Le monde du libre actuel part en couilles ? Épisode 8 : le messianisme lié à OpenRC.

Pour commencer cet épisode, je tiens à préciser que je respecte et que j’apprécie ce système de gestion de services. Mais il faut dire les choses comme elles sont, il y a actuellement une forme de messianisme lié à OpenRC.

Oui, j’emploie volontairement ce terme du registre religieux pour constater ce qui se passe dans le petit monde des distributions GNU/Linux.

Pour mémoire, voici comment se définit, selon le Larousse, le terme de messianisme :

Croyance en la venue d’un libérateur ou sauveur qui mettra fin à un ordre présent considéré comme mauvais et instaurera un ordre nouveau dans la justice et le bonheur.

Inutile de préciser que je parle ici de la guerre des systèmes d’initialisation qui est le deuxième truc le moins visible sur une distribution GNU/Linux avec le noyau. On ne voit ni le noyau, ni le système d’initialisation, mais leurs conséquences. Sans les deux éléments en question, pas de démarrage, pas de gestion de services (réseau, affichage, impression, audio, etc.)

Autant dire qu’avec l’arrivée de systemd qui a fait tellement couler d’encre électronique au fil des années depuis son arrivée que l’on pourrait presque remplir la faille de San Andreas avec.

Je l’ai déjà exprimé de nombreuses fois, je me contrefiche de savoir quel système d’initialisation est utilisé par ma distribution. Ce que je lui demande, c’est de faire son travail, point barre.

Mais j’ai constaté que cette guerre technologique tourne carrément au religieux. C’est le commentaire suivant de Ed Belda sur une vidéo concernant une gueulante de certains utilisateurs de la Artix qui m’a donné d’envie de m’y plonger.

C’est vrai que le commentaire pose la question centrale : pourquoi ne pas laisser OpenRC dans le monde qui l’a vu naître ? Car tout simplement, c’est du logiciel libre, portable et donc qu’on peut le faire ?

C’est la réponse de nombreuses personnes baignant dans le monde du logiciel libre pourrait apporter. Je suis d’accord, et c’est celle que je donnerai. Cependant, je rajouterai une nuance de taille : est-ce qu’est souhaitable ?

Le seul duo base Archlinux et OpenRC que j’ai pu voir comme était vraiment fonctionnel, c’était… la Manjaro OpenRC, qui est devenu Artix 🙁

Dans un article de 2016, j’étais enthousiaste et je tressais des louanges au développeur du projet :

Comment résumer mon ressenti avec la Manjaro Linux 16.06 OpenRC ? Du grand art. On voit que le mainteneur tient à son bébé, et on est loin de certaines ISO linux – basées sur Manjaro Linux ou autre – qui donnent l’impression que c’est juste de l’amélioration de curriculum vitae.

[…]

Pour conclure, je pourrai reprendre la conclusion de l’article du mois de juin 2015, presque mot à mot. Mes félicitations au développeur derrière la Manjaro Linux OpenRC, c’est du beau travail. Ça change des étroniciels que j’ai trop souvent croisé sur ma route !

Depuis la mise à mort de la Manjaro OpenRC, c’est un projet qui accumulent les bévues, et dont la FAQ frôle parfois le ridicule…

Q. Jedi Knights? Are you serious?
A. Any more and you’ll die.

Il y a d’autres projets qui promeuvent OpenRC, mais j’ai l’impression que c’est devenu désormais un passage obligé. Comme si une distribution avait ratée sa vie si elle ne proposait pas soit une version soit un passage total vers OpenRC.

La Parabola GNU/Linux a décidé de migrer vers ce système d’init... Dans une vidéo que j’ai réalisé, j’ai pu obtenir quelque chose de fonctionnel… À mon grand soulagement est-il besoin de préciser. La Manjaro OpenRC a presque trouvé une héritière spirituelle, même si sa mise en œuvre est un brin ennuyeuse.

Que des développeurs considèrent que c’est un devoir sacré de ne pas utiliser systemd, soit.

Mais vous ne pourriez pas faire comme Eric Vidal, le créateur d’Obarun ou Juan Romero Pardines, créateur de la VoidLinux et utiliser autre chose qu’OpenRC ? Ou est-ce la volonté d’imposer le monopole d’OpenRC pour remplacer celui de systemd ?

Car imposer une monoculture pour la remplacer par une autre, ce n’est pas vraiment du choix… Enfin, je dis cela, mais je dis rien au final !

9 réflexions sur « Le monde du libre actuel part en couilles ? Épisode 8 : le messianisme lié à OpenRC. »

  1. « Mais vous ne pourriez pas faire comme Eric Vidal, le créateur d’Obarun ou Juan Romero Pardines, créateur de la VoidLinux et utiliser autre chose qu’OpenRC ? Ou est-ce la volonté d’imposer le monopole d’OpenRC pour remplacer celui de systemd ? »

    Le copier/coller est plus simple que la creation de zéro et , malheureusement, souvent plus reconnu que le travail fournit dans la sueur …
    Quand je vois qu’ils sont déjà sur distrowatch avec seulement 4 mois d’éxistence …
    Bref je ferme ma ….

  2. Bonjour, un argument en faveur d’openrc, selon moi, est de faire uniquement ce qu’un systeme d’init doit faire et rien d’autre, ce que beaucoup de monde reprochent à systemd. C’est peut-être pour cela qu’openrc est préféré par certains.
    J’entends très bien tes arguments aussi et je sais très bien que toi tu te fiches du system d’init de ta distrib, mais il faut aussi admettre que d’autres personnes s’en soucient et tant mieux car, ça laisse le choix. Pour finir, je pense qu’il est dommage de perdre son temps à « désystemdiser » une distrib qu’il l’utilise par défaut, autant en utiliser une autre !

    1. Je comprends ton argumentation, mais il faut rester réaliste : en dehors du monde Gentoo / Funtoo / Calculate, le résultat n’est pas des plus jolis à voir.

      Le problème est comme je l’ai préciser qu’il ne faut pas tomber d’une monoculture vers une autre.

    1. J’avoue que ce débat en question ne sert au final qu’à alimenter les divisions, gaspiller des ressources et faire ralentir la progression du libre aux noms de l’éthique et de points qui n’intéressent qu’une minorité de technophiles.

  3. Une distro de pseudo geeks égocentriques avec une mentalité d’adolescent (parce que moi aussi j’adorais sortir Le Metal domine, Le Rap s’incline quand j’avais 16 ans) pour un public du même genre.

    Né de part le sacrifice sur l’autel du gonflement de cv d’un bon projet avec init alternatif.

    Un projet qui restera dans l’anal tant tu te fais mal au cul si tu cherches à t’amuser à rendre cela fonctionnel.

    Quand au messianisme, nul n’est prophète en son pays, et malheureusement du tech ultra pointu renfermé au novice qui fait de l’esbrouffe pour son quart d’heure de gloire, beaucoup de monde à tendance à l’oublier

Les commentaires sont fermés.