Mes prédictions pour 2018… Chauffe ma boule de cristal libre, chauffe !

J’avais promis lors du billet rédigé comme bilan des prédictions pour 2017 que je m’y attaquerai à l’année 2018 à l’approche de Noël, voici donc ce que j’ai pu voir dans ma boule de cristal 🙂

Malgré la montée en puissance du monde linux bureautique, 2018 ne sera pas l’année du bureau linuxien. Tout comme ne l’a pas été 2017, ni 2016, ni 2015, ni… Et on pourrait remonter facilement à 2007-2008. C’est un peu un « running gag », comme celui de dire que GNU/Hurd 1.0 sortira l’année suivante.

Pour les distributions GNU/Linux, certaines seront pour 2018 un long calvaire. Dans cette liste non exhaustive je mettrais par ordre alphabétique : Artix Linux, Devuan, Frugalware Linux, Mageia, OpenMandriva ou encore NuTyX et Trisquel.

Entre celles n’ayant rien sorti en 2017 ou ont peiné à sortir une version majeure, celles qui utilisent une base qui repart à zéro tous les 12 à 18 mois, et celles qui souffrent d’une équipe si petite que le projet avance à la vitesse d’une tortue rhumatisante, je pense que dans cette liste non-exhaustive, il pourrait y avoir de la casse et certaines ne voyant pas Noël 2018.

Toujours dans le monde des distributions GNU/Linux, je citerai Manjaro qui a fait un mauvais choix stratégique avec Manjaro SX et son PC portable à 999£ (soit 1129,86€ au 20 décembre 2017) en premier prix.

Je pense que ce sera une année cruciale pour la fille d’Archlinux. Si elle fait la moindre connerie, elle la paiera cash. Vu sa popularité actuelle, le moindre faux pas pourrait lui faire très très mal.

Passons au monde des navigateurs internet. Je pense que 2018 sera l’année qui verra la fin du projet Mozilla Firefox. Avec les bonnes âmes – prêtes à cracher leur venin et à prononcer des excommunications – et des maladresses comme celle de l’extension liée à MrRobot, si le navigateur internet qui a relancé la concurrence dans son domaine dépasse les 5% de parts de marché, ce sera très bien pour lui.

Dans le domaine bureautique, je pense que si courant 2018, Xfce 4.14 ne sort pas ou si une date prévisionnelle n’est pas annoncée, cela sera mauvais pour cet excellent environnement. On peut voir sur le blog de Xfce que le travail sur cette nouvelle avance, mais ne serait-ce qu’une version 4.13.x permettant d’avoir un aperçu technique, pourquoi pas ?

Quoiqu’avec une sortie majeure tous les 3 ans, Xfce reste dans les clous, non ? 🙂

Sur le plan des paquets universels, je ne pense pas que leur adoption progresse énormément en 2018, surtout avec un duo/duel comme avec Flatpak (projet développé pour être multiplateforme) et Snap (projet centré sur Ubuntu au départ).

À moins qu’un troisième larron arrive et dise aux deux larrons de fermer leur grande gueule ?

Sur le plan de l’utilisation abusive du noble principe du fork, 2018 va nous offrir quelques pépites… Je pense que ce sera même une année assez fournie dans le domaine.

Sur le plan des sorties, je pense que l’on verra Haiku R1 bêta 1 sortir enfin (mais vu ce qu’il reste de logiciels BeOS…), et soyons fou, peut-être la version 0.5 de ReactOS 🙂

Premier bilan intermédiaire pour mars 2018, si le blog est encore actif, bien entendu 🙂

37 réflexions sur « Mes prédictions pour 2018… Chauffe ma boule de cristal libre, chauffe ! »

  1. Mouais… Mozilla a gaffé, certes. Mais euh… Firefox reste le meilleur (surtout sur la partie en question quand on parle de cette extension). Donc Firefox a merdé, faut aller sur un navigateur encore pire ?

    Mozilla a peut-être pris des décisions discutables, mais Firefox reste actuellement le meilleur navigateur, et le plus recommandable. Donc je reste dessus. Et le boycotter « histoire de leur faire comprendre leur erreur », c’est pas lui rendre service, mais creuser sa tombe. Si Firefox meurs, ce sera à cause des imbéciles qui disent qu’il va mourir.

    1. Et le boycotter « histoire de leur faire comprendre leur erreur », c’est pas lui rendre service, mais creuser sa tombe.

      C’est ce que promeuvent certaines bonnes âmes.

      Si Firefox meurs, ce sera à cause des imbéciles qui disent qu’il va mourir.

      Non. Juste l’imbécilité des bonnes âmes en question qui sont souvent prescriptrices en terme d’informatique…

      1. > Non. Juste l’imbécilité des bonnes âmes en question qui sont souvent prescriptrices en terme d’informatique…

        Tu en fais partie, je te rappelle. Et prédire la mort d’un projet, c’est inciter les gens à le quitter pour autre chose avant que ça n’arrive. Et précipiter sa mort.

        Je sais bien que c’est ton blog et ton avis. Mais justement, j’essaie de te faire changer d’avis : Firefox ne va pas mourir. Parce que les gens comme toi ne vont pas désespérer et précipiter sa mort, mais continuer à le recommander, au profit des utilisateurs qui te lisent. Et de ceux qui pourront, grâce à Firefox, ainsi sauvé, profiter d’un navigateur digne de ce nom et respectueux de ses utilisateurs.

        1. Sauf que je ne suis pas au point d’excommunier un navigateur qui essaye de faire bouger les choses. Pour la prescription, je ne suis pas aussi puissant qu’un Korben, soyons réaliste.

          Pour Mozilla Firefox, j’ai été volontairement pessimiste, mais je ne serai pas au contraire optimiste au dernier point pour son avenir.

  2. Je ne suis pas aussi pessimiste que toi pour Firefox. Je ne m’attend pas à une remontée spectaculaire, mais on peut espérer que les efforts effectués pour revenir dans la course finiront pas stopper ces baisses constantes… en tout cas sur desktop. Ce serait triste si les parts de marché de FF étaient à nouveau divisée par 2 !

    En ce qui concerne les paquets universels, leur utilisation est me semble-t-il actuellement proche du néant mais comme beaucoup de distributions se mettent à supporter un des formats dans leur store, ça ne peut faire que progresser (sans compter que l’offre s’étoffe peu à peu).

  3. Salut Fred,

    Je ne suis pas tout à fait d’accord pour firefox. Je pense à contrario qu’il va au moins se stabiliser voir grapiller un peu de part de marché notamment sur les smartphone des qu’il aura sorti sa version 59 (ou les nouveauté de la version actuel seront complètement établi même sur mobile) avec encore plus de performance et rapidité grâce à la prise en compte du GPU pour le rendu des pages.

      1. N’oublies pas qu’il a quitté son job chez Intel pour se consacrer à temps plein à Solus. Il ne bazarderais pas si facilement son gagne-pain. L’équipe qui l’entoure grandit et beaucoup d’efforts sont faits au niveau de l’infrastructure pour faciliter les contributions.

      2. J’en pense de même pour la Solus, 6 mois dessus, j’ai jamais tenu aussi longtemps, c’est du travail très pro, de qualité, très propre, très esthétique, un must.
        La seule désormais à pouvoir imposer linux sur le bureau pour le grand public à mes yeux.

  4. 5% pour Firefox, je pense que tu es très optimiste ! ;+) La fondation s’est moqué des utilisateurs et des développeurs qui avaient de Firefox le meilleur environnement de navigation ! Bien vu. Je plussoie.

    1. Bof je trouve pas.

      Après on va pas relancer la polémique sur la nouvelle api des extensions mais bon à comparaison ca serait comme dire que le non support du flash sur mobile a été de l’irrespect pour les développeurs et utilisateurs de téléphone portable.

      La c’est pareil avec XUL. C’est un vieux machin qui a fait son temps et qu’il est bon d’enterrer.

  5. Mes prédictions pour 2018. Red Hat publiera RHEL 7.5, et CentOS suivra peu de temps après. Firefox restera probablement mon navigateur préféré. Sur le matériel récent et/ou exotique, j’utiliserai KDE neon, une distrib plutôt bien fichue. Donc 2018 sera tout aussi ennuyeux que 2017. En informatique j’adore les trucs ennuyeux. :o)

  6. ## mes prévisions
    1. Wayland enfin par défaut
    2. Rust popularisé par Mozilla , surtout depuis la sortie de l’excellent FF57 va être de plus en plus adopté.
    3. Probable réapparition de Gnu/Linux dans le mobile : un succès pour **Sailfish Os**?
    4. Mac OS qui va perdre des parts de marché, notamment par des choix catastrophiques.

  7. Personnellement je dirais,

    – Firefox perdra un peu d’utilisateur mais sa sera pas une hémorragie non plus.
    – Vivaldi je pense que 2018 sera son année, surtout que l’équipe de développement est très à l’écoute de la communauté.
    – Solus peut faire son petit trou en 2018.
    – Manjaro pas de raison qu’il se plante, hormis s’il se lance a dans des délire à la Canonical et cherche à réinventer la roue.
    – Windows va se maintenir, Microsoft est sur une bonne lancée quoi que l’on pense d’eux la version 10 est très bonne.

  8. Ha je t’ai trouvé beaucoup trop gentil avec Manjaro et beaucoup trop dur avec Firefox.

    Firefox : ok, ils ont eu des choix pas forcément judicieux, des erreurs de comm., des erreurs de choix. Mais bon, ils font avancer les choses.
    Et alors, y a quelques ânes qui sont parti, mais je pense pas que ça signe sa mort, une baisse pour mieux rebondir. La preuve, là les dévellopeurs de modules se sont réveillé et ont changer leur code !
    Parce que quoi, sinon ils font quoi ?
    tout le monde sur Chrome et Opéra ? soyons sérieux.
    Après, il y a des prohets prometteurs comme Brave, Chromium et Qupzilla, mais d’ici là qu’ils se fassent conaitre … Puis si Firefox a reussit à s’imposer en europe du nord et de l’est, c’est que c’est pas demain qu’il vont tout perdre.

    Pour Manjaro, on en parle de tout leurs cafouillages ? Franchement, l’avenir de Manjaro est compté, entre le bug d’avril, leur tendance à vouloir faire du propriétaire sans vraiment le dire, à vouloir vendre des joujou pour bobos, la gestion des isos communaitaires qui est une vrais roulette russe (autant la BSPWM e st top, autant la Enlightenment est une purge …) …
    Honnetement, si ça continue, Manjaro va finir encore pire qu’Ubuntu …
    Surtout que en face, y a Calculate et le nouveau né Redcore qui proposent une linux de barbu abordable (au moins pour un utilisateur intermédiaire).

    Par contre Ubuntu, je sais pas ce que ça va donner … Dans le sens où c’est l’inverse de Manjaro … C’est l’équipe principale qui fait de la merde, et la communauté qui gère.
    Non parce que leur abandon d’unity, leur engagement dans le snap, comme tu l’as dis,de tout vouloir faire à leur sauce … ça a bien pourri Ubuntu …
    Résultat, j’en suis à recommander Xubuntu, Lubuntu, Ubuntu Mate ou Ubuntu Studio plutot que Ubuntu …
    D’ailleurs, y a des fork ou des dérivés qui sont de qualité, ne serait-ce que la KDE-NEON, qui est bien une tuerie.

    2018 pourrai etre la fin de Canonical, ou du moins de leur hégémonie.
    Quand on voit l’arrivé de Solus, on peut se dire que Ubuntu va avoir du pain sur la planche !!

    Et pour XFCE, c’est vrais que la qualité en souffrira, mais bon, c’est mieux que d’avoir un environnement mal fini …
    Désolé mais KDE 4 cétais une horreur … Visuellement et techniquement … Cétais franchement une daube. Parce que les devellopeurs ont voulu aller trop vite pour pas perdre la face …
    et puis à coté on a Enlightement qui sort des versions chaque années, voir tout les 6 mois, le truc est encore instable au possible, rien n’est abouti …

    Donc pour ma part, je m’en fait pas pour XFCE.
    Surtout que si XFCE en patie, c’est tout les WM lègers qui en patissent … les openbox likes étant tous lié à xfce …

  9. Je pense qu’on peut enterrer le mythe du bureau linuxien, à moins qu’il n’arrive justement par Flatpack et Snap (mais peut-être pas en 2018) et qu’il ne mène à ce qui se passe dans le monde du serveur Linux : à savoir que la distribution n’a plus d’importance, réduite à un kernel et démarrer des containers Docker.

    Flatpack et Snap pourraient jouer le même rôle sur le Linux de bureau et homogénéiser les distributions : enlever la gestion de paquet et la couverture logicielle spécifique des distributions, les réduisant à se démarquer par les environnements de bureau proposés… autant dire pas grand chose. Dans ce scénario, la disparition de petites distributions accélèrera encore mais paradoxalement, en centrant le système sur les applications, en faisant oublier l’OS sous-jacent (un peu comme les OS mobiles), cela pourrait faciliter son adoption par un nouveau public (imberbe). Il suffirait qu’un gros acteur carrène la solution en enlevant le terme Linux de la boite. L’autre hypothèse étant que le bureau Linux à 1% tombe à 0,001% et c’est la plus probable. Dans les 2 cas, ce n’est pas le futur dont je rêve mais c’est celui que j’entrevois…

  10. Tu peux mettre tous les flatpak que tu veux, tant qu’il n’y aura ni de vraie suite Office, ni la caisse d’outils Adobe, ça ne changera rien …

    1. Autant je suis d’accord pour la caisse à outils d’Adobe, autant LibreOffice fait largement l’affaire pour de nombreux documents. Il est vrai qu’il est indispensable d’avoir l’imbuvable interface à ruban de MS-Office 2007 et suivant…

      1. Je dis pas le contraire, loin de là, j’utilise libreoffice depuis bien longtemps, et il fait le taf. Mais bon, personne l’utilise … (cumulé, openoffice et libreoffice ça doit faire dans les 5% de part de marché)

          1. Parce que c’est moins cher. Des fois, je me dit que linux c’est soit pour les pauvres qui sonty bien contents d’avoir une offre légale gratuite et suffisante pour leurs besoins, soit c’est pour les experts qui ont besoin d’un truc safe et stable pour pouvoir bosser.
            Entre ces deux catégories de gens, ben y’a les autres qui utilisent microsoft car ils s’en foutent.

          2. Franchement je trouve qu’au fil des diverses versions Libo lit de mieux en mieux les fichiers docx. Je l’utilise au boulot et j’envoie à mes clients le fichier odt et doc en même temps comme ça ceux qui utilise Libo ne se sentent pas lésés.
            Je ne suis pas un utilisateur de toutes les fonctionnalités d’un outil de bureautique et peut-être qu’Office est « indispensable » pour des usages très spécifiques mais pour beaucoup d’utilisateur il suffit bien largement.

            En passant d’accord avec Frédéric sur le ruban. Le menu latéral de Libo prend quand même moins de place sur un écran plus large que haut et offre vraiment tout. Je le préfère à l’interface rubanée.

          3. Pour moi ?
            Et bien parce que sur mes Linux je n’ai ni besoin ni n’utilise Adobe ou Office. Que j’ai un NAS avec nginx, du netatalk, du ssh, du ftp, de l’UPNP et j’en passe, et qu’au niveau administration y’a pas mieux. Au niveau desktop, c’est pareil, ça fait plus que le taf sans les logiciels proprio : configuration du DE, gestion des ressources etc …
            Et aussi parce que je suis tombé dedans étant (pas tant que ça) petit !
            Bon j’avoue pour la photo et l’audio j’ai un Mac …
            Et sinon je ne comprend pas trop le sens de ta remarque 😉

      2. Mouais. Dans mon environnement de M. Michu, j’en ai rein à foutre d’Adobe et MS Office. En 30 ans de PC, a part le reader PDF pendant un tems, j’ai jamais eu besoin de ces trucs à la maison.

        En tant que professionnel, MS Office est simplement indispensable. Non je n’aime pas le ruban, les milliards de fonctions qu’on utilise jamais m’agacent.. mais c’est le standard. J’au reçu des fichiers à compléter d’un ministère au format libreoffice, je ne le ferais pas. C’est pas le bon format.

        L’absence de MS Office ou des outils Adobe, ce n’est vraiment aps ça qui bloque l’adoption de Linux chez le particulier, vraiment pas. Suffit d’ouvrir les yeux pour voir où ça coince.

        A+

    1. Et après ? J’en ai le droit, non ? J’ai exprimé ce que je pense, n’en déplaise à ses thuriféraires et autres fanboys. C’était un projet intéressant à une époque, le tout, c’est qu’il a tendance à vieillir d’une manière déplaisante et qu’une partie de son équipe soit plus dans la haine d’autres projets que dans la construction d’un projet viable.

  11. Pour Firefox, les devs ont prévenu un an avant la sortie de la version 57 que les extentions XUL ne seraient plus prise en charge : il n’y a donc aucune excuse.
    Si ça continu comme ça, qu’est ce que ça va être en 2020 avec l’arrêt définitif de flash ? Pour W7 ça sera évidement un Win XP 2, les gens ne le lâcheront pas de ci tôt.

    Ceux qui se plaignent de LibreOffice… On pourrait faire de même lorsqu’on ouvre un *.ods sur MS Office : le tableau par en cacahuète… La raison ? LibreOffice mesure en cm alors que MS Office mesure en px. Il faut pas chercher plus loin !

    Pour 2018, je pense que les DGLFI basée sur Arch continuera et comme à chaque fois, elles finiront pas se casser la gueule. Celles basée sur Debian, n’en parlons pas, c’est déjà plein à vomir.

    Manjaro, s’ils continuent de peaufiner la SX au lieu de se préoccuper du maintien des mises à jour en temps et en heure, on aura droit à un avril 2017 plus violant à terme.

    Quant à Ubuntu, ils vont peut-être vivre un moment difficile avant de se relever et sortir de meilleurs versions.

    La communauté du libre continuera de se fendre la poire avec la guerre des inits et vu le chemin qu’elle prend, il y a des chances que des -petits- projets soient mit HS à cause de certaines mentalités (cf Pacaur).

  12. Je te trouves un poil pessimiste pour Firefox…

    Déjà parce que la 57 est un bonheur à utiliser…

    Ensuite et surtout parce que s’il se casse là gueule, il y a quoi ? Chrome ou Chrome ou Chrome ou IE … Donc Chrome sous Linux.

    PS : purée le calcul pour poster un message, de tête c’est pas facile…

  13. Pour ma part (..et ma prévision sera juste,vous verrez!), je dirai que les utilisateurs de Linux et de Mozilla Firefox garderont un Q.I. supérieur à la moyenne en 2018!

  14. N.B.: En parlant de Linux, j’évoquais bien sûr le desktop GNU Linux et non le noyau utilisé par Android!
    (Oups!…Je n’ai pas envie de me faire vomir dessus par quelques puristes énervés…)

  15. Bonsoir Fred, bonsoir à tous,

    Cela fait quelques mois que je lis ton blog et plusieurs années que je regarde ce qu’il se fait du côté de Linux… sans jamais avoir fait le grand saut.

    Tu as devant toi un fervent utilisateur de Windows. Je trouve leur système au top, n’en déplaise à certains. Beaucoup de personne (sur le net) s’en plaignent mais je pense (non j’en suis sûr) qu’ils en font mauvaise utilisation. Mais je ne vais pas rentrer dans le débat.

    J’aime beaucoup ton blog. Tu dis ce que tu penses, et je suis d’accord avec ta vision des choses sur le monde du libre et des distributions Linux en général. Tu me diras que je suis d’accord mais que je n’ai jamais fait le grand saut. Oui, mais j’ai fait quelques essais et ça fait des années que j’aime lire les articles sur Linux ou les commentaires d’articles. Mais quand tu te balades sur la toile et que tu lis les commentaires des mecs pro Linux… Ca fait peur. Toujours à prêcher la bonne parole et pas un pour se mettre d’accord avec son voisin. Aucun recul sur ce qu’ils écrivent.

    Bref, je m’égare, mes excuses. Comme je le disais, j’ai fait quelques tentatives, qui m’ont toutes dégoutées jusqu’à présent. La raison ? A chaque fois le matériel. Cartes graphiques et clé wifi. Je souhaitais installer une distribution, me faire la main et la réinstaller proprement une fois que j’aurais pris le coup. Oui mais ce n’est pas comme ça que ça s’est passé. Au bout de 2 heures que tu viens d’installer ton système, tu passes déjà ta vie sur le net à chercher des solutions sur les forums car tu as des problèmes de matos.

    Ca m’a gonflé à chaque fois. J’ai même voulu me faire la main sur Virtualbox. Pareil, des fois pour installer les addons invités, bonjour. Sur Fedora, ça se fait automatiquement de mémoire après une mise à jour du système. Mais Debian pas moyen. Alors tu cherches sur internet, tu n’as pas deux sites qui disent la même chose. Au bout de trois réinstallations et trois méthodes différentes, tu stoppes.

    Voilà mon expérience de Linux, 5% d’utilisation sur un écran dégueulasse, et 95% de temps à chercher des solutions. Le pied non ?

    Mais je suis buté. Même si j’adore Windows, j’ai toujours voulu (et veux encore) mon Linux pour mon utilisation quotidienne et mon Windows 10 en dual boot si besoin. Je n’utilise que des logiciels libres (sauf mon navigateur qui est Edge). Ces logiciels sont sur Linux (sauf Ant Movie Catalog).

    Aujourd’hui, si je devais installer Linux, je me confronterais à un problème de taille : ma carte graphique. C’est une MSI Afterburner qui, par défaut, fait un boucan du diable. Sur Windows, pas de problème, j’utilise le logiciel du fabricant pour réguler le ventilateur de la carte. Sur Linux ? Bah, il y a rien.

    Je vais pas changer demain de carte mais une question me titille depuis un moment et je ne trouve pas de réponse toute faite sur internet : si je devais acheter une carte graphique pour tourner sur Linux, vers quel fabricant se tourner ? Existe t-il un moyen de réguler ses ventilateurs avec une distribution Linux ? Sans passer par le terminal ?

    Cette question pourra vous paraître bête, mais franchement, j’ai plus envie de passer des heures et des heures à chercher des solutions sur des problèmes qu’il ne devrait pas y avoir. Alors je sais, ce n’est pas la faute aux distributions mais aux fabricants.

    Mais la finalité est là, on a pas le temps d’apprendre à utiliser son système qu’on est déjà dégouté. Passer du temps sur un problème quand votre système fonctionne au quotidien, pourquoi pas, mais pas avant le début du début. 🙁

    Je pense qu’à terme, je serai utilisateur de Linux. Ce ne sera pas pour dans un mois mais si au moins vous pourriez répondre à mon interrogation, ce sera déjà un plus. 🙂

    Le jour ou ma carte rendra l’âme, je saurai déjà quoi faire.

    En tout cas, Fred, continue comme ça. C’est un plaisir de te lire. Tes coups de gueule sont justifiés, tes articles intéressants. J’aime beaucoup aussi les commentaires donc merci à tous. J’apprécie de les lire sur ce blog car même si vous n’êtes pas d’accord avec le patron, vos remarques sont argumentées (et c’est pas le cas partout, vous pouvez me croire). Sur NextImpact aussi ils sont bien les commentaires…

    1. Merci pour ton commentaire long et construit, ça fait plaisir. Il est vrai que certain(e)s libristes – ne soyons pas sexiste – sont des sombres trous du cul mal récurrés incapables de se remettre en cause, et surtout incapables de voir le danger de s’accoquiner avec Microsoft et les conneries comme des ports natif de Bash ou récemment de SSH. À croire que les mésaventures d’IBM et feu-OS/2 n’a pas servi de leçon.

      Pour tout ce qui est carte graphique, n’étant pas joueur, j’ai toujours pris des modèles avec des petits ventilos qui font par définition peu de bruit. Ma carte actuelle ? Une GeForce G210… J’ai toujours des années avec le pilote nouveau, mais suite à quelques bugs, j’ai dû me mettre à réutiliser le pilote nvidia.

      Côté matos, je reste dans les marques relativement amies du libre : nVidia pour la vidéo, Epson / HP pour les imprimantes.

      Ensuite, tu auras toujours du matos qui sera moins bien reconnu. Si cela peut te rassurer, il m’a fallu 10 ans pour faire le grand saut… Entre ma première Slackware (1996) et mon premier mono-boot linuxien dépassant les 4 mois (record établi en 2004) avec la Ubuntu Dapper Drake (6.06 LTS), il a fallu 10 ans.

      Sinon, comme conseil, en dehors des machines virtuelles pour commencer à se dégrossir, reste avec les grands noms du genre Mint, Ubuntu, Fedora, Manjaro. Des produits comme Debian, Arch ou encore Slackware ne s’apprécie qu’avec une certaine expérience au compteur.

  16. Merci pour ta réponse Fred. Nvidia serait le choix le plus cohérent.

    Pour les distri, je pense que le jour où je ferai le grand saut, le choix se fera entre Fedora ou Ubuntu. Par contre j’espère juste que Ubuntu tiendra la route avec Gnome (d’où ma volonté d’avoir essayé Debian pour éviter un éventuel rechangement de direction).

    Mint, je sais pas trop quoi en penser.

    Pour le reste, je suis pas chaud, c’est pas ce que je recherche.

    Il y avait juste la Solus qui m’a littéralement seduit. Pourquoi ? Car ce que tu prends sur le store, ça marche, et ça marche bien. Le point noir ? Si tu veux un truc pas sur le store… Maintenant budgie a de la gueule, c’est rapide et si tu restes dans les clous (le store) tout marche à merveille, ce qui n’est pas le cas sur toutes les distributions.

    Bref, je pense que Fedora sera mon choix arrêté le jour J mais tout peut encore évoluer. Et j’attends avec impatience les retours sur le prochain Ubuntu pour voir si Canonical se remet sur de bons rails.

    En tout cas merci à toi Fred et bonne continuation. Je le répète, ça fait plaisir de voir quelqu’un donner des avis tranchés, loin des sites qui concluent toujours leurs tests par « Est-ce que cette distribution vaut le coup ? Ça dépendra de vous… ».
    Bref, des mecs qui se mouillent jamais…

  17. La mort de Firefox, ca me semble un peu premature.

    Ils ont commence a faire de substantielles ameliorations avec les nouveaux modules ecrits en Rust, et promettent de nouvelles ameliorations de performance dans les trimestres a venir.

    https://blog.rust-lang.org/2017/11/14/Fearless-Concurrency-In-Firefox-Quantum.html

    Si ca se confirme (et a priori, les premiers signaux sont bons), meme si ca ne se traduit pas instantanement par une grosse amelioration des parts de marches, il y aura des gens pour s’en rendre compte, et apres une certaine latence, le temps jouera en faveur de Mozilla.

    Donc, pour ma part, je pense au contraire que 2018 sera l’annee ou la courbe de Firefox cessera de descendre.

Les commentaires sont fermés.