Manjaro SX : l’équipe de Manjaro Linux se prend-elle pour Apple ?

Je n’ai jamais aimé la culture du secret qui pollue le projet Manjaro Linux. Le dernier exemple en date, c’est l’histoire de Manjaro SX, alias « The Next Big Thing ». Depuis deux updates, nous avons droit à des messages plus ou moins vaporeux sur les updates sur le site de Manjaro Linux. Par exemple sur l’annonce de la mise à jour du 18 août 2017 :

« since Philip and Bernhard are currently working on a new side project I’ll help them out as release manager for a while. »

Qu’on peut traduire par :

« comme Philip et Bernard travaille sur un nouveau projet en parallèle, je m’occupe d’être la chargée de publication en attendant. »

Un lien est disponible vers une conversation à accès restreint. Bravo la transparence !

J’ai donc fait quelques recherches qui m’ont mené à réaliser cette première vidéo dont le thème graphique m’a interpellé quelque part, et pour cause… C’est à 90% celui de la Manjaro Tux’n’Vape !

Ensuite, grace à deux commentaires, j’ai réussi à comprendre ce qu’était ce mystérieux projet… Un installateur en OEM pour des machines coutant la peau du fondement !

Ce qui a donné la vidéo ci-après.

Autant dire que l’équipe de Manjaro Linux fait ici – selon moi – une énorme erreur stratégique. Au lieu de proposer un installateur sur des machines abordables comme celle de LDLC, le choix a été fait de prendre une marque qui vous facture 50£ le clavier si ce n’est pas l’anglais QWERTY.

Autant dire que ce projet est le meilleur moyen de foutre en l’air la réputation de Manjaro Linux, et de faire croire que Linux ne peut être installé que sur des machines hors de prix.

Pour un peu de gloriole sur des machines que personne ou presque n’achetera des ressources sont gaspillées.

Même si cela doit déplaire à certains fanatiques manjaristes de toutes nationalités, je le dis haut et fort : ce projet est une énorme connerie qui se payera cash… et avec les intérêts.

Comprenne qui aura envie de comprendre !

9 réflexions sur « Manjaro SX : l’équipe de Manjaro Linux se prend-elle pour Apple ? »

  1. bonsoir ,

    on verra bien le moment venue ce qui sortira dus projetc SX
    , je rappelle :
    pour septembre à novembre 2017 , on a la fin des 32 bits ( hors drivers vidéos pour les jeux )
    pour les machines 32 bits ET openrc à revoir

    je trouve dommage d’avoir pris station-X qui n’est pas le seul distributeur de matériel avec linux installé , il doit bien y avoir d’autres distributeurs notamment en Allemagne pour un moindre coût

    1. Si le projet finit par sortir.

      La fin du 32 bits ? C’est un choix de l’équipe de Manjaro de ne pas se baser sur archlinux32.

      OpenRC ? C’est pour le projet Artix, désormais. Quant à Station-X, je pense que l’on saura jamais les raisons du choix.

      D’autres distributeurs en Europe aussi. Mais faire une version OEM bridée, c’est une énorme connerie. Une OEM passe-partout aurait été plus intelligente.

      1. Une rom Manjaro SX bridée ? non elle n’est pas bridée elle à tout reconnue sur mes deux portables HP 🙂
        Le probléme des capteurs non reconnus que tu as c’est à cause de ta VM 🙂
        Pas de soucis chez moi, tous les capteurs de mon PC portable HP sont reconnus 🙂 en live USB 🙂

        1. Pour le moment les réglages sont ouverts, mais attends que le projet avance et qu’ils décident de virer les outils comme mhwd qui permet de détecter ton matos.

          Pour les capteurs non reconnus, c’est normal, et je ne m’en préoccupais pas outre mesure.

          Pour le moment, ça reste passe partout. Attendons pour voir d’ici le mois d’octobre pour le fin mot de l’histoire…

  2. Salut Fred,

    Le point qui m’interroge le plus, bien qu’on puisse également s’inquiéter de la dispersion des ressources et les méthodes utilisées dans le développement de ce projet ou même encore sur l’avenir de la Manjaro, est la légitimité de cette démarche.

    Qu’est-ce qui fait que Manjaro est un meilleur choix que d’autres distributions accessibles pour être installé d’office sur des PC portables?

    Manjaro, contrairement à Ubuntu ou Fedora, n’a pas le support d’éditeurs de logiciels professionnels, ce qui est à la fois lui fait perdre le marché des utilisateurs professionnels et lui complique la tâche pour conquérir le marché des utilisateurs lambda au matériel exotique.

    Les seuls avantages que possèdent Manjaro sur les grosses distributions ayant le support commercial, c’est l’aspect rolling release et la non soumission à la législation d’un Etat.

    Pour le premier avantage, cela vient de sa base ArchLinux, et c’est à double tranchant.
    Tant que les mainteneurs cachent la complexité du système de base par leur travail, tout ira bien pour les utilisateurs de base.
    Par contre, le jour où une mise à jour foire, la complexité d’ArchLinux se révélera à ces utilisateurs, ça fera des dégâts.
    Pour résoudre ces problèmes, il faudra passer des heures à regarder dans le Wiki, ou bien réinstaller le système.
    Mais, parmi les utilisateurs visés, qui cherchent à avoir un ordinateur « plug&play » et veulent juste que cela « marche », combien vont tenter de comprendre et résoudre le problème? Très peu, voire aucun. Tous les autres vont simplement jeter leur machine à la benne et en racheter une nouvelle sous Windows cette fois (parce que cela marche).
    C’est un réflexe consumériste bien loin de l’esprit de la Manjaro.

    Car c’est bien là que réside le problème: cette démarche va complètement à l’encontre de la philosophie de la Manjaro!
    Manjaro, c’est une distribution qui ne réclame pas de savoir particulier outre des connaissances nécessaires pour installer sa distribution (savoir à peu près ce qu’est une partition, comment créer une clé USB bootable, se renseigner un minimum sur ce que sont les distributions GNU/Linux, connaître la nomenclature pour les disques durs, etc…), mais qui nécessite la capacité à chercher des informations et pousse à apprendre à utiliser et contrôler son système d’exploitation. Une distribution pour « geek débutant en somme ».

    Concernant le deuxième argument, c’est exactement le même problème de public. L’utilisateur lambda qui achète ce genre d’ordinateur ne s’en fout pas des problèmes de redistribution du code Libre, il n’en a juste même pas conscience! C’est peut-être même limite s’il sait ce qu’est la GPL.

    Ca n’a rien à voir avec quelqu’un qui est intéressé, qui a, à un moment donné, décider de s’informer un minimum au sujet de la distribution qu’il souhaite installer et tout ce qui tourne autour, pour finalement franchir le pas. Et ce type d’utilisateur n’a pas forcément besoin d’acheter exprès un PC avec une distribution GNU/Linux préinstallée, étant capable d’installer lui-même sur un vieux PC une distribution GNU/Linux!

    Bref, tout ça pour dire qu’Ubuntu est un bien meilleur choix en vue d’une installation OEM (surtout depuis l’abandon de Unity, qui a au passage éliminé le seul point qui pourrait justifier le bashing de Canonical par la communauté entière du Libre). Sinon, on a aussi OpenSuse et Fedora, pour ceux qui considèrent que le Libre ne s’applique qu’au code et ne va pas plus loin, Debian pour ceux qui pensent le contraire (c.f. le contrat social de Debian).

    En tout cas, on espère que la chute ne soit pas trop lourde pour l’équipe de Manjaro, sinon il faudra peut-être penser à changer de distribution le cas échéant.

    _________

    Voilà, fin du pavé rédigé à chaud et de manière un peu brouillonne.

    Bonne soirée et à bientôt.

    1. StationX qui choisit une distribution obscure c’est aussi pour se la jouer « hype » en se différenciant des autres fabricants qui proposent du ubuntu qui est trop grand public. C’est une niche dans la niche. Les gars de StationX le disent eux même.
      Pour ce qui est de l’installation OEM de linux, il y a une quinzaine d’années, ça me rappelle un site qui vendait des mac avec debian en dualboot. ça servait à rien à part la hype, lors de meetups, les adminsys de 2nd zone étaient trop contents de montrer à tout le monde leur joujou, c’était ridicule.

      Aujourd’hui, les quelques vendeurs de matériel avec linux, ils laissent le choix parmi les grosses distribs bien établies, mais pour le support, si c’est trop complexe, ils renvoient vers la communauté.
      Petit parallèle avec le monde d’hébergement de serveurs, pour l’OS, ils proposent quelques grosses distribs :
      https://www.online.net/fr/serveur-dedie/systemes-exploitation
      https://www.ovh.com/fr/serveurs_dedies/distributions/
      S’en écarter est risqué.

Les commentaires sont fermés.