Puisque le duo Archlinux avec OpenRC semble condamné, si on voyait un autre init alternatif comme s6 par exemple ?

Depuis l’arrivée du diabolique systemd, certains utilisateurs de distributions à base d’Archlinux ou affiliées à elle cherchent à proposer l’emploi d’OpenRC comme init de remplacement.

Cela donna d’abord l’excellente et malheureusement décédée Manjaro OpenRC pour donner l’infâme bouse qu’est l’Artix Linux. Au moment où je rédige ce billet, le 23 novembre 2017, une capture d’écran du site officiel résume bien la situation actuelle : un cul-de-sac.

Pour info, la situation est connue depuis au moins quatre jours au moment où je rédige ce billet, à savoir depuis le 19 novembre 2017. Le forum, le wiki, bref les sources d’information principales sont dans les choux… Ça en dit long sur ce qui restait de crédibilité à l’Artix…

Un site dédié aux distributions ne proposant pas systemd ne mâche pas ses mots et ne cache pas sa déception, je cite :

@Artoo ‘s statements from day 1 about the smooth move from Manjaro to Artix have been false just to let Manjaro off the hook (as an unofficially declared systemd-ONLY distribution). This has nothing to do with Manjaro other than Artoo quitting Manjaro (OpenRC-xfce) to work on Artix.
[…]
Another half day lost in Artix “mysticism”.

Ce qui donne traduit rapidement :

Les déclarations de @Artoo du premier jour à propos du passage en douceur de Manjaro à Artix ont été fausses juste pour laisser Manjaro de côté (la déclarant officieusement comme une distribution systemd-uniquement). Cela n’a rien à voir avec Manjaro en dehors du fait qu’Artoo quittant Manjaro (OpenRC-xfce) pour travailler sur Artix.
[…]
Une autre demi-journée perdue dans le « mysticisme » d’Artix.

Un autre article dit simplement qu’avec Artix c’est : si vous êtes pas content, cassez-vous. Dans des termes plus diplomatiques, mais l’idée est présente.

Mais le but de cet article n’étant pas de saborder le projet Artix – il y arrive très bien tout seul – mais de parler d’une alternative pour les personnes voulant conserver une base Archlinux mais sans systemd. Il y a bien la Parabola GNU/Linux mais il faut se plier à du 100% libre avec les limites que cela impose. Reste donc l’option Obarun.

Pour le créateur du projet Éric Vidal, Obarun n’est pas une Archlinux, mais un projet basé sur Archlinux avec s6 comme système d’initialisation.

C’est écrit en noir sur blanc (merdre, serait-ce une expression raciste ?) sur la page d’accueil du projet :

On other note, Obarun is neither a distribution of its own, is nor is it pure Archlinux, it’s a Build Concept. Obarun is based on Archlinux, but incorporates several changes.

Ce qu’on peut traduire par :

D’un autre côté, Obarun n’est ni une distribution à part, ni une Archlinux pure, c’est un concept de construction. Obarun est basée sur Archlinux, mais incorpore plusieurs changements.

Pour simplifier l’utilisation de s6, Éric Vidal a développé des scripts d’automatisation, s6opts qui permet de gérer facilement les services.

J’ai donc récupéré l’image ISO du mois de novembre via wget.

fred@fredo-arch ~/Téléchargements/ISO à tester % wget -c https://repo.obarun.org/iso/2017-11/Obarun_x86_64-2017-11.iso
–2017-11-23 09:15:42– https://repo.obarun.org/iso/2017-11/Obarun_x86_64-2017-11.iso
Certificat de l’autorité de certification « /etc/ssl/certs/ca-certificates.crt » chargé
Résolution de repo.obarun.org… 31.22.4.58
Connexion à repo.obarun.org|31.22.4.58|:443… connecté.
requête HTTP transmise, en attente de la réponse… 200 OK
Taille : 878706688 (838M) [application/octet-stream]
Sauvegarde en : « Obarun_x86_64-2017-11.iso »

Obarun_x86_64-2017- 100%[===================>] 838,00M 3,42MB/s ds 4m 9s

2017-11-23 09:19:51 (3,37 MB/s) — « Obarun_x86_64-2017-11.iso » sauvegardé [878706688/878706688]

J’ai ensuite fait chauffer mon ami VirtualBox pour montrer l’installateur en mode texte et les outils développés par Éric Vidal.

Il est vrai que ce projet ne s’adresse pas aux personnes qui débutent dans le monde linux.

D’ailleurs, mettre une Archlinux entre les mains de novices sous Linux, comment dire… Vous êtes complètement frappadingues ou quoi ?

Mais il peut intéresser des personnes qui ont atteint un certain niveau de geekitude et qui considèrent que systemd ne leur permet pas d’être suffisamment autonome ou indépendant.

Je ne connaissais pas s6, et j’avoue que les outils simplificateurs développé pour Obarun m’ont simplifié la tâche. Le wiki est correct, et surtout, tout s’installe du premier coup. Je n’aurais pas du prendre jwm par défaut, surtout avec mes galères pour gérer l’authentification et la montée temporaire en droits root.

J’avais parlé du projet Obarun en juin 2016 et j’avoue qu’il ait si bien évolué, même si à l’époque il était basé sur runit et s6 avant de s’orienter vers ce dernier.

Maintenant, à ce que j’ai compris, Éric Vidal veut éviter comme la peste le rapprochement avec Artix, surtout si on en croit un message plus que clair sur son forum.

Après tout, et c’est une constatation un brin vacharde mais réaliste, « À l’endroit où l’Artix passe, une distribution trépasse »…

Allez, bonne journée 🙂

5 réflexions sur « Puisque le duo Archlinux avec OpenRC semble condamné, si on voyait un autre init alternatif comme s6 par exemple ? »

  1. Une distribution qui a l’air de fonctionner et surtout de démarrer sans souci, pourquoi pas.
    Tu nous parles de Eric Vidal, mais cela n’en fait une grosse équipe ?
    A pluche.

  2. Bon alors alors… Déjà en tout premier : MERCI et MERCI d’avoir passer du temps à tester; c’est plus qu’intéressant pour moi de voir une installation/utilisation d’Obarun de la part de quelqu’un qui ne la connais pas, très très instructif!
    Parce que , ouais on peu gueuler sur les devs, mais sans retour comme le tien, il est difficile de rester objectif et de s’aperçevoir de ce qui va et de ce qui ne va pas. Avec un peu plus de « Mechant Fred » (:D) comme toi qui teste et montre ce serait un peu plus facile et rapide pour nous et pour moi en particulier.

    Donc, donc, donc….

    GPARTED :

    Mais pourquoi ce PU@]#} de Gparted ne veux pas se lancer…. Ben non c’est pas un bug mais une mauvaise configuration de l’environnement de travail, parce qu’un PU@#{ de polkit agent qui se lance au démarrage du X, c’est quand même pas compliqué à mettre en place(mea culpa). Si tu ouvre un terminal et que tu essaye de lancer gparted en tant que simple utilisateur, il te demande si tu te croit sous Artix(oups… pardon), en gros il t’envoie boulé. Bref sa va être rectifier au prochain ISO et rapidement sur l’installateur.

    MIRROIR LIST :

    Depuis peu de temps une option à été rajouté a l’installateur qui permet de lancer rankmirrors avant de faire l’installation, mais le fait de le faire a la « mano » marche aussi :). Il n’empêche que ce retrouver a devoir rectifier un fois de plus la liste des mirroirs une fois installer… non mais franchement c’est chiant. Cela va donc être rectifier aussi sur l’installateur.

    SYSLINUX :

    Bon ta zapé l’edition du syslinux.cfg, sa marche pour toi mais c’est quand même bien de le vérifier surtout lorsque le formattage et le montage des partitions n’est pas fait de façon classique, parce que, par défaut la / est définie sur sda3 dans le fichier syslinux.cfg. Imaginons que tu ne crée pas de swap et hop la machine ne démarre pas… et là t’as tout les mecs qui gueulent : « c’est de la merde son truc »… juste pour dire quoi…

    DISPLAY MANAGER :

    Mouais, moi je suis pas fan des DM mais… j’avoue que l’approche serait plus sympa. Un petit lightdm serait effectivement le bien venu. Sa va être rectifier.

    LA GESTION DE LA RESOLUTION :

    Depuis peu aussi le script d’installation détecte si l’installation se fait sur Virtualbox et demande si les paquets de virtualbox-guest-modules-arch et virtualbox-guest-utils doivent être installées. Sa devrait configurer le screen correctement sans l’intervention de l’utilisateur. Par défaut sera dans le nouvelle ISO.

    « C’est très léger » qu’il dit le Monsieur :

    Ben à la base c’est pour permettre de facilité une installation graphique, mais le but étant que l’utilisateur mette ce qu’il veux sur son système, donc non pas de libreoffice, audocious ou le dernier pu@#^{@ de super paquet qui fait le café. Tu le veux , tu l’installe :). Au passage l’installation du template miminal permet de se retrouver avec une machine qui boot et basta, le reste faut se le taper a la main comme une Arch normale…parce qu’après tout le slogan d’Obarun c’est : Free to control your system. Tu met ce que tu veux et comme tu le veux, parce que, NON Obarun n’est pas une distro qui promet tout ce que tu veux (et tout ce que tu veux pas), Obarun est un fork d’Archlinux qui permet de faire tout ce que tu veux (et tout ce que tu veux pas) avec une Arch.
    Dans cette optique là, l’ISO doit être le plus léger possible avec les outils de base qui permette de dépanner le système et de faire les commandes les plus classiques genre lire un page sur le web, configurer le réseau and so on… le tout en graphique parce que la console c’est bien jolie mais on est en 2017 bordel (:D).

    PACOPTS :

    Alors le coup de « je veux pas fonctionner parce que t’as pas mis le fichier de config »,non mais franchement faut osé :D. Sa va être rectifier sur la prochaine version de pacopts, il copiera directement le fichier s’il le trouve pas; »non parce que là vraiment c’est un truc à la con de la part de se foutu dev (:p) ».
    Intéressant le fait que ta première réaction soit de faire : pacopts aur install nom_du_paquet. Je vais me penché sur la question…Peut-être un mauvais design du prog de ma part…

    PAMAC :

    Outil classique de l’utilisateur qui veux planter sa bécane vite fait bien fait. Tu l’as compris je suis pas fan du tout mais cela ne veux pas dire que l’utilisateur doit galéré s’il veux absolument planté son bousin (:D). Même problème que pour Gparted, il suffit que je rajoute un polkit agent en service au démarrage.
    Au passage un outil bien pratique pour s’avoir ce qui tourne sur une bécane : htop (;p)… dans un terminal bien sûr.

    SPACEFM :
    Je suis fan grave. Un outil merveilleux, entièrement configurable y compris les menus en clic droit. Au passage c’est lui qui gére les icones sur le bureau et le fond d’écran. Il a ces atouts et aussi c’est défauts, c’est qu’une question de choix.

    Je vais voir, mais peut-être pour Noël je sortirais un ISO pré-configurer avec tout qui va bien dedans(et tout ce qui va pas) comme soft genre libreoffice, audio,pdf,mtp etc avec un jolie desktop histoire de montrer ce qu’il est possible de faire.

    Un Grand Grand merci a toi Fred pour cette vidéo, utile pour moi, très utile…

    1. De rien pour l’article et à moi de te remercier pour le commentaire fleuve. Heureux que j’ai pu te permettre de trouver certains bugs qui étaient planqués bien au chaud 🙂

      Réponse rapide sur les points abordés :

      1) Gparted & co : c’est vrai que j’aurais dû tilter plus rapidement. Un commentaire sous la vidéo m’a donné une réponse possible, faudra que je la teste.

      2) Mirrorlist : je pense que la solution est de copier le mirrorlist utilisé lors de l’installation… Car j’ai été surpris quand j’ai voulu installer Mozilla Firefox.

      3) Syslinux : j’ai eu de la chance en utilisant mon partitionnement à la vieux con geek 🙂

      4) DM & résolution : cool. LightDM est bien pratique en cas de multi-utilisateur 🙂

      5) Sur le passage intermédiaire, j’ai parfaitement compris que tu as « juste » (en simplifiant énormément) repris les paquets d’Arch sans chercher à tout réinventer. « If it works, don’t fix it! » 🙂

      6) Pacopts : je pensais que c’était un enrobeur à la pacaur et qu’il suffisait de rentrer l’option suivie du nom de paquet. J’aurais dû lire un peu plus le wiki. Mea culpa !

      7) Pamac et SpaceFM : pour pamac, je l’utilise pour me servir d’aide-mémoire quand je ne me souviens plus d’un nom de paquet, ou encore pour me dire : « et trouduc, tu pourrais me mettre à jour ? Merci ! »

      Pour SpaceFM, ne l’ayant pas pratiqué, je ne connaissais pas l’étendu de ses pouvoirs 🙂

      Bonne journée.

  3. ‘LLo,

    Waow, syslinux, la simplicité faite bootloader & spacefm le contraire fait filemanager (mais une arme de gestion de fichiers massive…); mes deux outils préférés dans leur genre..!
    Si je n’étais »Enlightné » jusqu’aux oreilles & accessoirement avec systemd de fait, je l’essaierai bien cette histoire 😉

Les commentaires sont fermés.