« The Wait », le premier EP de Watchmaker : un concentré de bonheur auditif ?

Il m’arrive d’être contacté par des groupes ou des artistes pour me parler de leurs projets. Cela a été le cas récemment avec le compositeur et interprète Rémi Delahaye alias Watchmaker. Ses influences musicales sont le jazz, le downtempo, le trip-hop ou encore la musique minimaliste.

Il m’avait proposé de m’envoyer son EP autoproduit qui sort en cette fin d’année 2017. J’ai donc écouté le court EP (4 pistes pour une douzaine de minutes) qui est disponible au format numérique sur Bandcamp.

On sent les influences minimalistes et jazzy dès la première piste « The Wait », avec un rythme assez rapide, presque hypnotique.

La deuxième piste, « Freedom Riders » introduit des sonorités proche des steel drums, mais ce sont des hands drums, des instruments qui y ressemblent et qui donne une côté « sucré » et festif à la deuxième piste.

L’avant dernière piste a une introduction qui m’a fait penser à celle du titre « El condor pasa » de Simon et Garfunkel. La ressemblance s’arrête ici, et et on a droit à ce léger son qui tremblotte et qui emporte l’auditeur comme s’il était sur une vague. Un rythme qui me fait penser à une mélodie trip-hop.

L’ultime piste commence avec une introduction à la harpe (ou une émulation via un synthétiseur ?). C’est la piste la plus trip-hop de l’EP avec son rythme saccadé qui donne envie de taper du pied en rythme. Avec le piano qui s’invite vraiment au milieu de la piste, c’est une bonne conclusion à ce court EP qui est un pur bonheur auditif.

Bien que le compositeur m’ait envoyé gratuitement une version de son EP, l’ayant bien aimé, j’ai donc acheté un exemplaire numérique en attendant une future version physique, voire un LP dans les deux ans qui viennent.

Une réflexion sur « « The Wait », le premier EP de Watchmaker : un concentré de bonheur auditif ? »

Les commentaires sont fermés.