C’est officiel : désormais Archlinux devient une base pour faire des distributions inutiles :(

Ce rôle était depuis des années dévolu à Ubuntu, puis à sa fille Linux Mint. Étant abonné au Journal du Hacker, j’ai vu qu’Adrien alias LinuxTricks a fait le test d’une distribution qui applique les canons de la DGLFI à la règle ou presque.

C’est la Namib GNU/Linux. Selon l’article d’Adrien, on apprend que cette distribution hautement inventive propose les éléments suivants :

  1. Une base Archlinux
  2. Mate-Desktop
  3. Un thème à la mode, donc Arc avec des icones aussi développées que la poitrine de Jane Birkin
  4. Calamares
  5. Pamac-AUR

Donc à peu de chose près la même chose que la SwagArch GNU/Linux qui propose elle Xfce à la place de Mate-Desktop. Quelle inventivité 🙂

J’ai bien aimé l’article d’Adrien, mais il ne parle pas du point le plus critique, peut-être le fait-il dans sa vidéo, mais j’ai écouté « Mob Rules » de Black Sabbath alors que je surfais sur le net avant d’arriver sur l’article. Interrompre l’écoute de cet album aurait été un sacrilège, surtout quand Ronnie James Dio chante 🙂

En effet, je ne vois nulle par le fait que la base Archlinux n’est pas par définition adaptée pour des utilisateurs débutants. C’est une base qui peut nécessiter de mettre les mains dans le cambouis, et l’utilisateur lambda fuira ce genre de distributions comme la peste.

La Manjaro Linux qui est basée sur Archlinux rationalise la base en mettant en place un tampon avant de proposer les paquets. Ok, ça ne fonctionne pas tout le temps, mais cela permet de limiter la casse.

Je vais être un peu dur, mais c’est presque irresponsable de produire de telles distributions sans prévenir. Et ce n’est pas le cas sur le site de la distribution en question. On peut y lire ce genre de discours marketing qui est une hérésie technique :

It provides all the benefits of cutting edge software combined with a focus on user-friendliness and accessibility, making it suitable for newcomers as well as experienced Linux users.

Traduction rapide :

Elle offre tous les avantages d’un logiciel de pointe combiné à l’accent mis sur la convivialité et l’accessibilité, ce qui le rend adapté aux nouveaux arrivants ainsi qu’aux utilisateurs expérimentés de Linux.

À la première mis à jour un peu délicate, la distribution pourra partir en gonade mal épilée laissant les utilisateurs peu technophiles dans les ennuis jusqu’au cuir chevelu.

ArchLinux n’est pas et ne sera jamais pour un utilisateur débutant qui ne sait pas ce qu’est une rolling release et les dangers inhérents à ce modèle. Désolé pour le coup de gueule, mais en parler sans évoquer les dangers, c’est risquer de planter des utilisateurs à terme.

Ce qui est contre-productif si on veut démocratiser le logiciel libre… Enfin, ce n’est ici que l’avis d’une personne qui est dans le monde Archlinuxien depuis… début 2009…

27 pensées sur “C’est officiel : désormais Archlinux devient une base pour faire des distributions inutiles :(”

  1. Peut-être vais-je dire quelque chose de complètement faux, mais j’ai comme une impression que Arch Linux est surglorifié comme étant l’ultime distribution, alors qu’Ubuntu / Linux Mint sont constamment rabaissées à de « simples tremplins pour les noobs » et qu’y rester est « honteux » (même si au final, c’est fonctionnel et utilisable).

    Du coups, au lieux se baser sur Ubuntu, on se base sur le Saint Graal pour construire notre distro, parce que « c’est mieux ».

    C’est juste une hypothèse. Ça ce peut que je vienne de dire une énorme bêtise.

    =========================

    Sinon, vous dites : « ArchLinux n’est pas et ne sera jamais pour un utilisateur débutant qui ne sait pas ce qu’est une rolling release et les dangers inhérents à ce modèle. Désolé pour le coup de gueule, mais en parler sans évoquer les dangers, c’est risquer de planter des utilisateurs à terme. »

    Du coups, les fixed releases, ce n’est pas si nul que ça pour le desktop? À moins que vous ne parliez de la façon dont Arch met en place la rolling release, et non de la rolling release en général.

    1. En ce moment, Arch est la distribution sur laquelle il faut se baser pour proposer sa dérivée, comme je l’ai précisé en intro. Durant longtemps, en gros depuis 2006-2007, ce sont Ubuntu puis LinuxMint qui ont eu droit à de tels honneurs, ou plutôt de telles horreurs. Il suffit de voir la FerenOS et ses 40 PPAs utilisés (et heureusement un seul activé) pour obtenir la distribution.

      Canonical a fait de l’excellent boulot, jusqu’à ce que la boîte prenne la grosse tête et commence à se la jouer cavalier seul : Unity, Upstart, Mir.

      Je n’oublierai jamais que je dois mon passage pour de bon sur du Linux en mono-démarrage à Ubuntu 6.06. Même si la base est fonctionnelle, elle commence à faire son âge. Est-ce mal de le dire ?

      Le model fixed release peut s’appliquer à des personnes qui n’ont pas envie de se prendre la tête ou qui sont certaines que durant la durée de vie de leur ordinateur, aucun périphérique interactif un peu trop jeune (imprimante par exemple) ne sera acheté.

      Archlinux ne se veut pas pour débutants, et le dit clairement. Une rolling rationalisé comme le modèle de Manjaro est plus abordable, et surtout le tampon entre les paquets déclarés comme stables chez la maison mère et le moment où ils arrivent sur les dépots stables de Manjaro – en dehors bien entendu des mises à jour de sécurité – permet de proposer une expérience un peu moins casse-gueule.

      Dans le monde des rolling, Arch fait figure de matriarche avec la Gentoo (pour les fans de recompilation). PCLinuxOS, dérivée de Mandrake est arrivée plus tard.

      La rolling a ses qualités – fraicheur, installation unique et mise à jour en continue – mais aussi ses défauts : des problèmes peuvent arriver, il faut que les équipes de développement soient suffisamment responsables pour ne pas lâcher des paquets suffisamment testés dans la nature.

      Aucun modèle n’est parfait. Quant au modèle semi-rolling, que l’on peut qualifier gentiment d’hybride, il finit par se casser la gueule à terme.

      Pour résumer : aucun modèle de publication n’est parfait, aucune distribution n’est parfaite. La Namib pourrait être reproduite en utilisant le Zen Installer en l’espace d’une quinzaine de minutes. Bref, une distribution qui n’apporte rien au schmilblick et qui aura disparu des écrans radar d’ici une année.

  2. ‘LLo,
    Ouaip, voici donc venu le temps du « distro-rolling » ce qui est un brin paradoxal puisque ce type de distribution est censé plutôt fidéliser que l’inverse, pfuuu..!

  3. Bonjour Fred,

    Analyse intéressante que je trouve pertinente. Reste à savoir la durée de vie de cette nouvelle mouture.

    Distro qui risque de se retrouver dans la rubrique youtube « Les distributions GNU/Linux (in)justement oubliées »

  4. Qu’une iso fonctionne en rolling « out of the box » est une chose, que cela soit toujours le cas dans le futur en est une autre, sachant que le principe de base est de n’installer qu’une fois !
    Pour y arriver, je dirais qu’il faut un niveau de prudence (par rapport aux futurs majs quasi-journalières dans ce cas) inversement proportionnel à son niveau tout court (j’ai failli écrire expertise..!) & une communauté/forum active.
    & devant tant de nouveautés régulières, le réflexe est souvent de se jeter dessus comme un mort de faim…

    1. Cette production ne dépassera pas les quelques mois de vie, car elle s’écroulera sous la réalité : à la moindre emmerde, ça sera un « c’est de la merde votre distribution, je retourne sous Windows, au moins, ça fonctionne ! »

      Sans communauté active, ni développeurs se consacrant vraiment au produit en question, c’est du suicide de l’installer en dehors d’une machine virtuelle.

      1. Je crois que tu as tout dit Fred, que ce soit le commentaire plus haut parlant des fixeds ou rolling, ou celui-ci, arch n’est pas pour novices, arch n’est pas pour faire sans terminal, bref, cette distribution a peut etre du potentiel, mais que fait t’elle de pire ou de mieux que l’existant? Antergos est la, c’est de la merde pour toi, pour moi c’est passable, ça donne une arch assez rapidement. Apres tu as le projet que tu presente souvent, l’installateur archiware (truc comme ça), qui te permet d’installer arch tres facilement.

        Donc celle-ci se resume a quoi? une arch installée en peu de temps, sans avoir le choix de bureau… Bref c’est pas celle-ci qui me fera changer de chaumière…

        1. Antergos merde surtout sur un point technique qui la rend instable à terme. Sinon, tu as Arch-Anywhere ou encore Zen-Installer qui te donnent un résultat aussi propre que la Namib sans avoir à télécharger une image ISO pour une distribution qui sera peut-être morte d’ici un an au mieux.

          Ta conclusion est celle qui devrait être celle de toute personne ayant un tant soit peu de jugeotte et qui ne cherche pas à dire que « tout le monde il est beau, tout le monde il est gentil » 😀

  5. Bonjour,

    Comme Fred, je suis sur Arch depuis plus de 10 ans (auparavant passages par Redhat, Mandrake, U+Kubuntu). Une machine tourne depuis tout ce temps.
    À part le passage à Systemd qui a connu ~24h de galère (pour ma part car je n’avais pas lu les actualité du site indiquant clairement la marche çà suivre) je n’ai connu AUCUN problème avec cette distribution. Je fais en moyenne 2 à 3 ‘pacman -Syu’ par semaine.
    Est-ce cette fréquence élevée qui maintient largement mes installations au dessus de la ligne de flottaison ? Quoi qu’il en soit je ne peut que recommander cette distribution pour sa stabilité et son dépouillement à l’installation.
    Quant à la question de son accessibilité, les wiki sont très riches, très bien documentés et très abordables. Et je ne parle pas du guide d’installation que publie régulièrement notre hôte.

    Je ne suis ni informaticien ni développeur. L’aspect rebutant tel qu’évoqué plus haut, je ne l’ai pas ressenti.

    Pour conclure, Arch répond à ce que j’attends d’un OS, tourne depuis une décennie avec la même installation de base et ne m’a jamais fait défaut.

    1. Mais tu fais quelque chose que de moins en moins de personnes font : se documenter. Ce qui n’est pas un automatisme pour la plupart des personnes qui ont un clavier en face de leurs mains.

      La distribution est stable, mais elle n’est pas pour la personne qui est effrayée par le duo documentation et ligne de commande.

      Archlinux n’est pas et ne sera jamais pour le débutant complet. Dire le contraire, c’est le meilleur moyen de faire fuir les utilisateurs à la première gonade dans la soupe.

  6. C’est le revers des installateurs graphiques ou non!Une distribution qui disons le était intouchable pour l’utilisateur lambda, devient abordable…!
    C’est bien parce que ça la démocratise, la popularise un peu mais dans le même temps, ça la pollue aussi!C’est le fameux…Double effet Kisscool https://www.youtube.com/watch?v=ea-UbUyqJvY ! Saluuut 😉

  7. Effectivement, ce n’est pas du prêt-à-facebooker. C’est indéniable.

    Je ne m’imagine pas un gamer tout comprendre et être autonome dès le premier lancement de son jeu. Il s’est forcément documenté, vu/lu/suivi des tutos au préalable.
    Pourquoi n’en serait-il pas de même avec les OS ?

    Le meilleur moyen de faire fuir les utilisateurs, quel que soit le produit/pratique (OS, jeu, véhicule, sport etc.), est de lui dire que tout lui sera accessible immédiatement avec zéro pré-requis, zéro information et zéro connaissance préalable … Sauf à considérer que le produit est une boîte à 1 bouton que l’utilisateur doit presser lorsqu’il voit un rond rouge à l’écran …

  8. Il faudrait trouver des volontaires pour rédiger une encyclopédie des distributions Linux présentées comme « adaptées aux débutants »… Ce pourrait être rigolo.

  9. Je viens de dépasser les 7 mois avec une ArchLinux, installé avec Arch-Anywere, je ne me considére d’un niveau juste au dessus de débutant, jusque maintenant je maîtrise la situation et je pense qu’en étant curieux l’on doit pouvoir s’en sortir. J’ai mis un fond d’écran qui me plaît mais ce n’ai pas pour cela que j’en ferais la promotion 😀
    A pluche.

    1. J’ai fait ma première installation d’Archlinux via l’installateur Arch-anywhere début février de cette année.
      Donc j’approche doucement des 7 mois, et dans mon cas également, tout va bien et rien à signaler.
      Bref, pour l’instant je suis 100 % satisfait. Arch est toujours aussi stable et léger ( bureau Mate )

  10. Bonjour,
    j’ai testé Archlinux en virtuel, et j’ai renoncé à l’installer « en dur » parce que je ne me sens pas au niveau. Par contre je me dépatouille correctement avec Debian Jessie oldstable et Stretch stable, documentation oblige et tout seul.
    Je rejoins l’orientation générale de la discussion, Archlinux c’est pour l’utilisateur avancé. Et comme dit PEPITO inutile de se complexer si la distribution utilisée est plutôt « fixed » que « rolling ». Cela n’offre aucun interêt dans le cadre d’une participation communautaire comprise et acceptée où les plus forts aident les plus faibles dans leurs efforts. N’est-ce pas là l’enjeu du libre ?

      1. En plus dans mes limites, je suis heureux d’utiliser du « libre » et je ne saurais pas l’expliquer davantage, peut-être un peu de misanthropie, la vague sensation d’être partiellement à côté du « système » ?

  11. Hello Fred,
    Je plussoie cet article… Je trouve aussi en effet qu ‘Arch devient à la mode alors que ce n’est pas du tout pour un débutant… Ni pour un padawan… Un qui ne se crois pas débutant… C’est vraiment différent d’un Ubuntu par exemple…
    Attention, le fait qu’il existe des installateurs qui permettent de faciliter le démarrage est plutôt une bonne idée…
    Le tout est d’être conscient que c’est après que tout commence…
    Avoir Arch comme distribution principale sans parachute et expérience est sans doute suicidaire… Faut dans ce cas une bécane de secours… Enfin, c’est mon avis…
    N’empêche que c’est très formateur Arch… La documentation est superbe… Bon faut aimer lire évidemment ! 🙂
    Perso, j’ai Manjaro et Win10 sur une bécane portable (Je ne me souvient plus quand j’ai lancé le Windouf !) Lorsque je l’allume, c’est Manjaro… Elle ne s’est jamais plantée… Pour le moment !;-)
    J’ai sur mon fixe un Windouf 7 qui fait le taf et que j’utilise régulièrement, un mint que j’utilise de temps en temps, un NuTyX qui ma fois, fonctionne bien… (Cards est fantastique !)
    J’ai aussi une tablette pour regarder les films et (oh sacrilège 🙂 un Acer R11 Chromebook (Mon coté Dark Vador :-)) qui fonctionne super bien… J’écris ce commentaire avec… 🙂
    J’utilise tout ce qui touche à l’informatique en fonction de les envies et besoins sauf MAC… Trop cher…
    Et merci à Fred pour son tuto d’installation Arch qui ma permis de tester avec succès l’installation dans une Vbox 🙂
    Sur ce, à pluche
    Chichelinux…

Les commentaires sont fermés.