Le monde du libre actuel part en couilles ? Épisode 10 : la négation de la technophobie du grand public…

Si je regarde mon calendrier, je m’aperçois que je rédige cet article le 26 novembre 2017 en écoutant un bon petit album d’Opeth de leur grande époque death metal progressif :

Donc, vous pouvez vous dire que ce sera un billet bien saignant. Et oui, cela va être le cas, car j’en ai marre des personnes du monde du libre qui jouent la politique de l’autruche en ce qui concerne le grand public.

Marre d’entendre des conneries sur la réinvention constante de la roue qui ne sert à rien si ce n’est perdre du temps dans la plupart des cas en plus d’une dispersion de ressources qui seraient utilisées plus utilement ailleurs. Je n’ai pas envie de revenir sur la conceté du fork COMPULSIF.

Le monde Linux est bloqué dans son petit monde d’utilisateurs technophiles, frange convaincue pour des raisons techniques que l’OS de Microsoft est un danger aussi bien pour la vie privée que pour la sécurité des données. L’OS fruité pour les personnes ayant des portefeuilles bien remplis n’est pas mieux ici si on y regarde bien.

En tant que technophile, j’ai vite compris que ce serait inutile de faire croire que l’on pourrait faire progresser la cause de la liberté informatique en multipliant les distributions à destination d’une minorité déjà plus que conquise.

On touche un fait précis. La trouille d’une partie du monde linux de perdre son statut de grand gourou de l’informatique. C’est la volonté de conserver un joujou pour geeks, comme je l’ai précisé dans l’épisode 2 de la série « Le monde du libre actuel part en couilles ? »

J’ai toujours assumé mes propos et mes idées. C’est pour cela que je fais des vidéos en face caméra, spécialement quand je parle de distributions qui sont des sombres bouses comme pour ma série des DGLFI.

C’est pour cela que j’affirme que si l’on veut vraiment que le monde Linux atteigne une certaine masse critique – les symboliques 10% de parts de marché pour que les constructeurs arrêtent de se foutre de la gueule du monde libre – ce n’est pas avec Archlinux, Slackware, Crux, Gentoo ou d’autres distributions nécessitant la ligne de commande pour s’installer que cela arrivera.

Au contraire, s’enfermer dans la création de ce genre de distributions, c’est la pire des concetés qu’il est possible de faire. Il faut arrêter de rêver.

Ce n’est pas parce qu’une personne conduit une voiture qu’elle est capable d’expliquer le fonctionnement d’un moteur à explosion par la carte. Une personne qui joue d’un instrument de musique sera sûrement incapable d’expliquer comment se propagent les ondes sonores produites par son instrument.

Le grand public est technophobe. Si une volonté de proposer une informatique respectueuse de ses utilisateurs et utilisatrices veut devenir crédible, ce sera avec des projets simplificateurs comme l’a compris Canonical en 2004 en proposant Ubuntu même si c’est un peu parti en cacahuètes par la suite.

Je connais nombre de personnes qui ont été complètement perdues lors de la migration de Mozilla Firefox 56 vers la 57, simplement suite au remplacement de la page de démarrage par une présentation à la Speed Dial. Ce n’est pas grand chose, mais c’est suffisant pour nombre de personnes.

Alors messieurs et mesdames les technophiles, sortez un peu la tête du sable. Soyez réalistes, il est purement et simplement impossible de former tous les utilisateurs et toutes les utilisatrices pour en faire des cracks en informatique.

Je vous renvoie à l’excellent article de Nikki Kovacs sur ce sujet.

Comprenne qui pourra… Ou voudra comprendre !

107 réflexions sur « Le monde du libre actuel part en couilles ? Épisode 10 : la négation de la technophobie du grand public… »

  1. Bonsoir,

    à chaque fois que je vois un article de Fred, sur D*, je me dis encore un de ces coups de gueule… certains articles, je les ignore purement et simplement, et d’autres m’attirent, d’aucuns ne le sont pas forcement.
    Pourquoi (certains attirent)? ou plutôt : et Pourquoi pas !?

    Même avec ta manière de le dire, surtout en comparaison de l’article référé… vous avez bien raison tous les deux. Et, je vais même plus loin, en bon IT, je suis un « bon fainéant », et m’enquiquinez dans l’admin m’horripile ; et pourtant, je raffole d’être sur… OpenBSD, voire Debian !
    Ce n’est pas un problème de compétences, mais bel et bien d’accès à la tâche. L’esprit KISS me plaît beaucoup.

    Pour rebondir sur le propos de ton article, c’est profondément vrai, et parfois encore plus prégnant qu’attendu. Exemple malheureux, j’ai prêté à une connaissance un laptop sous Debian, il n’y a pas touché à cause du pass. Il ne comprenait pas qu’il soit si « compliqué », alors que sémantiquement il était assez simple : !PrenomNom@Ville/Departement! – c’est pour dire.
    Mais, habitué au travers de MS Windows, il n’y a même pas touché. Un copain lui a offert pour une très modique somme un « vieux » PC sous ledit OS, il va donc me restituer mon bien.
    Et tu as beau dire, que même sur Windows, on ne doit pas utiliser la session par défaut, paramétré en admin, mais avoir une session utilisateur sans droit particulier… pour certains profils humains, c’est complétement abscons.
    Quand la même personne a, pour nécessité, du utiliser et paramétrer un compte sur des sites officiels, qui demandaient la même complexité que le paramétrage correct d’une identification de session informatique… il a fait le lien, mais a trouvé tout aussi aberrant !
    C’est là, les réalités pour plus d’une personne réfractaire à l’IT en particulier, voire technophobe en général !

    Mais, perso, j’ai arrêté de « me battre » contre ces moulins… entre-temps, j’ai du perdre Don Quichotte … ou je l’ai oublié dans les tréfonds de ma mémoire.

    1. Merci pour ton commentaire. Tu sais, je suis le « méchantfred », celui qui aime retourner le couteau dans la plaie. Mes articles déplaisent, tant mieux 🙂

      Tant que certaines têtes pensantes oublieront que le grand public est technophobe…

  2. Merci pour la mention honorable, Fred. Je ne voulais pas (encore) en parler, mais sache qu’avec Eyrolles, on a actuellement un projet de bouquin dans le paradigme « Linux pour les nuls » dans les tuyaux. Mon ancienne éditrice avait proposé « Linux pour les blondes » (et mon éditeur actuel a voulu la fusiller). Pour ma part j’ai proposé « Linux pour les manchots » (et mon éditeur a refusé net), on est donc en train de réfléchir à un titre viable. Ce sera probablement quelque chose de palpitant comme « Linux » (sic) ou alors « Linux à la portée de tous ». Mon but affiché, c’est de prendre le contre-pied de « Débuter avec Linux » qui était basé sur Slackware. Cette fois-ci, on va carrément se baser sur KDE Neon (une déclinaison assez réussie de Ubuntu LTS maintenue par l’équipe de KDE), et le tout se fera sans la moindre commande à taper dans le terminal (ou presque). Les explications seront à la portée de Mme Michu. Et c’est justement pour répondre à une demande qui vient assez régulièrement. Je te tiens au jus. Un gentil bonjour de la garrigue gardoise. Nico (alias Niki alias Kiki).

    1. De rien pour la référence. J’avais aimé ton article, donc le citer était obligatoirement. Sinon côté titre, « N’ayez pas peur de Linux », c’est une possibilité envisageable ?

      Bonne continuation pour ton projet de bouquin.

  3. Génial ton article, Fred. Il me pousse à approfondir une hypothèse : les geeks qui souhaitent rester dans la complexité de l’une ou l’autre distribution Linux font perdre beaucoup de temps d’apprentissage pour un résultat moyen, à ceux et celles qui arrivent dans ce monde du Libre. Mais peut-être est-ce le but ?

  4. malheureusement , c’est le constat que l’on peut faire depuis des années dans le domaine Informatique, elle ne permet plus de toucher un maximum d’utilisateurs dans ce type de domaine.

    il faut aussi voir qu’il y a plétore de systèmes os , de commandes , mais toujours pas d’approche suffisante par interface , et pourtant les interfaces guidelines d’Apple à la base , en terme de squelette sont justement le meilleur pré-requis

    de nos jours , chacun gère sa propre connaissance sur le domaine de l’informatique , comme il peut …

  5. Coucou,
    Ça fait un moment que c’est comme ça, les gars ponde des distributions terrible comme arch pour pas la citer mais enlevent l’installateur pour le remplacer par une série de commandes juste pour jouer à la plus grosse avec gentoo…

    Je ne m’intéresse plus du tout aux distributions de geeks, seul debian mais elle aussi le jour où elle part sur du geek pure, — ce que je ne pense pas vu qu’elle est plutôt tourné sur la simplification de l’installation et de l’utilisation,–je la quitterais sans regrets, j’irais voir Ubuntu qui dans sa version 17.10 ma vraiment donné bonne impression.

    Un truc par exemple con avec gnome et le dash et même avec l’extension ça ne me convient pas et bien sous Ubuntu je trouve leur dash très réussi.

    Maintenant il n’y a pas que les distributions qui partent en cacahuète, les bureaux aussi, allez deux exemple , je commencerais par plasma, alors mon exemple date de la version 5.10 et je ne sais pas si c’est encore d’actualité mais il était plus possible de changer la qualité d’impression dans les applications et fallait repartir dans la configuration système pour le faire à chaque fois… Vachement michu et logique…
    L’autre exemple beaucoup plus contemporain, gnome 3.26, n’a simplement plus de zone de notification, tu sais la où les applications mettaient leurs icônes quand ils tournaient en tâche de fond. C’est un peu pourrie comme principe, alors oui auparavant cette zone était déjà prise pour de la merde dans cet environnement en étant à l’opposé de ce qui était convenu , dans un tiroir notamment qui était d’un pratique discutable…

    Bref, je pense que des développeurs sont soit des geeks convaincus et ne veulent pas mêler les bouseux à leurs jouets ou sinon d’autres veulent tout réinventer pour casser les habitudes et nous paumer, pensent faire le truc super ergonomique mais qui en fin de compte ne l’est pas tant que ça puisque dans mon cas mais nous sommes nombreux à le faire, nous devons rajouter des extensions pour des trucs basique… Par exemple dans mon cas avec gnome je rajoute topicons plus.

    Je vieillis et je ne veux pas me prendre la tête, je sais que le meilleur pour moi serait une rolling de type calculate. Mais pas le courage et je préfère la debian stable voir dis quand jai envie un peu plus de sport.

    Voilà, désolé pour le commentaire fleuve en espérant pas avoir trop été HS et surtout l’orthographe.

    Amicalement.

    1. Tu a essayé la Manjaro ? C’est ne gros la Ubuntu de Arch (simplification).

      Ca faisais 5 ans que j’étais sous Ubuntu en mono boot sans problème et je me suis laissé tenter il y a plus d’une semaine a entré dans le monde des rolling-release (notamment pour la fraicheur des logiciels) mais je suis un utilisateur qui veut pas se prendre la tête et qui veut minimiser la maintenance (avec ubuntu en gros j’avais 3-4h de maintenance à faire tous les 6 mois lors de chaque mise à niveau) et pour l’instant Manjaro me satisfait et j’espère faire au moins aussi bien qu’Ubuntu (à savoir tourner 5 ans sans réinstallé)

  6. Bonjour,

    En lisant les commentaires, assez intéressants dans l’ensemble, il y a une chose que j’ai du mal à comprendre. Vous parlez de Linux (GNU/Linux) ? Des environnements de bureau ?

    Linux ou GNU/Linux et Unix d’une manière plus générale, et il n’y a pas débat, prend tout son sens sur des serveurs, pour développer. Donc dire que c’est un joujou pour geek n’a pas réellement de sens

    En ce qui concerne la partie Desktop, et plus spécifiquement les environnements de bureau. Les utilisateurs du monde libre ne semble jamais contents de ne pas pouvoir faire tel ou tel chose, de pas retrouver telle icône à tel endroit, etc. mais seuls les geeks pensent cela.
    Monsieur lambda ne sait même pas qu’il peut mettre la barre des taĉhes ou il veut (qu’il soit sous win, mac ou linux d’ailleurs) et il s’en fout. M. Lambda allume sont PC, se logge ou pas, et lance « internet » pour voir ses mails ou regarder des vidéos de chats sur U-tube.
    Donc MATE, XFCE, ou Pantheon feront très bien l’affaire.
    Dans la mesure ou M. Lambda n’aura pas de PC préinstallé avec Linux dessus, c’est celui qui va installer la distribution sur son vieux coucou, pour lui donner une nouvelle jeunesse, qui à la responsabilité (même si le mot est sans doute un chouille fort) de un desktop adapté à l’utilisateur.
    J’ai installé des distrib pour quelques personnes, il y a une association à côté de chez moi, pour les enfants, tous les PC sont sous Ubuntu (avec Unity), et modulo un temps d’adaptation (le même que pour windows -> mac) tout le monde s’en sort très bien.

    1. Déjà, limiter le monde linux au serveur, c’est dire : on s’en bat les steaks de l’utilisateur classique. Je ne sais pas ce qu’en pense Richard Matthew Stallman…

      En ce qui concerne la partie Desktop, et plus spécifiquement les environnements de bureau. Les utilisateurs du monde libre ne semble jamais contents de ne pas pouvoir faire tel ou tel chose, de pas retrouver telle icône à tel endroit, etc. mais seuls les geeks pensent cela.

      Tant qu’il n’y aura pas des personnes pour dire aux développeurs qu’il faut parfois se rendre compte des besoins des utilisateurs de base – QU’ILS ONT ÉTÉ À L’ORIGINE – et améliorer un peu l’applicatif existant, cela ne servira à rien de proposer des distributions pré-installées. Quant à dire que cela ne concerne que les geeks, j’aurais bien sorti un terme mais on me dirait que je suis d’une grossièreté monstrueuse.

      Que les développeurs – qui sont malheureusement réduit à des pisseurs de code – prennent enfin compte du fait qu’il y a un marché énorme : celui des utilisateurs lambda. Ce serait déjà un bon point de départ.

      Mais je pense que je ne verrai pas ce jour arriver, escomptant vivre encore une bonne quarantaine d’années.

    2. Il est peut-être temps pour ce monsieur lambda qui a un ancien pc qui ne suit plus avec windows d’essayer cloudready cet os qui installe un chromium os out the box et sans entretien. Ça peut donner une idée à Fred pour une prochaine vidéo. En tout cas je pense que ce serait utile pour beaucoup.

        1. Je pense que tu ne veux pas faire de vidéo sur cet os car pour toi ce n’est pas une distribution linux mais juste une distribution basée sur le noyau. Mais pourtant chromium os a été fait sur la base d’une gentoo: https://wiki.gentoo.org/wiki/Distributions_based_on_Gentoo
          De plus il est possible d’utiliser le shell bash avec cloudredy pour faire joujou pour ceux qui trouverait la distribution sans interet car sans entretien. Q’en dis tu ?
          Non pas que je fais de la pub pour cette distrib car j’en essaie pas mal.

          1. Nullement. Simplement que je préfère parler de l’original à la copie. Je sais très bien que Chromium est basé sur Gentoo. Mais comme je l’ai déjà dit, je préfère autant parler de l’original à une copie aussi bien faite soit-elle.

      1. Une fois Chromium Os démarré on peut se déconnecter du compte Google et même changer le moteur de recherche et la page d’accueil par Duckduckgo ou un autre qui piste pas la vie privée.

  7. « Vouloir atteindre la barre symbolique des 10% »… mais y-a-t-il vraiment quelqu’un qui le veut hein?
    Pourquoi faire? Le grand public est technophobe, mais le grand public a déjà son pc qui fonctionne très bien avec lequel il arrive à faire tout ce qu’il lui demande : c’est son smartphone.
    Le reste…

    1. Les développeurs de distributions à destination bureautique comme Canonical, non ?

      Tu peux faire de la retouche photo avec ton smartphone ? Faire tes démarches administratives ? Il faut arrêter de se moquer du monde…

      1. Les démarches administratives on arrive de plus en plus.
        Les retouches photos, le grand public le fait avec son smartphone et toute la palanquée d’appli dédiés, pis sorti d’instagram, le grand public s’en fout.
        Ceux dont c’est le business, ben c’est photoshop et lightrrom, donc windows, donc oui le grand public et le pc, il s’en fout.

        1. Le grand public est con, le grand public est con, le grand public est con…

          Quelques années plus tard, les serveurs migrèrent de nouveau sur MS-Windows et apparentés, et les geeks se demandèrent pourquoi ils avaient perdus la bataille… Simplement, que les décideurs informatiques font aussi parfois parti du grand public.

    2. Ben je sais pas même en tant que barbus/power user ca vous fait pas chier que les constructeurs vous crachent à la gueule avec des pilotes moisi ou l’absence de pilote parce que Linux n’a pas de part de marché et que donc les constructeurs s’en foutent ?

      Ca vous fais pas chier que certain applicatif comme la suite Adobe ne soit pas porté parce que Linux n’a pas de part de marché ?

      Moi personnellement ca me fait chier. Surtout quand à coté ta des gue-guerre à la con sur des truc sans intérêt comme le système d’init ou la tripoté de distribution inutile alors que si tu prend comme historique à Linux de ses 15 dernière années tu doit pas avoir plus de 20 distributions fiable et utile dans la durée. Le reste c’est des distribution perte de temps/énergie bon pour la poubelle.

  8. Bonjour,
    « des personnes du monde du libre qui joue la politique » –> qui jouent
    « comment se propage les ondes sonores » –> se propagent
    Inutile de publier ce commentaire, je lis ce blog depuis des années, et je suis un vieux con, j’aime que le français soit écrit correctement. C’est généralement le cas chez toi.
    Si ma démarche te dérange, fais le moi savoir.
    Sinon, 100% d’accord sur le fond (de ce billet ci, ce n’est pas toujours le cas)
    Très cordialement.

  9. Hello,
    Tu dis : « Quant à dire que cela ne concerne que les geeks, j’aurai bien sorti un terme mais on me dirait que je suis d’une grossièreté monstrueuse »
    1 – Je veux dire par là, que les utilisateurs en règle générale ne se soucient que peu de l’aspect et de la modularité de leur Desktop.
    2 – Tu peux y aller, je devrais tenir le choc, et de toute façon on te le dit déjà il me semble 😉

    Pour résumé, quelque soit l’outil, plus c’est puissant (dans tous les sens du terme) plus il faut lire la notice. Donc on peut partir du principe qu’il n’est pas utile d’afficher toute cette puissance, et d’aller à l’essentiel. Pour exemple, je trouve Elementary plutôt bien foutu sur cet aspect, le côté « c’est comme ça, tu touches à rien – en mode j’ai tout prévu – tu utilises c’est tout »

      1. J’ai utilisé un peu, je ne suis pas tout à fait d’accord avec toi. L’aspect « copie » est peut-être raté mais ça se discute, de son côté Pantheon est plutôt réussi, et je n’ai pas vu mieux dans cette branche macOS-like. Et le gars a au moins de mérite de reprendre l’interfaçage de l’ensemble des outils Pantheon qu’il propose !

          1. C’est ton point de vue. Note que c’est un toujours où souvent l’oeil « Expert » qui donne son avis ou dit ce qui est bon pour l’utilisateur lambda …

  10. Comme souvent, j’ai adoré ton article.
    Même si je suis à titre perso utilisateur assidu de Arch (et en plus, c’est à cause de toi :D), jamais je n’installerai ce « truc » sur l’ordi d’un simple utilisateur de mes amis (je ne fais des installs que pour la famille ou les vrais amis, ce qui fait déjà trop).
    En fait, si j’interviens, c’est parce que j’ai lu en même temps que le tien, un autre article, « Linux, c’est difficile » (https://www.microlinux.fr/linux-difficile/). Je trouve que la distinction qu’il fait et définit entre utilisateurs et administrateurs est très intéressante; par contre je ne suis pas du tout d’accord avec sa conclusion. J’utilise / forme / dépanne tout autant Windows (depuis plus de 30 ans) que Linux (depuis presque 15 ans) et je suis arrivé à une conclusion formelle : malgré tous ses défauts, Windows, depuis sa version 10, est arrivé à une maturité qui permet de l’utiliser en étant simple utilisateur (malgré certaines galères parfois); pour Linux, c’est impossible sans certaines compétences d’administrateur (au sens de l’article précité, je ne parle pas de vrais sys admins); même si Ubuntu et Linux Mint peuvent être utilisés au quotidien par de simples utilisateurs, l’install, et la moindre mise à jour importante nécessite la présence d’un administrateur (toujours au sens précité) tellement il y a souvent des problèmes.

  11. Je reviens aussi sur ce passage:
    « Déjà, limiter le monde linux au serveur, c’est dire : on s’en bat les steaks de l’utilisateur classique. Je ne sais pas ce qu’en pense Richard Matthew Stallman… »
    – Je ne limite pas. Je dis juste qu’au départ l’OS n’a pas été conçu pour un Desktop, à l’instar de concurrents
    – L’utilisateur classique, ca ne veut rien dire. Pour moi la base, celui qui fait que les PC sont ce qu’il sont, que le matériel est ce qu’il est, depuis bien longtemps, c’est le hard core gamer, dont on ne parle jamais. Parce que Mme michu dont on parle tout le temps, et dont on dit qu’elle va pas vers linux parce que c’est dur, etc… et ba c’est faux. Elle va pas vers linux parce que c’est pas installé quand elle achète son PC, point barre. Et elle sait pas ce que c’est qu’un ISO donc inutile de croire qu’elle passera sous linux un de ces 4.
    Le hard core gamer, il est débrouillard, saurai très bien installer n’importe quoi du moment que c’est documenté, mais lui il a des ssd, la dernière carte graphique, le dernier processeur, et j’en passe, et il joue aux derniers jeux, et tout cet écosystème tourne sous Windows.
    Donc que ce soit Mme Michu, un joueur, ou ma belle mère, ils tournent tous sous Windows, parce que soit c’est ce qu’on leur vend, soit c’est leur besoin, dans tous les cas ils n’ont pas le choix. Donc faut arrêter 2min, avec « Linux ne perce pas parce que c’est dur à installer, parce que c’est compliqué, parce que les développeurs sont des cons …. » Une Debian, Fedora, Ubuntu, s’installe en 20min, tout est déjà dessus, on peut surfer, écouter de la musique, lire une vidéos, sans rien faire de plus (modulo certains codec, mais idem sous les autres OS).
    Les tutos, les forums, les blogs comme le tien sont des mines d’or pour qui veut de l’info. Encore faut-il être curieux …

    1. Tu oublies – volontairement ? – un point. Un bureau basé sur du linux ne sera viable que si la logithèque proposée avec est du niveau du non libre. Et comme faire des outils bureautiques, c’est pas bandant techniquement parlant… On en revient à ce bon vieux serpent qui se mord la queue.

      Quant au hardcore gamer, je pense qu’en on trouve autant sur console que sur PC.

      Donc faut arrêter 2min, avec « Linux ne perce pas parce que c’est dur à installer, parce que c’est compliqué, parce que les développeurs sont des cons …. » Une Debian, Fedora, Ubuntu, s’installe en 20min, tout est déjà dessus, on peut surfer, écouter de la musique, lire une vidéos, sans rien faire de plus (modulo certains codec, mais idem sous les autres OS).

      Quid de la putain de logithèque QUI N’EST PAS AU NIVEAU de l’existant non-libre ? Mais c’est vrai, c’est pas bandant pour de nombreux développeurs dont certains se destinent à devenir développeur système en passant par des boites comme Epitech, Epita ou encore 42.

      Quant à ta conclusion, je ne dirais qu’une chose : le grand public est con, le grand public est con… 🙁

      1. Perso niveau logithèque j’ai encore du mal pour tout ce qui est gestion des photos.
        Le reste me va, vu que j’utilise pas grand chose. On vient de faire le premier exposé du gamin sous libreoffice et solus os en 6ème.
        Y’a pas à dire, le 100% libre peut fonctionner pour peu qu’on se donne les moyens.
        Mais on aurait fait tout aussi bien avec windows, mais en plus cher.

  12. Bon les gars, Linux a gagné et est déjà utilisé par des milliards de Mme Michu grâce à Google à travers Android et ChromeOS.
    Donnez un chromebook à Mme Michu et ça ira très bien. Je parle d’expérience j’ai offert un chromebook à ma mère (72 ans) et pas du tout techno,et ça lui suffit pour son utilisation d’un ordinateur, à savoir aller sur Facebook pour jouer à ses jeux, aller sur YouTube et aller sur le Net en général. Bref l’utilisation que font 90% des gens avec leur ordinateur.

  13. En effet, je n’ai pas parler de la logitèque, qui enterre très profond le Linux-Desktop!
    En bureautique c’est pas mauvais, mais si on va côté multimédia … Adobe et les softs sur Mac sont à des années lumières ….
    Après, reconnais le, tu disposes quand même, sous Linux, de 20 ou 30 éditeur de texte ou IDE a coloration syntaxique vachements sympa … *joke*

  14. C’est vrai que les utilisateurs sont vraiment très cons. Nous sommes tous des utilisateurs donc nous sommes tous très cons. Mis à part ce genre de syllogisme, c’est pas le problème et c’est aussi le problème. Mais en aucun cas, sauf marginalement une question technique. Se battre là-dessus est vain.
    Le problème de Gnu/Linux et du Libre en général, c’est le même que celui du nombre de syndiqués, le même que celui du pantouflage ploutocrate politique, le même que celui des mesures liberticides, débiles mais inefficaces de nos gouvernement depuis le début « des Zattentats » (je vous rappelle qu’il y a quelques dizaines d’années et même plus au-delà il y en a eu d’autres et sans « ternet » cette fois-là), le même que celui de « La Crise » de 2007 -2008 contre les responsables d’icelle on n’a rien fait, et qu’on va s’en reprendre une autre en pleine gueule et qu’on sera cette fois pas en short mais à poil, voire sans peau, le même que celui de la destruction des espèces à 50% (et oui déjà ! Putain comme le temps passe vite !) et contre quoi on ne fait rien (tiens Leurope vient de voter pour la reconduction des poisons Monsanto et autres, bien que tout le monde sache que les avis sanitaires sont truqués) le même que … toutes ces conneries qui marchent à chaque fois. Si, si les gens sont vraiment cons, et bien plus encore qu’on ne l’imagine. Mais ils s’en foutent parce qu’il ont leur petite ration de plaisir quotidien et immédiat et c’est tout ce qu’ils veulent. Du pain et des et ça marche depuis 2000 ans. Cons c’est bien vrai ! Intellectuellement ils savent que c’est presque mort mais ils s’en foutent. Veulent pas  » s’prend’ la têt’  » comme on dit d’nos jours. Sont cons et ils tiennent à le rester point barre.
    Alors la question de savoir si le con technophile, geek, nerd ou autre est plus ou moins con que le con benêt, petite maison dans la prairie, michuiste on s’en fout un tout petit peu et ça n’est en fait pas le problème : c’est juste une question de marché et de propagande. Pour le reste le con s’en fout.

    Il y en a un qui doit quand même se retourner dans sa tombe c’est le camarade Descartes qui croyait nous avoir apporté un « Discours de la méthode pour bien conduire sa raison, et chercher la vérité dans les sciences ». Ben presque 400 ans plus tard ça semble raté, toujours pas de méthode le con de de base, pas plus que de raison. Alors 10 ou 20 ans c’est de la roupie de sansonnet mon cher Fred !

    Nan mais quand t’y penses quel con ce Descartes !

  15. L’éternel problème du monde du libre, hélas encore d’actualité.

    A croire que les devs sont bornés à saturation. Ou alors pas courageux. Je m’explique.

    Un dev sort une application A. C’est un truc bien casse bonbon a utiliser pour un utilisateur lambda, mais ça fourmille d’options ça et là. Si y’a des ratés, vu le public, ça va plutôt causer technique, à moins d’être sur linuxfr, le dev va pas trop se faire allumer.

    Un autre dev sort une application B, il a essayé de rendre ça ergonomique et le moins buggé possible. Hélas, l’intéret prend pas. Jugement du public (à tort ou raison), c’est de la merde.
    Pourquoi certains devs se targuent de faire du geek pour du geek? Parce qu’affronter un public d’utilisateurs ça fait BEAUCOUP plus mal quand tu te vautres.

    Je prends pour exemple le passage KDE3 -> KDE 4. Un DE orienté public, donc. Depuis cet échec, KDE se traine une réputation de truc lourd et buggé (ce qui était vrai jusqu’à la 4.6) alors qu’il fonctionne aussi bien que GNOME dans les versions actuelles, et s’est même payé une cure d’amaigrissement en RAM entre la version 4 et 5.

    Beaucoup de « barbus » se plaignent du manque de drivers, d’applications, trop de gens dans les GAFAM… alors que ces hypocrites entretiennent farouchement leur joujou pour geek quand il faudrait penser à évoluer pour contenter déjà des utilisateurs avec des besoins simples. Histoire d’attirer un peu plus de monde et que les constructeurs de matos arrêtent de voir les linuxiens comme des râleurs marginaux. J’ai croisé un commentaire d’un bon gros abruti qui disait qu’un installateur ncurses + un tuto ça suffisait pour Mme Michu. Déjà que certains ne savent pas quoi faire quand un message propose plusieurs choix, c’est pas avec une interface digne de la fin des années 80 que la personne va être rassurée !

    Mais non, on préfère se la jouer élitiste parce que mis à part pondre des scripts rustine pétés d’une version à l’autre, ou faire des choix techniques qu’oserait pas un gros fumeur de cannabis, pour faire genre « ouais t’as vu je sais dire à mon PC d’aller faire couler le café avec ma combinaison de touches sur xmonad et mon script à l’arrache dont une version pre-alpha sort toutes les heures!  » Y’a pas de michu dedans, donc personne pour donner à ces gens une bonne grosse dose de réalité 3.0 dans la cheutron en leur disant que leur machin antiergonomique est aux antipodes de ce qu’un utilisateur attend, et qu’au final, c’est tellement inutilisable sans avoir potassé l’éventuel README de 3500 lignes que le jugement d’un utilisateur lambda ou d’un avancé qui veut pas trop se faire chier sera sans appel : c’est de la merde.

    Le joujou pour geek genre Arch et consorts ne devrait pas disparaitre pour autant. C’est cool pour apprendre. Mais en aucun cas on ne devrait mettre ça en avant. Qui va mettre le cric et la roue de secours en avant pour vendre une bagnole? Personne.

    Ca fait un peu marketing ce que je dis, mais savoir « vendre » Linux serait un bon point pour attirer du monde. Et là dedans aussi, on fait pas le distinguo entre la fonction et le fonctionnel. T’as beau avoir la sécurité top moumoute pout un truc donné, si cette sécurité est chiante à mettre en place elle ne sera pas utilisée, ou marginalement.

    En fait, c’est con à dire, mais dans le libre, le proprio s’en sort bien mieux, et est bien plus accueillant.
    Je prend l’exemple de Feral Interactive. Ce studio fait des ports de gros jeux pour mac, linux, android et ios (c’est pas qu’avec Linux et la tripotée de connards prétentieux qu’ils allaient faire leur beurre). Normalement ils supportent qu’Ubuntu version récentes pour leur support. Malgré tout, étant sur Manjaro, j’ai reçu un support correct et fonctionnel pour un volant non reconnu. Maintenant va dire sur le fofo Arch que t’es sur Manjaro pour le moindre problème….

  16. Je ne suis ni geek (bon un tout petit peu), ni informaticien (oui bon je suis électronicien) mais je suis quand même utilisateur quasi exclusif de Linux depuis plus de 20 ans.
    Mes deux filles de 19 et 16 ans n’ont toujours eu que des PC sont linux, en dual boot au début jusqu’à ce que ma grande me dise un jour qu’elle ne bootait jamais sous Windows. Le seul truc qui leur manque c’est la compatibilité avec leurs iPhone car ça je ne suis pas arrivé à leur enlever …
    J’ai installé des Linux (Ubuntu, Mint principalement) chez des personnes qui n’y connaissent strictement rien en info (surf, mail, bureautique), et qui en avait juste marre d’avoir une machine un peu ancienne qui mettait deux heures à démarrer ou qui était bourré de virus, des amies, mes parents, bref des personnes de 40 à 80 ans et après une première prise en main de dix minutes, j’ai rarement eu besoin d’intervenir à nouveau et leur machines tournent, tout simplement.
    Les rares personnes qui n’ont jamais voulu ne serait ce que tester une distribution linux sont :
    – Les gamers
    – Les « pro » ou qui ont des besoins spécifiques, genre : « ouais mais Gimp c’est quand même vachement moins bien que mon photoshop (cracké) » …
    En fait pour la vaste majorité des utilisateurs d’ordinateurs (internet, mail, bureautique), une distrib desktop linux est beaucoup plus adaptée, plus facile à prendre en main, moins compliquée à maintenir qu’un Windows. Et je rajouterai que c’est beaucoup moins technique justement !

    Et pour quelqu’un comme moi qui est souvent sollicité pour des dépannages « amicaux », réinstaller un Linux en moins d’une demi heure est bien plus agréable que de passer 4 heures devant un écran Windows.
    Le vrai soucis de Linux, c’est les éditeurs de soft dans le monde professionnel qui ne développent pas (voir plus pour certain) sous Linux. Je suis ingénieur et la plupart des soft actuels (desktop), ceux qui rapportent des sous en maintenance, en formation, ne tournent que sous Windows. C’est vrai en électronique, en mécanique, en architecture, en infographie et les pro, ils aiment bien ne pas changer d’OS toute les 5 min. L’open-source ne marche que dans le domaine que je n’ai pas cité, l’informatique, ou les dev arrivent plus ou moins à se comprendre, et donc à en tirer parti professionnellement et accessoirement peuvent s’écharper des heures sur le fait que systemd c’est le mal (alors que les autres, moi y compris, je m’en tape royalement !).
    Et si le vrai frein à la « démocratisation » de Linux dans les foyer ce n’était pas ça justement : Mme Michu elle s’en fiche de systemd, de Arch, de Debian, de Ubuntu, elle n’y comprend rien … Elle ne comprend pas non plus pourquoi le fork … pourquoi Gnome, KDE, Xfce, Mate … Quand on a grandi dedans, sans être un dev (comme moi), on s’en sort (même si je ne suis jamais arrivé à installer une Arch, mais je n’ai pas encore essayé les tuto de Fred), mais quand on découvre, on a juste l’impression que c’est un gros bordel, que de toute façon on n’y comprend rien et de toute façon on veux juste pouvoir aller sur internet, regarder ses photos, quelques films et écrire trois lettres dans l’année !

    1. Le vrai frein, c’est le gaspillage des ressources. C’est l’ego sur-développé d’une partie du monde du libre qui réinvente constamment la roue au lieu d’améliorer l’existant.

      Tu as bien précisé le nœud du problème, mais tant qu’il y aura des branleurs (désolé, il faut le dire ainsi) qui préfère pour la gloriole et pondre des distributions inutiles n’auront pas été cloué au pilori en place publique, rien ne changera vraiment.

      J’en ai ras le cul de voir les mêmes branleurs (qui se targuent de savoir coder en C/C++/Python/Haskell/Node.JS, etc) continuer leurs conneries d’années en années.

      Tu es un brin réducteur et caricatural, mais c’est pas complètement faux. Tant qu’il y aura des merdes intersidérales sur le plan ergonomique à la Scribus – je connais des personnes travaillant dans la PAO qui n’ont pas de mots assez durs pour dire leur détestation du dit logiciel – rien ne bougera.

  17. Je suis d’accord avec le constat de départ (le grand public est technophophe ; ou plutôt, ça ne l’intéresse pas) mais je ne vois pas forcément le rapport avec la critique du nombre de distributions.
    Comme cela a été dit, le principal problème vient tout simplement du fait que le public achète un PC avec Windows préinstallé. Ce serait une distribution Linux conviviale comme il en existe (si, si !), ça lui ferait le même effet. Que l’on vienne ensuite parler du manque de la suite Adobe alors que l’on parle de grand public, je ne comprends pas. Le grand public a besoin de la suite Adobe ?
    Je travaille dans une école (donc, des gamins de 5 à 12 ans) avec une quarantaine d’ordis sous Linux (Ubuntu principalement, Unity, Gnome ou LXDE ; quelques fedoras). Connexion automatique (et là je ne comprends pas la critique du mot de passe lors de la connexion dans un commentaire…) et les gamins comme les collègues les utilisent sans aucun problème. J’ai accueilli la semaine dernière un jeune en service civique : n’avait jamais entendu parler de Linux ou d’Ubuntu. Temps de prise en main : quelques secondes. Toutes nos imprimantes sont reconnues. Peu de maintenance. Je ne dis pas que tout est parfait (récemment, plus de son sous firefox, la faute à pulseaudio), mais on s’en rapproche… Je ne vois pas trop ce que l’on peut reprocher à Ubuntu par exemple en terme de convivialité (le grand public s’en fout de mir). Qu’une poignée de geeks s’amuse à côté avec leur distrib de barbus, grand bien leur fasse ! ça ne dérange pas les autres !

    1. Pour ta conclusion, je te répondrais une vérité que l’on veut nier : le gaspillage liées à de nombreuses distributions qui n’apportent rien au schmilblick dans un monde aux ressources par définition limitées.

  18. Je pense qu’il ne faut pas perdre de vue qu’une majorité des softs sur Linux et j’imagine des distributions Linux sont faites par des développeurs pour eux même. Il n’y a pas en mon sens de communauté codant pour la communauté. Ou de volonté d’atteindre le nombre puisqu’il comble l’envie du développeurs.

    Voilà je pense aussi pourquoi autant de fork, parfois de logiciel non user-friendly.
    Et cela est je trouve bien triste.

  19. Pour revenir à la distinction établie dans mon article, un exemple pratique. Au lycée privé de Saint-Hippolyte-du-Fort, on a une vingtaine de machines (+ deux serveurs) qui tournent sur ma version customisée de Slackware/Xfce. La config est plutôt pointue, avec authentification centralisée, proxy filtrant, monitoring réseau et tout le tralala. Les utilisateurs (profs, élèves, CPE, directeur, etc.) n’en savent rien, ils utilisent juste les postes pour le boulot. J’ai pris Slackware parce que je connais bien et que c’est super robuste. Récemment je suis passé sous CentOS, parce que j’aime bien le support de 10 ans pour chaque version.

  20. Pas d’accord.

    Le grand public n’est pas technophobe il est FAI-NÉ-ANT (et quand on voit les jeunes ça ne s’arrange pas). Il veut qu’on lui dise quand allumer ou éteindre ses lumières, qu’on lui dise dans quel restaurant manger, bientôt qu’on lui dise quand aller ch***!!!

    Je suis remonté mais quand on voit que le QI baisse, Idiocracy est à nos portes.

  21. Bonjour à tous !
    Pour ma part je suis partagé entre le contenu de l’article auquel j’adhère complètement (pour la plupart des gens un ordi est uniquement un outil comme une voiture et c’est très bien comme ça) tout en souhaitant réagir au commentaire de Cyril Cottet avec bienveillance. A 30 ans je fais surement partie de la dernière génération qui a aussi connu l’avant internet. Cette époque pas si lointaine où on galérait pour avoir une info. Il fallait acheter des mags des livres aller à la bibli ou tomber sur la bonne personne. Maintenant, il suffit éventuellement de savoir faire correctement une recherche et trier les infos. C’est certes toujours un travail important, mais le temps et les ressources que nécessitent ledit travail ont baissé. Pour ma part, je ne dirais pas que les plus jeunes sont fainéants. C’est surtout un manque de curiosité et de désir d’apprendre qu’il faut savoir ressusciter chez eux. Cela fait partie du rôle des adultes et des enseignants au sens large. Tout le monde à sa part de responsabilité Sous chaque pierre peut se trouver une sculpture magnifique. Chaque être dispose d’un potentiel qui ne demande qu’à être éveillé. Quand on possède quelque chose depuis toujours (internet et l’informatique au quotidien dans le cas de la génération des 15/20 ans) on ne se rend plus forcément compte de la chance qu’on a ni du potentiel de l’outil. On diabolise d’abord les jeunes (réflexe de vieux) car ce sont les premiers concernés. Cependant, ce désir d’apprendre doit aussi et surtout être entretenu lorsqu’on est adulte. Il ne faut jamais se reposer sur ses acquis ni regarder la poussière sur le palier du voisin sans prendre le temps de remarquer que le notre nécessiterait lui aussi probablement un bon coup de ménage 😉

    Et pour l’article merci qui ? Merci Freddy!

    1. Je n’ai pas bien compris en quoi tu faisais partie de la dernière génération ayant aussi connu l’avant Internet? Je crois que toute personne plus âgée que toi a connu les deux périodes 😉
      En tout cas je ne sais pas où tu as étudié mais je suis un poil plus âgé que toi et j’ai pu bénéficier d’Internet pour mes recherches dès le lycée et de manière plus évidente en prépa au tournant des années 2000. (je bavais aussi sur les images d’Ocarina of time qui mettaient des plombes à charger avec les connexions de l’époque 😀 )

      Je dis bien qu’avec les jeunes ça ne s’arrange pas et non pas qu’ils sont les seuls à blâmer. Je me permets cette petite remarque car ma femme est professeur de maths dans des collèges dits « sans problèmes » et je suis au fait d’une situation que je n’ai pas connu et qui m’interpelle.
      Bien sûr que de tout temps les plus anciens ont fustigé les plus « jeunes ». Déjà les anciens babyloniens il y a plus de 5000 ans critiquaient les jeunes pourries (sic!) et paresseux donc ça ne date pas d’hier.
      Ils ne sont pas seulement désinvoltes et passifs (ça n’a rien de nouveau même si ça a le don de m’énerver) mais ils se permettent de braver l’autorité avec un aplomb que, je répète, je n’ai pas connu. Bref, fin de la parenthèse je ne souhaitais pas faire tout un laïus sur ce point. (juste pour finir j’aime ton idéalisme mais sincèrement je connais plusieurs profs qui ont laissé tomber car ils ne peuvent rien en tirer de leurs élèves et il y a une vraie crise de la vocation dans l’enseignement. Encore une fois les profs ne font pas tout et les parents sont aussi responsables, mais passons…)

      C’est à tout âge qu’il faut cultiver sa curiosité, c’est certain et des seniors que je connais sont aussi réfractaires à l’informatique. On peut ne pas comprendre, passer à côté de certaines choses et in fine demander de l’aide, mais j’ai du mal avec les gens passifs qui veulent tout, tout de suite et tout craché.

  22. De la technophobie ? Jsuis pas certain. Le « grand public » ça devient un concept très large qui va de Monique qui check ses recettes de cuisine sur iPad à l’architecte qui bosse sur son Mac et utilise des logiciels pro tout en ayant été formé au papier et à la règle.

    Je crois que tout le monde, y compris bon nombre de technophiles, aime utiliser des systèmes agréables, avec un bon feeling visuel et sensitif, certains aimant pouvoir bricoler et personnaliser.

    Si GNU/Linux sur PC est un échec, c’est déjà parce qu’on manque de logiciels professionnels modernes (notamment traitement de texte, mise en page, PAO, vidéo, musique), et proposer LibreOffice ou Scribus comme alternatives à Microsoft Office ou à Adobe InDesign c’est naïf et ça démontre une méconnaissance des besoins de pas mal d’usagers. Je ne crache pas sur ces deux applis libres, mais on ne peut pas les qualifier « d’alternatives » (dans le sens possibilité de les interchanger en transparence). C’est aussi parce que le système de paquets tel qu’on le connait (apt, dnf, pacman) est trop contraignant pour proposer des paquets pan-distrib (c’est fondamental ça) et faciles à installer, pendant que chez MacOS on installe les applis par glisser-déposer d’une icone dans le dossier Applications.

    La dynamique se lancera peut-être avec la popularisation de Flatpak puis le développement de GNOME et de son univers, notamment avec le retour d’Ubuntu sur cet environnement… J’espère en tous cas.

    1. On ne peut pas reprocher à GNU/Linux le manque de programmes professionnels quand ces derniers sont propriétaires. C’est les éditeurs qui ont choisi de ne pas les porter sur GNU/Linux (par manque d’utilisateurs sur ce dernier, c’est vrai). Mais c’est toujours le serpent qui se mort la queue là-dessus (cf Windows Phone par exemple). Bon, il y a aussi la peur de toucher et de modifier quelque chose qu’on ne maîtrise pas. Quant au fait que LibreOffice n’est pas viable comme alternative à MS Office, je ne suis pas d’accord mais c’est une question d’appréciation.

      Pour moi, GNU/Linux n’est pas un échec à cause du manque de programmes pro. C’est un échec à cause du fait que les gens sont habitués à Microsoft (Apple pour les plus aisés) et qu’ils ne connaissent pas GNU/Linux ou ont peur de changer parce qu’ils ne veulent pas tout casser. Quant aux rares qui ont le courage de s’intéresser à GNU/Linux, une autre partie abandonne fasse à la marée de distributions, de bureau, d’outils en tout genre permettant de faire la même chose de 36 manières différentes (cf le xfcd sur la création de 36 standards différents pour une même chose). Enfin, pour la très petite proportion qui aura installer Linux, une partie retournera sous Windows à cause du manque de programmes qui leur conviennent. Mais c’est une très faible proportion par rapport à tout ceux qui pourraient utiliser Linux au quotidien.

      Une majorité des utilisateurs n’ont pas besoin de logiciels professionnels et se contentent de naviguer sur Internet (Youtube, Facebook, etc.) et de faire du traitement de texte de temps à autre. Il y a tout ce qu’il faut pour eux dans GNU/Linux.

      1. Entièrement d’accord. On a pas perso pas de gros besoin, ça fait quelques années qu’on est sur linux, avec de grosses réticences de la part de ma femme mais au final même si c’est la galère pour trouver sa distribution, son bureau (mais c’est seulement la galère car je suis curieux et donc j’aime installer, désinstaller, tester, sinon je serai resté sur ubuntu ou mint et c’est la galère car il ya du choix, faut-il s’en plaindre?), ben au final on s’y retrouve.
        On est dans la légalité, c’est plus rapide qu’un windows, plus léger et on trouve tout ce dont on a besoin pour peu qu’on reste curieux et ouvert. Pour les enfants qui sont pourtant sur windows à l’école (en utilisant au final firefox et libreoffice, belle hérésie), ça leur pose aucun problème car il retrouve les mêmes softs et au contraire sont ravis car là au moins c’est plus rapide qu’à l’école et ça plante pas, pourtant sur une tour bien plus âgée que celle de l’école.

  23. Linux : pour geeks barbus ? OUI !!!! Je suis le cousin un peu bêta de madame Michu et pour moi , utiliser la ligne de commande, c ‘est démarrer une voiture avec une manivelle alors qu’il existe une clé de contact! Je travaillais dans un bureau de 10 personnes qui boulottaient sur la création de référentiels de formation dans l’enseignement. Utilisation de la bureautique pour la conception, internet pour les recherches et powerpoint pour les présentations lors des commissions et ce depuis plus de 10 ans. Je n’ai jamais vu un seul ou une seule de mes collègues essayer un logiciel ou l’autre ou même essayer d’utiliser LE CLIC DROIT de peur de faire une bêtise, de tout bloquer ou de perdre certaines réalisations! J’étais le seul à pouvoir leur mettre leurs photos de vacance en diaporama et il en existent des centaines de milliers comme ça : la grosse majorité de la population. Quand le vulgus pecum ne retrouve pas ses marques , c’est-à-dire, l’aspect de bureau,les logiciels auxquels il est habitué sur microsoft, donc de retrouver ses automatismes rassurants, il renâcle et renonce à la première difficulté rencontrée. Même aller chercher le pack « langue » pour Firefox est une entreprise périlleuse, déjà que le commun des mortels ne comprend pas pourquoi il n’est pas directement francisé. Ne pas trouver les boutons à la place où il est habitué à les voir et il est tout perdu ! La meilleure preuve s’il en est est le tollé qu’a provoqué la disparition du bouton de démarrage dans W 10, le peuple ( j’en fais partie et je le revendique) était perdu ! Alors , jouer avec Linux…..Essayez de lui demander d’utiliser Synaptic et vous allez être surpris car c’est le prendre pour Indiana Jones à la recherche de l’arche perdue. Tant qu’il y aura des manipulations, même basiques à effectuer, vous vous n’augmenterez pas le nombre d’adeptes de la secte Linux. ET C’EST DOMMAGE)
    En tout cas , je m’amuse vraiment bien en lisant vos blogs, en regardant vos vidéos et petite pierre dans votre jardin, en vous regardant vous chamailler 🙂 (je parle en général)
    ++ à tous

    1. Mais au moins tu essaies de comprendre, tu tentes et c’est là toute la différence.
      Je ne trouve pas que Linux soit une secte, il faut que les outils soient simples mais pas simplistes non plus. Personnellement un outil qui me prend par la main et dont je ne sais rien me fait plus peur qu’une ligne de commande.
      Radine-toi sur le forum de MX je t’ai fait une réponse. MX, voilà un bel exemple de Linux qui essaie de simplifier les choses 😉

        1. Ah mais je n’ai pas dit le contraire. Ils font un super boulot avec la DF-Linux et en particulier pour les débutants.
          Par contre ça la fout mal, leur fichier torrent est foireux pour la version 64bit ;p

  24. Salut 🙂

    J’était tombé sur l’article de Niki Kovacs que je trouve également fort intéressant et très vrai : administrer et utiliser un système informatique sont 2 choses différentes.

    Lorsqu’on est technophobe, soit, on paye pas très cher son Windows avec son PC, et s’il casse, ben on est dans l’embarras si on a pas dans son entourage leGarsQuiSyConnaitEnInformatique, soit on achète très cher son Mac, qui sera rendu obsolète de façon logiciel bien avant de casser (j’ai de la famille qui a essayé d’acheter des barrettes de RAM pour un Mac suite à une mise à jour, au final ils ont racheté un Mac), soit, on achète une prestation à des gens comme Niki Kovacs.

    Parce-que oui, vous avez remarqué, c’est pas gratuit ce qu’il propose. Notez que ça n’est pas du tout une critique, il me semble même que c’est plus ce genre d’initiative qui fera passer la fameuse barre des 10% ; en effet, ceux qui payent ont le droit de taper du poing sur la table pour avoir un truc qui marche du premier coup, et pas du tout fait pour les technophiles.

    Notez également que ça semble fait avec ce qui existe déjà (slackware), donc pas besoin de re-inventer la roue, tout existe déjà (preuve que les dev savent un peu faire des choses pour le grand public) 😉 Et donc, par conséquence, pas besoin non plus de crier haro sur ceux qui le font, eux n’ont peut-être cure de cette barre, et c’est un droit 🙂

  25. Parce que MacOS est simple ?
    Je pense que le critère est mal choisi
    On ne parle jamais des constructeurs. Qui, à mon sens, sont le principal et l’unique frein éternel au Desktop GNU/Linux (en plus sans doute de cette fameuse gue-guerre des développeurs, qui fera plaisir à Fred, à laquelle je n’adhère que modérément). Ils le furent avec les drivers (vidéos notamment, Ethernet, wifi …), et le sont depuis toujours avec les pré-installations de Windows.
    Parce que dire que les gens sont des idiots, les jeunes surtout, qu’ils attendent que ça leur arrive tout cuit. Certes, il y a un part de vrai. Mais ce sont quand même les constructeurs, Apple en tête, qui ont expliqué aux gens que ce n’était plus la peine d’exprimer leurs besoins ou leurs envies, on allait leur fabriquer …
    Je pense, que si Windows n’était pas pré-installé, ce Blog n’existerait sans doute pas, pas avec le même fond en tout cas.
    A contrario, si tous les développeurs faisaient des trucs « super chouettes et vachements bien » pour tous le monde (et je pense que les dév Red Hat, Debian, Ubuntu, Fedora font des trucs plutôt réussi dans l’ensemble – je dis bien dans l’ensemble) et ba … ça changerait quasi rien niveau part de marché des OS, parce que Windows sera toujours installé sur le PC qu’on vient d’acheter

  26. Bravo pour cet article.
    Mais avant tout merci pour la découverte dOpeth.
    Ceci étant dit je suis un «vieil» adepte de la bidouille (http://jornada.free.fr/ le site n’est plus maintenu depuis des lustres et ce n’est pas le mien mais le groupe existe toujours et s’échange les news du moment plusieurs fois par semaine) et j’ai tâté du Linux.
    Mon frère a 7 PC sous Linux, il n’y avait pas de raison que je ne tente pas l’expérience moi aussi.
    Malheureusement comme écrit par ailleurs l’expérience s’est arrêté lorsque Ubuntu n’a pas pu reconnaître ma carte réseau (Atheros) donc pas de connexion internet donc arrêt buffet.
    Bon je ne me suis pas découragé et je me suis démerdé après plusieurs heures de discussions et de recherches.

    Mais ensuite pas moyen de reconnaître correctement ma souris (une vieille Microsoft Trackball Explorer) avec OBLIGATOIREMENT toutes ses fonctions de macro (sinon ça ne sert plus à rien à part son ergonomie).
    Et enfin idem avec ma petite tablette graphique une banale Wacom.
    Dans ces conditions…. ma foi comment avancer?

    J’ai quand même utilisé cette Ubuntu à temps perdu pour voir et avec de très bonnes dispositions.

    L’interface graphique? Ouh la j’ai passé des nuits sur Litestep bien avant qu’Ubuntu n’existe et on faisait des interfaces d’une zénitude totale, tout cela pour dire qu’à ce sujet Linux n’a rien inventé.

    Les logiciels?
    Il y avait (je parle au passé car je ne connais pas l’actu du moment) à peu près tout ce dont on a besoin mais je n’ai pas trouvé de gestionnaire de fichier en mesure d’afficher autant de fenêtre que désiré (j’en utilise 8 avec une 60 aine de bureaux).
    Ou de logiciels de «macro» (barre de lancement rapide latérale à onglets compilant environ 500 noms propres) sans parler de Foxmail et de ses options d’ergonomie.
    Ou de logiciels de RSS to email pour les veilles de toutes sortes

    Cependant tout cela a du évoluer mais je ne représente pas du tout le grand public qui à la limite n’a besoin que d’outils simples et pourrait trouver son bonheur avec le package de base.

    Sécurité : ma foi comme dit par ailleurs aucun soucis sur Windows depuis…. je ne sais plus quand en fait?

    Stabilité : là aussi ça tourne 24h/24 365 jours par an et si ça plante une fois tous les 2 ans (et encore c’est le bout du monde), mais c’est vrai que je ne bidouille pas.

    Mais comme l’a fait remarquer un commentateur, l’interpénétration des mondes : informatique, téléphonie, musique et autres fait que la jeune génération doit (ou plutôt EXIGE de) pouvoir immédiatement se connecter avec ses semblables : les passerelles Iphone, Samsung, sans parler de tous les réseaux de chat ou autres ont-elle été développées et sont-elles immédiatement opérationnelles, cela je l’ignore?

    Bref lorsque je serai retraité je me replongerai tranquillement dans ce monde.

    En attendant mon frère (et ce blog du coup) me tient lieu d’agence de renseignement sur l’actu Linux.

  27. ‘lut Fred…
    C’est, je pense, le problème numéro 1
    Et ça, une grande partie du monde libre fait l’autruche sur le sujet.
    Que ce soit au niveau des dev jusqu’au niveau de ceux qui sont théoriquement là pour aider les nouveaux arrivants (attention, je ne dis pas que tous le sont, j’en ai déjà parlé dans un de mes billets… Prétention, arrogance, ton hautain. Chez certains, doit y avoir pas mal de laitance collé aux murs)
    @Plus

    1. Dans le libre il y a toute la logithèque libre que l’on veut :
      Pack office = libreOffice
      Photoshop = Gimp
      Lightroom = Darktable
      Liste non-exhaustive …

      Alors on peut discuter du niveau de chaque logiciel, ce qui n’aurait que peut de sens, dans la mesure ou quand on utilise un soft depuis plusieurs années, on ne va pas se retaper un nouveau à apprendre, qu’il soit très bon ou pas. Si on utilise Photoshop, on utilise Photoshop que l’on soit sous Windows ou sous Mac. Tant qu’il n’existera pas sous Linux, les utilisateurs de Photoshop ne mettrons jamais Linux sur leur bécane.
      Les raisons sont donc commerciales.
      Petit PS : un développeur est motivé par un projet auquel il adhère, pas par un projet auquel on voudrait qu’il adhère. Idem pour le language. Il suffit d’avoir développé un chouille pour comprendre cela 😉

  28. coucou,
    Je pense que tu auras beau le répéter un nombre infini de fois, il n’y aura jamais aucun changement.
    Que ce soit les dév ou le utilisateurs, aucun ne veut faire un pas vers l’autre, à cette vitesse là Gnu/Linux n’est pas prêt de dépasser les prétendus 5%.

    Je pense que je vais finir par passer tout mes ordis sur des distributions BSD like, c’est encore plus barbu mais au moins il y a une cohérence dans les choix faits.

      1. Vu que j’ai des ordis de plus de 7 ans, ça passe.
        Mais je conçois que c’est un problème pour ceux qui se tapent les derniers composants.

        De toute façon, il existe des ports qui peuvent résoudre certains soucis.

      2. Clairement
        J’ai un collègue, adorateur inconditionnel de Ken Thompson, qui ne mettrait jamais une BSD en Desktop …
        C’est un peu se faire du mal pour rien

        1. Sympa le commentaire méprisant mais :
          1- j’ai dit ça en pensant au projet isotop (https://3hg.fr/isotop/). Même si c’est difficile, ça prouve que c’est possible. Les clichés ont la peau dure…
          Gnu/Linux n’est pas devenu compatible avec une pelleté de matériel du jour au lendemain il me semble !
          2- je dis ça pour mon cas personnel, je n’impose pas mon choix à tout le monde.

  29. Je ne comprends pas ces histoires de « dispersion des ressources » et de « gâchis ».
    Les gens qui pondent ces infâmes distributions n’ont aucune compétence pour contribuer aux gros projets. Donc forcément, ils posent leurs crottes ailleurs.

    C’est comme si tu disais à un gamin de 6ème pourquoi il écrit du marc levy et pas du Baudelaire.
    C’est tout simplement parce qu’il est incapable d’écrire du Baudelaire.

  30. Lorsque j’ai lorgné du côté d’Ubuntu pour remplacer mon Vista sur mon pc de 2007, je fus stupéfait de constater que tout était gratuit, et ce, pour les mêmes services rendus pour l’usage que je fais d’un
    ordinateur. Et c’est toujours le cas aujourd’hui avec ma distribution Debian.
    A présent j’ai acquis certaines connaissances et je me documente par curiosité sur ce fameux « Monde du Libre » où la propriété n’existe pas, où rien n’appartient à qui que ce soit, où l’on peut copier et distribuer toujours aussi librement.
    Et si le « grand public » réagissait négativement à cette gratuité totale ? Je veux dire s’il pensait : « si c’est gratuit, ça doit mal marcher… » Nous sommes tellement conditionnés par nos habitudes de
    consommation.
    Je connais certaines personnes de mon entourage pour lesquelles le prix est un indice de qualité ou de fiabilité, c’est valable pour un lave-linge ou un camembert. Pour autant elles ne roulent pas sur l’or…
    Par contre, les utilisateurs tentés par une distribution Linux et malgré tout réfractaires à l’installation
    maison et à la maintenance sans assistance ne trouveront que peu de pc pré-installés avec Linux, et ils seront plus chers que le matériel sous Microsoft Windows, je trouve. Et acheter un pc sans OS ne sera pas l’idée la plus répandue dans la majorité, et certainement pas glissée dans l’oreille du client en grande surface, par exemple.

    Dans ces conditions je vois mal le « socle » à partir duquel bâtir et croître, si telle est l’ambition du
    « Monde du Libre », de surcroît passablement agité de querelles entre spécialistes de la matière, si j’en crois articles et commentaires…

    Une mamie de 73 ans, décontenancée par le nouveau Firefox 57, m’a récemment fait part qu’elle
    ne trouvait plus la « planète » pour aller sur internet, c’est à dire l’ancienne page d’accueil de son navigateur, alors je lui ai installé la page d’accueil de son moteur de recherche favori, faute de mieux.
    Elle m’ a dit « c’est dommage, c’était mieux avant… » et j’ai été personnellement touché par sa tristesse de voir disparaître un repère personnel sur l’écran qu’elle visionne plusieurs heures par jour
    dans la solitude de son petit logement…

    Je lui ai dit : « c’est le progrès, on n’y peut rien ! »

    C’est une simple anecdote mais elle certainement plus répandue qu’on pense.

    1. @Cerigue:Et si le « grand public » réagissait négativement à cette gratuité totale ? Je veux dire s’il pensait : « si c’est gratuit, ça doit mal marcher… » Nous sommes tellement conditionnés par nos habitudes de consommation.
      Petite anecdote: il y a quelques années j’ai fait un musée à Nimes à l’occasion d’un déplacement pro. L’entrée était gratuite, je n’y ai vu personne. Le gardien se lamentait : depuis le passage à la gratuité le nombre de visiteurs avait chuté drastiquement. Avant c’était 2€ et les gens devaient certainement se dire « si c’est gratuit, ça ne doit pas valoir le coup… »
      Tout ça pour dire que je n’y avais jamais penser mais ça pourrait aussi jouer (même si souvent Windows est lié donc on n’y voit pas le prix)

  31. ‘LLo,
    @cerigue:
    « Et si le « grand public » réagissait négativement à cette gratuité totale ? Je veux dire s’il pensait : « si c’est gratuit, ça doit mal marcher… » Nous sommes tellement conditionnés par nos habitudes de
    consommation. »
    & pourquoi donc ne se pose-t-il jamais la question au sujet de G & F du célèbre quintet (gafam) qui ne marchent pas si mal que ça (bien que leur position devenue/devenant quasi-monopolistique en inquiète un brin quelques uns quand même…) ?
    Demande peut-être à ta mamie ce qu’elle en pense..? 😉

  32. J’ai 48 ans et quelques années d’utilisation des PC derrière moi.
    J’utilise Linux depuis 10 ans maintenant. D’abord le monde d’Ubuntu, et ensuite plus récemment j’ai découvert le monde d’Archlinux, grâce à Fred d’ailleurs !

    Pendant ces 10 dernières années, j’ai continué à utiliser en parallèle Windows :
    – d’une part parce qu’il était pré-installé sur les PC que j’achète, et que je l’ai payé
    – par curiosité aussi, pour pouvoir faire un petit comparatif entre les 2 mondes

    Mon constat perso sur ces 10 dernières années : j’ai le sentiment que Windows a plus progressé que Linux.
    Alors certes Linux reste une alternative super intéressante quand on a pas du matériel performant.
    Mon PC portable Dell est bien content de tourner sous Linux, en lieu et place du W7 d’origine qui n’était pas très agréable et plutôt lourdaud.
    Mon PC fixe que j’ai monté moi même tourne aussi sous Linux. Je ne vais tout de même pas pousser le masochisme jusqu’à payer une licence de Windows. D’autant plus que l’utilisation d’un Linux sur ce genre de machine fonctionne très bien dans 99 % des cas ( ce qui n’est pas forcément le cas sur tous les PC portables malheureusement )

    Reste le cas de mon autre PC portable, plus récent. Ce dernier est assez performant ( un processeur Intel i3 4000 M, 8 Go de mémoire vive et un SSD )
    Et pour cette machine, je dois bien reconnaitre que je ne trouve plus aucun avantage à utiliser un Linux dessus :
    – w10 est performant et rapide ( même un Archlinux Mate ne fait pas mieux, c’est dire ! )
    – tout le matériel est reconnu les doigts dans le nez ( la configuration de mon imprimante Epson en Wifi est un jeu d’enfant, ce qui n’est pas le cas sous Linux )
    – la gestion du multi écran ( quand je veux connecter en HDMI mon PC portable sur la TV de mon père pour regarder un film par exemple ) est au top sous Windows, et elle est complétement à la ramasse sous Linux ( on y arrive aussi mais c’est super mal foutu, alors que sous Windows tout est fait en 2 clics )
    – mes logiciels de prédilection cad Firefox, Thunderbird et LibreOffice fonctionnent très bien sous W10. Firefox 57 se paye même le luxe d’être largement plus performant que son homologue Linuxien, un comble !
    Bref, même si moi qui me considère comme un utilisateur averti je ne trouve plus aucun intérêt à Linux sur ce PC, à quoi bon espérer encore quelque chose pour Mme Michu ?

    Certes, on pourra toujours rétorquer que la gestion de la vie privée est mauvaise sous W10
    Mais bon, mon Smartphone fait largement pire, et comme je n’étale pas ma vie sur les réseaux sociaux Windows me fout pour l’instant une paix royale de ce coté la. J’ai même l’impression que c’est le moins mauvais car nettement moins vicelard- je fais tout en cachette – que Google.
    http://www.phonandroid.com/android-google-avoue-localiser-smartphone-meme-gps-desactive.html

  33. Beau témoignage. C’est clair qu’il ne faut pas être masochiste ou buté. Chacun trouve son bonheur et me concernant Windows 10 est obligatoire pour un de mes logiciels pro.

    Ceci étant, témoignage pour témoignage, la dernière mise à jour de Windows aura le don de faire perdre le fil à Mme Michu. J’ai une carte graphique AMD de 8 ans d’âge. Windows a absolument tenu à m’installer de force un pilote destiné à des cartes plus récentes. Il a fallu que je nettoie ça en mode sans échec sans quoi je pouvais dire adieu à l’utilisation de ma carte. Donc même Windows 10 n’est pas exempt de reproches (encore moins Apple et leur faille root qui a demandé l’utilisation de la ligne de commande le temps qu’ils patchent leur patch XD )

    1. Exact.
      C’est d’ailleurs pour cela que je précise dans mon témoignage que c’est seulement sur un de mes 3 PC que Linux ne présente aucun intérêt.
      Bref, chaque cas est différent et il faut trouver pour chaque matériel le système le plus performant.
      J’ai oublié aussi d’ajouter un détail : pour certaines personnes dans mon entourage qui ont une connexion internet en carton ( c’est la campagne vers chez moi ) alors W10 peut vite devenir un calvaire, avec ses nouvelles versions qui déboulent tous les 6 mois et téléchargent en tache de fond plusieurs Go de données…
      Avec la version 1709, on peut enfin fixer une limite d’utilisation de la bande passante.
      Mais faudra déjà trouver l’option : l’interface de Windows reste un foutoir inextricable et la trouver dans les paramètres de Windows Update n’est pas facile du tout.

  34. Euh…

    « (…) ce n’est pas avec Archlinux, Slackware, Crux, Gentoo ou d’autres distributions nécessitant la ligne de commande pour s’installer que cela arrivera. »

    Pourquoi donc l’auteur de ce blogue utilise et prêche Arch Linux alors ?!

    Linux Mint, Ubuntu MATE, Ubuntu GNOME à la limite, voire Solus, le reste c’est pas pour le grand public. Les autres ne sont pas orientées desktop. Faut bidouiller…

    Bref, pour être conséquent, faudrait que l’auteur de ce blogue utilise une distribution grand public et arrête de déconner avec Arch. 😉

    1. Je ne prêche pas, n’étant pas dans les ordres. J’utilise Archlinux par plaisir personnel, et JE NE FORCE PERSONNE à y passer. Je propose de la documentation pour les personnes un brin curieuse et point final.

      J’ai utilisé une distribution grand public pour me dégrossir, et je suis passé sur Archlinux car elle me convenait mieux. C’est tout.

      1. Vous n’êtes juste pas conséquent.

        Vous voulez que les choses changent, mais vous participez au problème.

        Je comprends que d’un point de vue personnel, par curiosité, voire passion, on puisse utiliser Arch Linux. Mais faut arrêter de se plaindre que le monde du libre part en couille quand on rédige un blogue en parlant plus souvent qu’autrement de Arch Linux, justement ! C’est pour le moins paradoxal…

        Bref, tant mieux ou tant pis pour vous.

        1. Mon blog parle d’Archlinux mais pas uniquement. Ensuite, si je ne suis pas conséquent, et bien, vous m’en voyez désolé.

          Il est vrai que je ne parle jamais de distributions basées sur Ubuntu ou d’autres bases plus compatible avec les « michus ».

          Bref, je vous remercie de votre commentaire plus que constructif.

  35. Bonsoir,

    Le blog de Frédéric existe, parce qu’il est extrêmement bien référencé et pour cause, lorsque l’on recherche des infos sur archlinux.
    Ce n’est pas parce que, par exemple, je compile mes noyaux, que cela constitue la méthode « grand public » …
    Il existe une pléthore de distributions adaptées aux néophytes et il suffit de naviguer dans les archives du blog pour se rendre compte que Fred en parle beaucoup, en mettant en avant les pour et les contre. Idem pour les nouveautés
    Ce blog est beaucoup plus généraliste que centré sur Arch, de plus je n’ai pas souvenir d’avoir entendu Fred comparer, a aucun moment, les distribution qu’il présente avec Arch

  36. @ fassil
    Voilà, cette mamie de 73 ans est bien sûr à des années-lumière de cerner le souci que peut représenter « la bande des Cinq », alors qu’elle s’en sert tous les jours.
    Mais par ailleurs et dans cet ordre d’idées elle a fortement conscience des colossaux profits
    générés par les groupes pharmaceutiques, qui, business oblige, inventent le mal, la prévention d’Etat et le remède obligatoire. C’est une autre « bande » mais c’est assez ressemblant…
    Elle compte aussi ses sous en rêvant aux frais défiscalisés alloués à nos chers députés, ou bien
    elle soupire en observant son A.P.L. de plus en plus légère…
    Tiens, je viens de lui poser deux tringles à rideaux, perceuse en mains, histoire de lui voiler un
    peu la réalité … ?

  37. bonjour,
    et si on arrêtait cette guerre stérile!
    Linux est,a mon avis,un signe de curiosité!!
    j’ai tourné sous Windows pendant des années et c’est le ras le bol, des écrans bleus, qui m’a fait passer, sous linux!!
    la guéguerre entre développeurs et madame michu ou spécialiste de la ligne de commande et novices de l’informatique est un faux problème!!
    Que veut le monde du libre?
    Si c’est rester confidentiel, bravo !! continuez comme ça ça marche!!!
    si c’est devenir grand public ou se répandre un peu sous quelques millions de pc,alors il faut se mettre a la portée de madame michu!!!(quelle expression méprisante)
    je sais ça fait mal mais c’est comme ça!!
    on va pas convertir quelqu’un en lui disant de s’adapter c’est au linuxien de s’adapter!!!
    eh oui pour convertir, il faut séduire!!!
    Moi ce qui m’a séduit ,il y a , a peu prés 10ans, c’est le look d’ubuntu!!!
    après j’ai fait mon propre cheminement,qui m’a amené a Manjaro aujourd’hui.
    Alors un peu d’humilité et d’écoute des autres et se dire qu’ils n’ont pas forcement tort!!
    l’orgueil et le mépris est ce qui fait le plus de mal au monde du libre,comme dans beaucoup de chose!!

  38. Las des références faites à propos de cette fameuse Madame MICHU, je me suis mis à sa recherche.
    Elle a 37 ans, se prénomme Alice et demeure à C******E 0***0.
    Le 16 décembre prochain ce sera sa fête.
    Sur le blog c’est tous les jours…

    1. Je sais qu’il existe quelques Michus qui sont devenus les « boucs émissaires ». Quant à tous les jours sur ce blog, je te conseille de regarder les archives…

      Je croise ce genre de personnes qui n’ont pas envie d’apprendre à utiliser un minimum l’informatique. Le même genre de personnes qui se fait siphonner le portefeuille avec les smartphones à 1€ subventionné… Bref…

      Sinon, je n’ai rien contre les utilisateurs de ce type. J’en ai simplement ma claque d’être leur « bonne à tout faire » dès qu’il s’agit d’informatique.

  39. La réaction épidermique prouve que tu as « du sang ». C’est ainsi que les éleveurs désignent les bêtes vigoureuses… et prometteuses.

    Par ailleurs l’Académie Française préfère la forme masculine et écrira « un après-midi ». Son raisonnement est simple : « matin » est un nom masculin, il n’y a donc aucune raison de changer le genre pour « un après-midi ».
    N’y voit surtout pas une quelconque pédanterie… J’ai un faible pour ma langue natale plutôt malmenée ces temps-ci, alors je « résiste » comme je peux, quitte à paraître « caporal-casse-ponpon »…
    Très cordialement.

    1. Une langue vivante est une langue qui bouge toujours. « Donnez-moi quarante trous du cul et je vous fais une Académie française. » (Georges Clemenceau).

      Sinon, je trouve qu’au féminin, ça fait plus joli à l’oreille 😀

  40. Amateur du passé et de trésors à découvrir, je vais de ce pas plonger dans les « écrits non-techniques » du blog.
    Récemment j’y avais trouvé les odeurs du lycée-souvenir ; après l’oreille, écrire avec le nez ?
    C’est joli aussi…

    Ciao.

  41. Je n’ai pas lu tous les commentaires n’ayant pas le temps, mais pour le peu que j’en ai lu, je trouver qu’un certain tonnage de beurre est utilisé pour se tartine la vision.

    Linux à destination de la bureautique, c’est mort et enterré. Ca n’a de sens que pour utiliser de vieux pc (et encore, j’ai un des premiers amd64 qui tourne très bien sous windows 10 et qui n’a jamais fait d’écran bleu de sa vie)

    Non, linux n’a plus aucun avenir sur ce terrain là. Ce n’est pas faute d’y avoir vu des essais par exemple chez Dell.
    Quant à venir me citer RedHad, je vous arrête de suite. RH ne se veut pas une distribution pour le publique. C’est une distribution pour l’entreprise.

    Les bureaux sous linux ont trop de bugs ou alors trop de mépris envers l’utilisateur (coucou Gnome).

    Je dois malgré tout parfois passer sous linux pour valider la portabilité de mon code, et c’est une souffrance. Les seules fois où je n’ai pratiquement pas eu de soucis avec linux, c’est dans mes vm.

    Les fois où je discute avec des personnes qui me vantent d’avoir passé un telle sous linux, lorsque je demande « mais que fait-il avec linux ? « , je reçois comme réponse « et bien il surf, lis ses mail, ect ».
    Ok, c’est chouette (hou hou), mais le grand publique le fait déjà sur tablette et c’est bien plus facile car pas encombrant.

    J’en vois déjà qui se préparent à me dire « ouais mais android c’est linux ». Non, non non et non.
    C’est le kernel linux qui permet de faire fonctionner la surcouche java. Et l’utilisateur lui, ben je pense que ca lui en touche une sans faire bouger l’autre de savoir que c’est un kernel linux qui fait fonctionner le tout.

    Je pourrais aussi parler du travaille collaboratif totalement inexistant dans libreoffice, ou bien encore de messageries d’entreprise à le mode Team. (alors oui je connais aussi une alternative à slack et opensource auto hébergeable mais qui bug et qui oblige à jongler entre le client lourd et un browser)

    Je pense qu’en une décennie, linux à perdu beaucoup de force en terme de développeur par rapport à tout les projets morts.

    Moi, je suis retourné sous windows. Les écrans bleu sous windows ont été réglés depuis belle lurette et en plus, windows tente d’indiquer la cause de cette défaillance. Et lorsqu’il arrive à le faire, hoooo on aperçois que c’est provoqué soit par un pilote, soit par un logiciel qui interagit avec un pilote, soit par une défaillance de matériel.

    Alors, perso je m’en tape qu’on vienne me dire « oui mais windows 10 raconte tout sur ta vie privée ».
    Windows 10 est largement moins verbeux que vos téléphone sous android voir iPhoneX (oui j’avais envie de le placer celui la 😛 )
    D’autant plus, que de plus en plus de logiciels embarquent un système de partage d’information sur l’utilisation qu’on en fait.

    Si on replace tout cela dans un contexte d’utilisateur lambda, si il a une tablette, ben il la préfèrera à l’utilisation d’un pc si ce n’est que pour traiter des mails, lire des documents, ect….
    Il est même possible de rédiger des document assez simple via une tablette. (je le sur ma nexus 9 lorsque je dois écrire un mot d’excuse pour l’école de mes enfants).

    On est même plus dans une guéguerre linux/windows. L’avenir est aux tablettes pour le commun des mortel.

  42. Avoir un problème de pilote sous Windows c’est quand même ballot …
    Je ne vois pas trop l’intérêt de placer le débat sur tablette v/ PC, l’utilisation étant diamétralement opposé sur la partie software (je te rejoins néanmoins sur la partie navigation / mail)
    En résumé 2 chiffres :
    Ventes de PC (monde, 2017): 270M d’unités, en baisse depuis 2012, stable depuis 2014
    Ventes de tablette (monde, 2017): 140M d’unités, en baisse depuis 2014

    1. J’ai deux tablettes dont une de récup. Je pense que ce seront les dernières. J’écris mon commentaire sur l’une d’elle et je peux dire sans peine que c’est une vraie plaie. À mon avis les tablettes ont attiré par la nouveauté. Mais rien ne vaut l’ergonomie d’un clavier physique et d’un grand écran.

Les commentaires sont fermés.