secteur en anarchie : théories et pratiques anti-autoritaires, ça colle )

    « rester sur les natives c’est bon pour les geeks mais compliqué pour le néophyte »
    – acquérir des connaissances (travailler – du latin tripalium, instrument de torture pour punir les esclaves chez les Romains…)

    « c’est les distri filles voir petites filles qui ont le vent en poupe  »
    – normal, puisque la majorité y trouve son bonheur…

    Finalement, séparer le bon grain de l’ivraie, apprendre pour comprendre et accéder au plaisir c’est une recette de vie. C’est toute l’attractivité de ce « Monde du Libre ».
    Plutôt le choisir que le subir.

    Les clans ? on s’en moque !
    Le système est mort ? Vive le système !

  12. Coucou;

    J’espère que j’arriverais cette fois à poster le message, au passage Fred, chiant le captcha, j’ai de plus en plus l’impression que les captcha sont là pour repousser les commentaires et non les bots, je parle pas forcément de ton blog, c’est a peu prés partout pareil…

    Bon, j’ai fais mon dernier billet comme chaque année, je préconise debian pas forcément pour ceux qui commencent et qui seront seul devant leur PC par contre celui à qui on a installé linux, là je conseille carrément de mettre debian, une fois installé cette distribution demande vraiment peu d’attention…
    Exemple mais je la mettrais comme réponse à ton commentaire, ceux qui ont accès à internet une fois tous les6 mois voir une fois par an, je vais parlé d’un cas concret, j’ai mis du linux sur un portable qui la plupart du temps sera à 300 bornes de chez lui, qui aura pour toute connexion un réseau 3g fournit par un smartphone. J’en ai essayé des distributions, dont Uuntu en LTS, mais non, il y avait bien trop de mises à jour et lors de gros changement, il n’était pas rare de ne plus avoir de session visible puisque le pilote de la carte avait miraculeusement changé… Depuis que je met du debian, plus aucuns soucis, il met à jour a son retour dans la région parisienne, c’est assez gros puisque une fois par an mais ça reste très peu par rapport aux autres même ubuntu. En novembre de cette année (2017), il a mit à jour et je suis passé derrière pour upgrader et passer a stretch sans reinstaller. C’est pas la première fois que j’ai eu à le faire, j’en ai une quinzaine…

    Je ne pense pas faire de la pub, je ne pense pas dénigrer d’autre distribution en disant que le rolling n’est pas à mettre dans toutes les mains. Je ne suis, en tout cas, je ne pense pas, être promoteur absolu Debian, j’aime cette distribution en particulier, pour de nombreuses raisons, mais je suis aussi sur d’autre pour ma propre utilisation, j’utilise opensuse, mageia, nutyx, frugalware, et plein d’autres, et aussi je ne supporte pas les mint et autres qui ne sont pas à cheval sur la sécurité.

    Je suis convaincu de la supériorité de linux sur windows, j’ai eu un cas pas si rare que ça sur un windows10, pourtant set OS fermé est plutôt restrictif, très peu de programmes installé par défaut, en tout cas ils ne suffisent pas pour combler toutes les utilisations, un seul bureau et pourtant il arrive à casser…. J’ai fais un billet la-dessus.

    Je vais pas te polluer plus les commentaires, mais en tout cas je te trouve bien mieux depuis quelques temps dans tes vidéos:)

    1. J’ai été obligé de changer le captcha, l’ancien partait en…

      Évidemment, dans le cas que tu cites, une fixed est plus adapté, les mises à jour étant moins nombreuses.

      Je n’ai pas dit que tu étais un VRP pour Debian, loin de là. Cependant, si les développeurs font le taf correctement, une rolling rationnalisée avec une bonne connexion, ça peut se faire « finger in the nose ».

      J’utilise Archlinux au quotidien, mais cela ne m’empêche pas de dépanner des personnes qui sont sous d’autres distributions si le besoin s’en fait sentir. Mes besoins sont couverts par Arch, c’est tout.

      Quant à Win10, ce sera une étape vers un Win11 qui reprendra le principe de MacOS, et on verra que les gorges profondes de Canonical envers Microsoft vont se payer cash.

      Quant à ta conclusion, modulo la vidéo gueulante sur l’équipe de Manjaro international qui part en couilles et laisse traîner des bugs à la con sur son image ISO principale, ça va mieux en effet.

  13. C’est juste moi ou ce billet n’a RIEN à voir avec son titre ?
    – On y parle des différentes sub-divisions de Linux et de BSD
    – On y évoque quelques blogeurs qui « prêchent pour leur chapelle »
    – Et on parle du système de release fixed et rolling.

    Mais l’intitulé est « les guerres claniques ».
    Je veux bien être dur à la comprenure, je ne vois pas le rapport entre différentes saveurs de Linux/BSD, prêcher pour sa chapelle, différents systèmes de release ou de paquets et des guerres claniques.

    Si un blogueur X ou Y est un fervent utilisateur d’une distro et partage des trucs et astuces, traduit des articles ou relate l’actu de sa distro favorite, à ce que je sache ça n’en fait pas pour autant un farouche opposant aux autres distributions !!!???

    Je ne pige décidément rien à cette série aux intitulés pessimistes et au contenu sans grand rapport avec l’énoncé.

Les commentaires sont fermés.